Prières et actes d'offrande pour la Communion spirituelle

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1694
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Prières et actes d'offrande pour la Communion spirituelle

#21 Message par Laetitia » mer. 08 mai 2019 11:03

  Arvisenet, Oeuvres complètes, Migne, 1856 a écrit :La communion spirituelle est une pratique excellente que le saint concile de Trente conseille à tous les fidèles.

Cette espèce de communion n'est autre chose qu'un désir ardent et sincère de participer réellement au Corps et au Sang de Jésus-Christ, lorsqu'on ne s'approche pas effectivement de la Sainte Table.

Elle est d'autant plus facile qu'on la peut pratiquer tous les jours et à toutes les heures, mais plus particulièrement au temps du saint sacrifice de la messe, et surtout dans le moment de la communion du prêtre.

Quoique dans la communion spirituelle on ne reçoive pas le Sacrement, on participe néanmoins à ses effets, à ses fruits, aux grâces dont il est une source infiniment féconde, et on y participe d'autant plus qu'on fait un acte de religion avec plus de piété, plus d'amour, plus d'ardeur et plus de désir.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1694
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Prières et actes d'offrande pour la Communion spirituelle

#22 Message par Laetitia » dim. 12 mai 2019 21:52

  R.P. Croiset, Heures ou prières chrétiennes, 1730, Sur la Communion spirituelle, a écrit :
Le Saint Concile de Trente dans le chapitre huitième de la Session XIII, distingue trois sortes de communion.

1° - Une Communion simplement Sacramentelle et sans fruit ; et c'est celle que font tous ceux qui ont le malheur de recevoir la divine Eucharistie en état de péché mortel ; ils reçoivent à la vérité réellement le Corps et le Sang de Jésus-Christ, mais en recevant le Pain de Vie, ils reçoivent l'Arrêt de mort, et mangent, comme dit l'Apôtre leur condamnation : Judicium sibi manducat, I. Cor. II.

2° - Une Communion purement spirituelle : c'est celle que font ceux qui ne communiant pas réellement, ont un vif et ardent désir de manger ce Pain de vie ; et par ce vif et ardent désir de communier, reçoivent e fruit du Sacrement de l'Eucharistie, comme s'ils avaient communié réellement.

3° - Une Communion et Sacramentelle, et en même temps spirituelle : et c'est celle que font tous ceux qui communient en état de grâce, et dans les saintes dispositions où il faut être, pour retirer tout le fruit de ce divin Sacrement.

Jésus-Christ s'est mis réellement sous les espèces Sacramentelles du pain et du vin, pour nous faire connaître qu'il veut être la nourriture de notre âme : Caro enim mea vere est cibus : et sanguis meus vere est potus : car ma Chair, nous dit-il, est véritablement une nourriture, et mon Sang est véritablement un breuvage. Ego sum panis vivus qui de cælo descendi : Je suis le Pain vivant, qui suis descendu du Ciel ; si quelqu'un mange de ce Pain, il vivra éternellement. Et en vérité, en vérité je vous le dis : si vous ne mangez la Chair du Fils de l'Homme, vous n'aurez point la vie en vous.

Le Sauveur ne pouvait pas, ce semble, nous témoigner plus sensiblement le désir qu'il a qu'on communie. Mais comme tous les Fidèles ne peuvent pas avoir le bonheur de communier si souvent, et encore moins tous les jours, Jésus-Christ veut bien suppléer en quelque manière, au défaut de la Communion Sacramentelle, par la Communion Spirituelle qu'on peut faire à toutes les heures du jour, et à chaque fois qu'on la fait comme il faut, recevoir un grand nombre de grâces, et en quelque manière tous les fruits d'une saint Communion Sacramentelle.
(à suivre)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1694
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Prières et actes d'offrande pour la Communion spirituelle

#23 Message par Laetitia » mar. 14 mai 2019 22:13

Cette Communion spirituelle consiste dans un vif et ardent désir de recevoir le Corps et le Sang de Jésus-Christ : ce vif et ardent désir peut être exprimé par ces paroles de l'Ecriture :

Quemadmodum desiderat cervus ad fontes aquarum, ita desiderat anima mea ad te, Deus. Peut-on dire avec le Prophète : Comme un Cerf brûlé d'une soif ardente cherche une fontaine où il se puisse désaltérer ; ainsi soupiré-je après vous, ô mon Dieu ; ainsi désiré-je de vous recevoir dans l'adorable Eucharistie : Quis det de carnibus ejus, ut saturemur ? Toujours plus affamé de ce Pain de Vie, tout mon désir est de m'en nourrir à cette heure, et de m'en rassasier.

Le Saint Concile de Trente dit, qu'afin que le désir de communier devienne une Communion spirituelle, il faut qu'il procède d'une foi vive accompagnée de charité ; c'est à dire, qu'il faut que celui qui a cet ardent désir, soit alors en état de grâce, pour pouvoir s'unir spirituellement avec Jésus-Christ, et jouir du fruit que cette union spirituelle opère ; car celui qui serait alors en état de péché mortel, non seulement il ne communierait pas spirituellement ; mais le désir même qu'il aurait de communier en cet état, serait un péché grief, et une espèce de sacrilège. Que s'il ne formait ce désir que conditionnellement, c'est-à-dire, qu'il souhaitât de communier, supposé qu'il fût en état de grâce : ce désir alors serait à la vérité bon et louable, mais ce ne serait pas pour cela une Communion spirituelle, parce qu'on ne peut communier spirituellement, qu'on ne soit en état de grâce : sans quoi on ne retire aucun des fruits de la Communion. C'est pour cela qu'on doit prévenir par un acte de contrition, la Communion spirituelle.

L'état de grâce est donc absolument nécessaire pour la Communion spirituelle, et pour mériter les grâces que Dieu répand dans l'âme de ceux qui étant en état de grâce, communient réellement. Il se peut même faire quelquefois, disent les Pères spirituels, que celui qui ne communie qu'en désir, et en esprit, reçoive plus de grâces que celui qui communie réellement ; car encore qu'il soit vrai, que la Communion Sacramentelle soit d'elle-même d'un plus grand prix et d'un plus grand avantage que la Communion purement spirituelle, parce qu'en qualité de Sacrement elle confère la grâce par une vertu qui lui est propre, ce que ne fait pas la Communion purement spirituelle ; il est vrai néanmoins qu'on peut avoir un désir si ardent de communier, et que ce désir peut être accompagné d'un si grand amour, d'un respect si religieux, d'une humilité si profonde, qu'on reçoive par ce moyen plus de grâces qu'une autre personne qui communierait réellement, mais avec de moindres dispositions. La Communion spirituelle a cet avantage sur la Communion réelle, qu'on ne peut communier réellement qu'une fois en un jour, au lieu qu'on peut communier spirituellement, comme on a déjà dit, plusieurs fois chaque jour.
(à suivre)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1694
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Prières et actes d'offrande pour la Communion spirituelle

#24 Message par Laetitia » sam. 18 mai 2019 22:48

Avant que de faire cette Communion spirituelle, on doit commencer par se recueillir intérieurement, faire ensuite un Acte de contrition, et quelque courte prière : comme ce verset du Psaume 50.

Cor mundum crea in me Deus : donnez-moi, Seigneur, cette pureté de cœur si nécessaire, pour que je vous u reçoive moins indignement.

Il faut pour cela que vous me donniez cette contrition si parfaire, ces sentiments d'humilité si sincères, sans quoi Vous ne sauriez Vous plaire dans un cœur : Cor contritum et humiliatum Deus non despicies.

Je ne soupire qu'après celui que j'aime, et tous mes désirs sont de l'introduire dans mon cœur : Quasivi quem diligit anima mea.

Pain céleste, Pain de vie, venez rassasiez mon âme : toute autre nourriture la fait mourir de faim : Veni, Domine, veni et noli tardare : venez, Seigneur, venez dans mon cœur sans tarder.
(à suivre)

Répondre

Revenir à « La prière (en soi, orale, mentale, liturgique) »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité