"Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2999
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Tharsis, Hispania

"Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

#1 Message par InHocSignoVinces » dim. 08 mai 2022 21:10

"Secretum meum mihi" - Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)


Creo que ha llegado el momento de relatar algunas cosas de
mi recorrido bastante atípico y singular en la Fe católica,
y cómo he llegado hasta mi posición actual por la pura misericordia
y gracia de Dios, sin ningún mérito de mi parte pues yo no soy
más que un pobre pecador y un siervo inútil.

Cuando mi vida ya no tenía ningún sentido para mí, y no exagero,
Dios lo sabe, cuando parecía que todo estaba perdido
y me rodeaban las tinieblas y sombras de muerte, en mi gran aflicción
invoqué a Nuestro Señor Jesucristo y a la Santísima Siempre Virgen María,
pues era mi último recurso y mi única tabla de salvación,
y Dios oyó mi grito desesperado y me salvó del naufragio total.

Dios Uno y Trino, mediante el Espíritu Santo, obró lo que parecía
imposible y operó un milagro conmigo que me devolvió a la vida
cuando yo ya me veía completamente acabado y casi abocado a vivir
el resto de mi vida en un triste y lamentable estado de pecado mortal
contra mi voluntad y empujado por la presión brutal y criminal del
mundo que me rodeaba, un mundo hostil que me ridiculizaba, me
despreciaba y me humillaba como a un apestado, sin que yo pudiera
comprender por qué me odiaban tanto. Ahora por fin comprendo
que era por una característica de mi personalidad que estaba aún
en formación, y que los mundanos, inspirados por su propia malicia
y por el demonio, habían convertido en una horrorosa difamación
sin fundamento, magnificándola hasta dimensiones insospechadas
y difundiéndola por todas partes, convirtiendo mi vida en un auténtico
suplicio desde bastante joven. Se trataba de una calumnia tan
repugnante que hasta da vergüenza nombrarla. Es una calumnia,
por cierto, que supone un auténtico asesinato moral y social de
quien la sufre, pues destruye por completo su reputación y su buen nombre.
Y desgraciadamente, son objeto de ella muchos muchachos jóvenes
que pasan de su infancia a la adolescencia y ven que ya se encuentran
sentenciados y condenados sin piedad por el mundo. ¡Ay de aquellos
que escandalizan a los más pequeños!



Llegué verdaderamente a perder la ilusión por esta vida, inmerso en
una larguísima depresión durante toda mi adolescencia, la cual fue un
auténtico infierno para mí, y hasta casi los 21 años. En esa época me
encontraba en la universidad y había sufrido un gran desengaño amoroso
que me hizo mucho daño, otro doloroso revés que se añadía a mi ya
de por sí frágil autoestima y a mi enorme complejo de inferioridad,
consecuencias inevitables ante tanto dolor moral y tantas complicaciones
afectivas que tuve que sufrir por culpa de haber sido el blanco de
esa calumnia ignominiosa y maliciosa durante tanto tiempo, precisamente
en la época más crítica cuando uno se encuentra formando su carácter
y su personalidad. De hecho, prácticamente no tenía autoestima,
se me habían quitado las ganas de vivir y estaba a punto de tirar la
toalla, como se dice en boxeo. Cuando a uno le injurian permanentemente
y le dicen que es, por ejemplo, "un desgraciado", lo primero que uno hace es
lógicamente defenderse y protestar que eso es falso, uno intenta demostrarse
a sí mismo y a los demás que eso no es cierto, pero si le siguen llamando
"desgraciado" una y otra vez, sin venir a cuento, a las espaldas, un día y
otro día, cuando uno ve en las caras y las miradas de los demás el
desprecio, la burla, e incluso el odio, la presión acaba finalmente por
hacer mella hasta llegar a destruir por completo a la persona, especialmente
a esa edad tan crítica como he dicho antes.


Continuaré otro día con mi recorrido personal y espiritual.
Lo traduciré al francés cuando haya acabado en español.


