LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#1 Message par InHocSignoVinces » dim. 16 juin 2019 12:37

*Merci beaucoup à Monique pour la traduction
LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. LUIGI VILLA


"Le pouvoir du Pape n'est pas illimité :
non seulement il ne peut rien changer
dans ce qui est de l'institution divine
(p. ex. abolir la juridiction épiscopale),
mais, mis à construire et non à détruire,
est lié par la loi naturelle
de ne pas jeter la confusion dans le troupeau du Christ."


(Cf. Diet. de Th. Cath. t. 11, cell. 2039-40)

À SUIVRE...
ImageImage
Sac. Dr. théologien Don Luigi Villa, membre des Services Secrets du Vatican

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#2 Message par InHocSignoVinces » sam. 22 juin 2019 17:30

"Il n'a pas toujours été question de dire d'une manière quelque peu simpliste : où est le Pape, il y a l'Église : il faut lui obéir sans condition même sur le terrain où il n'est pas infaillible. Cette solution est la plus simple et la plus confortable. En réalité, cependant, lorsque le Pape aborde des questions réformables (c'est le cas de la pastorale et donc de la "pastorale" de Vatican II), même si, avec un Concile, il ne peut pas s'engager et n'engage en fait pas la plénitude de son autorité suprême. Il n'est donc pas (en cette circonstance) pape dans le plein sens que l'on entend dans la formule "Ubi Petrus, Ibi Ecclesia", où Pierre est, il y a l'Église. Dans les moments de calme et de sérénité, ce que nous avons dit n'a pas posé de problème particulier. Ce n'est pas le cas en temps de crise. On peut donc parfaitement concevoir, à certains moments difficiles, que tel ou tel catholique particulièrement clairvoyant, comme saint Athanase à l'époque de l'Arianisme, se sépare des choix officiels faits par la majorité de la hiérarchie (...). Cela ne signifie pas du tout que l'on soit séparé de l'Église ou même de la communion avec la papauté, dans le sens le plus mystérieux et le plus profond du terme, même si, dans un cas particulier, un pape a décrété le contraire et prononcé l'excommunication".

(Card. Journet - cité dans "L’obéissance dans l’Église" de Lucien Meroz, éd. Martin Gay)

À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#3 Message par InHocSignoVinces » lun. 24 juin 2019 21:41

PROLOGUE


Ce n’est certainement pas le lieu de rédiger un rapport complet sur Vatican II, car cela transcenderait les limites de ce livre.

Il suffira de retracer les thèmes principaux révélant la "mens" (la mentalité, l'esprit) de ce prétendu Concile 1, dont les "documents" ont paru, parmi bien d’autres, comme un compromis ou même une rupture avec le passé.

Dans cette perspective, Vatican II a clairement marqué un tournant dans l'histoire de l'Église, clôturant presque une époque pour en ouvrir une autre, différente.

Certes, il y a eu des Conciles -des espèces médiévales- qui n'ont pas eu un impact profond sur l'histoire du Christianisme. D'autres, en revanche, ont formé leur propre cycle historique, réaffirmant des principes déjà formulés précédemment, mais en étendant leurs applications. Il en fut ainsi avec les "Tridentins", qui non seulement donnèrent une réponse claire aux hérésies protestantes, mais marquèrent aussi profondément la sortie de l’Église de la très grave crise qu'elle traversait, et tracèrent les traits essentiels de la vie ecclésiale, tant dans le dogme que dans la discipline et dans le travail pastoral. Elle a duré jusqu'à la veille de Vatican II, qui voulait se ressaisir, mais commencer un nouveau parcours dans l'histoire de l'Église, survolant le passé pour s'ouvrir à l'évolution contingente de l'humanité, dicter de nouvelles orientations dogmatiques, disciplinaires et pastorales, jusqu'au scandale !

En fait, ce ne sont pas quelques évêques de Vatican II qui ont été surpris, qui ont résisté et qui se sont battus, même au Concile, précisément parce qu'ils étaient scandalisés ! L'évêque de Sion (Suisse), par exemple, Son Excellence Mgr Adam, ne s'est rendu au Concile que pour la première session, car il ne voulait plus y mettre les pieds ! Et combien d'autres prélats, tout en restant dans la salle du Concile, y ont assisté, enfermés en eux-mêmes, et beaucoup d'entre eux sont morts de douleur, parce que bouleversés par le renversement qui a eu lieu de tout ce qui, auparavant, était leur vie, leur apostolat, le ministère sacerdotal et épiscopal, alors qu'ils le voyaient maintenant renversé par les dirigeants qui avaient déjà été mis de côté par le grand Pie XII, alors qu'ils les voyaient maintenant revenir même comme "experts" au Concile par la volonté de l'improvisateur, le Pape Jean XXIII !

1 Cf. "Concile Vatican II - D'où vous venez et où cela nous mène '', par Carlo Alberto Agnoli, aux Edizioni Civiltà, Brescia, via G. Galilei 121. Le "Proemio" (de la souscription) précise la note théologique, ou qualification, à attribuer aux documents et à ce Vatican II la valeur qui leur appartient, malgré les efforts qui sont encore faits pour lui donner une importance qu'il ne possède pas et qu'il ne peut prétendre, absolument, sous quelque titre !

A SUIVRE...
Image
Image

Roncalli et Montini, fils damnés de Satan, soyez anathème pour les siècles des siècles !

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#4 Message par InHocSignoVinces » sam. 29 juin 2019 18:24

Ces allusions de "faits", qui se sont produits au début de ce Concile inopportun, voulu par les modernistes pour faire leur révolution, m'ont rappelé une page des "Fiancées" (chap. XXXVI) dans laquelle nous lisons "Oui, Lucie, tu as raison d'invoquer Notre Dame (...) (mais) tu veux croire qu'elle t'a aidé alors, pour nous laisser trompés plus tard ?".

C'est vrai. Elle s'applique aussi à notre jugement sur Vatican II, dont nous pouvons nous demander : "Avant Vatican II, il y avait le Seigneur, sa Révélation, le Magistère suprême des vingt siècles qui ont précédé ce Vatican II et les "Pères" qui l'ont conduit, les "Mystères" !... mais, maintenant, si l'on découvre qu'ils proposent "aberraverunt miserrime, in quibusdam, vel etiam in pluribus, in rebus Fidei, in contemptum doctrinae TRADITIONIS INFALLIBILIS",.. Il ne m'est plus permis de me taire, et personne ne peut m'empêcher de parler, d'élever la voix (au nom de tant d'autres !), presque pour nous faire oublier le "DROIT DE DIEU", qui vient en premier "cuiuscumque dignitatis et gradus" ! Et ne me dites pas que vous devez vous "méfier de vous-même", parce que cela ne peut être valable que si vous ajoutez une "méfiance insouciante", ce qui ne peut être le cas lorsque vous faites référence à la DOCTRINE du MAGISTÈRE INFAILLIBLE de la TRADITION, comme moi, puis aux textes de Vatican II et les DOCUMENTS de son exécution, dans lequel j'ai découvert certains textes qui contrastent clairement avec ceux de la Tradition infaillible par des définitions dogmatiques, parce que nous devrions dire que Jésus-Christ a parlé en vain quand il nous a appris à distinguer les "faux prophètes" des "bons", en disant : "Assister à une prophétie falsis... un fructibus eorum eorum cognoscetis eos" (Mt 7, 15)... et aussi l'apôtre saint Paul (en 2.a Tim. III, 1-9) nous aurait en vain dénoncés "falsorum doctorum pravitatem" avec des paroles brûlantes :

"Hoc autem scito, quod in novissimis diebus INSTABUNT TEMPORA PERICULOSA: erunt homines seipsos amantes, cupidi, elati, superbi, blasphemi..., ingrati, scelesti, sine affectione, sine pace, criminatores, incontinentes, proditores, protervi, tumidi, et voluptatum amatores magis quam Dei,.. habentes speciem quidem pietatis,.. virtutem autem eius abnegantes" "Hos devita!.. semper discentes... et numquam resistunt veritati... homines corrupti mente, reprobi circa fidem, sed ultra non proficiente insipientia enim eorum manifesta erit omnibus hominibus..." 2.

« Mais sachez ceci, que dans les derniers jours des temps périlleux sont avares, orgueilleux, arrogants, ... abusifs, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs impitoyables, incontinent, traîtres, téméraires, vaniteux, le plaisir plus que Dieu .. ayant une forme de piété, mais reniant la puissance .. « » éviter! .. toujours apprendre ... et ne jamais s'y opposer ... les hommes d'esprits corrompus, réprouvés quant à la foi, mais aucun progrès folie sera simple à toute l'humanité ... « 2.
2 Cf. ad Timotheum secunda, III, 1-9 (traduction anglaise : "You must know that in recent times difficult times will arise. Les hommes seront égoïstes, sombres, vantards, fiers, blasphématoires, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges, sans cœur, déloyaux, diffamatoires, inopportuns, inopportuns, intraitables, ennemis du bien, traîtres, effrontés, aveugles d'orgueil, attachés au plaisir plus qu'à Dieu, avec une apparence de clémence, bien qu'ils aient refusé la substance. Méfiez-vous d'eux... qui apprennent toujours, sans jamais parvenir à la connaissance de la vérité... des hommes avec un esprit corrompu..... Leur ignorance se manifestera à tous...")
À SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#5 Message par InHocSignoVinces » jeu. 04 juil. 2019 11:14

Et encore une fois, en vain, l'Apôtre aurait ajouté pour nous avertir : "Erit enim tempus cum sanam doctrinam non sustinebunt, sed ad sua desideria coacervabunt sibi magistros.... C'est un grand plaisir pour nous de pouvoir faire cet audit, et de pouvoir le faire, de nous convertir" 3.

Même en vain, saint Jude Thaddeus, dans son Épître, nous aurait écrit :

"...nubes sine aqua...quae a ventis circumferentur, arbores autumnales infructuosae ! Bis mortuae, eradicatus, fluctus feri mari maris despumantes suas confusiones, sidera errantia : quibus procella tenebrarum servata est in aeternum" .... « ! ... l'eau des nuages ​​... qui est par les vents, d'automne sans résultat deux fois vagues morts, déracinés de la mer, l'écume de leur propre honte, des étoiles errantes, à qui est réservé l'obscurité des ténèbres pour toujours » 4.

Après ce répertoire d'inspiration divine, qui nous met sur qui s'y rend et nous encourage à étudier les "faits" pour en comprendre le bon ou le mauvais contenu, il m'est plus que légitime de souligner ces "textes" de Vatican II et ceux d'exécution post-conciliaire, précisément parce que ce sont des "faits" incontournables que personne, quoique éminent, ne peut me donner une leçon de théologie dogmatique, si elles ne sont pas dans le domaine public. Parce que, d'abord, ils doivent indiquer les "raisons" de la vérité, puis indiquer l'évidence théologique de la "condamnation" des erreurs qui contrastent avec ces vérités.

Il ne faut pas non plus me dire que "l'Esprit-Saint assiste toujours son Église" (principe juste et incontestable !), mais n'oublions pas qu'à l'Esprit-Saint, et en général à Sa Divine Grâce, l'homme, quel que soit son degré et sa dignité, peut toujours résister et se rendre vain, tant par malice que pour l'abus de "liberté". Et c'est là aussi un principe dogmatique non moins incontestable !... Pour le prouver, il suffit de rappeler le premier " Pierre " qui, bien qu'élu par Jésus Lui-même comme son successeur-Vicaire (" Sur cette pierre je bâtirai mon église " 5), s'est également vu reproché par " Paulus Apostolus " qui "réstitit in faciem (eius)... Quia reprehensibilis esrat "... 6 et pour des causes bien moins graves que les circonstances actuelles... Et je peux aussi citer ce grand évêque, saint Athanase, qui a dû résister à un autre pape, Honorius Ier, qui s'est infligé une condamnation posthume du Concile VI Constantinople (680), ratifié ensuite par Léo II et par les grands Conciles œcuméniques.

Et saint Augustin n'avait-il pas aussi des épiscopats entiers contre lui ? Et il sera aussi bon de rappeler que l'épiscopat anglais du XVIe siècle, cédant à l'archevêque apostat Crammer, traîné dans l'hérésie et même détruit la Hiérarchie (pour l'invalidité des ordinations !), puis toute la nation et tout le clergé, malgré le fait que l'Esprit-Saint, pour sa part, n'avait cessé d'assister son Église ?


3 Cf. II ad Tit IV, 3-4 (traduction anglaise : "Un jour viendra, en effet, où nous ne porterons plus la saine doctrine, mais, pour la démangeaison d'entendre quelque chose, les hommes s'entoureront de maîtres selon leurs désirs, refusant d'écouter la vérité pour se tourner vers les contes de fées...".

4 Cf. lettre de Judas, 12-13 (traduction anglaise : ".... nuages sans eau battus par les vents, arbres d'automne sans fruits, deux fois morts, déracinés ; vagues sauvages de la mer, moussant leur laideur ; étoiles errantes, auxquelles le calice des ténèbres est à jamais réservé".

5 Cf. Mt 16, 19.

6 Cf. Gal. 2. 11.

À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#6 Message par InHocSignoVinces » ven. 05 juil. 2019 12:36

Cependant, très peu de gens savent que tout le millénaire qui vient de commencer a été défini par l'écrivain et historien anglais Robert Conquest, " le siècle des idées meurtrières " 7, qui s'est révélé fallacieux et décevant, après avoir bouleversé d'innombrables esprits, des mouvements entiers et de nombreux pays.

Maintenant, le but de mon troisième livre sur Paul VI est aussi de montrer comment ce Pontificat a pu changer la même physionomie intérieure de l'Église catholique. Nous le testerons, chapitre par chapitre, non pas sur la base de jugements "a posteriori" ou de conceptions a priori, mais sur des bases solides de notions et de pensées élaborées avec attention et soin. Comme preuve, ces considérations et nos concepts que nous présenterons dans le livre, peuvent être placés côte à côte avec un groupe bien développé d'auteurs, de penseurs et d'écrivains faisant autorité sur les mêmes thèmes que ceux que nous abordons. Le lecteur peut donc le vérifier par lui-même, en utilisant la bibliographie complète que nous avons ajoutée à la fin du livre, bien que, bien sûr, ne peut pas être la connaissance totale sur les différents sujets couverts.

Certainement, certains pourraient même objecter que Nous, en décrivant la divergence flagrante entre les "deux Églises", avant et après Paul VI, n'avons pas donné suffisamment de place aux nombreuses lacunes, défauts et promesses non réalisées de son Pontificat révolutionnaire. Mais nous avons voulu cacher ces aspects négatifs précisément parce que nous avons préféré souligner les forces de ce tournant ecclésial qui continue à démanteler toute la Tradition - presque avec une obsession meurtrière - afin qu'elle ne puisse plus se régénérer !

Ce nouveau livre se veut donc un avertissement de plus - même s'il suscite d'autres mécontentements - pour tenter d'arrêter cette "nouvelle Église Montinienne" déjà au bord du précipice, qui nous rappelle celle décrite dans l'Apocalypse, même si - comme le passé le montre - être trop optimiste est plus ou moins inutile !

Bien que nous sachions qu'il y a encore devant nous des menaces et des silences éloquents, nous savons aussi qu'il y a des occasions que nous essaierons d'utiliser, afin que cette pauvre barque de Pierre, maladroite dans de nombreuses roches, puisse continuer vers sa destination, par une autre récupération providentielle vers ce "nouveau monde" voulu par son Créateur et par son Fils Jésus-Christ, SEUL RÉDEMPTEUR ET SAUVEUR !


7 Cf. Robert Conquest, "Réflexions sur un siècle ravagé", Arnoldo Mondadori Edition-Milan.

A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#7 Message par InHocSignoVinces » lun. 08 juil. 2019 17:55

"Si le scandale vient de la vérité, nous devons le supporter plutôt que d'abandonner la vérité." (Saint Grégoire-Homyl. VII en tchèque.)

"La vérité engendre la haine et mène donc à la potence. (Extrait du sermon : "In cathedra Sancti petri" de Saint Antoine de Padoue)

"Les problèmes de la foi doivent être placés avant tous les autres, car la foi est la substance et le fondement de la religion chrétienne. (Saint Pie V)

"Deviendrais-je votre ennemi en vous disant la vérité ?" (Saint Paul, aux Galates, 4, 16)





INTRODUCTION


A la fin de Vatican II, il y avait cette "nouvelle Église" que Mgr Benelli lui-même appelait "Église conciliaire", une sorte de "corps étrange", c'est-à-dire dans la vraie Église catholique.

C'est pourquoi, dans l'Église actuelle, tout est reconstruit à neuf : rien n'est resté intact, parce que ce qui existait auparavant a été remplacé par le "nouveau" : nouveau rite de la Messe ; nouveau Rituel des Sacrements ; nouvelle Bible (non plus celle de la Vulgate, mais une traduction œcuménique) ; nouveau Catéchisme ; nouveau Droit canonique ; nouvelles formes de piété ; nouvelles traductions, etc.

Même si, comme une vue à vol d'oiseau, nous verrons, en résumé, ce renversement, voulu et imposé par Vatican II.

Mais Vatican II n'était-il pas aussi une "nouveauté" ? La preuve en est d'abord apportée par les "déclarations" de ses exécuteurs testamentaires, comme le Père dominicain Congar, déjà condamné par Pie XII, mais inséré ensuite, comme "expert", dans le Concile (comme le fut aussi le Père De Lubac, et d'autres !) par Jean XXIII, qui les fit, alors même "cardinaux" !

A SUIVRE...
Image

...Mgr Benelli lui-même appelait "Église conciliaire", une sorte de "corps étrange", c'est-à-dire dans la vraie Église catholique.

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: LA "NOUVELLE ÉGLISE" DE PAUL VI - sac. Luigi Villa

#8 Message par InHocSignoVinces » sam. 13 juil. 2019 18:45

C'est ce que le père Congar a déclaré :

"Nous sommes passés de la contre-réforme à l'œcuménisme." 1

Et en parlant de "collégialité", il a dit :

"L’Église a pacifiquement fait sa révolution d'Octobre". 2 En fait, le Concile devait dire que c'était "1789 dans l'Église..." ! 3 Et il a dit de l'Église que "Lumen Gentium" a abandonné la thèse que l'Église catholique est l'Église d'une manière exclusive". 4

C'est une affirmation sérieuse, parce que la "thèse" de l'unité de l'Église du Christ est encore essentielle. Il n'y a, en effet, qu'une seule Église catholique, et appartenir à cette seule Église est encore indispensable pour se sauver soi-même ! Au contraire, l'"Église conciliaire" a abandonné la "thèse dogmatique" de tous les temps, selon laquelle l'Église catholique est "Église" de manière exclusive, de sorte que les autres chrétiens ne peuvent être appelés "membres" du Corps du Christ, mais seulement "ordonnés" à ce Corps.

Toujours au sujet du problème de la "liberté religieuse", le père Congar a déclaré : "On ne peut nier que la "Déclaration sur la "liberté religieuse" dit quelque chose de matériellement différent du "Syllabus" de 1864, et même presque l'inverse".

Et dans le livre d'Eric Vatré, "A la droite du Père", il ajoute :

"A la demande du pape, j'ai collaboré aux derniers paragraphes de la déclaration sur la liberté religieuse : Il s'agissait de montrer comment le thème de la liberté religieuse est déjà apparu dans l'Écriture ; au contraire, il n'est pas là !''5

C'est une déclaration claire ! En fait, dans les Saintes Écritures, il n'y a pas de "pas" qui serve de base à la thèse débridée sur la "liberté religieuse" de Vatican II!....

Et toujours en ce qui concerne Vatican II en général, dit-il :

"Il est clair que le Décret sur l'œcuménisme, sur de nombreux points, parle différemment de l'encyclique de Pie XI "Mortalium animos". L'Église de Vatican II, avec sa Déclaration sur la "liberté religieuse" et sa Constitution pastorale "Gaudium et spes", sur l'Église et le monde d'aujourd'hui, s'est ouvertement situé dans le monde pluraliste d'aujourd'hui, et, sans nier ce qu'elle a eu de qui l'aurait maintenue ancrée au Moyen Âge. Vous ne pouvez pas rester immobile à un moment de l'histoire.'' 6

C'est une autre affirmation indiscutable : l'Église d'aujourd'hui a profondément changé d'avis !

A SUIVRE...

1 Cfr. I.C.I. 15 settembre 1964, p. 1.
2 Cfr. "Le Concile au jour le jour", 2º sessione, p. 115.
3 Cfr. "1789 dans l'Eglise", citato in "Savoir et servir", n. 57, p. 24.
4 Cfr. "Essais oecumèniques", p. 216.
5 Cfr. Eric Vatré, "A la droite du Père", p. 118.
6 Cfr. "Essais oecumèniques", p. 85 e "La crise..." citt., p. 54.


Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »