La charité parfaite et les béatitudes - Fr. Reg. Garrigou-Lagrange, O.P.

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2146
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: La charité parfaite et les béatitudes - Fr. Reg. Garrigou-Lagrange, O.P.

#11 Message par InHocSignoVinces » mer. 02 déc. 2020 19:50

Jésus insiste sur la récompense promise à ceux qui souffrent ainsi pour la justice : « Heureux serez-vous, lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux. »


De cette parole est née dans l'âme des apôtres le désir du martyre, qui inspirait les sublimes paroles d'un saint André, d'un saint Ignace d'Antioche. C'est elle qui revit en un saint François d'Assise, en un saint Dominique, en un saint Benoît-Joseph Labre. C'est pourquoi ils ont été « le sel de la terre », « la lumière du monde », et leur maison bâtie, non pas sur le sable, mais sur le roc, a pu supporter toutes les tourmentes et n'a pas été renversée.


Et ces béatitudes, qui sont, comme le dit saint Thomas [15] , les actes supérieurs des dons ou des vertus perfectionnées par les dons, dépassent la simple ascèse et sont d'ordre mystique. Ce qui conduit à dire que la pleine perfection de la vie chrétienne est normalement d'ordre mystique, c'est le prélude de la vie du ciel, où le chrétien sera « parfait comme le Père céleste est parfait », en le voyant comme Il se voit et en l'aimant comme Il s'aime.


Sainte Thérèse écrit : « Il faut, disent certains livres, être indifférent au mal qu'on dit de nous, se réjouir même plus que si l'on en disait du bien, on doit faire peu de cas de l'honneur, être très détaché de ses proches, et quantité d'autres choses du même genre. A mon avis ce sont là de purs dons de Dieu, ces biens sont surnaturels [16] », c'est-à-dire ils dépassent la simple ascèse ou l'exercice des vertus selon notre propre activité ou industrie, ce sont des fruits d'une grande docilité aux inspirations du Saint-Esprit. Elle dit encore : « Si l'on a de l'amour des honneurs et des biens temporels, on aura beau avoir pratiqué pendant bien des années l'oraison, ou, pour mieux dire, la méditation, on n'avancera jamais beaucoup ; la parfaite oraison, au contraire, délivre de ces défauts [17] . »


C'est dire que sans la parfaite oraison on n'arrivera pas à la pleine perfection de la vie chrétienne.


[15] Ia IIae, q. 69, a. 2, et in Matth., V, 1 sqq.
[16] Vie, ch. XXXI ; Obras, t. 1, p. 257.
[17] Chemin de la perfection



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2146
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: La charité parfaite et les béatitudes - Fr. Reg. Garrigou-Lagrange, O.P.

#12 Message par InHocSignoVinces » jeu. 10 déc. 2020 13:59

C'est ce que dit aussi l'auteur de l'Imitation, 1. III, ch. XXV, sur la véritable paix : « Si vous parvenez à un parfait mépris de vous-même, vous jouirez d'une paix aussi profonde qu'il est possible en cette vie d'exil. » Et c'est pourquoi, dans le même livre de l'Imitation, 1. III, ch. XXXI, le disciple demande la grâce supérieure de la contemplation : « J'ai besoin, Seigneur, d'une grâce plus grande, s'il me faut parvenir à cet état où nulle créature ne sera un lien pour moi. Il aspirait à cette liberté, celui qui disait : Qui me donnera des ailes comme à la colombe ? et je volerai et me reposerai (Ps. LIV, 7). Si l'on n'est entièrement dégagé de toute créature, on ne pourra librement appliquer son esprit aux choses divines. Et c'est pourquoi l'on trouve peu de contemplatifs, parce que peu savent se séparer entièrement des créatures périssables. Pour cela il faut une grâce puissante, qui sou­lève l'âme et la ravisse au-dessus d'elle-même. Tant que l'homme n'est pas ainsi élevé en esprit, dégagé des créa­tures et tout uni à Dieu, tout ce qu'il sait et tout ce qu'il a n'est pas d'un grand prix. » Ce chapitre de l'Imitation est à proprement parler d'ordre mystique, et il montre, que c'est là seulement que se trouve la vraie perfection de l'amour de Dieu.


Sainte Catherine de Sienne parle de même dans son Dialogue (ch. 44 à 49). Et c'est, nous l'avons vu, l'enseignement même de Notre-Seigneur lorsqu'il nous prêche les béatitudes, telles surtout que les ont comprises saint Augustin [18] et saint Thomas, comme les actes élevés des dons du Saint-Esprit ou des vertus perfectionnés par les dons. C'est là vraiment le plein développement normal de l'organisme spirituel ou de « la grâce des vertus et des dons ».


Fr. RÉG. GARRIGOU-LAGRANGE, O. P.


[18] Cf. S. Augustin : In Sermonem Domini in monte (Matth., V). Item De quantitate animae, 1. I, c. 33 ; Confessiones, IX, c. 10 ; Soliloquia, I, c. 1, 12, 13.

Répondre

Revenir à « Vraie nature de la Charité »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités