Retour aux sources?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 550
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Retour aux sources?

#1 Message par gabrielle » sam. 27 févr. 2016 15:01

Dans le N.O.M. à la consécration, le Mysterium fidei est déplacé et dit après la consécration.

Est-ce qu'un rite qui déplace ainsi des paroles peut venir de l'Église et être catholique.

On nous a rabâché des milliers de foi, que ces paroles avaient été intercalés dans la consécration du vin et que Montini avait le droit de les enlever.

Quand est-il au juste?

L'Église n'est pas libre d'enseigner, de croire, de pratiquer ou de faire pratiquer n'importe quoi: elle est lié par l'ordre de Jésus-Christ d'enseigner, de croire, de pratiquer et de faire pratiquer ce qui vient d'en-Haut, c'est-à-dire les règles de foi, de morale et de piété ( cfr.2 Cor XIII,8 ; Matth XXVIII, 18,20 )

D'où l'Église a-t-elle tiré ces règles? C'est défini: "La vérité et la discipline se trouvent dans les livres écrits et dans les traditions non écrites qui ont été recueillis par les Apôtres de la bouche du Christ Lui—Même ou qui ont été transmises par ces mêmes Apôtres sous la conduite du Saint-Esprit, et nous sont parvenues de main en main... Ces traditions, enseignées verbalement par le Christ ou bien dictées par le Saint-Esprit, et conservées dans l'Eglise catholique par une succession continue, le Concile les reçoit et les vénère avec un égal sentiment de piété et de respect " (Concile de Trente, Session IV. le 8 avril 1546. De libris sacris et de traditionibus recipiendis : DB. 1501)
On comprend par là la portée de la réponse adressée le 29 novembre 1202 par le Pape Innocent III à Jean, Archevêque de Lyon :
" Vous vous demandez donc quelle est la forme des paroles que le Christ Lui-Même a employées quand Il transsubstantia le pain et le vin en son Corps et son Sang, alors que dans le Canon de la Messe, qu'utilise l'Eglise entière, il serait mis ce qu'aucun des Évangélistes n'a écrit. Dans le Canon de la Messe on trouve cette parole, apparemment intercalée : " mysterium fidei ". C'est que nous trouvons beaucoup de choses, tant des paroles que des actes du Seigneur, qui sont omises par les Evangélistes, et dont nous lisons que les Apôtres les ont soit complétées par la parole soit exprimées par le fait. Nous croyons donc que la forme des paroles, telle qu'on la trouve dans le Canon, les Apôtres l'ont reçue du Christ, et leurs successeurs de ces mêmes Apôtres " (DB. 782).( Cf: Bref examne Critique, Fascicule vendu ( dans le temps) BP 34.626 Vaduz-Liechtenstein, page 21 note 15)
Et on comprend également la valeur permanente du principe qui norme la " lex credendi " et la " lex orandi ", en rendant compte de leur sublime unité : " nihil innovetur nisi quod traditum est " — " in eodem semper sensu eademque sententia ".

Où est donc le soi-disant retour aux sources? La source véritable du N.O.M est le délire de Luther sur la Messe et la "doctrine" protestante qui ne jure que par ce qui est écrit.

Répondre

Revenir à « La révolution liturgique et sacramentelle montinienne »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité