Question sur Héb. 2:14

Message
Auteur
chartreux
Messages : 1155
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Question sur Héb. 2:14

#1 Message par chartreux » lun. 18 nov. 2019 10:56

Héb. 2:14 a écrit : quia ergo pueri communicaverunt sanguini et carni et ipse similiter participavit hisdem ut per mortem destrueret eum qui habebat mortis imperium id est diabolum

Puis donc que les enfants ont en partage la chair et le sang, il[NSJC] y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il détruisît celui qui avait l'empire de la mort, c'est-à-dire le diable

Il n'est pas tout-à-fait évident de comprendre comment en "entrant" dans la mort, NSJC a détruit celui qui avait l'empire de la mort.
Par une analogie un peu naïve sans doute, c'est comme si la mort était une "propriété" que NSJC a "envahi" et "récupéré" ?
Quelqu'un pourrait-il m'indiquer des commentaires plus traditionnels sur ce passage, des Pères ou autres, propres à m'éclairer ?

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3029
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Question sur Héb. 2:14

#2 Message par Abbé Zins » mar. 19 nov. 2019 18:45

chartreux a écrit :
lun. 18 nov. 2019 10:56
Héb. 2:14 a écrit : quia ergo pueri communicaverunt sanguini et carni et ipse similiter participavit hisdem ut per mortem destrueret eum qui habebat mortis imperium id est diabolum

Puis donc que les enfants ont en partage la chair et le sang, il[NSJC] y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il détruisît celui qui avait l'empire de la mort, c'est-à-dire le diable

Il n'est pas tout-à-fait évident de comprendre comment en "entrant" dans la mort, NSJC a détruit celui qui avait l'empire de la mort.
Par une analogie un peu naïve sans doute, c'est comme si la mort était une "propriété" que NSJC a "envahi" et "récupéré" ?
Quelqu'un pourrait-il m'indiquer des commentaires plus traditionnels sur ce passage, des Pères ou autres, propres à m'éclairer ?

Cela convenait du côté 1̊ de Dieu, 2̊ de nous, 3̊ du diable.

Commençons par le plus bas pour remonter au plus haut.


« L’orgueil est la racine de tout péché.» (Ecclésiastique 10,15)

Et Lucifer, de magnifique Ange, est devenu le Prince des orgueilleux, lui qui avait cru pouvoir dire impunément :

« Je ne servirai pas » (Jer. 2,20), « Je serai l’égal du Très-Haut » (Is. 14,14), est tombé en son « orgueil au plus bas des Enfers » (Is. 14,11).


Il convenait donc tout particulièrement au rabaissement et à l’humiliation de son orgueil que Satan soit vaincu par un être « paulo minus ab Angelis » (Ps. 8,6),

par le Verbe Incarné ayant assumé une nature humaine, donc inférieure à la nature angélique.


Cela convenait aussi doublement aux humains, entraînés par le diable en sa chute au moyen du même orgueil : « Vous serez comme des dieux » (Gen. 3,5),

en vue de les guérir par un tel exemple d’humilité,

et en sorte que leur nature meurtrie et condamnée à la mort en soit délivrée d’une manière qui soit plus digne pour elle,

en l’étant par quelqu’un qui Se soit fait et soit l’un d’entre eux.


La délivrance de la mort spirituelle étant opérée par l’application des mérites infinis du Divin Rédempteur par la grâce,

et celle de la mort corporelle par Sa glorieuse Résurrection, modèle et prémice de la nôtre.


Cela convenait enfin au Dieu Tout-Puissant, infiniment Bon et Aimable, au Créateur auquel toutes les créatures doivent d’être, et d’être ce qu’elles sont chacune,

afin de manifester par là Son incommensurable Charité, puisqu’ « il n’ya pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime » (Jn. 15,13),

ceci d’égal à égal,

car le Verbe en a donné une en soi bien plus grande encore,

en « S’étant comme anéanti en prenant notre nature » (Phil. 2,7), en Se faisant l’un de nous,

Lui l’Eternel entrant ainsi dans le temps, l’Infini se faisant tout petit enfant,

le Tout-Puissant Se laissant saisir, frapper, condamner et mettre à mort pour nous sauver et racheter de « la mort seconde » (Apoc. 30,6,14).

chartreux
Messages : 1155
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Question sur Héb. 2:14

#3 Message par chartreux » mer. 20 nov. 2019 12:05

Merci pour ces explications M. l'abbé. Explications qui sont d'ailleurs confirmées en tout point (bien que vous ne serez sans doute pas porté à approuver ce genre de confirmation) dans le récit que fait Marie d'Agréda de le Passion, où entre autres par un dessein particulier de la providence le démon ne réalise que trop tard que la mise à mort du Sauveur va conduire son empire à la ruine, et tente en vain, pendant les dernières heures précédant la mort de NSJC, d'arrêter l'enchaînement d'événements qu'il a lui-même suscité.

JCL
Messages : 185
Inscription : mar. 13 sept. 2016 20:04

Re: Question sur Héb. 2:14

#4 Message par JCL » mer. 20 nov. 2019 20:56

Dans quel sens Satan a "l'empire de la mort"?
En quoi consiste cet empire?

chartreux
Messages : 1155
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Question sur Héb. 2:14

#5 Message par chartreux » jeu. 21 nov. 2019 11:11

JCL a écrit :
mer. 20 nov. 2019 20:56
Dans quel sens Satan a "l'empire de la mort"?
En quoi consiste cet empire?
La mort, entendue en son sens le plus général de destruction ou même d'anéantissement, a à la fois des aspects négatifs (caractère terrifiant, inconnaissable, opposé aux aspirations des individuelles), et des aspects positifs (sacrifice, expiation, justice).

Suivant le point de vue catholique, avant la Passion l'aspect négatif dominait (cruauté des jeux du cirque, coût en vies de la Pax Romana, etc), tandis que c'est le contraire après la Passion (gloire et fertilité du martyre, sacrifice perpétuel de la messe etc).

Ainsi, en quelque sorte, la mort "passe" des mains du démon à celles de Dieu.

Bien entendu, tout ce que je viens de dire à un niveau simplement "matériel" est mille fois plus vrai sur un plan spirituel.

Le terme d'empire ne devrait pas poser de difficulté, puisque la taille de ce dont il s'agit justifie bien le mot ; cela concerne en effet tous les descendants d'Adam, concernés par le péché originel.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3029
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Question sur Héb. 2:14

#6 Message par Abbé Zins » jeu. 21 nov. 2019 17:29

JCL a écrit :
mer. 20 nov. 2019 20:56
Dans quel sens Satan a "l'empire de la mort"?
En quoi consiste cet empire?


- Dans quel sens Satan a "l'empire de la mort" ?

- En tant que c’est lui qui y a entraîné tous les autres, et qu'il en a le dominium.


- En quoi consiste cet empire ?

- Dans les Enfers, y compris les Limbes Patriarcales et le Purgatoire.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1431
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Question sur Héb. 2:14

#7 Message par Laetitia » lun. 25 nov. 2019 15:02

chartreux a écrit :
lun. 18 nov. 2019 10:56
Héb. 2:14 a écrit : quia ergo pueri communicaverunt sanguini et carni et ipse similiter participavit hisdem ut per mortem destrueret eum qui habebat mortis imperium id est diabolum

Puis donc que les enfants ont en partage la chair et le sang, il[NSJC] y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il détruisît celui qui avait l'empire de la mort, c'est-à-dire le diable
...
Quelqu'un pourrait-il m'indiquer des commentaires plus traditionnels sur ce passage, des Pères ou autres, propres à m'éclairer ?
Le commentaire de Cornélius a Lapide devrait vous satisfaire.
JCL a écrit :
mer. 20 nov. 2019 20:56
Dans quel sens Satan a "l'empire de la mort"?
En quoi consiste cet empire?
Ce qu'en dit Cornélius a Lapide développe avantageusement la réponse de monsieur l'Abbé :
Ut per mortem destrueret eum qui habebat mortis imperium....

Nota, diabolum habuisse mortis imperium non eo modo, quo rex et princeps dicitur in suos habere imperium, sed eo modo quo tyrannus, aut potius eo modo quo carnifex habet imperium in eos qui morti adjudicati, et suæ potestati ac manibus traditi sunt : diabolus enim in homines nullum unquam habuit jus aut legitimum dominium et imperium, sed tantum homines peccantes a justo judice Deo suae potestati traditos, quasi carnifex, exagitat et morte mulctat.

Dicitur ergo diabolus habere imperium mortis, quia homines impellit in peccatum, et consequenter in mortem. Quod ipse unice cupit, optat et gaudet, eosque qui mortui sunt et damnati, in morte et damnatione perpetua tenet, eisque praesidet et imperat.
dont voici un essai de traduction :
Il faut noter qu'il est dit que le diable avait l'empire de la mort non comme un roi et prince qui a l'empire sur les siens, mais comme un tyran, ou plus encore comme un bourreau qui a l'empire sur ceux qui sont condamnés à mort et sont abandonnés à son pouvoir et entre ses mains : en effet, le diable n'a sur les hommes aucun droit ni dominium(*) légitime, ni empire, mais seulement comme un bourreau, il tourmente et inflige la mort aux hommes pécheurs que la juste justice de Dieu a traduit en son pouvoir.

Il est donc dit que le diable a l'empire sur la mort, parce qu'il pousse les hommes au péché et en conséquence à la mort. C'est cela uniquement qu'il désire, espère et dont il se réjouit, et ceux qui sont morts et damnés, il les tient dans la mort et la damnation éternelle, et il les commande et les a sous son pouvoir.
Précision sur la notion de dominium(*) :
  Maurice Barbier dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques a écrit : Pouvoir et propriété chez Thomas D'aquin : la notion de dominium
[...]
Dans le latin classique, ce terme signifie propriété ou droit de propriété, mais il n’a presque jamais ce sens au Moyen Âge (il ne faut donc pas le traduire par propriété). Dans la langue médiévale, il désigne plus largement le fait d’être maître (dominus) de quelqu’un ou de quelque chose. Chez saint Thomas, il équivaut pratiquement au pouvoir sur les personnes ou à la possession des choses, mais non à la propriété au sens strict.

Répondre

Revenir à « Questions et demandes »