Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2572
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#51 Message par Abbé Zins » ven. 17 mai 2019 20:58

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


3/

155. Car si Dieu, de par sa nature même, ne peut pas ne pas avoir en vue en premier sa Gloire, ce n'est point dans le sens de ce qui serait pour Lui un intérêt personnel, « non pour augmenter sa béatitude ou pour l'acquérir », mais c'est « en raison de sa Bonté... pour manifester sa perfection par les biens qu'il accorde aux créatures » (Vatican I, Sess. 3 ch.1, cf. n° 171).

C'est cette idée d'intérêt le plus souvent liée à celle de gloire, que saint Jean Chrysostome veut exclure de l'esprit de ses auditeurs à fort juste titre, en ce qui regarde les motivations de Dieu dans l'octroi de ses dons ; et non la finalité première de la Gloire divine que, par essence, Dieu ne peut pas ne pas vouloir en premier.

D'où ce qu'il dit dans le même sens : « Le divin Sauveur déclare ici qu'il n'a nul besoin de leur culte, et qu'il n'est pas venu dans son propre intérêt ou dans celui de sa gloire, mais pour leur salut.» (Saint Jean Chrysostome, in hom. 45 in Jn. 6,39)





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2572
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#52 Message par Abbé Zins » sam. 18 mai 2019 19:44

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


3/


156. Quant à la conciliation du fait que Dieu agisse à la fois uniquement pour sa Gloire et tout à fait gratuitement sans rechercher son intérêt, cela s'explique tout simplement par la nature même de Dieu et par ce en quoi consiste sa Gloire, à savoir en sa Bonté infinie, gratuite par essence ; sa Gloire, c'est précisément d'être la Bonté même qui crée, donne et pardonne gratuitement, gracieusement, puisque grâce et gratuit sont synonymes.

Vérité, conciliation, dont se font l'écho les Prophètes et les saints Docteurs :

« « Tous ceux qui invoquent mon Nom, je les ai créés pour ma gloire ».

Je les conduirai, parce que je les ai créés, formés et rendus fidèles Chrétiens, dans le but (ad hoc ut) qu'ils invoquent et célèbrent mon Nom, qu'ils servent ma Gloire et ma Majesté dans la sainteté et la justice tous les jours de leur vie, et de leur éternité.»


(Cornelius in Is. 43,7)




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2572
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#53 Message par Abbé Zins » mar. 21 mai 2019 19:38

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


3/


« « C'est moi, c'est moi-même qui efface tes iniquités, pour moi-même ». « Propter me », pour moi, en raison de moi-même, en raison de mon immense miséricorde, ainsi que de mon amour, non en raison des mérites de leurs pères.» (Cornélius a Lapide, in Is. 43,25)


« « Et c'est à cause de mon Nom que j'ai agi, afin qu'il ne soit point souillé devant les nations ». Ce que je songeais à faire en raison de ma justice, je ne l'ai pas mis à exécution en raison de la grandeur de ma clémence, pour ne point que mon Nom soit souillé et qu'il semble que je n'ai pas pu remplir (complere) ce que j'avais promis à Israël. J'ai donc épargné (peperci) mon Nom, afin que les Nations parmi lesquelles j'ai été connu en la terre d'Egypte n'aient point l'occasion de (le) blasphémer.» (Saint Jérôme, in Ez. 20,9)


« « Ce n'est point pour vous que je le ferai, maison d'Israël, mais à cause de mon saint Nom ». Comme je voyais cela, ce n'est pas pour eux mais pour la sainteté de mon Nom (car je suis le Créateur de toutes choses) que je les ai épargnés et les ai sanctifiés ; je leur ai rendu leur gloire passée.» (Saint Jérôme in Ez. 36,22)


« A cause de moi (propter me), parce que je suis miséricordieux et patient, et rempli de multiples miséricordes.» (Saint Jérôme, in Is. 43,25)




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Répondre

Revenir à « Vraie nature de la Charité »