CONTINUARÁ...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2999
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Tharsis, Hispania

Re: "Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

#2 Message par InHocSignoVinces » lun. 09 mai 2022 12:02

"Secretum meum mihi" - Mon parcours


Je pense que le moment est venu de raconter quelques choses sur
mon parcours assez atypique et unique dans la foi catholique,
et comment je suis arrivé à ma position actuelle par pure pitié
et par la grâce de Dieu, sans aucun mérite de ma part car je ne
suis qu'un pauvre pécheur et un serviteur inutile.


Quand ma vie n'avait plus de sens pour moi, et je n'exagère pas,
Dieu le sait, quand il semblait que tout était perdu et les ténèbres
et les ombres de la mort m'entouraient, dans ma grande affliction
j'invoquai Notre-Seigneur Jésus-Christ et la Très Sainte Vierge Marie,
car c'était mon dernier recours et ma seule source de salut, et Dieu
entendit mon cri désespéré et me sauva du naufrage total.


Le Dieu Un et Trine, par le Saint-Esprit, a fait ce qui semblait
impossible et a fait un miracle avec moi qui m'a ramené à la vie
quand je me voyais déjà complètement fini et presque condamné
à vivre le reste de ma vie dans un triste et lamentable état de
péché mortel contre mon gré et poussé par la pression brutale et
criminelle du monde qui m'entoure, un monde hostile qui me
ridiculisait, ils me méprisaient et m'humiliaient comme un pestiféré,
sans que je puisse comprendre pourquoi ils me haïssaient tant.
Maintenant, je comprends enfin que c'était à cause d'une caractéristique
de ma personnalité qui était encore en formation, et que les profanes,
inspirés par leur propre méchanceté et par le diable, l'avaient
transformée en une horrible diffamation sans fondement,
la grossissant à des dimensions insoupçonnées et la répandant
partout, faisant de ma vie un véritable calvaire
depuis tout jeune. C'était une calomnie tellement dégoûtante
qu'il est même embarrassant de la nommer. C'est une calomnie,
soit dit en passant, qui suppose un véritable meurtre moral et
social de ceux qui la subissent, puisqu'elle détruit complètement
leur réputation et leur renom. Et malheureusement, beaucoup de
jeunes garçons qui passent de l'enfance à l'adolescence en sont
l'objet et voient qu'ils sont déjà condamnés sans pitié par le monde.
Malheur à ceux qui scandalisent les petits !


J'avais vraiment perdu toute illusion pour cette vie, plongé dans
une très longue dépression tout au long de mon adolescence,
qui a été un véritable enfer pour moi, et jusqu'à mes presque 21 ans.
A cette époque j'étais à l'université et j'avais subi une grande déception
amoureuse qui m'avait fait beaucoup de mal, un autre revers
douloureux qui s'ajoutait à mon estime de moi déjà fragile
et à mon énorme complexe d'infériorité, conséquences inévitables
face à tant de tant de douleur morale et tant de complications
affectives que j'ai dû subir pour avoir été pendant si longtemps
la cible de cette calomnie ignominieuse et malveillante,
précisément au moment le plus critique où l'on se trouve en
train de former son caractère et sa personnalité. En fait,
je n'avais pratiquement aucune estime de moi, j'avais perdu
la volonté de vivre et j'étais sur le point de jeter l'éponge,
comme on dit en boxe. Quand quelqu'un vous insulte en
permanence et vous dit que vous êtes, par exemple,
"un misérable", la première chose que vous faites est
logiquement de vous défendre et de protester que
c'est faux, vous essayez de prouver à vous-même et
aux autres que ce n'est pas vrai , mais s'ils continuent
de vous appeler "misérable" encore et encore,
à l'improviste, dans votre dos, jour après jour,
quand vous voyez du mépris, de la moquerie
et même de la haine sur les visages et les regards
des autres, la pression incessante finit par faire
des ravages jusqu'à détruire complètement la
personne, en particulier à un âge aussi critique
que je l'ai déjà dit.


Je continuerai à raconter un autre jour mon parcours
personnel et spirituel.


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2999
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Tharsis, Hispania

Re: "Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

#3 Message par InHocSignoVinces » ven. 13 mai 2022 21:29

Digo otra vez: Nadie crea que soy fatuo; y si no, aunque sea como fatuo,
admitidme todavía que yo también me gloríe un poco. Lo que hablo en este
asunto de la jactancia no lo hablo según el Señor, sino como en fatuidad. Ya
que muchos se glorían según la carne, también (así) me gloriaré yo, pues
toleráis con gusto a los fatuos, siendo vosotros sensatos. Vosotros, en efecto,
soportáis si alguno os reduce a servidumbre, si os devora, si os defrauda, si se
engríe, si os hiere en el rostro.

Para deshonra mía digo esto como si nosotros hubiéramos sido débiles.
Sin embargo, en cualquier cosa en que alguien alardee
—hablo con fatuidad— alardeo también yo. ¿Son hebreos? También yo.
¿Son israelitas? También yo. ¿Son linaje de Abrahán? También yo. ¿Son ministros
de Cristo? — ¡Hablo como un loco!— yo más; en trabajos más que ellos,
en prisiones más que ellos, en heridas muchísimo más, en peligros de
muerte muchas veces más: Recibí de los judíos cinco veces cuarenta azotes
menos uno; tres veces fui azotado con varas, una vez apedreado, tres veces
naufragué, una noche y un día pasé en el mar; en viajes muchas veces
(más que ellos); con peligros de ríos, peligros de salteadores, peligros de
parte de mis compatriotas, peligros de parte de los gentiles, peligros en
poblado, peligros en despoblado, peligros en el mar, peligros entre falsos
hermanos; en trabajos y fatigas, en vigilias muchas veces (más que ellos),
en hambre y sed, en ayunos muchas veces, en frío y desnudez.
Y aparte de esas (pruebas) exteriores, lo que cada día me persigue: la solicitud
por todas las Iglesias. ¿Quién desfallece sin que desfallezca yo? ¿Quién padece
escándalo, sin que yo arda?


Si es menester gloriarse, me gloriaré de lo que es propio de mi flaqueza.
El Dios y Padre del Señor Jesús, el eternamente Bendito, sabe que no miento.


(II Corintios 11, 16-31)

Teniendo que gloriarme, aunque no sea cosa conveniente, vendré ahora a
las visiones y revelaciones del Señor. Conozco a un hombre en Cristo,
que
catorce años ha —si en cuerpo, no lo sé, si fuera del cuerpo, no lo sé, Dios lo
sabe— fue arrebatado hasta el tercer cielo. Y sé que el tal hombre —si en
cuerpo o fuera del cuerpo, no lo sé, Dios lo sabe— fue arrebatado al Paraíso
y oyó palabras inefables que no es dado al hombre expresar. De ese tal me
gloriaré, pero de mí no me gloriaré sino en mis flaquezas.
Si yo quisiera
gloriarme, no sería fatuo, pues diría la verdad; mas me abstengo, para que
nadie me considere superior a lo que ve en mí u oye de mi boca. Y a fin de
que por la grandeza de las revelaciones, no me levante sobre lo que soy, me
ha sido clavado un aguijón en la carne, un ángel de Satanás que me abofetee,
para que no me engría. Tres veces rogué sobre esto al Señor para que se
apartase de mí. Mas Él me dijo: “Mi gracia te basta, pues en la flaqueza se
perfecciona la fuerza.”
Por tanto, con sumo gusto me gloriaré de preferencia
en mis flaquezas, para que la fuerza de Cristo habite en mí. Por Cristo me
complazco en las flaquezas, en los oprobios, en las necesidades, en las
persecuciones, en las angustias, porque cuando soy débil, entonces soy fuerte.


(II Corintios 12, 1-10)

CONTINUARÁ...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2999
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Tharsis, Hispania

Re: "Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

#4 Message par InHocSignoVinces » ven. 13 mai 2022 22:57

Creo que las dos citas anteriores del Apóstol San Pablo son bastante apropiadas
para continuar con el relato de mi Vía Crucis particular. Como siervo indigno
y vil gusano que soy, de lo único que puedo gloriarme es de mi flaqueza y de
mis sufrimientos, pero con gusto me voy a gloriar de ello si así la infinita misericordia,
sabiduría, santidad y omnipotencia de Dios van a ser reconocidas y alabadas por
muchos, y si mi testimonio va a ser útil a Ntra. Santa Madre la Iglesia Católica,
la cual se encuentra hoy reducida a dimensiones verdaderamente ínfimas, con
el pequeño rebaño de fieles que resistimos en las catacumbas, en medio de un
eclipse espantoso, y habiendo sufrido los efectos devastadores del Impío Anticristo
Montini y de la hecatombe espiritual que ha supuesto el conciliábulo Vaticano 2.


Si tengo que humillarme y sufrir nuevamente por amor a Ntro. Señor
Jesucristo, lo haré con gusto. Que la historia de mi calvario personal
sirva al menos para glorificar a Dios Uno y Trino, y para la edificación
de otras almas que han sufrido, sufren o sufrirán lo mismo que yo.
Nuestra cruz particular nos la ha preparado Dios desde el principio
de la eternidad, pues en su infinita sabiduría Él sabe que si aceptamos
esa cruz y cargamos con ella siguiendo fielmente los pasos de Su Divino Hijo
Jesucristo, nos salvaremos y entraremos a gozar de la Visión Beatífica.
Vale la pena sufrir un poco, queridos hermanos míos, vale la pena sufrir
por Dios, que tanto nos amó y tan alto precio pagó por rescatar nuestras
almas con Su Preciosa Sangre derramada por nosotros en la Cruz.


Les aviso para que cojan pañuelos si mientras están leyendo mi
testimonio sienten ganas de llorar. Es una historia muy triste, una
historia llena de sufrimiento, incomprensión, frustraciones, humillaciones
morales, desprecios... Es la historia de mi vida desde finales de
mi infancia hasta comienzos de mi edad adulta, pasando por toda
la adolescencia, un verdadero infierno para mí. Mi calvario personal
empezó aproximadamente a los 10 años y duró hasta casi los 21 años.
De hecho, si no llega a ser por una INTERVENCIÓN VERDADERAMENTE
PROVIDENCIAL Y DIVINA que se produjo exactamente el Viernes
Santo cerca de las 3 de la tarde (!) -repito, no exagero ni miento,
mi conciencia está expuesta ante Dios y le estoy y le estaré eternamente
agradecido por el MILAGRO que hizo conmigo, además de que me
siento en la obligación moral de contarlo fielmente todo-, si
DIOS TODOPODEROSO no me hubiera ayudado de una manera
ciertamente INCREÍBLE e INSÓLITA, creo que hoy yo ya no estaría
vivo, probablemente me habría suicidado pues no habría podido
resistir tanto dolor y presión psicológica, tanto abuso y agresión
moral contra mi persona, o quién sabe, tal vez hubiera acabado
víctima de una enfermedad mental, o algo peor...


Pero de ese milagro, y de las REVELACIONES que este indigno
pecador y gusano miserable recibió de DIOS les hablaré más
adelante, pronto, se lo prometo, pero ahora no ha llegado
aún el momento. Primero tienen ustedes que entender
hasta qué punto yo estaba moral, emocional y psicológicamente
hundido y destruido, anulado completamente como persona con apenas
20 años, sin ganas de seguir viviendo ni ninguna ilusión ni
esperanza humanamente hablando, porque así después
podrán ustedes darse cuenta de por qué cuando yo ya estaba
verdaderamente AL LÍMITE, a punto de explotar MENTALMENTE,
arrinconado y extenuado cual boxeador que está a punto de
abandonar el combate, SIN AMOR PROPIO, sin amor de nadie,
empujado por una presión exterior e interior brutales para
que buscara un "amor" fraudulento, repugnante y abominable
a los ojos del ALTÍSIMO, y cometiera así un pecado abyecto
que me habría marcado y estigmatizado para siempre, y que
mi conciencia no me lo habría perdonado JAMÁS, un pecado
que da auténtica repugnancia nombrarlo, a menos que DIOS
actuara por medio de una intervención milagrosa para ayudarme...
y finalmente, Dios ACTUÓ.


Cojan pues los pañuelos, señoras y señores, sí, ustedes también,
caballeros, no se avergüencen de llorar, no pasa nada por llorar
de vez en cuando, no por eso uno deja de ser menos hombre ni
tampoco es ningún síntoma de debilidad, al contrario, las lágrimas
sinceras nos ayudan a ser más humildes y nos facilitan la verdadera
contrición del alma ante Dios. Además, ¿acaso no lloró Nuestro Señor
viendo la ceguera de Jerusalén y su obstinación?... ¿Acaso no lloró
el Salvador ante el sepulcro de su amado amigo Lázaro?...
No olvidemos que Nuestro Señor reprochó ásperamente a algunos hombres
que tuvieran el corazón tan duro y resistieran al Espíritu Santo.
Las lágrimas pueden ser balsámicas y nos ayudan a reconocer
lo pobres que somos sin Dios.


Un último apunte antes de comenzar a relatar mi autoflagelación y
mi humillación pública para mayor gloria de Dios y por el bien de la
Iglesia y de mis hermanos y hermanas en la Fe. Creo que si yo he
sufrido tanto, debe de haber un motivo oculto que hoy estoy empezando
a vislumbrar, si bien todavía tímidamente, pero que en estos últimos
días el Espíritu Santo me está iluminando en esas zonas de sombra que
permanecían ocultas hasta ahora. Mis sospechas van en esta dirección:
creo que Satán debe de tenerme un odio y una fijación muy particulares,
me parece que el Diablo me odia y también me teme mucho...
Todavía necesito tiempo y rezarle mucho al Señor, pedirle al Espíritu
Santo que me ayude a comprender el por qué de tanto odio satánico
hacia mi persona. Humildemente espero poder comprenderlo algún día.
En cualquier caso, con la ayuda y la iluminación del Paráclito, mi alma
inquisitiva de fiel hijo de Santo Domingo de Guzmán va a seguir indagando
hasta llegar a las últimas consecuencias, si la Divina Majestad me lo
permite y así Le place a Él, por supuesto. Hágase siempre Su Santa Voluntad.


Les dejo ya con el relato del intento de aniquilación moral y espiritual
que el perverso ángel caído urdió contra mí, pero que a Dios gracias
la jugarreta le salió mal y ahora yo puedo estar aquí contándoles esto
a ustedes, y agradecido ETERNAMENTE a mi Salvador y Redentor JESUCRISTO
y a la SANTÍSIMA SIEMPRE VIRGEN MARÍA, a quienes acudí en un
último y desesperado intento por salvar una vida que yo ya daba
prácticamente por perdida. Pero para Dios no hay NADA imposible.


Cojan pañuelos y lloren si les apetece. Yo ya estoy llorando un poco
mientras escribo esto. No es fácil rememorar tanto dolor y humillación,
pero por la honra y gloria de Dios y por el bien de las almas lo voy a
hacer. Lo voy a contar todo. Satanás quiso humillarme y destruirme.
Ahora soy yo, servidor indigno y miserable, quien pide permiso y auxilio
a DIOS UNO Y TRINO para desenmascarar a la vista de todos los fieles
la perversidad del Maligno y humillar y confundir su perfidia.


LAUS DEO SEMPER+


Mañana traduciré este texto al francés. Hoy estoy algo cansado.
Buenas y santas noches les deseo.

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2999
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Tharsis, Hispania

Re: "Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

#5 Message par InHocSignoVinces » sam. 14 mai 2022 12:31

Je le répète, que personne ne me regarde comme un insensé; si non, acceptez-moi comme tel, afin que moi aussi je me glorifie un peu. Ce que je vais dire, avec cette assurance d'avoir sujet de me glorifier, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme si j'étais en état de folie. Puisque tant de gens se glorifient selon la chair, je me glorifierai aussi. Et vous qui êtes sensés, vous supportez volontiers les insensés. Vous supportez bien qu'on vous asservisse, qu'on vous dévore, qu'on vous pille, qu'on vous traite avec arrogance, qu'on vous frappe au visage.


Je le dis à ma honte, nous avons été bien faibles ! Cependant, de quoi que ce soit qu'on ose se vanter, - je parle en insensé, moi aussi je l'ose. Sont-ils Hébreux ? Mois aussi, je le suis. Sont-ils Israélites ? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d'Abraham ? Moi aussi. Sont-ils ministres du Christ ? - Ah! je vais parler en homme hors de sens: - je le suis plus qu'eux: bien plus qu'eux par les travaux, biens plus par les coups, infiniment plus par les emprisonnements; souvent j'ai vu de près la mort; cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups de fouet moins un; trois fois, j'ai été battu de verges; une fois j'ai été lapidé; trois fois j'ai fait naufrage; j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme. Et mes voyages sans nombre, les périls sur les fleuves, les périls de la part des brigands, les périls de la part de ceux de ma nation, les périls de la part des Gentils, les périls dans les villes, les périls dans les déserts, les périls sur la mer, les périls de la part des faux frères, les labeurs et les peines, les nombreuses veilles, la faim, la soif, les jeûnes multipliés, le froid, la nudité ! Et sans parler de tant d'autres choses, rappellerai-je mes soucis de chaque jour, la sollicitude de toutes les Eglises ? Qui est faible que je ne sois faible aussi ? Qui vient à tomber sans qu'un feu me dévore ?


S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai.
Dieu, qui est le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point.



2ème épitre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens Chapitre 11, 16-31
Faut-il se glorifier? Cela n'est pas utile; j'en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur. Je connais un homme dans le Christ qui, il y a quatorze ans, fut ravi jusqu'au troisième ciel (si ce fut dans son corps, je ne sais; si ce fut hors de son corps, je ne sais: Dieu le sait). Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps, je ne sais, Dieu le sait) fut enlevé dans le paradis, et qu'il a entendu des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme de révéler. C'est pour cet homme-là que je me glorifierai; mais pour ce qui est de ma personne, je ne me ferai gloire que de mes faiblesses. Certes, si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité; mais je m'en abstiens afin que personne ne se fasse de moi une idée supérieure à ce qu'il voit en moi ou à ce qu'il entend de moi. Et de crainte que l'excellence de ces révélations ne vînt à m'enfler d'orgueil, il m'a été mis une écharde dans ma chair, un ange de Satan pour me souffleter, [afin que je m'enorgueillisse point]. A son sujet, trois fois j'ai prié le Seigneur de l'écarter de moi, et il m'a dit: " Ma grâce te suffit, car c'est dans la faiblesse que ma puissance se montre tout entière. " Je préfère donc bien volontiers me glorifier de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi. C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les opprobres, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les détresses, pour le Christ; car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.


2ème épitre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens Chapitre 12, 1-10

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2999
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Tharsis, Hispania

Re: "Secretum meum mihi"- Mi itinerario/Mon parcours (Espagnol/Français)

#6 Message par InHocSignoVinces » sam. 14 mai 2022 13:57

Je crois que les deux citations précédentes de l'apôtre saint Paul sont tout à fait appropriées pour poursuivre le récit de mon chemin de croix particulier. En tant qu'indigne serviteur et vil ver que je suis, je ne puis me vanter que de ma faiblesse et de mes souffrances, mais je m'en vanterai volontiers si de cette manière l'infinie miséricorde, la sagesse, la sainteté et la toute-puissance de Dieu vont être reconnues et loués par beaucoup, et si mon témoignage va être utile à Notre Sainte Mère l'Église catholique, qui est aujourd'hui réduite à des dimensions vraiment infimes, avec le petit troupeau de fidèles qui résistent dans les catacombes, au milieu de une éclipse effrayante, et ayant subi les effets dévastateurs de l'Impie Antéchrist Montini et l'hécatombe spirituelle que le conciliabule Vatican 2 a provoquée.



Si je dois m'humilier et souffrir à nouveau pour l'amour de Notre-Seigneur Jésus-Christ, je le ferai avec plaisir. Que l'histoire de mon calvaire personnel servir au moins à glorifier le Dieu Un et Trine, et à l'édification des autres âmes qui ont souffert, souffrent ou souffriront comme moi. Notre croix particulière a été préparée pour nous par Dieu depuis le début de l'éternité, car dans sa sagesse infinie, il sait que si nous acceptons cette croix et la portons fidèlement sur les traces de son divin Fils Jésus-Christ, nous nous sauverons et entrerons pour profiter de la Vision Béatifique. Cela vaut la peine de souffrir un peu, mes chers frères, cela vaut la peine de souffrir pour Dieu, qui nous a tant aimés et a payé si cher pour sauver nos âmes avec Son Précieux Sang versé pour nous sur la Croix.



Je vous conseille de prendre des mouchoirs si pendant que vous lisez mon témoignage vous avez envie de pleurer. C'est une histoire très triste, une histoire pleine de souffrances, d'incompréhension, de frustrations, d'humiliations morales, de mépris... C'est l'histoire de ma vie de la fin de mon enfance au début de mon âge adulte, en passant par toute l'adolescence, un véritable enfer pour moi. Mon calvaire personnel a commencé vers l'âge de 10 ans et a duré presque jusqu'à mon 21e anniversaire. En effet, s'il n'y avait pas eu une INTERVENTION VRAIMENT PROVIDENTIELLE ET DIVINE qui eut lieu précisément le Vendredi Saint 1995 vers l'heure de None (!!), à trois heures de l'après-midi - je le répète, je n'exagère ni ne mens, ma conscience est exposée devant Dieu et je suis et je lui serai éternellement reconnaissant pour le MIRACLE qu'il a fait avec moi, en plus du fait que je ressens l'obligation morale de tout dire fidèlement-, si DIEU TOUT-PUISSANT ne m'avait pas aidé d'une manière vraiment INCROYABLE et INHABITUELLE, je pense qu'aujourd'hui je ne serais plus en vie, je me serais probablement suicidé car je n'aurais pas pu supporter tant de douleur et de pression psychologique, tant d'abus et d'agression morale à mon encontre, ou qui sait, peut-être que j'aurais fini une victime de maladie mentale, ou quelque chose de pire...



Mais de ce miracle, et des REVELATIONS que cet indigne pécheur et misérable ver a reçu de DIEU je parlerai plus en avant, bientôt, je le promets, mais maintenant l'heure n'est pas encore venue. Il faut d'abord comprendre dans quelle mesure étais-je moralement, émotionnellement et psychologiquement coulé et détruit, complètement annulé en tant que personne âgée de seulement 20 ans, sans aucun désir de continuer à vivre ni aucune illusion ou espoir humainement parlant, car comme ça vous pourrez comprendre pourquoi alors que j'étais déjà vraiment SUR LA LIMITE, sur le point d'exploser MENTALEMENT, acculé et épuisé comme un boxeur qui s'apprête à abandonner le combat, sans aucun amour-propre ni même respect pour moi-même, sans l'amour de personne, poussés par des pressions externes et internes brutales pour rechercher un "amour" frauduleux, dégoûtant et abominable aux yeux du TRÈS-HAUT, et commettre ainsi un péché abject qui m'aurait marqué et stigmatisé irréversiblement à jamais, et que ma conscience ne m'aurait jamais pardonné, un péché qu'il est vraiment répugnant de le nommer... sauf si DIEU n'ait agi providentiellement et miraculeusement pour ma défense et mon aide... et finalement DIEU A AGI.



