Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2919
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#161 Message par Abbé Zins » mer. 06 nov. 2019 19:45

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


21/


264. Que Fénelon pousse sa pernicieuse radicalisation jusqu'à des erreurs manifestement scandaleuses, en voici la preuve :

Il bannit la crainte salutaire des châtiments et le désir louable des récompenses, objets des vertus de crainte et d'espérance (cf. prop. 2, plus haut) ;

ainsi que les exercices de piété : "Les saints mystiques ont exclu de l'état des âmes ainsi transformées les exercices des vertus" (prop. 21) ; "Le pur amour constitue seul toute la vie intérieure..." (prop. 23) :

ce qui revient à la perverse doctrine des Quiétistes maintes fois condamnée à travers ses divers propagateurs :

Abélard (D.B. 386), les Béguards (D.B. 472, 476), Eckard (D.B. 508, 514, 516-519),

Michel du Bay (D.B. 1016 ; et 1070 qui correspond aux 9e, 10e, et 12e prop. de Fénelon : D.B. 1335, 1336, 1338),

Molinos (D.B. 1221-1288), qui prêchait une sorte de charismatisme et mettait les péchés les plus grossiers des "âmes intérieures" sur le compte de Satan les violentant contre leur volonté (cf. entre autres, D.B. 1267),

les Jansénistes (D.B. 1297-1305, 1313), Quesnel (D.B. 1394-1417, 1441, 1442, 1448).


Cette doctrine n'est qu'une reprise des vieilles théories gnostiques (cf. D. Martinet, Theol. Mor. 1.2 a. 4 sur l'esp.),

et s'apparente aux théories panthéistes et quiétistes du brahmanisme et du bouddhisme visant à atteindre le "nirvana",

à celle de l' "apathéia" du stoïcisme ou du néo-platonicisme de Plotin (+ 270 ap. J.C.) ainsi que des euchites ou messaliens (IVe-Ve S.) ;

à celle des moines hésychastes du mont Athos (XIe S.) : voir le D.T.C. (Vacant et Mangenot), à l'article : Quiétisme.




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2919
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#162 Message par Abbé Zins » jeu. 07 nov. 2019 19:20

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


22/

265. Comme le montre saint Thomas (2.2. 23,2 corp. et ad 1), il faut distinguer la Charité Incréée qui est Dieu (I Jn. 4,8), et par appropriation le Saint-Esprit (cf. 2.2. 24,2),

de la vertu de charité, laquelle est quelque chose de créé dans l'âme (cf. n° 285).


Dans le premier sens, il faut entendre de façon absolue que la Charité, à savoir Dieu Lui-même, est la fin (ultime) de la loi.

D'où ce que dit saint Thomas (2.2. 44,4) : « Dieu doit être aimé comme la fin ultime à laquelle tout doit être référé.»


Tandis que dans le second sens, il faut dire qu'elle est l'ultime ordonnance ou loi qui fait atteindre et unit à la fin ultime qu'est Dieu.

En effet, si elle unit à la fin ultime, elle ne l'est pas elle-même.





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2919
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#163 Message par Abbé Zins » ven. 08 nov. 2019 18:44

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


22/

266. Néanmoins, comme les vertus sont toutes ordonnées les unes aux autres et que certaines sont fins par rapport aux autres, la vertu de charité a raison de fin par rapport à toutes.

Car, ainsi que saint Thomas le dit aussi ailleurs (Contra Gentes 3,2) :

« Dans les actions accomplies en vue d'une fin, tous les intermédiaires entre le premier agent (ou la cause première) et la fin ultime sont des fins par rapport aux actions précédentes et des principes actifs par rapport aux actions suivantes.»


Et c'est en ce sens que, même en tant que vertu théologale, la charité peut être dite fin de la loi ; mais non fin suprême, puisqu'elle-même a pour fin la divine Bonté, comme le dit saint Thomas (2.2. 23,5).


C'est pourquoi elle n' « est dite fin des autres vertus (que) parce qu'elle ordonne toutes les autres vertus à sa fin » (Saint Thomas, 2.2. 23,8 ad 3) qu'est Dieu ;

« parce que la charité nous unit à Dieu qui est la fin ultime de l'esprit humain » (2.2. 184,1) et « de la volonté humaine » (2.2. 122,2).





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2919
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#164 Message par Abbé Zins » sam. 09 nov. 2019 18:20

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


22/

« De même que lorsque l'Apôtre dit : « Le Christ est la fin de la loi » (Rom. 10,4), il veut dire : est son accomplissement ;

de même, la loi ne peut s'accomplir sans la charité.» (S. J. Chrysostome, hom. 2 in I Tim. 1,5)


D'où ce que dit encore le Docteur Commun (2.2. 27,6) :


« La fin de toutes les actions et de toutes les affections humaines est la dilection de Dieu,

par laquelle nous atteignons au maximum (maxime) la fin ultime.»





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2919
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#165 Message par Abbé Zins » lun. 11 nov. 2019 19:22

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


23/ 267. Il faut d'abord songer d'une part que, tout péché étant une préférence de notre volonté propre à la Volonté divine, l'amour de soi plus que Dieu est la source de tout péché :

« L'amour désordonné de soi est la cause de tout péché » (S. Th. 1.2. 77,4 ; cf. aussi 1.2. 84,2 ad 3),

« est le principe de tout péché » (S. Th. 2.2. 25,7 obj . 1 et ad 1 ; 2.2. 153,5 ad 3),

et par là de la damnation éternelle ;

et d'autre part, que seul l'amour de Dieu plus que soi est la source de toute vertu véritable,

en tant que méritoire de la vie éternelle :

« Sans la charité, il ne peut y avoir de vertu véritable au plein sens du mot (simpliciter).» (Saint Thomas, 2.2. 23,7 ; cf. 281s)





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Répondre

Revenir à « Vraie nature de la Charité »