INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 491
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

#1 Message par InHocSignoVinces » jeu. 16 mai 2019 13:51

*Muchas gracias a Laetitia por haberme suministrado el enlace a la obra original francesa.
INSTRUCTION SUR LA DANSE,

Extraite des Stes. Ecritures, des Sts.
Pères, des Sts. Conciles, et des
Théologiens les plus recommandables
par leur piété et leur science;


Par un Prêtre du Diocèse de Metz.

A CHARLEVILLE ,
DE L'IMPRIMERIE DE RAUCOURT,
1821.


À SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 491
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

#2 Message par InHocSignoVinces » jeu. 16 mai 2019 13:54

PRÉFACE.

Ce petit ouvrage que je donne au
public, n'est autre chose que le précis
d'un Traité sur la Danse, qui m'est tombé
entre les mains, et que j'ai trouvé trop
long et trop érudit pour les personnes
à qui il importe le plus de savoir à quoi
on doit s'en tenir sur cette matière.
C'est ce qui m'a déterminé à en extraire
tout ce qui m'a paru solide et touchant,
et à y joindre quelques réflexions,
pour enfaire une instruction courte et
à la portée de tout le monde.
Puissent les vérités qui y sont développées,
fructifier dans le coeur de ceux
qui les liront ! Mais on ne doit point
oublier que ces vérités ne fructifieront
qu'autant qu'elles seront aidées par
l'onction du St.-Esprit qui enseigne toute
chose , et qui donne la force de pratiquer
et d'aimer ce qu'il enseigne : invoquons-le
avec confiance !
Esprit de vérité, placez-vous
dans nos coeurs pour nous instruire, et nous toucher !
Dissipez, par votre lumière, les ténèbres
et les erreurs dans lesquelles
les maximes, les exemples et les préjugés
du monde ont pu nous retenir
jusqu'à présent, en faisant luire à
notre esprit la lumière de la vérité,
afin que nous fuyons tout ce qui peut
vous offenser :
et que tout ce qui est
vrai, tout ce qui est honnête, tout ce qui est
juste, tout ce qui est saint, tout ce qui
est aimable , tout ce qui est d'édification et
de bonne odeur, tout ce qui est vertueux ,
et tout ce qui est louable dans les moeurs,
occupe désormais uniquement nos pensées,
et éclate dans toutes nos oeuvres.
( Philip,
ch. 4. )


À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 491
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

#3 Message par InHocSignoVinces » ven. 17 mai 2019 11:15

INSTRUCTION SUR LA DANSE.

CHAPITRE Ier.

Considération générale sur la Danse.



Les danses sont des réunions de personnes
de différent sexe, surtout de jeunes
garçons et de jeunes filles, qui, au son de
quelques instrumens
, se livrent ensemble
à des mouvemens mesurés pour se procurer
et pour donner du plaisir.
Ces danses
prirent naissance dans les solennités du
paganisme
, dont elles faisoient le principal ornement.
Des troupes d'hommes et de femmes, échauffés par le vin
et la bonne chère, se livroient ensemble à des
transports , en chantant des hymnes en
l'honneur de Bacchus. Les Egyptiens en
enrichirent le culte de leur dieu Apis.
Les Hébreux, qui les copièrent autour du
veau d'or, commencèrent la fête par un
festin
, et la continuèrent par des danses
licencieuses.
On dansa depuis aux chansons
sur les places publiques ; enfin on
y employa des flûtes et d'autres instrumens.
Des places publiques elles passèrent
sur les théâtres, et delà elles sont entrées
dans les palais des princes et des grands.
Mais en quelqu'endroit qu'elles se trouvent,
les Saints les ont toujours regardées comme
l'ouvrage du démon, qui a fait toutes les
pompes et toutes les vanités, pour séduire
et pour perdre les ames.


À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 491
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

#4 Message par InHocSignoVinces » sam. 18 mai 2019 15:16

A considérer l'exercice de la danse en
lui-même, on le trouvera, sans doute,
plus ridicule que dangereux. Qu'y a-t-il ,
en effet , de plus ridicule que d'aller ,
revenir, se courber, se relever en cadence,
tourner de tous côtés ?
Si la musique ne
lui prêtait les charmes de son harmonie,
pour couvrir sa turpitude et sa folie, d'une
apparence de décence e't de raison , et que
l'on vît faire, en silence, les différens
mouvemens que l'on fait en dansant ,
on ne pourrait s'empêchet de s'écrier avec
un des plus grands orateurs de l'ancienne
Rome, que pour danser il faut être
ivre ou avoir perdu la raison
(a) : Nemo
ferè saltat sobrius, nisi insanus.

En effet , qu'y a-t-il de plus contraire à l'état
d'une personne sensée que les mouvemens,
les gestes et les sauts que l'on fait
en dansant
? Louis Vivez , précepteur de
Charles-Quint , rapporte que des Espagnols,
qui se trouvoient en France , furent
si effrayés de voir des femmes danser,
qu'ils prirent la fuite, les disant et les
croyant agitées de quelque fureur extraordinaire.

(a) Cicéron.

À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 491
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

#5 Message par InHocSignoVinces » dim. 19 mai 2019 15:29

Si l'exercice que procure la danse étoit
l'unique but de ceux qui la recherchent,
si elle ne leur offroit que des plaisirs honnêtes
et décents, comme ceux que des
hommes peuvent se procurer ensemble,
en l'absence des femmes, et des femmes
ensemble, en l'absence des hommes, elle
n'existerait pas long-tems : pour l'abolir,
il suffirait d'en faire remarquer le ridicule.
Mais comme elle fournit aux passions que
l'on aime, de puissants moyens de se satisfaire,
il n'y a rien qu'on ne fasse pour
la défendre
; on cherche des raisons au
moins apparentes, on s'appuye sur les
plus foibles pour se la croire permise.

Qu'on y fasse attention, l'on verra que
les passions ne soutiennent la danse, que
parce que la danse soutient et autorise
les passions, et qu'elle ouvre un champ
vaste où rien ne les empêche de se développer
dans toute leur étendue.


Mais il ne suffit pas d'envisager la
danse en elle-même, il faut encore l'envisager
dans sa fin et ses circonstances
.
On voit qu'elle renferme une infinité de
dangers qui lui sont tellement inhérents,
qu'on ne sauroît les en séparer sans la détruire
entièrement.
On voit qu'elle est
presque toujours l'écueil de l'innocence,
le tombeau de la pudeur, le théâtre de
toutes les vanités mondaines et le triomphe
de toutes les passions ;
que c'est un assemblage
de tous les dangers du salut,
et un précis vif et piquant de toutes les
tentations ;
que tout y est écueil , que
tout y est poison : assemblées, objets,
entretiens, agitations, instrumens
,tout
y concourt à séduire l'esprit et le cœur,
et à y étouffer tout sentiment de piété
(a).

(a) Nicole. — Essais de morale.

À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 491
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: INSTRUCTION SUR LA DANSE, par l'abbé Hulot

#6 Message par InHocSignoVinces » lun. 20 mai 2019 16:02

Pourquoi y va-t-on? On y va pour se
divertir, pour prendre part et contribuer
au plaisir commun
, pour donner un libre
essort à des passions qu'on a déjà bien
de la peine à contenir dans la solitude,
et pour se livrer à tous les dangers qu'elle
présente.


Quelles sont les personnes qui y vont ?
Ce sont des femmes qui, joignant aux
graces naturelles l'artifice d'une brillants
parure
, font tout ce qu'elles peuvent pour
se rendre aimables et pour plaire aux
hommes.
Ce sont des hommes qui font
tout ce qu'ils peuvent pour témoigner à
ces femmes qu'elles leur plaisent et qu'ils
les aiment.


On ne peut disconvenir que , parmi
les desirs qui dominent dans le coeur des
femmes
, celui de plaire est le plus violent ;
c'est lui qui produit chez elles l'amour de
la parure, la jalousie, la vanité;
or, ce
desir prend une nouvelle force dans les
bals
. Qu'elles s'examinent à fond , et
qu'elles soient sincères , elles conviendront
qu'elles n'y vont que pour cela.

Parmi le grand nombre d'hommes auxquels elles
s'efforcent de plaire , il s'en trouve presque
toujours quelques-uns qui leur plaisent à
leur tour, et qui leur plaisent trop (a).

(a) Madame le Prince de Beaumont.

À SUIVRE...

Répondre

Revenir à « Actualité et thèmes secondaires »