Alors prenez si vous voulez vos mouchoirs, mesdames et messieurs, oui vous aussi, messieurs, n'ayez pas honte de pleurer, c'est normal de pleurer de temps en temps, cela ne veut pas dire qu'on cesse d'être moins homme ou ce n'est pas non plus un symptôme de faiblesse, au contraire, les larmes sincères nous aident à être plus humbles et nous facilitent le vrai contrition de l'âme devant Dieu. D'ailleurs, Notre-Seigneur n'a-t-il pas pleuré en voyant l'aveuglement et l'obstination de Jérusalem ?... Le Sauveur n'a-t-il pas pleuré devant le tombeau de son ami bien-aimé Lazare ?... N'oublions pas que Notre-Seigneur a durement reproché à certains hommes d'avoir le cœur si dur et de résister au Saint-Esprit. Les larmes peuvent être apaisantes et nous aident à reconnaître à quel point nous sommes pauvres sans Dieu.



Une dernière note avant de commencer à raconter mon autoflagellation et mon humiliation publique pour la plus grande gloire de Dieu et pour le bien de l'Église et de mes frères et sœurs dans la Foi. Je crois que si j'ai tant souffert, il doit y avoir une raison cachée qu'aujourd'hui je commence à entrevoir, bien qu'encore timidement, mais qu'en ces derniers jours l'Esprit Saint est en train de m'illuminer dans ces zones d'ombre restées cachées jusqu'à présent. Mes soupçons vont dans ce sens : je pense que Satan doit avoir une haine et une fixation très particulière sur moi, il me semble que le Diable me hait et me craint aussi beaucoup... J'ai encore besoin de temps et je dois beaucoup prier le Seigneur, demander au Saint-Esprit de m'aider à comprendre la raison de tant de haine satanique envers moi. J'espère humblement que je pourrai le comprendre un jour. En tout cas, avec l'aide et l'illumination du Paraclet, mon âme inquisitoriale du fils fidèle de Saint Dominique de Gusman que je suis continuera à enquêter jusqu'à atteindre les conséquences finales, si la Majesté Divine me le permet et qu'il Lui plaise, bien sûr. Que Sa Sainte Volonté soit toujours faite.



Je vous laisse maintenant avec l'histoire de la tentative d'anéantissement moral et spirituel que le pervers ange déchu a comploté contre moi, mais Dieu merci, la farce a mal tourné et maintenant je suis encore ici pour vous le dire, et je suis et serai ÉTERNELLEMENT reconnaissant à mon Sauveur et Rédempteur JESUS ​​​​CHRIST et la BIENHEUREUSE TOUJOURS VIERGE MARIE, vers qui je me suis tourné dans une dernière tentative désespérée pour sauver une vie que j'avais déjà pratiquement abandonnée et laissée pour perdue. Mais pour Dieu RIEN n'est impossible.



Prenez des mouchoirs et pleurez si vous en avez envie. Je pleure déjà un peu au moment où j'écris ceci. Il n'est pas facile de se souvenir de tant de douleur et d'humiliation, mais pour l'honneur et la gloire de Dieu et pour le bien des âmes je vais le faire. Je vais TOUT raconter et confesser. Satan voulait m'humilier et me détruire. Or c'est moi, serviteur indigne et misérable, qui demande permission et aide à DIEU UN ET TRINE pour démasquer aux yeux de tous les fidèles la perversité et la ruse du Malin afin de l'humilier et confondre sa perfidie.



LAUS DEO SEMPER+


A SUIVRE...

Répondre

Revenir à « Présentations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité