Neuvaines à Notre Dame

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1958
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Neuvaines à Notre Dame

#11 Message par Laetitia » dim. 20 nov. 2022 18:42


NEUVIÈME JOUR :

Ier point.

Consolatrix afflictorum ; Consolatrice des affligés.
Après votre divin Fils, ô Marie, lui dit saint Germain, qui est-ce qui s'intéresse à nous, qui nous console dans nos afflictions, comme vous ? » « Non, reprend saint Antonin, il n'y a pas de Saint qui prenne part à nos misères autant que la bienheureuse Vierge MARIE. » Comme nos plus grands maux sont les maladies de l’âme, MARIE est spécialement « la fidèle Consolatrice des pécheurs. » Exposons-lui seulement les plaies de notre âme, et MARIE aussitôt nous assistera de ses prières, et nous soulagera. Sa charité n'attend pas même qu'on la sollicite ; « Elle nous prévient, et nous accorde son secours avant même que nous le lui demandions. » Disons-lui donc, avec saint Bonaventure : O MARIE, consolez-nous toujours, mais surtout à l'heure de notre mort; venez alors prendre nos âmes, et présentez-les vous-même à votre Fils qui doit nous juger.

2ème Point.

Auxilium Christianorum ; Secours des Chrétiens.
Secours, dit saint Jean Damascène, toujours prêt à secourir les Chrétiens, et à nous délivrer de tous périls. » L'aide de MARIE est toute-puissante, dit saint Cosme de Jérusalem, pour nous préserver du péché et de l'enfer, « Vous êtes, Ô MARIE, lui disait saint Bernard, une Guerrière invincible ; » vous combattez victorieusement pour vos serviteurs contre les démons qui ne cessent de leur livrer des assauts. C'est pour cela que Marie est appelée, dans les saintes Écritures, « terrible comme une armée rangée en bataille.»
Ah ! puissante Reine, si j'eusse toujours recouru à vous, je n'aurais jamais été vaincu par mes ennemis : mais à l'avenir vous serez ma force ; j'aurai toujours recours à vous dans mes tentations, et par votre secours j'en serai victorieux.

3ème Point.

Regina Martyrum ; Reine des Martyrs.
C'est avec raison que MARIE est appelée Reine des Martyrs, puisque le martyre qu'elle souffrit à la mort de son Fils sur la croix surpassa les tourments de tous les autres Martyrs. « MARIE sa Mère, dit l’Évangile, était auprès de la Croix. » Les mères évitent d'être témoins de la mort de leurs enfants qu'elles ne peuvent secourir ; MARIE, ne l'évite pas, elle ne fuit pas ; au contraire, elle reste constamment auprès de Jésus, et lui voit rendre le dernier soupir. Pendant l'agonie de son Fils, elle offrait au Père éternel la vie de ce divin Fils, pour notre salut; mais en l'offrant, elle éprouve les douleurs de l'agonie, des douleurs même plus grandes que celles de toute autre mort.
O Mère de douleurs, par le mérite des douleurs que vous souffrîtes au pied de la croix, obtenez-moi une véritable contrition de mes péchés, et l'amour de Jésus mon Rédempteur. Par le glaive qui vous perça le Cœur, lorsque vous vites votre cher Fils incliner la tête et expirer, assistez-moi, je vous en prie, à l'heure de ma mort, et obtenez-moi alors le salut éternel, afin que j'aille vous aimer pour toujours dans le Ciel avec votre Fils Jésus.
Ainsi soit-il.

(à suivre)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1958
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Neuvaines à Notre Dame

#12 Message par Laetitia » dim. 20 nov. 2022 18:44


Pour conclure cette neuvaine on peut rajouter le jour de la fête, les méditations suivantes proposées par S. Alphonse :

Le 21 Novembre : pour le jour de la PRÉSENTATION DE LA SAINTE VIERGE.
Le 8 Décembre : pour la fête de l'IMMACULÉE CONCEPTION.
Le 2 Février : pour le jour de la PURIFICATION DE MARIE, ET DE LA PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE.
Le 19 Mars : pour la fête de SAINT JOSEPH.
Le 25 Mars : pour la fête de l'ANNONCIATION DE LA SAINTE VIERGE.
Le 2 Juillet : pour le jour de la VISITATION DE LA SAINTE VIERGE.
Le 15 Août : pour la fête de l'ASSOMPTION DE LA SAINTE VIERGE.
Le 8 Septembre : pour le jour de la NATIVITÉ DE LA SAINTE VIERGE.

(à suivre)
Dernière modification par Laetitia le lun. 21 nov. 2022 18:34, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1958
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Neuvaines à Notre Dame

#13 Message par Laetitia » dim. 20 nov. 2022 18:47


Méditation pour le jour de la PRÉSENTATION DE LA SAINTE VIERGE.
21 Novembre.


Ier point.

MARIE avait à peine trois ans, quand elle pria ses saints Parents de la placer dans le Temple, selon la promesse qu'ils en avaient faite. Le jour marqué pour le départ, la sainte Enfant part de Nazareth avec les auteurs de ses jours saint Joachim et sainte Anne ; une foule d'Anges vient servir de cortège à celle qui est destinée à être la Mère de leur Créateur. Allez, ở Vierge bienheureuse, lui dit saint Germain, allez à la Maison du Seigneur ; allez attendre la venue de l'Esprit-Saint, qui doit vous rendre la Mère du Verbe éternel.


2ème Point.

Arrivée au Temple, MARIE se tourne vers ses parents, se jette à leurs pieds, leur baise les mains, et demande leur bénédiction ; alors, sans plus tarder, et sans plus rien considérer, se détachant tout à fait du monde et de tous les biens qu'il pouvait lui donner, elle monte les marches du Temple, elle s'offre à Dieu, et se consacre entièrement à lui. Dès ce moment, la vie de Marie, dans le Temple, ne fut qu'un exercice continuel d'amour et d'offrande de tout elle-même au Seigneur. Elle croissait à chaque instant en vertu, aidée par la grâce, à laquelle elle s'efforçait continuellement de correspondre de son mieux. C'est ce qu'elle révéla à sainte Élisabeth, en lui disant : « Pensez-vous que j'aie eu la grâce et les vertus sans peine ? Sachez que je n'ai reçu de Dieu aucune grâce qui n'ait été le fruit d'une prière continuelle, d'un désir ardent, de beaucoup de larmes et de pénitence


3ème Point.

MARIE, dans le Temple, ne fut donc occupée qu'à prier. Voyant que le genre humain était sous l'esclavage du démon, et dans l'inimitié et la haine de Dieu, elle priait surtout pour la venue du Messie, et désirait alors d'être la servante de la Vierge bienheureuse qui devait être la Mère de Dieu. O MARIE, sachez que vos prières vont être bientôt exaucées, et que, non-seulement le Fils de Dieu est sur le point de venir pour racheter le monde, mais que vous êtes vous-même cette Vierge bienheureuse choisie pour être la Mère de votre Créateur.

O Vierge chérie de Dieu, très-sainte Enfant, vous priez pour tout le monde, priez aussi pour moi. Vous vous consacrez dès l'âge le plus tendre à l'amour de votre Dieu ; obtenez-moi qu'au moins pendant le reste de mes jours je ne vive que pour Dieu. A votre exemple, je renonce aujourd'hui à toutes les créatures, et je me consacre à l'amour de votre Dieu. Je m'offre aussi à vous, ô ma Reine, pour vous servir à jamais. Recevez-moi pour votre Serviteur spécial, et obtenez-moi la grâce de vous être fidèle, ainsi qu'à votre Fils, afin que je puisse un jour vous louer et vous aimer en paradis pendant toute l'éternité.
Ainsi soit-il.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1958
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Neuvaines à Notre Dame

#14 Message par Laetitia » dim. 20 nov. 2022 21:51


Méditation pour la fête de l'IMMACULÉE CONCEPTION DE LA SAINTE VIERGE.
8 Décembre.


Ier point.

Les trois Personnes divines jugèrent très-convenable de préserver MARIE de la tache originelle : le Père, parce que Marie était sa fille aînée ; car de même que Jésus fut « le premier-né de Dieu ; » de même MARIE, destinée à être la Mère de Jésus, fut toujours considérée comme la première fille adoptive de Dieu, et fut pour cela « toujours possédée de Dieu, » par sa grâce. Ainsi, pour l'honneur du Fils, le Père dut préserver la Mère de toute tache de péché. Un autre motif, c'est qu'il l'avait destinée à écraser la tête du serpent infernal qui avait séduit Eve, ainsi qu'on lit dans l’Écriture Sainte : « Elle t’écrasera la tête ; » il ne pouvait donc pas permettre qu'elle eût été auparavant esclave de ce maudit serpent.
Un autre motif encore, c'est que MARIE étant aussi destinée à être l'Avocate des pécheurs, il convenait que Dieu la préservât du péché, afin qu'elle ne parût pas coupable du même crime que les hommes pour lesquels elle devait intercéder.


2ème Point.

Le Fils jugea très-convenable que MARIE fût immaculée, parce qu'il l'avait lui-même choisie pour sa Mère. Ne serait-il pas incroyable qu’un Fils qui pourrait avoir une Reine pour mère, préférât être le fils d'une esclave ? Or comment pourrait-on croire que le Verbe éternel, pouvant avoir une Mère sans tache et toujours amie de Dieu, l'eût préférée souillée du péché, et ayant été ennemie de Dieu ? Saint Augustin dit de plus : « La chair de Jésus est la chair de MARIE. Le Fils de Dieu aurait eu horreur de s'incarner dans le sein d'une sainte Agnès, d'une sainte Gertrude, d'une sainte Thérèse, parce que ces Vierges, quoique saintes, furent souillées du péché originel avant leur baptême, et que le démon aurait pu leur reprocher qu'il était revêtu d'une chair soumise autrefois à son pouvoir. Mais « il n'eut pas horreur de se faire homme dans le sein de MARIE, parce que cette Vierge fut toujours pure et sans tache. Saint Thomas dit que MARIE fut préservée de tout péché actuel, même véniel, parce qu'autrement elle n'aurait pas été digne Mère de Dieu. Or combien aurait-elle été moins digne de cette qualité, si elle eût été tachée du péché originel, qui rend l’âme odieuse à Dieu ?


3ème Point.

Enfin l'Esprit-Saint jugea très-convenable que MARIE, son Épouse la plus chérie, fût immaculée. Comme les hommes pécheurs devaient être rachetés, il voulut que son Épouse fût rachetée d'une manière plus noble, en la préservant de tout péché. Puisque Dieu a préservé de la corruption le corps de MARIE après sa mort, à plus forte raison devons-nous croire qu'il préserva son âme de toute corruption du péché. Si donc le divin Époux l'appela « Jardin fermé, Fontaine scellée ; » ce fut parce que les ennemis n'entrèrent jamais dans son âme bienheureuse. Aussi la glorifie-t-il en l'appelant « toute belle, toute pure, et la bien-aimée de son Cœur ? » 0 MARIE, je me réjouis de vous voir si chérie de votre Dieu pour votre pureté et votre beauté. Je rends grâce à Dieu de vous avoir préservée de toute tache de péché. Ah ! Aimable Reine, puisque vous êtes tant aimée de la très-sainte Trinité, ne dédaignez pas de jeter les yeux sur mon âme souillée de tant de péchés, pour m'obtenir de Dieu mon pardon et le salut éternel. Jetez sur moi un de vos regards, et convertissez-moi. Par votre douceur vous vous êtes attirée l'amour de tant de cœurs ; gagnez encore le mien, afin que dorénavant je n'aime que Dieu et vous. Vous savez que j'ai mis en vous toutes mes espérances, ne m'abandonnez pas. Assistez-moi toujours par votre intercession durant ma vie, et surtout à l'heure de ma mort. Faites que je meure en vous invoquant et en vous aimant, et que je puisse vous aimer éternellement en paradis.
Ainsi soit-il.


Répondre

Revenir à « La prière (en soi, orale, mentale, liturgique) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité