L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

Répondre
Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#1 Message par InHocSignoVinces » sam. 15 juin 2019 15:54

*Un grand merci à Monique pour la traduction
L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns


L'Église Fantôme de Rome
Comment les néo-modernistes ont corrompu l'Église pour établir le royaume de l'Antichrist




Définition du fantôme

Webster's Seventh Collegiate Dictionary, 1941
1a. Obs...Illusion b. Une illusion ...3. Quelque chose en apparence
mais pas dans la réalité

Merriam-Webster en ligne
1a. Quelque chose d'apparent à ressentir mais qui n'a pas d'existence substantielle
1c. - Un objet de peur ou d’horreur continuelle
https://www.merriam-webster.com/dictionary/phantom

Synonymes, Thésauras de Roget, 1942

"L'homme qui tient compte des visions mensongères est comme celui qui s'accroche à l'ombre des cendres, et qui suit le vent." - Ecclésiastique 34 : 2

L'auteur désavoue explicitement tout ce qui est énoncé dans cet
ouvrage et qui pourrait involontairement s'opposer aux
doctrines de l'Église Une, Sainte, Catholique, Apostolique et
Romaine. Cette œuvre dans son intégralité est humblement
soumise au futur Souverain Pontife romain, élu canoniquement.
L'auteur jure de se conformer à son jugement concernant tout
ce qui est écrit ici si Notre-Seigneur, dans sa sagesse et sa
miséricorde, juge bon de nous en fournir un.


À SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#2 Message par InHocSignoVinces » ven. 21 juin 2019 20:39

Dédiée au Christ-Roi et à l'Immaculée Conception,
Marie Très Sainte, Patronne d'Amérique et
vainqueur de toutes les hérésies.



PRÉFACE

Ce livre est une compilation d'une vie d'études qui a commencé
dans les années 1980 et qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui.
S'il avait été écrit il y a quatre ans, les preuves présentées
auraient été tout aussi convaincantes, mais la preuve de l'affaire
serait demeurée largement circonstancielle. Grâce à la
publication d'une œuvre monumentale de David Wemhoff, publiée
en 2015, le paysage a radicalement changé. Les preuves sont
arrivées, et c'est époustouflant. En fait, cela se reflète dans les
manchettes d'aujourd'hui, alors que les médias libéraux
continuent de diffuser encore plus de propagande, tout comme ils
l'ont fait depuis plus de 100 ans. Si les catholiques et les hommes
de bonne volonté craignant Dieu connaissaient seulement le rôle
que les médias - sans parler du gouvernement américain - ont
joué dans la manipulation des nouvelles et la destruction de
l'Église, ils auraient de la difficulté à le croire. Et même s'ils
réussissaient à le croire, ils ne pourraient toujours pas en tirer les
énormes conséquences théologiques qui se sont succédé sans
relâche autour de nous au cours des cinq dernières décennies de
notre existence. Le but de ce livre est de faire ressortir ces
conséquences et de montrer comment nous en sommes arrivés là
où nous en sommes aujourd'hui et où nous allons maintenant.

Le travail de Wemhoff, John Courtney Murray, Time/Life, et la
Proposition américaine : Comment la C.I.A.'s Le programme de
guerre doctrinale a changé l'Église catholique est la
documentation détaillée
, tirée en grande partie de documents
déclassifiés, de la façon dont le gouvernement américain a
cherché à infiltrer, renverser et assujettir l'Église catholique - et
d'autres églises chrétiennes plus orthodoxes - en utilisant la
religion comme un moyen pour bâtir un empire sous le couvert
de la lutte au communisme. Comme l'explique Wemhoff, il
s'agissait d'une intense campagne psychologique mobilisant la
presse écrite et audiovisuelle - employant des fonctionnaires, des
professeurs, des prêtres, des ministres et des chefs d'entreprise
américains - pour faire croire que l’Église avait abandonné Sa
condamnation de l'américanisme comme hérésie. Il y a eu
infiltration active et subversion. Cette guerre totale a été
déclarée afin de contraindre les catholiques du monde entier à
adopter la conception américaniste de la liberté religieuse. En
fait, c'est cette campagne très longue qui a ouvert la voie à la
modernisation de l'Église, menée en grande partie par son
propre clergé et par des membres libéraux du laïcat instruit.

Ceux qui vivaient dans les années 1940-1950 devaient savoir
qu'il y avait une guerre idéologique en cours, même s'ils
n'étaient que le genre de catholiques qui faisaient rarement plus
que assister à la messe de dimanche. C'était dans l'air, et les
publications de cette époque en témoignent clairement. Mais en
fin de compte, on ne peut leur reprocher entièrement de ne pas
être en mesure de le cerner ou de lui résister efficacement.
Quand un service de renseignement entreprend de mener
délibérément une guerre psychologique contre un segment entier
de la population, il déforme avec succès la réalité et
reprogramme le cerveau., Edward Hunter, un CIA. Un opérateur
de propagande qui travaillait sous couverture en tant que
journaliste écrivait dans son ouvrage de 1956:

La personne très éduquée qui associe les découvertes médicales
à la pratique de l'attaque mentale est sans conteste plus perverse
que n'importe quel sauvage qui utilise des potions, des transes et
des incantations… Le mot changement de cerveau est devenu
obscurcissant en tant que lavage de cerveau et a commencé à
englober toutes les pressions disponibles qui pourraient être
utilisées faire plier la volonté d'un homme et changer
fondamentalement ses attitudes. Le changement de cerveau fait
spécifiquement référence au travail complet dans toute sa
méchanceté. Le cardinal Mindszenty a subi un changement
cérébral.
C'est ainsi que son esprit vigoureux était tordu.
La mémoire d'un homme ne peut être physiquement éliminée, si
possible, qu'au prix de dommages permanents au cerveau. Dans
un tel changement de cerveau, les médicaments doivent être
utilisés pour détruire la vivacité d'esprit naturelle et le caractère
fort de l'individu, et l'hypnotisme doit également être utilisé pour
aider à briser la résistance. L'information obtenue grâce à
l'enquête la plus persistante par tous les canaux possibles révèle
que des drogues et de l'hypnose ont été utilisés sur le cardinal.
1

Et aujourd'hui, les techniques ont été perfectionnées pour
anticiper toutes les possibilités et les éventualités et pour mieux
lier les captifs à l'état d'esprit particulier en jeu.

TBC...
Image
"Le Cardinal Mindszenty a subi un changement au cerveau (...) des drogues et de l'hypnose ont été utilisés sur le cardinal."

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#3 Message par InHocSignoVinces » lun. 24 juin 2019 21:33

Hunter s'est longuement entretenu avec des militaires et d'autres victimes
d'un lavage de cerveau ; des personnes qui, après leur libération, se sont
accrochées aux croyances qu'elles avaient avalées pendant leur détention
par les communistes. Il est devenu convaincu qu'à un certain niveau
profond, tous ceux qui avaient vécu un "changement de cerveau" avaient
l'idée provisoire qu'ils étaient trompés et pouvaient même être amenés à
cette conclusion par un débriefing intensif. "Si la vérité peut s'attarder dans
l'esprit malgré les hallucinations les plus fortes, et les preuves que j'ai
accumulées l'indiquent, la raison en est claire : les Rouges ne peuvent pas
être sûrs de leurs victoires, même les plus complètes, leurs Mindszentys.
Ils ne capturent jamais complètement leur esprit !"
Et cette remarque est
très révélatrice. La principale différence entre ceux qui ont été les premiers
rats de laboratoire à changer le cerveau à l'époque et ceux qui l'ont vécu
des années plus tard est la suivante : Hunter et d'autres ont remarqué que
les Américains étaient beaucoup plus sensibles à ces tactiques, pour une
raison quelconque, que les autres, et cela ne peut pas s'être amélioré avec
le temps. Ceux qui veulent utiliser ces tactiques recherchent toujours les
maillons les plus faibles et les plus vulnérables - les personnes âgées, les
jeunes, les personnes désorientées, les personnes sans instruction, les
personnes en deuil et les personnes émotionnellement ou mentalement
instables, pour une raison quelconque. Nous lisons partout qu'avant le faux
Concile Vatican 2, les catholiques en général n'étaient pas bien instruits
dans leur foi et avaient tendance à mettre un accent excessif sur la
religion extérieure.
(*Note de Javier : En effet, l'ignorance spirituelle est
le pire des maux ! Tout fidèle catholique devrait être instruit dans sa religion,
ou du moins faire l'effort de s'instruire pour ne pas être une victime facile des
tromperies et des tentations du monde, du diable et de la chair !
)

Ils n'ont certainement jamais eu le niveau de foi et de formation
spirituelle d'un Cardinal Mindszenty.
Il n'est donc pas surprenant qu'ils
soient devenus des cibles faciles pour ceux qui souhaitent achever une
fois pour toutes la destruction de l'Église juridique.


Malgré le fait que Mindszenty ait été entièrement brisé par ses
ravisseurs et que son cerveau ait complètement changé ou "lavé" -
à tel point qu'il semblait nier sa foi et céder à toutes les exigences
communistes
- le Pape Pie XII ne le condamna ni ne le laissa
tomber pour ces concessions forcées.
L'exemple du Pape Pie XII
concernant le Cardinal Mindszenty devrait indiquer la pensée de l'Église
en la matière. Son comportement dans le cas de Mindszenty devrait nous
inciter à être plus ouverts d'esprit face à ceux qui ont vécu ce que les
experts modernes considèrent comme des tourments encore pires et
plus séduisants que Mindszenty lui-même.
Il est intéressant de noter
que l'une des dernières constitutions écrites par le pape Pie XII
contenait une section sur le changement de cerveau et ses maux.
Dans
Ad Apostolorum Principis, (29 juin 1958) il a enseigné :
17. Il convient également de noter les cours d'enseignement
par lesquels les élèves sont forcés de boire et d'embrasser...
la fausse doctrine. Prêtres, religieux et religieuses,
ecclésiastiques Les étudiants et les fidèles de tous âges sont
obligés d'assister à ces cours. Une série presque infinie de
conférences et de discussions, qui durent des semaines et des
mois, si affaiblissent et de la force de l'esprit et cela par une
sorte de la coercition psychique, on extrait un assentiment qui
contient presque aucun élément humain, un assentiment qui
n'est pas libre comme cela devrait être le cas.

18. A cela s'ajoutent les méthodes selon lesquelles les esprits
sont bouleversés - par tous les moyens, en privé et en public,
par les pièges, les tromperies, la peur grave, les soi-disant
aveux forcés, la détention dans un lieu où les citoyens sont
"rééduqués " de force et ces " tribunaux populaires " où même
les vénérables évêques sont traînés pour un procès ignominieux.


19. Contre de telles méthodes d'action, qui violent les principaux
droits de la personne humaine et bafouent la liberté sacrée des
fils de Dieu, tous les chrétiens du monde entier, tous les hommes
de bon sens ne peuvent s'empêcher d'élever la voix avec Nous
dans une réelle horreur et de protester contre la conscience
dérangée de leurs semblables.


20. Et puisque ces crimes sont commis sous couvert de patriotisme,
Nous considérons qu'il est de Notre devoir de rappeler encore une
fois à tous l'enseignement de l'Église à ce sujet. 2
TBC...
Image

"Il convient également de noter les cours d'instruction
par lesquels les élèves sont forcés de boire et
d'embrasser... une fausse doctrine. Les prêtres, les
religieux et religieuses, les étudiants ecclésiastiques et
les fidèles de tous âges sont obligés de suivre ces cours.
Une série presque infinie de conférences et de
discussions, qui durent des semaines et des mois,
affaiblissent et affaiblissent tellement la force de l'esprit
et de la volonté que, par une sorte de coercition
psychique, on en extrait un consentement qui ne contient
presque aucun élément humain, un consentement qui
n'est pas librement demandé comme cela devrait être le
cas."
(Pape Pie XII - Ad Apostolorum Principis)

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#4 Message par InHocSignoVinces » mar. 02 juil. 2019 17:09

Malheureusement, la guerre doctrinale menée par la C.I.A. contre
les catholiques et les non-catholiques conservateurs se poursuit
même après Vatican 2, mais sous des formes plus subtiles.
Elle
est menée aujourd'hui par les successeurs des infiltrés implantés
dans les années 1950-60, pour rassembler ceux qui ne
respectaient pas les normes fixées par le faux Concile Vatican 2.

Ces personnes, qu'elles appartiennent à l'Église de Rome ou qu'elles
soient connues sous le nom de traditionalistes, se croient
catholiques. Ils suivent certains enseignements et traditions de
l'Église avant Vatican 2
, mais ils sont autant les victimes de
changements cérébraux que ceux qui vivaient dans les années
1940-50.
Le secteur du renseignement employait alors des
érudits et d'autres experts pour déformer et manipuler la
doctrine catholique. Ils ont présenté cette version déformée
comme un enseignement faisant autorité afin de forcer
l'acceptation et l'obéissance à celle-ci. Les catholiques de cette
époque transmettaient naturellement leur adhésion à cette
doctrine manipulée de l'Église à leurs enfants inconscients.


Wemhoff explique dans son travail comment ces agents de
changement ont insisté pour mal interpréter les
enseignements du Pape afin d'adapter leur propre vision
biaisée du message du Christ. Même si des géants théologiques
américains comme Monseigneur Joseph C. Fenton et le
révérend Francis Connell, de l'Université catholique d'Amérique,
ont vigoureusement réfuté leurs affirmations
, d'autres, plus
puissants et disposant de tout l'argent nécessaire, ont aidé
l'ennemi d'en face.
La vaillante défense de l'enseignement
magistral de ces deux hommes sert aujourd'hui de phare pour
guider les vrais catholiques hors des ténèbres qui ont changé
leur cerveau. Et ce n'est pas parce que Fenton et Connell ont
perdu la bataille que les catholiques ne gagneront pas la guerre.

La méthode astucieuse et sournoise employée pour approcher
ceux qui veulent rester catholiques n'a pas été appréciée ni bien
comprise. À l'aide d'une stratégie décrite par Hunter dans
Brainwashing, la C.I.A. a fourni aux traditionalistes un homme
de paille sur lequel ils ont pu projeter leurs soupçons légitimes
qu'ils avaient été manipulés et trompés.
En collaboration avec
les Jésuites, la C.I.A. a permis d'utiliser la "menace juive"
comme un parfait bouc émissaire sur lequel les traditionalistes
pouvaient projeter toute leur colère et leurs frustrations. Cela a
servi le double objectif de diaboliser les traditionalistes comme
une secte malsaine et antisémite, tout en les distrayant de la
véritable source du problème.
Des livres ont même été écrits à
cette fin et diffusés par les jésuites vraisemblablement mis au
service de la C.I.A. Les traditionalistes qui ne blâmaient pas les
Juifs, ou du moins pas principalement, blâmaient les communistes
ou les sociétés secrètes. Bien que ce blâme n'ait pas été mal placé,
ceux qui voulaient rester catholiques n'ont pas compris toute
l'ampleur de ce qui s'était réellement passé. Il n'était pas non plus
possible de comprendre pleinement ce qui s'était passé jusqu'à tout
récemment.


L'auteur espère que ce qui est écrit dans cet ouvrage trouvera un
écho chez tous les catholiques sincères partout dans le monde,
malgré la torture mentale à laquelle ils ont été soumis ; que ce
livre aidera enfin et complètement à déloger toute dissonance
cognitive résiduelle afin de libérer cette "vérité [qui] peut rester
dans l'esprit malgré les hallucinations les plus fortes".
Après tout,
cette dissonance cognitive est selon toute vraisemblance le
résultat de cette opération d'erreur dont parle saint Paul :

Et alors ce méchant sera révélé....Dont la venue est selon l’œuvre
de Satan, en toute puissance, par tous les signes, par tous les
miracles, par tous les prodiges mensongers et par toute séduction
de l'iniquité pour ceux qui périssent, parce qu'ils ne reçoivent pas
l'amour de la vérité, afin qu'ils soient sauvés. C'est pourquoi Dieu
leur enverra l'opération de l'erreur, pour croire un mensonge. Afin
que tous ceux qui n'ont pas cru en la vérité, mais qui ont consenti
à l'iniquité, soient jugés.
3

Ce passage est une description effrayante et précise de ce qui s'est
passé exactement. Les agents de la CIA étaient des agents engagés
dans une véritable opération. Dieu Lui-même a envoyé cette
opération pour voir si les fidèles croiraient le mensonge de
l'américanisme ; et ils l'ont fait.

Les vrais catholiques - s'ils aiment la vérité - chercheront alors le
sens de ce qu'ils ont appelé eux-mêmes toutes ces années. Une
description se trouve dans l'Encyclopédie catholique (1911) sous
"Tradition", 4 où les catholiques apprendront que pour être à la
hauteur du nom, ils doivent accepter toutes les vérités contenues
dans le magistère continu. Ceci, la Sainte Écriture le dit dans ce
même livre de saint Paul, est le seul remède pour échapper à
l'opération de l'erreur, comme l'apôtre l'enseigne au verset 14 :
"C'est pourquoi, frères, tenez-vous fermes. "Tenez les
traditions que vous avez apprises, que ce soit par la parole ou
par notre épître."
Et ces traditions, explique l'article de
l'Encyclopédie catholique, sont les enseignements de Notre-
Seigneur tels qu'ils sont transmis par les papes de saint Pierre
au pape Pie XII.

TBC...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#5 Message par InHocSignoVinces » mar. 02 juil. 2019 17:13

Un mot ici à nos frères non-catholiques : tout ce que les catholiques
ont toujours voulu, c'est d'être réunis avec ceux qui, selon eux,
aiment vraiment le Christ, mais qui ont été séduits par les personnes
mêmes décrites dans cet ouvrage. Les non-catholiques aussi, bien
que par des moyens différents, ont été visés par des doctrines
perverties et contraints à croire à une fausse interprétation des
Écritures. Ceci en plus d'être induit en erreur par les oecuménistes
qui ont travaillé avec les forces américanistes pour mettre en œuvre
la guerre doctrinale. Un auteur protestant qui a écrit dans les années
1980 était l'un des nombreux auteurs qui ont alerté cet écrivain sur la
vraie nature de ce qui s'est maintenant passé, et certains pronostics
dans son travail se sont avérés être vraiment prophétiques.

Les auteurs Flo Conway et Jim Siegelman décrivent remarquablement
le phénomène même auquel nous assistons aujourd'hui à travers
l'Amérique - l'assujettissement des Américains à des flux sans fin de
ce qui équivaut à de la propagande, "déversant un flux constant
d'informations au public américain, conçu pour stimuler les remords,
les peurs des consommateurs, faiblesses, insécurités et fantasmes"
-
et récompenser ensuite chaque individu en termes physiques et
émotionnels immédiats pour avoir succombé à eux. Ce simple
stratagème est exécuté sur les Américains littéralement des centaines
de fois par jour, les étourdissant d'un barrage de fausses promesses,
valeurs déformées et priorités personnelles mélangées, alors en les
exhortant à céder à tous leurs caprices et à toutes leurs impulsions.
Cette propagande s'accompagne d'une campagne

une confusion culturelle de nouveaux objectifs, de valeurs
changeantes et de traditions qui s'effondrent... Il se pourrait que,
d'une manière subtile, ces tensions et ces techniques qui façonnent
notre vie moderne aient poussé tous les Américains sur la pente de
la courbe catastrophe de la maladie de l'information et de la rupture.
La télévision est peut-être le principal facteur qui contribue à
l'éclatement de notre pays dans la vie de tous les jours...


Et cet état de fait a été décrit avant les téléphones cellulaires, les
ordinateurs et les médias sociaux ! Pourtant, Conway et Siegelman
notent que

Même dans des conditions de conscience, d'illusion et de domination
affaiblies, il y a toujours la possibilité qu'ils s'en sortent. Après des
années, ces robots peuvent encore retrouver leur liberté de pensée,
leurs réponses en tant qu'individus peuvent être restaurées, et le
squelette de leur personnalité peut retomber en place.
5

Pour certains au moins, il n'est peut-être pas trop tard ; il y a peut-être
encore de l'espoir. Saint Paul nous rappelle que le "retour en arrière"
est essentiel au salut : "C'est maintenant l'heure pour nous de nous
lever du sommeil. Pour l'instant, notre salut est plus proche que lorsque
nous avons cru....Rejetons les œuvres des ténèbres, et revêtons les
armes de la lumière"
(Rom. 13:11, 12).

T. Stanfill Benns
Dimanche de Pâques 2017


Préface Notes de fin de texte

1 Edward Hunter, Brainwashing : The Story of Men Who Defied It, Farrar,
Strauss et Cudahy, New York, 1956.
2 http://www.papalencyclicals.net/pius12/p12apost.htm
3 Édition de l'Écriture Sainte de Douay-Rheim, 2 Thess. 2:8, 9-11
4 http://www.newadvent.org/cathen/15006b.htm
5 Flo Conway et Jim Siegelman, Snapping : America's Epidemic of Sudden
Personality Change, Dell Publishing Co, New York, N.Y., 1978

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#6 Message par InHocSignoVinces » mer. 03 juil. 2019 10:08

INTRODUCTION - LA TROMPERIE LA PLUS DIABOLIQUE SUR TERRE

Le détournement de l'Église Catholique Romaine


"Que celui qui lit comprenne." (Matt. 24:15)


En 1948, un membre très en vue de la hiérarchie américaine a prédit
l'effondrement imminent de l'Église catholique.
Malgré ses superbes
talents d'orateur, ces prédictions ont manifestement été perdues dans le
chaos qui a suivi la mort du pape Pie XII en 1958.
Incroyablement, en
l'espace d'une décennie seulement, cet archevêque populaire mettra de
côté ses pronostics pour faire partie du faux remplacement de l'Église
qu'il a décrit avec tant de précision et en des termes si effrayants.


[Satan] établira une contre-Église qui sera le singe
de l'Église[catholique]... Elle aura toutes les notes
et les caractéristiques de l'Église, mais à l'envers
et vidée de son contenu divin. Nous vivons les jours
de l'Apocalypse, les derniers jours de notre ère. Les
deux grandes forces - le Corps mystique du Christ
et le Corps mystique de l'antéchrist - commencent à
tracer des lignes de bataille pour ce combat
catastrophique.

Le " faux prophète " aura une religion sans croix.
Une religion sans monde à venir. Une religion à
détruire ou une politique qui est une religion, une
politique qui rend à César même les choses qui sont
à Dieu... Il y aura une 'Église' contrefaite. L'Église du
Christ, l'Église catholique, sera Une ; et le faux
"prophète " créera l'autre.

La fausse " Église " sera mondaine, œcuménique et
mondiale. Il s'agira d'une fédération lâche d'"Églises"
et de religions, formant une sorte d'association
mondiale. Un parlement mondial d'"Églises". Il sera
vidé de tout contenu Divin ; il sera le corps mystique
de l'Antichrist. Le Corps mystique sur Terre
aujourd'hui aura son Judas Iscariote, et il sera le faux
'prophète'. Satan le recrutera parmi nos évêques.


L'Antichrist ne sera pas ainsi appelé, sinon il serait n'ont
pas d'adeptes. Il ne portera pas de collants rouges, ne
vomira pas de soufre, ne portera pas de trident et
n'agitera pas la queue en flèche comme Méphistophélès
dans Faust. Cette mascarade a aidé le diable à
convaincre les hommes qu'il n'existe pas. Quand aucun
homme ne reconnaît, plus il exerce de pouvoir. Dieu s'est
défini Lui-même comme "Je Suis Qui Je Suis", et le
Diable comme "Je suis qui je ne suis pas".

Au milieu de tout son amour apparent pour l'humanité et
de ses propos désinvoltes sur la liberté et l'égalité, il aura
un grand secret qu'il ne dira à personne.
Il ne croira pas
en Dieu.
Parce que sa religion sera la fraternité sans la
paternité de Dieu, il trompera même les élus. Il établira
une contre-Église... un corps mystique de l'Antichrist qui
ressemblera en tous points extérieurs au Corps mystique
du Christ.
1


Mgr Fulton Sheen ne fait que faire écho au révérend E.
Sylvester Berry, qui a écrit : "Satan imitera l'Église du
Christ pour tromper l'humanité ; il établira une église
de Satan en opposition à l'Église du Christ".
2 Comme
Sheen le note aussi, les catholiques du 20e siècle se
joindront à la contre-Église parce qu'elle se dit infaillible
" quand sa tête visible parle ex cathedra... en matière
économique et politique ".
3 Ironiquement, la description
de la contre-église par Sheen a été trouvée pour la
première fois dans les écrits du franc-maçon Limouisin,
qui avait écrit plus de 50 ans auparavant : "La franc-
maçonnerie est une Église : c'est la contre-Église, le
contre-catholicisme. C'est l'autre église - l'église de
l'hérésie, de la libre pensée. L'Église catholique est
l'archétype de l'église, la première église, l'église du
dogmatisme et de l'orthodoxie."
4

L'adhésion inexplicable de Sheen à l'église même qu'il
prédit, après la mort du Pape Pie XII, ne fit que
cristalliser la somme totale de l'enseignement
catholique concernant les tromperies de l'Antichrist et
sa capacité à maîtriser l'art du double langage.
La
nature vraiment diabolique de ces personnes qui, plus
tard, embrassera cette contre-église cachée jusqu'à la
fin. Après la mort de Pie XII, Sheen aida efficacement
à mettre en œuvre les maux qu'il avait prédits
, plaçant
avec succès des pierres d'achoppement d'immenses
proportions sur le chemin de ceux qui allaient plus tard
essayer d'accomplir les tâches suivantes prouver que
son scénario s'était réalisé.


TBC...
Image
La fausse " Église " sera mondaine, œcuménique et mondiale.
Il s'agira d'une fédération lâche d'"Églises" et de religions,
formant une sorte d'association mondiale. Un parlement mondial
d'"Églises". Il sera vidé de tout contenu Divin ; il sera le
corps mystique de l'Antichrist. Le Corps mystique sur Terre
aujourd'hui aura son Judas Iscariote, et il sera le faux
'prophète'. Satan le recrutera parmi nos évêques.

(Mgr Fulton Sheen en 1948)

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#7 Message par InHocSignoVinces » ven. 05 juil. 2019 12:43

Présentation de l'affaire

Il n'y a rien de plus humiliant ou de plus efficace dans le monde
littéraire, que le style d'un livre historique, que le style de
l'histoire de l'humanité la présentation d'un événement comme
une théorie de conspiration sans fondement ou un travail de
piratage par ceux qui n'ont pas les qualifications et les preuves
suffisantes. Que c'est pourquoi il est si malhonnête
intellectuellement de prétendre qu'un nombre considérable
d'employés de l'ensemble des preuves théologiques concernant
la destruction anticipée de l’Église catholique romaine et la venue
de l'Antichrist n'a pas exister. Le chercheur diligent peut
facilement réfuter cette thèse, mais en faisant cela demande du
temps et du dévouement, que peu de gens semblent
prêts à consacrer à l'éducation de leurs enfants des questions
de foi. S'aventurer aujourd'hui à croire que la véritable Église du
Christ a disparu depuis longtemps équivaut à inviter une
excommunication sur place ou à se moquer d'être un théoricien de
la conspiration, au mieux. Certains pourraient même suggérer une
veste droite et une cellule rembourrée.

Mais un regard attentif sur ce que les chefs de l'Église eux-mêmes
ont à dire sur ce à quoi s'attendre et quand - et sur l'autorité avec
laquelle le Christ Lui-même les a investis pour le dire - raconte une
histoire simple et ne laisse aucune marge de manœuvre d'un point
de vue doctrinal. Il n'est pas non plus nécessaire qu'il s'agisse d'une
anthologie d'écrits faisant autorité de la hiérarchie et de théologiens
approuvés par l'Église, la sortant du domaine de toute conspiration
ou de tout méandre hypothétique. Pour ceux qui apprécient
vraiment à la fois l'histoire et la théologie, cela est beaucoup plus
crédible - surtout d'un point de vue théologique - que la simple
opinion des laïcs d'aujourd'hui ou des prétendus possesseurs du Siège
romain et de leurs représentants d'aujourd'hui.

Bien sûr, ces théoriciens du complot dénigrant oublient que le terme
complot a des connotations juridiques. En termes juridiques, il est
défini comme suit : " Un accord entre deux ou plusieurs personnes
pour se livrer conjointement à un acte illégal ou criminel, ou un acte
qui est innocent en soi mais qui devient illégal lorsqu'il est commis
par la combinaison d'acteurs ; un plan secret ou un accord pour
accomplir un acte illégal ou nuisible, surtout avec une motivation
politique (complot)... L'acte d'accomplir ces plans en secret ".
5 C'est
la définition même de ce qui est décrit dans la préface de cet ouvrage.
Certes, dans le domaine politique et gouvernemental... il existe de
nombreuses combinaisons d'incidents de ce genre qui n'ont jamais
été prouvée et poursuivie. C'est en fait une question de foi pour
les catholiques de croire en certaines "théories de conspiration"
et le fait de ne pas y croire leur coûte l'appartenance à l'Église. De plus,
les catholiques doivent un assentiment ferme et irrévocable à
l'enseignement infaillible du Pape, même s'il ne provient que du
magistère ordinaire du Pape (c'est-à-dire de son enseignement donné
dans le monde entier à tous les évêques, pour être transmis aux fidèles).


La question à 64 000 $ est la suivante : puisque l'Église catholique a
toujours et partout maintenu et démontré que ses enseignements sont
irréformables et incapables de s'adapter aux idées modernes et aux
normes morales,
comment explique-t-on l'évidence
les changements de doctrine et de discipline formulés au Concile
Vatican 2 (1962-65) ?


Les catholiques ne peuvent pas croire ce dernier, ils doivent donc citer la
réponse de saint Thomas More à ses interrogateurs anglicans avant sa
mort :

Car je ne doute pas, mais des hommes érudits et vertueux maintenant
vivants - je ne parle pas seulement de ce Royaume, mais de toute la
chrétienté - il y a dix à un de mes esprits dans cette affaire ; mais si je
devais prendre note de ces savants docteurs et pères vertueux qui sont
déjà morts, dont beaucoup sont saints au ciel, je suis sûr qu'il en reste
encore beaucoup, qui tout en vivant ils ont pensé dans cette cause
comme je le fais actuellement. C'est pourquoi, mon Seigneur, je ne pense
pas être lié par la loi. conformer ma conscience au conseil d'un seul
royaume, contre le consentement général de toute la chrétienté.
6

C'est précisément le consentement général des 20 siècles de chrétienté
que l'on demande à ceux qui se disent catholiques aujourd'hui d'écarter -

et c'est là le but de ce travail actuel.

Depuis l'élection de Jorge Bergoglio en tant que "Pape François", des
murmures selon lesquels il n'est pas un vrai pape ont été entendus.
Remarquablement, des murmures similaires ont circulé pendant de
nombreuses décennies, à commencer par l'élection d'Angelo Roncalli comme
"Pape Jean 23". Ceux qui posent des questions sur la validité et la licéité
de ces hommes sont catégorisés comme des cinglés et leurs objections
discréditées d'emblée, et ce par certains membres de la même génération
de diplômés universitaires et de "savants érudits" qui ont démontré
publiquement, devant la caméra, combien ils en savent peu sur l'histoire
américaine, beaucoup moins le monde ou le Histoire de l’Église. Peu importe
qu'un total de 31 antipapes aient déjà régné dans l'Église, sans aucune
garantie que ce phénomène ne puisse se reproduire. En fait, l'Église
enseigne qu'il y aura un temps sans précédent où l'Église souffrira des
prétentions d'usurpateur papal. Saints, papes, théologiens, peuples saints -
tous en ont parlé, et leur témoignage est convaincant.
Cette doctrine se
reflète dans le droit ecclésial et dans les enseignements des conciles
œcuméniques concernant le contenu de la révélation divine, mais surtout,
elle découle de décrets infaillibles des Pontifes romains, dont la signification
ne peut être sous-estimée.
Même les catholiques fidèles qui se croient
bien versés dans l'enseignement de l'Église ont peu de chances d'apprécier
l'étendue du pouvoir contraignant de tels décrets.


TBC...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#8 Message par InHocSignoVinces » lun. 08 juil. 2019 18:17

Choc culturel

Pensez seulement à l'impact psychologique que les changements
dans l'Église ont eu sur les fidèles.
Au cours d'une brève période
de temps, tout ce que les catholiques avaient appris à connaître,
à aimer et à chérir dans l'Église a disparu dans les airs.
Les
églises ont été réorganisées et les autels ont été obscurcis par de
nouveaux autels modernes qui faisaient face au peuple. Le chant
grégorien avait disparu ; le latin avait disparu. Déjà, certains des
prêtres et moniales les plus âgés et les plus conservateurs avaient
soit pris leur retraite, soit quitté leurs ordres. Les catholiques se
sont retrouvés piégés dans le labyrinthe inéluctable de Vatican 2,
sans guide pour les aider.
Ceux qui ont accueilli
favorablement les changements œcuméniques dans l'Église qui ont
commencé dans les années 1950 ont travaillé avec ferveur pour
faire avancer la modernisation ou l'aggiornamento de l'Église ; les
autres ont simplement abandonné et beaucoup, malheureusement,
dans les années 1960, se sont "allumés". Bêtement certains ont
commencé à "chercher" l'Église qu'ils avaient perdue et l'ont
trouvée dans des chapelles de messe "traditionnelles" (des hommes
qui se disent prêtres et qui érigent des chapelles indépendantes du
Saint-Siège, interdites par l'Église).
Mais ce n'était
qu'une autre impasse.
Comprendre ce qui s'est passé, c'était
comme enlever des couches successives de peinture et de papier
peint des murs d'une très vieille maison. Juste au moment où vous
pensez avoir épluché le calque final, un autre calque apparaît. Les
traditionalistes avaient tendance à rebondir d'une secte "Trad" à
l'autre, à la recherche de ce qu'ils avaient perdu. Ils ont souvent
trouvé que chaque "prêtre" ou chef traditionnel était pire que le
premier, et d'une manière différente.
La quantité de
recherches et d'études qu'il a fallu pour déterminer que ces
hommes étaient
les loups en habits de brebis et les faux christs
contre lesquels Notre-Seigneur avait mis en garde dans les
Évangiles
était stupéfiante. Cette étrange odyssée s'est parfois
accompagnée d'une implication sectaire. Il s'agissait
à tout le moins d'une manipulation de l'information par ces clercs
et ces dirigeants laïcs autoproclamés pour s'adapter à l'état d'esprit
de leur secte traditionnelle particulière et justifier leur propre
position parmi les autres sectes en guerre.
Il n'est pas
surprenant que les techniques de ces dirigeants aient impliqué la
suppression de cette même information nécessaire pour prendre
des décisions éclairées concernant la foi. Le prix à payer pour
les familles et les relations personnelles a été déchirant ; la
culpabilité d'avoir été si longtemps dans l'erreur, si paralysée,
a été ressentie.
Peut-être que les décrocheurs
avaient raison après tout, (sans la partie allumée). Quand les
catholiques ont réalisé ce qui s'était passé, il était trop tard
pour revenir en arrière, trop tard pour prévenir les dommages
à eux-mêmes et aux autres. En fin de compte, ils ont choisi
leurs propres chemins et ont continué seuls, parfois même pas
en compagnie d'êtres chers. Ils ont baissé la tête et accepté
leur destin, sachant qu'ils étaient destinés à partager la
souffrance et la Passion du Christ, toujours en train d'être
reconstitués dans la Passion de son Église.


Imaginez le traumatisme que subissent les catholiques
(orthodoxes) lorsque des invectives haineuses visent
l'organisation à laquelle ils croient appartenir, mais qui en fait
n'est pas cette organisation du tout.
Les horreurs des abus
sexuels dans l'église Novus Ordo, les scandales financiers, les
abominables perversions de la liturgie, l'abandon du dogme,
tous les mensonges lancés à l'Église, ravivés et raffinés du
passé
- tout a été mis en œuvre pour faire d'elle
une risée, la diffamer aux yeux du monde et finalement la
détruire.
Mais cette "église" n'est pas en réalité l'Église
catholique,
mais seulement la coquille vide, ses
attributs extérieurs et sa grandeur, qui représente pourtant
son glorieux passé.
Ces couteaux ont été poussés à bout
dans le Corps mystique du Christ, encore et encore. Et ceux
qui essaient au moins d'être de vrais membres de ce Corps
sont également pénétrés par ces instruments de torture.
L'agonie trop aiguë de la situation est que les fidèles savent
qu'ils ne peuvent pas défendre correctement l'Église qu'ils
aiment parce que si peu croient que ce qui lui est arrivé
pourrait être vrai.
Ce sont des corps sans visage, les mains
levées pour implorer le Ciel, privés de toute voix.


PROCHAINS TEXTES..... L'Église qui a disparu
Image
Image
Image

"....ces hommes (les prêtres dits "Traditionnels") étaient les loups en habits de brebis et les faux christs dont Notre-Seigneur avait mis en garde dans les Évangiles..."

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#9 Message par InHocSignoVinces » mer. 10 juil. 2019 17:38

L'Église qui a disparu

Il est étonnant qu'en moins d'un siècle, l'armée soigneusement gardée
et transmis des enseignements de près de 2.000 ans pourraient si
complètement disparaître que personne aujourd'hui ne les accepterait
ou ne les croirait comme les corps intégral des vérités que le Christ a
transmises à son Église.
C'est un ennemi qui a fait ça. Cet ennemi,
créateur de toute propagande révisionniste politique et historique
-
toute l'opinion publique qui prévaut aujourd'hui -
a réussi à convaincre
les dernières générations que l'Assemblée de L'Église catholique a été
la principale source historique de la tyrannie religieuse, des
machinations politiques, des transactions financières sournoises, de
l'esclavage, de l'anti-féminisme, de la perversion sexuelle et même du
satanisme secret.
Ce qui était autrefois vénéré comme de
solides enseignements moraux et la fidélité à l’Évangile a longtemps été
mis de côté en tant que folie inadaptée à son époque, pour égaliser et
éliminer le fanatisme.
Tout ce qui reste de l'Église, ce sont ses rites
extérieurs, manipulés par des soi-disant traditionalistes qui ne peuvent
que simuler ce qui fut autrefois la réalité sacrificielle.


Il y a une explication à tout cela, mais personne ne veut l'envisager.
Cela soulèverait la possibilité que, tout aussi facilement que la
transformation a eu lieu en moins d'un siècle, le monde puisse revenir
à ce qui existait auparavant. L'ancien code moral prévaudrait à nouveau
et l'Église serait libre dans ses activités. Tout serait ouvert à la vérité,
et de véritables conversions seraient possibles. C'est ce que les pouvoirs
actuels empêcheraient à tout prix. La plupart mourraient facilement en
défendant leur liberté de pécher plutôt que de vivre pour mener une vie
au service de Dieu qui les a créés et de son Divin Fils qui les a rachetés.
Les Saintes Écritures annonçaient qu'un tel mal existerait dans le monde.
Que ce moment particulier soit décrit dans ces versets est quelque chose
que l'ennemi s'est donné beaucoup de mal à cacher. Beaucoup de ceux
qui se disent catholiques savent très bien que nous vivons dans ce qui est
décrit comme les derniers jours ou la fin des temps, mais ils ne
veulent aucune des privations et des appels au sacrifice qui vont avec. Ils
se sont laissés convaincre qu'ils vivent à l'aube de ces temps, et non à la
fin, et ils ont réussi à convaincre leurs disciples de la même chose. Mais
pour ce "succès", ils ont payé le prix fort.


Ces dirigeants ont commis un péché grave contre le Saint-Esprit en rejetant
la vérité connue, une vérité qui peut facilement être démontrée et prouvée.
Seule la vérité objective peut les libérer, mais elle rendra d'abord misérables
ceux qui l'acceptent, comme l'a fait remarquer un sage. Et c'est
précisément cette misère qu'ils veulent éviter par-dessus tout.
Personne ne
veut défendre une cause impopulaire. La misère d'être mis à part, d'être
différent - d'être moqué et ridiculisé, raillé et méprisé ; la terreur nue d'être
seul - ce sont ces peurs qui les maintiennent blottis avec leurs disciples,
accrochés aux lambeaux d'une couverture de sécurité qui n'existe même pas.

Pendant toutes ces années, ils ont cru que le but premier de l'existence de
l'Église était d'abord et avant tout d'eux et de leurs besoins,
et non de la
préservation, de la totalité et de l'intégralité des vérités sacrées que le Christ a
confiées à son Église ;
et ils ne peuvent paraître stupides aux yeux de leurs
disciples maintenant et la diriger en arrière. Ces vérités sont essentielles au salut,
et une fois qu'ils sont pleinement démontrés et compris, la vraie nature
de l'Église - qui Elle est vraiment et a toujours été et comment on lui a fait
paraître qu'Elle pourrait jamais changer - deviendra claire de façon abondante.


Alors que ceux qui évoquent tranquillement la possibilité que François à Rome
n'est pas un vrai pape peuvent croire qu'ils reçoivent une idée nouvelle, les
catholiques d'aujourd'hui ont de bonnes raisons de remettre en question non
seulement la validité de François comme pape, mais aussi celle de tous les
papes depuis la mort du pape Pie XII. La raison en est simple :
La vérité catholique ne change jamais ; pourtant,
bien avant le règne d'Angelo Roncalli, en 1958, sous le nom de Jean 23,
beaucoup de choses ont changé dans l'Église.
Dès les premiers âges de la
catholicité, la nouveauté a été reconnue comme un signe sûr de départ de la foi
Catholique.
Et la nouveauté, qui a abondé pendant toute une
décennie et plus encore avant l'avènement du faux Concile Vatican 2 (V2) -
convoqué par Jean 23 octobre 11 octobre 1962 et clôturé par son successeur,
Giovanni Battista Montini ("Pape" Paul 6) en décembre 1965 - et n'a été conclu
qu'à ce concile. Mais plus important encore, ceux qui occupent actuellement
des postes d'autorité à Rome et même ceux qui prétendent rejeter cette
autorité n'emploient pas les méthodes sanctionnées par l'Église pour démontrer
la vérité de ce qu'ils font. En fait, ils ignorent généralement ces méthodes, ce
qui est en soi un rejet de l'enseignement de l'Église condamné par plusieurs
papes, entraînant la perte de l'appartenance à l'Église.

Le Christ lui-même a désigné les papes comme les maîtres de son message divin.
Les théologiens, les prêtres et même les évêques ne sont autorisés à enseigner
que s'ils sont en communion avec un pape valablement et canoniquement élu.
Tel a été l'enseignement constant de l'Église depuis ses débuts.
Depuis près de 60 ans,
l'Église existe dans un état acéphalique ou sans chef,
non pas inexistant comme certains pourraient le
supposer, mais simplement comateux, pour ainsi dire.
Pour le Christ, Sa
véritable Tête (le cerveau ou l'intellect du Corps mystique, avec le Saint-Esprit
comme âme, puisqu'Elle ne peut être ni morte ni sans âme), la maintient en vie,
et à un moment donné, Il verra qu'Elle est rétablie à la santé ou qu'Il reviendra
comme Juge Éternel.
Bien que la plupart d'entre eux soient inconscients de
la situation difficile actuelle de l'Église, elle est bien réelle. Le fait qu'il soit accueilli
avec tant d'incrédulité et de mépris est la preuve même de son existence.
C'est
peut-être ici que les acteurs de cette tragédie devraient être présentés.


PROCHAINS TEXTES..... Les fausses sectes et l'apparition de la vérité
Image

"... Tout ce qui reste de l'Église, ce sont ses rites extérieurs, manipulés par des soi-disant traditionalistes qui ne peuvent que simuler ce qui fut autrefois la réalité sacrificielle. (...) Pendant toutes ces années, ils ont cru que le but premier de l'existence de l'Église était d'eux et de leurs besoins, et non de leur préservation, entier et complet, des vérités sacrées que le Christ a confiées à son Église..."

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 662
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: L'ÉGLISE FANTÔME DE ROME - T. Stanfill Benns

#10 Message par InHocSignoVinces » sam. 13 juil. 2019 18:37

Les fausses sectes et l'apparition de la vérité

Ceux qui resteront avec la nouvelle église à Rome après
la mort du Pape Pie XII seront appelés ici Novus Ordo (NO)
catholiques
mais ne sont pas vraiment catholiques comme
l'Église de tous les temps a toujours compris la parole.

Ils varient sur l'échelle des croyances, allant de l'ultra-libéral
au conservateur. Ils assistent à la "nouvelle messe"
introduite en 1969 par Paul 6 quelque peu atténuée par le
"Pape" Benoît 16. Ils reçoivent les nouveaux rites des
sacrements également approuvés par Paul 6 en 1968. Ils
acceptent aussi l'idée hérétique de la liberté religieuse telle
qu'enseignée par le moderniste John Courtney Murray, et une
foule d'autres hérésies et erreurs propagées au faux Concile
Vatican II. La plupart des gens aujourd'hui considèrent que ces
NON catholiques appartiennent à l'Église établie de tous les
temps, mais ce n'est pas le cas. Il est important que les
non-catholiques, en particulier, comprennent que ce n'est pas
parce que Rome conserve le nom de catholique,
et que
leurs fidèles se disent catholiques, qu'ils sont ce qu'ils
disent être.
Il en va de même pour ceux qui se
présentent ci-dessous comme catholiques "traditionnels",
c'est-à-dire comme héritiers de toute l'Église catholique,

car ils ne correspondent pas non plus à la signification
du mot catholique.


Depuis la conclusion de Vatican II en 1965, mais
surtout après l'abrogation de la Messe latine en 1969,

les catholiques "traditionnels" ont vu le jour. Ces
personnes quittèrent l'église de Rome quelque temps après
l'achèvement du Concile en 1965 ou l'introduction du Novus
Ordo Missae ou "Nouvelle Messe" (NOM) en 1969.
Certains traditionalistes croient que le chef actuel de l'église
de Rome est un vrai pape, mais qu'il ne doit pas être obéi
partout où il s'écarte de la foi. Les Sédévacantistes croient
que l'Église a été sans véritable pape depuis la mort de Pie
XII ou de Jean XXIII. Il y a beaucoup de sectes au sein
de la mouvance traditionaliste.
Tous prétendent
être catholiques mais aucun ne peut prouver leur
catholicité, et leurs "clercs" ne peuvent prouver aucune
prétention à l'apostolicité.
8

Une secte particulière de type traditionaliste a été créée dans
les années 1940 au sein même de l'Église, bien que son
cofondateur n'ait été officiellement excommunié que dans les
années 1950. C'est le St. Benedict Center légitimement fondé
par Catherine Goddard à Boston en 1940 pour former des
étudiants. En 1942, le jésuite Leonard Feeney devint
professeur au centre. Feeney a été excommunié pour sa
croisade sur la doctrine "en dehors de l’Église pas de salut.''
Le Pape Pie XII l'a averti à maintes reprises qu'il se trompait
dans son enseignement sur ce sujet et a essayé de le réconcilier
avec le véritable enseignement de l'Église, mais Feeney ne
voulait pas bouger. À un moment donné, il a même traité le pape
Pie XII d'hérétique. Après l'excommunication de Feeney, le Centre
Saint Benoît a également rompu avec Rome. Ce groupe est
aujourd'hui réconcilié avec l'église Novus Ordo, mais certains
traditionalistes (et même certains qui se disent catholiques au foyer)
tiennent encore les enseignements de Feeney comme catholiques,
affirmant que son excommunication n'était qu'une question
" disciplinaire ".

Il y a aussi des " conclavistes " laïcs qui ont élu divers " papes " à
travers le monde,
acte condamné comme hérétique par l'Église. 9
Faute de forme et de sujet appropriés, aucun de ces groupes n'est
catholique.
Certains prétendent que le successeur du pape Pie XII
était le cardinal Giuseppe Siri, aujourd'hui décédé, et que son
successeur est maintenant pape quelque part en Europe. Il n'y a
aucune preuve acceptée comme telle par les normes catholiques que
son élection ait jamais eu lieu,
et de nombreuses preuves que Siri a
été loyal à l'église Novus Ordo jusqu'à sa mort.
Comme nous le
verrons plus loin,
très peu de ces cardinaux ayant voté à l'élection de
1958 étaient même catholiques, et n'auraient donc pu élire
valablement personne.
Ils s'étaient déjà effondrés bien avant
sans même que les fidèles s'en rendent compte.

Enfin, il y a la vaste mer de non-catholiques qui s'identifient comme
chrétiens, dont certains sont valablement baptisés et, selon
l'enseignement de l'Église, sont effectivement soumis à
l'enseignement et aux lois de l'Église. La majorité de cette population
est ce que l'Église décrirait comme étant invinciblement ignorante
(un préjugé contre le catholicisme qui ne peut être vaincu) et, en fait,
on croit que plusieurs d'entre eux sont de bonne foi. Depuis Vatican II,
beaucoup de confessions croient que l'Église est davantage venue à
leur façon de penser et n'est pas l'organisation intolérante qui cherchait
autrefois à les convertir en " manières romaines ". Leurs ministres
sont souvent acceptés sur un pied d'égalité par certains fonctionnaires
du NON et, après tout, ils ont été invités à agir à titre de consultants au
cours des réunions de Vatican II. Par conséquent, ils comptent
maintenant ces "catholiques" comme des chrétiens au plein sens du
terme. D'autres dénominations, cependant, ne sont pas aussi indulgentes.
Ils croient encore que l'Église, telle qu'elle a existé à travers l'histoire et
jusqu'à présent, est l'Antichrist, la Prostituée écarlate des Révélations.
Cela s'accompagne souvent de l'enseignement que Rome est à l'origine
de la création d'un nouvel ordre mondial, ce qui est vrai de l'anti-Église
qui règne actuellement à Rome, mais qui est totalement faux de l'Église
telle qu'elle existait avant la mort du pape Pie XII.

Bien que le but premier de ce livre soit de démontrer comment l'Église
catholique a été infiltrée et détruite de l'intérieur par des forces
sinistres et comment son enseignement continu a été perverti,
l'infiltration ne s'est pas limitée à l'Église catholique. Il a simplement
été adapté aux croyances protestantes, ciblant principalement
l'enseignement et l'interprétation bibliques. De plus, le livre de
Wemhoff raconte que c'est en fait un pasteur et missionnaire
presbytérien, John Mackay, qui, du côté protestant, a travaillé avec
son homologue presbytérien Robert Speer et le fondateur du YMCA
John Mott pour promouvoir la liberté religieuse telle que Murray
l'avait comprise et promue. Mackay était un ardent défenseur de
l'œcuménisme et de l'évangélisation. Il a également été actif au
sein du Conseil fédéral des Églises, précurseur du Conseil
œcuménique des Églises. L'influence de ces hommes au sein de
l'Église protestante a aidé ceux qui travaillaient à détruire l'Église
catholique à atteindre leur but. Et pourtant, tous les protestants
n'étaient pas d'accord avec leur idéologie à l'époque. Néanmoins,
la vision biblique des non-catholiques a été faussée avec succès
et leur compréhension de base de l'Écriture a été pervertie,
indépendamment de ce qui suit dénomination à laquelle ils étaient
affiliés.

PROCHAINEMENT... Phénoménisme et Modernisme

Répondre

Revenir à « Actualité et thèmes secondaires »