LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#81 Message par InHocSignoVinces » jeu. 18 nov. 2021 11:47

Et puis quel est le prêtre qui ne sente pas à chaque instant
le besoin de mettre Dieu de son côté, de se ménager sa protection
et son secours ? " Sans moi, vous ne pouvez rien faire, " disait
Notre-Seigneur à ses Apôtres. C'est ce qu'il dit encore à ses prêtres.
Sans lui ils ne pourront rien faire. Ils doivent s'appliquer à la
prédication et autres œuvres de zèle ; ils doivent y mettre
tous leurs soins ; mais ils ne doivent pas oublier de rapporter
leurs succès non à leur travail mais à la grâce divine dont ils ne
sont que les pauvres instruments.


Ce n'est ni la prédication, ni la confession qui font croître
la vertu dans les âmes, mais Dieu seul
; en sorte que le prêtre
humble, recevant des louanges, doit toujours répondre : soli
Deo honor et gloria.
Comme il n'attend rien de lui-même,
il obtient tout de la force de Dieu. Il travaille, il ensemence, et
le Seigneur fait descendre la rosée sur son sillon.


Il y a eu des prêtres très instruits qui, avec toute leur science
et leur éloquence, n'ont pas sauvé un grand nombre d'âmes,
parceque, comptant sur eux-mêmes, sur leurs talents, ils
négligeaient de s'adresser à Dieu pour le supplier de bénir
leurs travaux.
Combien de saints, au contraire, qui, malgré leur peu de science ou d'éloquence, ont converti des populations entières ? Leur prédication sortait d'un cœur plein d'humilité et tout embrasé de l'amour de Dieu.

Cette belle vertu d'humilité dont saint Joseph est le modèle
et que tout vrai prêtre doit pratiquer, tous les saints ont eu
à cœur d'en suivre la voie méconnue du monde. Aucun ne s'estime
quelque chose, tous se méprisent et pleins de confusion quand
Dieu a voulu opérer des merveilles par leurs mains et par leur
zèle, ils ne répondent aux ovations et aux triomphes que leur
prépare quelquefois la reconnaissance du monde, que par un
redoublement d'abaissement. Ils se cachent dans l'obscurité
des cloîtres ou dans la profondeur des déserts, ils ne veulent
reconnaître d'eux-mêmes que leur misère, que leur néant.
Substantia mea tanquam nihilum ante te. (Ps. XXXVIII.)


Que tout prêtre donne donc à l'humilité toute sa vie sacerdotale.
Cette vie alors pourra être obscure, silencieuse dans
ce monde, mais elle sera pleine et glorieuse dans l'autre.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#82 Message par InHocSignoVinces » sam. 20 nov. 2021 11:57

CHAPITRE XII - Saint Joseph, modèle de pureté


S'il est quelque chose de beau, d'admirable sur la terre, c'est bien la pureté dans une âme. C'est cette vertu qui fait que l'âme
tient sous son sceptre et dans une soumission absolue les actes du corps, jusqu'aux désirs, aux affections, aux pensées les plus
secrètes et les plus intimes. La pureté c'est comme une sublime négation de la nature, ou plutôt c'est une victoire remportée
sur elle.


Lorsque nous parlons de la pureté, nos pensées se reportent naturellement sur Marie. Cette vertu paraît être le signe caractéristique de la Mère du Sauveur. " C'est, dit saint Bernard, la virginité qui a attiré sur Marie les complaisances divines, " et le Saint Esprit dans les Livres Saints, parlant des tendres inclinations du Seigneur pour Marie, rappelait toute belle, sans tache sa colombe, sa bien-aimée, son amie, son épouse.

Et cette vertu que le monde avant Marie ne connaissait pas, qu'un trop grand nombre encore ne connaissent pas, a brillé dans la vie de l'auguste Mère de Dieu d'un éclat si radieux, elle a révélé une beauté si céleste, que les générations croyantes pour consacrer l'honneur et la gloire de sa pureté incomparable, ont donné à Marie un nom qui est devenu son nom populaire : elles l'ont appelée la Sainte Vierge. Et ce nom qui exprime l'admiration des hommes pour la pureté de Marie, vous le trouvez dans toutes les langues, chez tous les peuples dans tous les temps et en tous les lieux.

Et Marie, cette Vierge plus pure que l'astre du jour dans son Immaculée Conception, Marie qui, dès l'âge le plus tendre, consacra à Dieu sa pureté par le vœu perpétuel de virginité, Marie qui préférait cette vertu céleste à la gloire de la maternité divine, Marie qui se troubla à la vue de l'Ange Gabriel, qui lui apparaissait sous une figure humaine, comment cette Vierge pourrait-elle consentir à prendre un époux ? Quelle sera la main digne de la sienne ! Quel sera le cœur digne de son cœur ! Quel sera l'homme capable de comprendre une si incompréhensible vertu ! Quel sera l'homme assez parfait pour imiter une si inimitable perfection, assez saint pour vivre en compagnie d'une pureté si angélique ! Quel sera l'homme assez élevé pour demeurer pendant de longues années dans l'intimité d'une âme si étonnamment céleste et capable de la suivre dans ses sublimes sentiers, assez délicat, assez noble, pour veiller avec dignité sur un pareil dépôt, posséder et garder avec respect un pareil trésor !

Cet homme est Joseph et ce choix indique toute la beauté, toute la pureté de son âme.


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#83 Message par InHocSignoVinces » lun. 22 nov. 2021 13:53

Sur la croix, avant de mourir, Jésus confia le soin de sa Mère
au plus cher et au plus chaste de ses disciples et il eût cru profaner
une Mère Vierge en la confiant à un autre qu'à un homme
vierge. Virginem Matrem, dit saint Jérôme, virgini commendavit.


Si la pureté de saint Jean obtint cette faveur, quelle dut être
la pureté de saint Joseph à qui Dieu confia sa Mère lorsqu'elle
était au printemps de sa vie, dans la fleur de sa jeunesse, pour
vivre constamment sous son toit, pour être son épouse et lui
appartenir ! Cela prouve combien ce saint Epoux devait être cher
à Dieu et combien grande était sa pureté virginale. Aussi
tous les Docteurs enseignent que la vie pure de saint Joseph fut
en tout semblable à celle de la Mère de Dieu, et que, soit avant
soit après leur mariage, la virginité fut la chaine d'or qui forma
leur sainte et céleste union. "Ce sont, dit Bossuet, deux virginités
qui s'unissent et se conservent éternellement l'une l'autre par une
chaste correspondance et comme deux astres qui allient leur lumière. "


Marie peut donc s'écrier avec plus de vérité que l'Epouse
des Cantiques : " Mon Bien-Aimé est choisi entre mille, di-
lectus meus ex millibus electus. "


" Puis-je croire, dit saint Bernardin, que le Saint-Esprit qui a voulu faire cette grande union entre Joseph et Marie n'ait pas choisi pour l'âme éminente de la Sainte Vierge une autre âme semblable à la sienne dans la pratique de toutes les vertus. Oui, je crois fermement que saint Joseph a été le plus pur des hommes dans la virginité, le plus profond dans l'humilité, le plus ardent dans la charité, le plus élevé dans la contemplation, le plus désireux du salut des hommes, en un mot, qu'il a été un être semblable à sa divine Epouse. "


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#84 Message par InHocSignoVinces » mer. 24 nov. 2021 11:58

" En quel degré de perfection, dit saint François de Sales. pensons-nous que saint Joseph eut la virginité qui est une vertu qui nous rend semblables aux anges ? Si la Très Sainte Vierge ne fut pas seulement vierge toute pure et toute blanche, mais si elle était la sainte et immaculée virginité, combien pensons- nous que celui qui fut commis de la part du Père Eternel pour gardien de sa virginité, ou pour mieux dire, pour compagnon, puisqu'elle n'avait pas besoin d'être gardée par d'autre que par elle-même, combien, dis-je, devait-il être grand en cette vertu ? Ils avaient fait vœu tous les deux de garder la virginité tout le temps de leur vie et voilà que Dieu veut qu'ils soient unis par le lien d'un saint mariage, non pas pour les faire dédire ni se repentir de leur vœu, mais pour les confirmer et se fortifier l'un l'autre de persévérer dans leur sainte entreprise. C'est pourquoi ils le firent ensemble de vivre virginalement tout le reste de leur vie. "

Qui pourrait dire avec quelle sollicitude saint Joseph prit
soin de sa pureté ? Pendant toutes les années de son enfance
et de son adolescence jusqu'au jour où sa destinée lui fut manifestée,
il ne cessa de garder, dans la chasteté la plus rigoureuse son esprit,
sa volonté et tous ses sens. Admis à la dignité incomparable d'Epoux
de Marie et de Père nourricier de Jésus, il ne fit que croître dans la
perfection de la sainte vertu. Car Marie est la Vierge des Vierges et
Jésus le lis des vallées, selon le langage de la Sainte Ecriture ; son
regard, son sourire, sa parole, sa présence, tout en lui met en fuite
les tentations de l'ennemi, tout fait naître dans ceux qui s'approchent
de sa personne adorable, des impressions de pureté. Que penser donc
du glorieux saint Joseph qui, pendant tant d'années, demeura sous
le même toit que le Fils de Dieu, qui ne le quitta pas un seul jour
à Bethléem, en Egypte, à Nazareth ; qui avait le bonheur de
le porter dans ses bras, de le serrer sur son cœur ! Véritablement
il ressemblait plus aux anges qu'aux mortels ; ou plutôt les anges
eux-mêmes devenaient jaloux de son ineffable pureté.


Et quelle admirable récompense reçut la virginité de saint Joseph !
C'est parce qu'il était le plus pur des hommes qu'il
mérita de devenir l'Epoux de Marie. De plus la virginité de
saint Joseph le rendit Père adoptif de Notre-Seigneur. Oui, Jésus
qui se plaît au milieu des lis, se plaisait à donner au saint Patriarche
le doux nom de Père ; il se plaisait à reposer entre ses bras et sur son
cœur si pur ; il se plut à passer trente ans à l'ombre tutélaire de ce beau
lis de la terre pascitur inter lilia. Cette virginité a permis à saint Joseph
de dire au Fils de l'Eternel : Vous êtes mon fils ", et à la Mère de Dieu : " Vous êtes
mon Epouse. "



***


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#85 Message par InHocSignoVinces » ven. 26 nov. 2021 12:53

Vous avez vu ces statues où saint Joseph est représenté
tenant d'une main l'Enfant-Jésus et de l'autre une branche de lis dont
les fleurs nous charment par l'éclat de leur corolle immaculée.
Il nous montre ainsi que c'est à cette vertu qu'il a dû d'être
choisi pour gardien du Sauveur et que nous-mêmes nous ne
pouvons plaire à Dieu et le posséder que par la chasteté. " Le
Très Pur, dit Bossuet, ne s'unit qu'à la pureté. "


Celui qui désire plaire à Notre-Seigneur et à sa sainte Mère et
attirer sur lui leurs meilleures bénédictions, doit donc, comme
saint Joseph, aimer et pratiquer la pureté. Cette vertu est si
estimable, nous dit le Saint-Esprit, " que rien d'ici-bas ne
peut lui être comparé. "
(Eccl. xxvi, 20.) Et au Livre des
Prophètes nous lisons : " Celui qui aime la pureté du cœur
aura le roi pour ami. "
(Prov. xxii, 11), et saint Mathieu appelle
" Bienheureux ceux qui ont le cœur pur parce qu'ils verront Dieu. " (V, 8.)


Saint Ephrem appelle cette vertu la vie de notre âme, vita spiritus. Saint Pierre Damien : la reine des vertus, regina virtutum, et saint Cyprien : la victoire qui assure toutes les victoires, acquisitio triumphorum. Celui qui triomphe du vice opposé à la chasteté triomphe aisément de tous les autres ; au contraire celui qui se laisse dominer par le vice impur, devient facilement l'esclave de tous les autres.

Par la chasteté, l'homme devient un ange ; même en quelque
façon, il est supérieur à l'ange. Les anges sont purs par une
nécessité de leur nature ; ils ne sont pas composés de chair
et de sang, ils ne connaissent pas le trouble des passions,
l'entrainement des sens. L'homme qui reste chaste au contraire
est chaste par le choix de sa volonté ; il est pur au milieu de toutes
lés séductions, en dépit de tous les obstacles ; il est donc supérieur
aux anges par son courage.


La pureté semble avoir pour Dieu un charme tout particulier.
Ce sont les âmes pures qui forment son cortège et " qui
doivent suivre partout ses pas "
(Apoc. xiv,4). Quand il veut
donner une mère à son Fils, il ne choisit pas la plus belle, la plus riche,
la plus honorée des filles de Juda, mais la plus pure ; et c'est au plus
chaste des hommes, à saint Joseph, qu'il confie Jésus, le plus précieux
des dépôts. Quand le divin Maître parcourt les villes de la Judée,
des enfants innocents se mêlentà la foule qui suit ses pas ; ils se
pressent autour de sa personne adorable et cet ami de la pureté
les appelle à lui ; il les met sur ses genoux, il les presse sur son
cœur et se plaît à les bénir. Il place l'un d'eux au milieu de ses
disciples, et, le leur montrant avec complaisance, il leur déclare
que s'ils ne deviennent semblables à ce petit enfant, ils n'entreront
pas dans le royaume des Cieux.


Il faut bien l'admettre: sans la pureté il nous est impossible
de plaire à Dieu.



***


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#86 Message par InHocSignoVinces » sam. 27 nov. 2021 19:40

Mais, dit saint Augustin, c'est surtout aux prêtres que la pureté est d'absolue nécessité : Omnibus castitas est necessaria, sed maxime ministris Christi altaris. Elle est la plus belle, la plus nécessaire des fleurs de la couronne du prêtre qui en porte tant d'autres : Corona illustrior sacerdotum castitas. C'est l'ornement de sa vocation et de sa vie : Flos ecclesiastici ordinis, dit saint Jérôme.

Le prêtre à l'autel est en contact avec l'Agneau de Dieu, l'Agneau sans tache, ce lis des vallées qui ne se plaît que parmi les lis, comme l'assure l'Epouse des Cantiques. Celui qui chaque matin descend entre ses mains sur l'autel du sacrifice, celui qu'il s'incorpore dans les joies ineffables d'une communion quotidienne, c'est le Dieu de toute pureté, celui qui, se faisant homme, a voulu prendre notre nature humaine dans le sein d'une vierge, qui a vécu vierge, qui n'a pas cessé de manifester ses prédilections pour les âmes vierges, qui s'en est entouré sur la terre et qui nous a fait savoir par son apôtre vierge qu'au ciel " ce sont des vierges qui formeront son escorte d'honneur. "

Il faut donc au prêtre une pureté qui soit proportionnée à
ce contact incessant avec le Seigneur, puisque aux témoignages
de nos Saints Livres c'est " cette vertu qui rapproche l'âme de
Dieu "
(Sap. vi, 20), et lui permet d'habiter dans son voisinage.
Il lui faut une pureté aussi parfaite que le peut admettre la faiblesse
humaine soutenue par la grâce.


" Purifiez-vous, vous qui portez les vases du Seigneur, "
était-il dit aux anciens Lévites ; mais à ceux qui portent, non
pas les vases, mais la divine réalité qu'ils contiennent, à ceux
qui sont appelés à voir de leurs yeux, à toucher de leurs mains,
à manger et à boire le corps et le sang divin, il faut répéter avec
une particulière insistance les paroles du Pontifical : " Elevez- vous
au-dessus des désirs charnels, des concupiscences terrestres qui
combattent contre l'âme ; soyez nets, propres, purs, chastes, comme
il convient à des ministres du Christ, aux dispensateurs
des mystères de Dieu. Et parce que vous êtes les ministres et
les coopérateurs du corps et du sang du Seigneur, montrez-vous
inaccessibles à toutes les amorces de la chair. "



Saint Dominique, adressant à ses frères ses dernières recommandations
sur son lit de mort, leur disait : " C'est la garde de cette vertu qui rend
le serviteur de Dieu agréable au Christ et qui lui donne gloire et crédit
devant le peuple. "



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#87 Message par InHocSignoVinces » lun. 29 nov. 2021 11:55

Il est certain que la pureté est un des principaux titres de
recommandation au respect des fidèles. Pour eux, rien de plus
vénérable qu'un pasteur dont une sainte pudeur embellit le front
et dont toute la vie resplendit de l'éclat de cette céleste vertu.

Eux, ils se pardonnent facilement ce qu'ils appellent
leurs faiblesses à cet égard, ils sont inexorables pour le prêtre.

Celui dont la vertu n'est pas à l'abri de tout soupçon pour eux
n'est pas un prêtre, du moins ils ne l'estiment point, ils n'ont
pas de confiance en lui ; il est impuissant à leur faire du bien.


Et le prêtre ne peut sans vigilance conserver cette vertu d'une
beauté exceptionnelle et d'une délicatesse infinie. On a eu raison
de la comparer à une fleur que le moindre contact flétrit, à une
glace qu'un souffle suffit à ternir, à une eau parfaitement limpide
mais qui devient bourbeuse pour peu qu'on l'agite ; c'est un
parfum précieux renfermé dans un vase fragile et qu'il faut porter
à travers les chemins escarpés, bordés de précipices, au risque de
la voir se briser au moindre choc.


Et le moyen absolument nécessaire pour garder la chasteté,
c'est la prière : ut scivi quoniam aliter non possem esse continens,
nisi Deus det. . adii Dominum, et deprecatus sum illum.
(Sap.
VIII, 21.)
Chaque matin, que le prêtre demande donc à Dieu
" de le ceindre de la ceinture de la pureté ; qu'il éteigne dans
ses reins l'humeur de la passion, afin que la vertu de la continence
et de la chasteté demeure en lui, prœcinge me, Domine,
cingulo puritatis et extingue in lumbis meis humorem libidinis
ut maneat in me virtus continentiœ et castitatis. "
Que souvent
dans la journée il conjure Dieu de faire que son cœur sacerdotal
s'embrase de plus en plus d'amour pour Jésus.


Et pour que cette prière soit plus efficace, qu'il la fasse passer
par le cœur de la Vierge par excellence, de la Reine des vierges,
" prédestinée pour conduire au Roi Jésus les âmes vierges
adducentur Régi virgines post eam. "
(Ps. 154.) Qu'il implore
souvent le secours de saint Joseph, le gardien fidèle de Jésus
et de Marie ; qu'il le conjure, au nom de ce double dépôt, de
le préserver de toute souillure du corps et de l'âme, afin qu'il
puisse un jour avoir part aux récompenses prévilégiées des
vierges dans le ciel.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#88 Message par InHocSignoVinces » mer. 01 déc. 2021 12:39

CHAPITRE XIII - Saint Joseph, modèle d'obéissance


La perfection de la vie chrétienne, dit saint Jean Chrysostôme,
consiste dans l'amour de Dieu et la perfection de l'amour
de Dieu dans la soumission et la conformité à la volonté divine.
C'est aussi ce qui fut révélé à une sainte religieuse de l'Ordre de
saint Dominique. Comme elle s'étonnait de voir parmi les séraphins,
c'est-à-dire parmi les élus les plus élevés dans la
gloire plusieurs âmes qu'elle avait connues et dont la vie n'avait
rien présenté d'extraordinaire, Notre-Seigneur lui fit connaître
que ces âmes avaient atteint à ce haut degré de mérite et de
sainteté par leur soumission et conformité parfaites à la volonté
de Dieu.



La vie de saint Joseph n'a été qu'une pratique continuelle
de cette admirable vertu. Son âme était comme un métal en
fusion et prête à revêtir toutes les formes qu'il plaisait à
Dieu de lui donner.

" Comme il était juste, dit saint François de Sales, il avait
toujours sa volonté ajustée, jointe, et conforme à celle de Dieu.
Car être juste n'est autre chose qu'être parfaitement uni à la volonté
de Dieu et y être toujours conforme en toutes sortes d'événements,
soit prospères, soit adverses. Or que saint Joseph ait été en toute
occasion parfaitement soumis à la divine volonté, nul n'en peut douter."



Au moindre avertissement, comme devant un ordre formel, saint Joseph accourt pour obéir.

La main de Marie lui est proposée, il obéit à la volonté de Dieu.

Quand en face du mystère de l'Incarnation que le Ciel ne
lui a pas encore révélé, il est agité par de cruelles anxiétés, à
la voix de l'ange il se soumet et obéit.

Un ordre impérieux partit de Rome l'appelle à Bethléem ;
la route est longue et difficile. Marie se trouve au terme de sa
grossesse ; Joseph prend ses dispositions et part quand même,
sûr qu'il est d'obéir à Dieu.


Faut-il aller à Jérusalem présenter l'Enfant et sa Mère au Temple,
Joseph s'y rend.

Un ange vient lui dire de partir de l'Egypte, il se lève au
milieu de la nuit, prend l'Enfant et sa divine Mère et il part.

Quelques années se sont écoulées dans ce pays idolâtre ;
Hérode est mort et avec lui ceux qui en voulaient à la vie de
l'Enfant ; l'Ange reparaît et ordonne à Joseph de revenir en
son pays. Joseph obéit comme toujours.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#89 Message par InHocSignoVinces » ven. 03 déc. 2021 11:53

Et il faut voir avec quelle perfection il accomplit ce grand
devoir de l'obéissance.
Lorsque l'ange vint lui dire durant la nuit :
Lève-toi, prends l'Enfant et sa Mère et fuis en Egypte,
il ne répondit pas :
Mais c'est la nuit, attendez qu'il soit jour ;
un si long voyage imposé à une mère délicate et à un enfant
si jeune exige des préparatifs, donnez-moi le temps de les faire.
Vous me dites d'aller en Egypte, mais c'est un pays idolâtre ;
les Juifs y sont détestés, souvent même persécutés. Comment,
lui, étranger chez ce peuple, dont il ignore la langue et les coutumes,
pourra-t-il trouver le travail nécessaire au soutien de la Mère et de l'Enfant ?


Joseph ne dit rien de cela ; il ne raisonne pas, il ne fait aucune
objection, il ne demande aucune explication. Le Ciel a parlé
par la voix de l'Ange, cela lui suffit. Il se lève, il prend l'Enfant
et sa Mère, il part et lorsque le soleil se lèvera sur les collines
de Nazareth, la Sainte Famille sera déjà loin sur le chemin qui
mène vers l'Egypte. Et pendent tout le voyage, jamais une
plainte ne s'échappera de ses lèvres ; jamais un murmure
n'effleurera même sa pensée. L'idée qu'il se fait de la volonté
de Dieu entretient dans son cœur une sainte allégresse qui lui ôte
le sentiment de la souffrance.


" Ah ! combien est admirable cette parfaite obéissance de
saint Joseph, s'écrie saint François de Sales. Voyez comme
il a été dans toutes les occasions toujours parfaitement soumis
à la divine volonté. Regardez comme l'Ange le tourne de toutes mains :
il lui dit qu'il faut aller en Egypte et il y va ; il commande qu'il revienne
et il s'en revient ; Dieu veut qu'il soit toujours pauvre et il s'y soumet
volontairement. Ainsi Joseph est l'homme de la volonté de Dieu ;
en toutes choses il ne voit que sa main paternelle, il l'adore, il se
soumet, et il mérite par cette obéissance parfaite de contribuer à
l'accomplissement de la plus grande des œuvres de Dieu : la Rédemption des
hommes. "



***


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2561
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#90 Message par InHocSignoVinces » dim. 05 déc. 2021 16:13

Les hommes, aujourd'hui surtout, ont-ils de l'obéissance la haute idée que doit inspirer cette vertu ? Comment la mettent-ils en pratique ? Quelle est leur fidélité à obéir aux commandements de Dieu leur Père et de l'Eglise leur Mère ? Sont-ils exacts à remplir tous les devoirs de leur état et comment correspondent-ils aux desseins de Dieu sur leur âme et aux inspirations qu'il leur envoie ?

De quelle inconséquence l'homme souvent se rend coupable.
Tout dans la nature obéit à Dieu et l'homme seul se dresse devant
lui et méprise sa volonté. Si les grands de la terre lui donnaient
un ordre, si même ils lui manifestaient un désir, on le verrait ramper
devant eux, esclave de leurs caprices, servile adulateur
de leurs faiblesses, ministre complaisant de leurs injustes volontés !
Mais Dieu parle et l'homme brave sa colère ; Dieu
commande et l'homme défie sa haine ; Dieu désire et l'homme
ne daigne pas l'écouter. Nous voyons donc Dieu vaincu par sa créature
dont il ne peut fléchir la résistance impie ni par la sainteté de ses droits,
ni par la douceur de ses promesses ni par la terreur de ses menaces.


Ne nous montrons donc jamais coupables de telle inconséquence.
Suivons l'exemple de saint Joseph ; ayons à cœur
d'obéir toujours à la volonté de Dieu. Que notre obéissance
soit prompte. On dit qu'obéir promptement c'est obéir deux fois.
Qu'elle soit joyeuse. La Sainte Ecriture dit que Dieu aime ceux
qui donnent joyeusement ; il faut donc donner joyeusement
son obéissance au meilleur des maîtres. Quelle soit amoureuse,
surnaturelle,
toujours faite en vue de plaire à Notre-Seigneur.


Alors non seulement nous ressemblerons à saint Joseph, mais
aussi au Verbe Incarné dont le grand Apôtre a écrit ces mots :
" Il a été obéissant jusqu'à la mort et à la mort de la croix."


Nous devons toujours soumettre notre volonté à celle de Dieu
et toujours voir la volonté de Dieu dans celle de ceux qui sont
ici-bas nos supérieurs légitimes. Ainsi quand l'homme de tout
âge, de toute condition accomplit le commandement de son
maître, c'est à Dieu que va l'obéissance ; c'est alors Dieu qui
doit la bénir et la récompenser.


***


A SUIVRE...

Répondre

Revenir à « Saint Joseph »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité