Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

Message
Auteur
chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#81 Message par chartreux » sam. 17 sept. 2022 9:23

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
II. Que le péché originel de nos premiers parents a eu pour conséquence, avec la perte de toute la gloire de l'état primitif, la détérioration de la nature et les maux qu'elle entraîne, non-seulement pour eux-mêmes, mais encore pour leurs descendants, cela est clairement révélé dans l'Écriture. La mort et le péché sont entrés dans le monde en punition du premier péché (Gen. 3:16-20). La concupiscence sensible, telle qu'elle se trouve présentement dans l'homme, a la même origine (Gen. 3:7). Dans de nombreux endroits du nouveau Testament il est dit que l'humanité se trouvait avant la rédemption dans un état qui rendait une renaissance spirituelle nécessaire (surtout Jean 3:5) ; ce qui prouve également contre les pélagiens que tous les hommes sont dépourvus en naissant de la justice et de la sainteté qui leur convient, qu'ils n'ont pas la pleine liberté, la véritable vie de l'âme, qu'ils sont dans un état de mort spirituelle qui ne peut s'expliquer que par le péché originel de nos premiers parents. Le passage classique à ce sujet est Rom. 5:12, dont nous reparlerons bientôt.

chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#82 Message par chartreux » lun. 19 sept. 2022 8:20

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
III. Adam, en corrompant sa nature, ne l'a pas seulement corrompue comme sienne, mais aussi comme « nature séminale », comme racine de la nature de tous ses descendants. Et puisqu'il ne devait pas exister d'autres hommes que ceux qui descendraient d'Adam par voie de génération naturelle, Adam, en corrompant sa propre nature, a véritablement corrompu la nature humaine de tous les hommes. De même donc que le péché d'Adam produisit dans Adam même une corruption de toute sa nature dans la totalité de ses parties constitutives, y compris celle qui est l'organe de la propagation ; de même, il produit une corruption de toute la nature humaine dans la totalité de ses individus, qui sont ses parties étendues et prolongées, parce que tous les individus sortent par la propagation d'une seule racine dont ils sont les rejetons et forment avec elle un seul tout.


chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#83 Message par chartreux » mar. 20 sept. 2022 7:34

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
L'universalité de la perte occasionnée par le péché d'Adam et l'universalité de la corruption qu'elle implique peut se concevoir en soi comme une simple universalité des suites matérielles de ce péché : c'est ainsi qu'un père en perdant par sa faute ses biens temporels occasionne la pauvreté de ses enfants ; que les maladies organiques provenant des péchés des parents engendrent des maladies semblables dans leurs descendants. À ce point de vue, les maux résultant pour les enfants du péché de leur premier père, n'ont plus, comme dans celui-ci, le caractère formel d'une punition. Dans ce cas, évidemment, la généralité de ces suites n'impliquerait plus la généralité de la faute, suivant ce qui devrait être si ces maux étaient des châtiments formels.

chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#84 Message par chartreux » mer. 21 sept. 2022 7:23

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
Cette doctrine est traitée ex professo dans le passage classique où saint Paul explique toute l'économie de la Rédemption par la comparaison des deux chefs de l'humanité (Rom. 5:12-19). Pour plus de clarté, nous reproduisons ici les paroles de l'Apôtre dans leur ordre logique plutôt que dans l'ordre des versets. Sa proposition est que "de même que par un seul homme (δἰ ἑνὸς) le péché est entré dans ce monde, et par le péché (διὰ τῆς ἁμαρτίας) la mort" (v. 12) ; "par la faute d’un seul, la condamnation atteint tous les hommes" (v. 18) ; "de même que beaucoup (οἱ πολλοί) sont devenus pécheurs par la désobéissance d’un seul homme" (v. 19) ; "de même par la justice d’un seul (δἰ ἑνὸς δικαιωμάτος), la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes" (v. 18) ; "de même beaucoup seront rendus justes par l’obéissance d’un seul" (v. 19). Dans la partie finale du verset 12, et dans les versets 13 et 14, l'origine et l'universalité de la mort démontrent un péché antérieur, et qui atteste par sa généralité la généralité du péché introduit par le premier homme. "ainsi la mort a passé dans tous les hommes, par celui en qui (ἐφ᾽ ᾧ) tous ont péché. Car jusqu’à la loi le péché était dans le monde ; mais le péché n’était pas imputé, puisque la loi n’existait pas. Cependant, la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, qui est la figure de celui qui devait venir."

chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#85 Message par chartreux » jeu. 22 sept. 2022 8:24

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
Autrement dit : le rapport entre la mort et le péché ne date pas de la loi mosaïque, il existait déjà auparavant, et ne peut pas concerner ici les péchés personnels (ἁμαρτία sans article). Avant Moïse, les hommes mouraient aussi, mais ce n'était pas en punition de leurs péchés personnels, puisque la loi n'existait pas encore et que les péchés personnels n'étaient pas imputés ; la mort a été également encourue par des hommes qui n'avaient pas péché personnellement en imitant le péché d'Adam. C'est dire clairement que la mort des descendants d'Adam n'est pas la punition de leurs péchés personnels, ni de leur participation au péché d'origine par imitation, mais de leur participation à ce péché même et à ses effets. Dans les versets 15 à 17, l'Apôtre explique que la puissance et la grandeur de Jésus-Christ pour le bien sont plus étendues que la puissance d'Adam pour le mal ; au v. 18 il reprend la comparaison commencée au v. 12, qu'il finit au v. 19.


chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#86 Message par chartreux » ven. 23 sept. 2022 8:56

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
IV. Pour que le premier péché d'Adam puisse devenir dans ses descendants aussi bien qu'en lui-même le principe d'une culpabilité et d'une pénalité véritables, il ne suffit pas, comme lorsqu'il s'agit de la généralité matérielle de la corruption de la nature, de considérer le péché originel comme une action qui appartiendrait uniquement à son auteur physique, car la culpabilité requise pour qu'on soit réellement coupable et digne de châtiment ne peut naître que dans un sujet qui a participé à la faute, et la faute ne se peut concevoir que comme un acte libre.

chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#87 Message par chartreux » sam. 24 sept. 2022 10:06

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
C'est pourquoi l'Apôtre dit expressément que la cause du châtiment général, puis aussi de la culpabilité générale, c'est que « tous les hommes ont péché » dans le premier homme et dans l'acte inique de désobéissance accompli physiquement par lui seul. En d'autres termes, l'action unique du premier homme n'était pas, moralement parlant, une action purement personnelle, mais l'action collective de tous. La valeur dogmatique de ces mots de l'Apôtre, Rom. 5:12 : in quo omnes peccaverunt, ἐφ᾽ ᾧ, est complètement indépendante de la controverse d'exégèse sur le sens précis à attribuer à ἐφ᾽ ᾧ, sur la question de savoir si l'in quo doit se rapporter à unum hominem comme relatif, ce qui susciterait une difficulté grammaticale assez importante ; ou s'il n'a que la valeur d'une particule causative, eo quod, ce qui est grammaticalement très-admissible.

Quoi qu'il en soit, le parallèle entre Adam et Jésus-Christ à propos des effets du péché montre assez que tous les hommes ont participé au péché de désobéissance commis par notre premier ancêtre (cf. 1 Cor. 15:21-22). L'Apôtre emploie la particule διά, per, pour marquer l'influence générale exercée par un seul homme et par une seule action. Il en parle comme on a coutume de parler d'un homme qui représente une société quand on veut attribuer à ses actes une portée qu'ils ne peuvent avoir que parce qu'ils sont accomplis au nom de tous.


chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#88 Message par chartreux » lun. 26 sept. 2022 8:40

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
V. Voici la formule technique dont les Pères et surtout les théologiens se servent pour marquer le caractère de généralité qui appartient au péché : Adam a agi en qualité de chef juridique et moral, ou plus exactement, comme souche du corps total de l'humanité encore cachée en lui comme dans sa racine ; il a agi à titre de chef du genre humain, comme personne morale ou homme collectif, dont les descendants devaient être les membres ; il a transgressé une loi qui devait être remplie pour nous tous en lui et par lui, une loi qui les obligeait tous solidairement en lui. Adam a perdu pour nous les dons de l'état primitif.

Et il les a perdus pour nous, parce que nous ne les avons reçus qu'en lui et sous la condition qu'il ne les perdrait pas. La faute générale de la race, résultant d'une action collective, consiste ainsi que le caractère de cette action, en ce qu'Adam a violé une loi qui obligeait en lui solidairement la race tout entière et qu'Adam devait remplir pour tous. D'après cette loi, l'obligation imposée de Dieu à toute l'humanité de posséder et de conserver la justice surnaturelle, avait été solidairement attachée, comme condition de cette conservation, à l'acte par lequel Adam remplirait, au nom de tous, le précepte de l'épreuve.

chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#89 Message par chartreux » mar. 27 sept. 2022 8:39

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
De même donc que lorsque le chef d'un État rompt un contrat, on impute à toute la société non pas les sentiments personnels de ce chef, mais la perte objective qui résulte du contrat ; de même, dans notre cas, l'action d'Adam n'appartient à tous ses descendants que parce qu'elle détruit leur alliance avec Dieu, excepté pourtant que dans ce dernier cas, elle ruine à la fois le rapport intime qui existe entre Dieu et la créature, et la justice interne qu'on devait posséder.

chartreux
Messages : 2236
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre IV : La chute et le péché

#90 Message par chartreux » mer. 28 sept. 2022 8:24

SWS, Livre IV, C3, §162 traduit par le chartreux a écrit :
VI. Cette universalité de péché originel, telle que nous venons de l'exposer et de l'expliquer, est absolument unique ; elle ne convient qu'au seul péché originel. Mentionnons brièvement d'autres caractères exclusifs du péché originel :

1. C'est le seul qui se transmette intégralement par la génération, par ce qu'aucun autre péché ne peut plus être commis dans les mêmes circonstances.

2. Il est de foi (cf. Rom. 5:13 et 1 Cor. 15:21) que ce n'est pas même le péché de nos deux ancêtres, mais le péché de l'homme seul, par conséquent d'Adam, qui a une portée universelle. C'est pourquoi les théologiens enseignent que si Eve eût péché seule, le péché ne se serait pas transmis.

3. Dans Adam même, cette portée, cette efficacité du péché n'appartient qu'à son premier péché « consommé, » car le dogme, d'accord avec saint Paul, ne parle que de la généralité de ce seul péché, ce péché seul pouvait avoir pour effet de corrompre la nature de ses descendants et il violait seul une loi solidairement obligatoire pour toute la race. Nous disons : le premier péché « consommé », puisque la sentence divine, comme la doctrine de l'Apôtre, insiste sur le péché de désobéissance et non sur le péché d'orgueil, etc., qui l'a précédé.

Répondre

Revenir à « Résumé de théologie dogmatique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités