LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#1 Message par InHocSignoVinces » mer. 25 déc. 2019 17:35

LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE.

Méthode pour diriger les âmes suivant leurs progrês dans la vertu.


Abbé A. SAUDREAU (1905)


PRÉFACE

Ce n'est pas une nouveauté d'établir parmi les
âmes chrétiennes une classification fondée sur
leur degré plus ou moins élevé de perfection.
Déjà, dans l'antiquité, l'auteur des oeuvres qui
portent le nom de Denys l'Aréopagite posait en
principe qu'il fallait reconnaître, dans le travail
de formation d'une âme par la grâce, trois phases
successives :
l'état de purification, l'état d'illumination
et l'état de perfection.



Longtemps avant, au deuxième siècle, Clément
d'Alexandrie avait décrit, dans les Stromates,
l'ascension du fidèle vers la gnose, c'est-à-dire
vers la science parfaite; il distinguait également
trois degrés : dans le premier domine la crainte,
par laquelle on s'abstient de l'injustice; dans le
second l'espérance qui fait désirer le souverain
Bien; dans le troisième la charité qui donne la
connaissance parfaite (Strom., iv, 7)1


Saint Basile reproduit la même doctrine (Proem,
in Reg.fas. tract
., nº 3).


« Saint Grégoire de Nazianze, dit Fénelon , a
suivi, comme presque tous les Pères, la divi-
sion des esclaves, des mercenaires et des
enfants, les premiers guidés par la crainte, les
seconds par l'intérêt, les troisièmes par l'amour. »



Au moyen âge, la même distinction devient
classique parmi les théologiens. Reprenant les
termes de Denys, ils distinguèrent la voie purgative
ou des commençants, la voie illuminative
ou des avancés et la voie unitive ou des parfaits,
et l'Église a confirmé cette doctrine en condamnant
une proposition de Molinos qui la rejetait.


1 V. Mgr Freppel, Clément d'Alexandrie, 18e leçon.

À SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#2 Message par InHocSignoVinces » jeu. 26 déc. 2019 16:20

Les auteurs mystiques se sont plu, eux aussi,
à diviser en des catégories distinctes les justes
qui vivent sur la terre.


Sainte Catherine de Sienne indique, dans son
Dialogue, les étapes que l'on rencontre au chemin
de la perfection. Dans cette sorte d'ascension de
l'âme vers Dieu, elle compte trois degrés et elle y
ajoute plus tard un degré supérieur, qui n'est
autre que l'union parfaite et consommée, ou le
mariage mystique.



Saint François de Sales, dans son Traité de
l'amour de Dieu
(L. X., ch. iv), divise les serviteurs
de Dieu en quatre classes. Richard de Saint-
Victor
distingue trois degrés de la charité. Sainte
Thérèse,
dans son livre du Château intérieur,
traite plus longuement et plus explicitement cette
question, et son génie naturel, sa grande expérience,
les lumières surabondantes que Dieu lui
communiquait, nous ont valu un vrai chef-d'oeuvre.



Si ce n'est point une nouveauté de classifier de
la sorte les états d'âme par où passent ceux qui
travaillent à leur perfection, ce n'est point non
plus une chose vaine et superflue.
S'il en était
ainsi, les Pères, les théologiens, les auteurs mystiques
n'auraient pas insisté sur ce point comme
ils l'ont fait.
D'ailleurs cette description des
phases successives de la vie ascétique forme toute
une psychologie spirituelle , dont l'étude est aussi
instructive qu'intéressante. Et puis n'est-il pas
certain que « les commençants et les parfaits
« doivent être conduits par des règles diffé-
« rentes 1 »?
Pour sagement diriger les âmes, il
importe beaucoup de tenir compte du degré de
perfection qu'elles ont acquis.



À SUIVRE...


1 Articles d'Issy rédigés par Bossuet, Fénelon et Tronson,
n° 34.

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#3 Message par InHocSignoVinces » ven. 27 déc. 2019 15:58

« La grâce des commençants, dit le Père Grou (Manuel des âmes
intérieures,
p. 71), n'est pas la même que celle
des personnes avancées, ni celle des personnes
avancées la même que celle des personnes
consommées en perfection. Telle disposition, qui
est bonne dans un commençant, ne le serait
pas dans quelqu'un de plus avancé; telle pra-
tique convient dans un état, qui ne convient
plus dans un autre. »
Sainte Thérèse faillit
s'arrêter dans la voie de la perfection parce qu'un
prêtre, du reste bon et zélé, Gaspar Daza, voulait
l'y pousser trop vite; beaucoup d'autres, au
contraire, sont demeurées dans une regrettable
médiocrité,
qui se seraient élevées très haut si on
leur avait appliqué les règles qui conviennent aux
âmes généreuses et déjà avancées.



Comment faut-il établir cette classification?
Il y a d'abord la distinction classique des trois
voies qu'il serait téméraire de rejeter. Nous
l'adopterons comme base. Mais cette classification
est bien large et les auteurs spirituels ont imaginé
d'autres distinctions plus détaillées ; pour ces
subdivisions nous croyons ne pas pouvoir prendre
de meilleur guide que
sainte Thérèse, non seulement
parce que son autorité en matière spirituelle
est de premier ordre, mais aussi parce
qu'elle a traité longuement et explicitement cette
question dans ses Demeures ou Château intérieur.
La doctrine des autres maîtres de la vie
spirituelle viendra, du reste, souvent confirmer et
compléter l'enseignement de cette grande Sainte.



Est-il besoin d'en faire la remarque? dans cette
sorte de graduation morale les divers degrés ne
sont pas séparés par des limites nettes et précises.
Prenons pour exemple les pécheurs : l'ignorance,
la faiblesse, l'insouciance et la malice —
c'est sur ces différents défauts que nous appuyons
notre distinction — se trouvent mélangés, suivant
les sujets, dans des proportions bien différentes.
Ainsi en est-il des âmes fidèles; des sentiments
bien divers, les uns plus proches, les autres plus
distants de la perfection, se croisent et se mêlent
dans la même âme. C'est le cas d'appliquer
l'adage des théologiens : « Judicium fertur ex
communiter contingentibiis. "
Le classement se
fait donc d'après les dispositions prédominantes,
qu'un observateur attentif saura bien découvrir.


À SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#4 Message par InHocSignoVinces » dim. 29 déc. 2019 12:19

Comment avons-nous pu être amené à traiter
un aussi grave sujet; nous devons peut-être l'expliquer,
afin de n'être pas taxé de témérité.


Nous étions loin, en commençant, de vouloir
donner à notre étude d'aussi complets développements.
Un simple article de revue sur une
question qui paraissait utile à élucider, voilà ce
qui nous avait été d'abord demandé ; et l'idée ne
nous serait pas venue de porter plus haut nos
visées si, le premier travail achevé, les encouragements
qui nous furent donnés et qui venaient
de juges fort compétents n'avaient stimulé notre
ardeur. Il ne nous parut pas impossible de compléter
notre oeuvre ; nous pouvions en effet mettre
à profit des notes que nous avions prises pour
nous guider nous-même dans la pratique de la
direction des âmes. Peu à peu ces notes devinrent
un livre. Tous ceux qui ont étudié sérieusement
une question savent ce qui arrive : la carrière
semble d'abord courte et facile; à mesure que
l'on avance, de nouvelles perspectives se déroulent
et la route s'allonge. Ainsi s'est fait notre
travail. Quel accueil recevra-t-il ? Dieu le sait 1. Si
l'on juge l'entreprise trop haute et l'auteur inférieur
à sa tâche, qu'on lui pardonne du moins en
faveur de ses intentions. Certaines choses nous
paraissaient vraies et utiles à dire : nous les avons
dites ; nous croyons n'avoir été que l'écho des
grands maîtres ; s'il en résulte quelque bien, c'est
à eux qu'il sera dû. N'eussions-nous fait que
mettre en relief certains textes de leurs ouvrages
et qu'inspirer par là le désir de les mieux connaître,
nous estimerions n'avoir pas perdu notre
temps et n'avoir pas fait perdre celui de nos
lecteurs.



1 Quand ces lig'nes parurent, il y a quelques années,
nous étions loin de compter sur une aussi grande diffusion.
Les deux éditions françaises, maintenant épuisées, comprenaient
4.000 exemplaires. Des traductions ont été faites en
langue étrangère ; d'autres se préparent.
Dieu a visiblement
béni notre travail. Qu'il daigne le bénir encore et le faire
servir à l'instruction et à l'édification des âmes chrétiennes !

(Note de la 3e édition.)


À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#5 Message par InHocSignoVinces » lun. 30 déc. 2019 15:17

PRELIMINAIRES

CHAPITRE PREMIER

Les Pécheurs



1. L'endurcissement

1. Avant d'étudier les ascensions de l'âme dans
la vie spirituelle, essayons d'établir en quelques
pages les degrés du péché. Si l'âme constamment
fidèle s'élève de sommet en sommet jusqu'à la
sublime perfection,
l'âme rebelle, au contraire,
peut descendre de précipice en précipice et s'enfoncer
dans les abîmes du mal jusqu'à d'insondables
profondeurs.



Il n'est pas question, pour le moment, de ceux
qui tombent accidentellement dans les fautes
graves et savent ensuite se relever;
mais de ceux
qui demeurent dans le péché et n'ont pas le courage
d'en sortir.



À SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#6 Message par InHocSignoVinces » jeu. 02 janv. 2020 17:45

2. Chez les uns, la foi reste entière; ils ne
cherchent point à en secouer le joug. Est-ce grâce
particulière de Dieu, est-ce attachement naturel à
leur religion, ou bien influence salutaire d'un
milieu chrétien? Toujours est-il que leur foi a été
préservée de tout assaut; ils ne connaissent pas
le doute, et la vérité n'a pour eux rien perdu de
son évidence.


Dans ce premier cas, les remords sont vifs, le
pécheur voudrait quitter son péché, mais il n'en a
pas le courage; il souffre de la tyrannie de ses
passions, cependant il en demeure l'esclave; si
c'est la difficulté de l'aveu qui retient dans l'éloignement
des sacrements ou peut-être dans le
sacrilège, grand encore est son tourment et grand
le désir qu'il éprouve de sortir de cet état ; souvent
même il y est résolu, mais au dernier moment il
recule et remet à plus tard. Ce n'est pas encore
l'endurcissement, l'obstination dans le péché.
Aussi, de toutes les âmes pécheresses, celles-ci
qui ont conservé une foi plus vive sont les plus
faciles à convertir,
surtout si elles ont gardé
quelque habitude de la prière.



3. Mais rarement on en demeure là; la résistance
au bien, l'infidélité continuelle finit par
rendre les grâces moins abondantes et moins efficaces,
la voix de Dieu toujours repoussée devient
moins pressante, les remords diminuent, la foi,
si elle ne s'éteint pas, est obscurcie; d'un autre
côté, les passions toujours caressées deviennent
de plus en plus exigeantes et tyranniques; alors
le pécheur tombe dans l'endurcissement.



Cet état est déplorable, il est très injurieux à
Dieu et dangereux pour l'âme.
Celle-ci se montre
insensible aux meilleurs raisonnements, elle ne
se laisse pas ébranler même par les considérations
les plus graves; tout glisse sur elle comme l'eau
sur le marbre, sans pénétrer, sans amollir sa
dureté.
C'est que le mal n'est pas dans le jugement,
il est dans la volonté; c'est la volonté qui est
rebelle, qui se raidit avec obstination, repousse à
l'avance tous les arguments et dédaigne de s'y
arrêter.



À SUIVRE... Causes de l'endurcissement

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1638
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LES DEGRÉS DE LA VIE SPIRITUELLE, par l'Abbé A. Saudreau.

#7 Message par InHocSignoVinces » lun. 06 janv. 2020 22:36

2. Causes de l'endurcissement


4. Nous avons dit que l'endurcissement venait
de la résistance à la grâce; cette résistance produira
des effets d'autant plus pernicieux qu'elle
sera plus coupable.
Ainsi elle est moins dangereuse
si elle vient de l'ignorance, comme il arrive pour
nombre d'âmes peu instruites, à l'intelligence peu
ouverte, ou dont l'éducation chrétienne a été fort
incomplète. On pourrait ranger dans la même
catégorie certains caractères très étourdis et
inconsidérés, peu capables de réfléchir à la grièveté
de leurs fautes.
Ayant moins reçu de Dieu et
appelés par Lui à une moindre perfection, ils sont
plus excusables et le Juge pour eux sera moins
sévère.



5. Si c'est par lâcheté qu'on est infidèle à la
voix de la conscience, par exemple par crainte de
se faire violence ou par lassitude et découragement,

les effets de cette infidélité seront beaucoup
plus funestes.



À SUIVRE...

Répondre

Revenir à « Actualité et thèmes secondaires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités