Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations ?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#11 Message par Abbé Zins » jeu. 16 nov. 2006 13:44

EA a écrit : La question est surtout de savoir si Dieu est antisémite par la malédiction qu'il porte sur le peuple juif "infidèle" pour ne pas dire "perfidium."

La question est aussi la suivante : la malédiction divine s'arrête t-elle à la fin du temps des nations ?
Avant de se pencher sur la solution de la question principale : Que faut-il entendre par : la "fin des temps des nations" ? ,

il convient de savoir avec précision ce que désigne en cette Prophétie de Notre Seigneur l'appellation : les nations.

Dans la Sainte Ecriture l'appellation : les nations désigne les non juifs.

Dans l'Ancienne Alliance, cela a toujours sur le plan religieux et moral une connotation négative, en tant que les nations étaient alors toutes païennes, idolâtres et immorales.

Dans la Nouvelle Alliance, cette appellation garde en partie une connotation négative, pour ce qui se rapporte à celles des nations demeurées infidèles et idolâtres.

Mais, en ce qui concerne la meilleure part des Nations, celles converties et devenues Chrétiennes, cette appellation est alors prise en un sens très positif.

Ceci, par contraste avec les juifs ayant repoussés le Christ-Messie, et devenus ainsi, comme le note EA, "perfides", c.à.d. déviés de la Foi des Patriarches et des Prophètes.


Dans la Prophétie du divin Maître ici mentionnée, l'appellation : les nations garde une connotation principalement positive en désignant les Nations Chrétiennes, tout en désignant aussi secondairement les nations infidèles comme celles des mahométans.

Ceci, du moins, en ce qui concerne la très longue durée durant laquelle Jérusalem devait restée foulée aux pieds par les Nations.

Ce qui a commencé avec sa destruction par les Romains encore païens lors du siège sous Titus, ensuite durant sa reconstruction et sa domination par les Romains devenus Chrétiens, puis tour à tour par les arabes devenus musulmans, par les Croisés, enfin par les Turcs.


En ce qui concerne la fin de cette situation de Jérusalem foulée aux pieds par les Nations, que cette Prophétie du Christ-Jésus annonçait devoir coïncider avec la fin des temps des nations, l'appellation : les nations reprend une connotation tout à fait négative à un double niveau.

Qui pourrait expliquer pourquoi ? et en quoi ?


A cette solution se rattache aussi la réponse précise à l'intéressante question soulevée par Ea :
EA a écrit : la malédiction divine portée sur le peuple juif "infidèle" s'arrête t-elle à la fin du temps des nations ?
Qui pourrait répondre à cette question ?

Ne serait-ce qu'en émettant de simples hypothèses de solution, ou des réflexions pertinentes à ce sujet.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#12 Message par Abbé Zins » ven. 17 nov. 2006 10:30

N'y a-t-il que FiF pour faire part de ses réflexions à ce sujet si actuel et pour émettre au moins des hypothèses de solution ?

Rappel des deux dernières questions restées sans tentative de réponse :

1. En ce qui concerne la fin de cette situation de Jérusalem foulée aux pieds par les Nations, que cette Prophétie du Christ-Jésus annonçait devoir coïncider avec la fin des temps des nations, l'appellation : les nations reprend une connotation tout à fait négative à un double niveau.
Qui pourrait expliquer pourquoi ? et en quoi ?

2. La malédiction divine portée sur le peuple juif dévié de la Foi des Patriarches et des Prophètes en repoussant le Christ-Messie s'arrête t-elle à la fin du temps des nations ?

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#13 Message par Abbé Zins » sam. 18 nov. 2006 10:25

Fortes in Fide a écrit : Réponse au 1) : les "nations" sont un châtiment divin. Ce châtiment aura une fin (dans le temps) quand il aura atteint sa fin (but) : la conversion d'Israël.

Cela répond au 2), la malédiction divine n'ayant plus d'objet.
Toutefois, cher FiF, cette conversion d'Israël a-t-elle déjà eu lieu ?

Qu'en est-il actuellement de Jérusalem ?

Ce ne sont pas en elles-mêmes les "nations" qui sont un châtiment divin, mais le fait qu'elles foulent Jérusalem et Israël à la place des Juifs dispersés ne pouvant en reprendre possession.

Merci à FiF de ses réflexions, surtout pour les premières sur lesquelles je tâcherai de revenir plus tard.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#14 Message par Abbé Zins » sam. 18 nov. 2006 11:21

Répondons d'abord à l'intéressante question d'EA, dont la solution aidera à répondre peu à peu au reste de l'énigme de cette Prophétie du divin Maître concernant notre époque du retour des Juifs en Israël.

En revoici l'énoncé :
EA a écrit : La malédiction divine portée sur le peuple juif dévié de la Foi des Patriarches et des Prophètes en repoussant le Christ-Messie s'arrête t-elle à la fin du temps des nations ?
Selon la seule Justice divine, le déicide opéré par la mise à mort de la nature humaine du Verbe incarné est à tout jamais irrémissible.

Pourtant, les Pères et Saints Docteurs ont souligné que Notre divin Sauveur a moins considéré par qui Il est mort que pour qui.

Il a été mis à mort tant par leurs mains L'ayant saisi et par leurs langues ayant appelé sa crucifixion et son Sang sur leurs têtes, qu'en raison du Péché originel et de tous nos péchés mortels personnels, eux également de soi irrémissibles à s'en tenir à la seule Justice divine.

Notre divin Sauveur a donc moins considéré être mort par nous que pour nous tous en puissance, dans la mesure où le fruit infini de la Rédemption salvatrice obtenue par son Saint Sacrifice nous est appliqué et se trouve ensuite conservé en nous par l'état de grâce ou retrouvé par le pardon divin et la pénitence.

Il en était de même de la dispersion du peuple juif à la fois déicide et dévié de la Foi des Patriarches et des Prophètes en repoussant le Christ-Messie, et de sa ventilation sur toute la terre.

Au regard de la seule Justice divine, énoncée par Moïse et publiée notamment dans le Deutéronome (30,1-3), seule une véritable conversion, une demande de pardon à Dieu, pouvait mettre fin à leur dispersion et obtenir leur retour en Israël.

Appuyé sur l'optique de cette seule Justice divine, Saint Jean Chrysostome, surtout en ses 5e et 6e discours contre les Juifs et les judaïsants, démontre fortement l'impossibilité à ce titre de leur retour en Israël : celui-ci nécessitant leur conversion en tant que peuple, tandis que cette conversion en tant que peuple impliquait leur réunion, la fin de leur dispersion, leur reformation comme peuple. Cela tenait donc, sous cet angle de la seule Justice divine, de la quadrature du cercle.

Il n'est donc guère étonnant que le peuple juif soit resté près de 2000 ans sans roi, sans prêtre, sans sacrifice selon la Prophétie d'Osée, dispersé et errant partout en étranger sur la terre, comme un nouveau Caïn.

Les voilà pourtant revenus en Israël et reformant un peuple.

Et selon la prédiction explicite du divin Maître citée en ce fil, cela implique que nous soyons arrivés à la fin des temps des Nations.


Avant de préciser le sens de cette expression, daignez me permettre de vous inviter à nouveau à le faire par vous-mêmes. Les explications déjà données à présent devraient maintenant vous suffire pour le comprendre et l'exposer vous-mêmes.


Reposons donc deux questions pour vous aider à trouver :

1) Que désigne la fin des temps des Nations ?


(En vous rappelant que le sens scripturaire de l'expression "les Nations" a déjà été énoncé plus haut, quoiqu'il demanderait à être précisé pour ce qui concerne spécifiquement la Prophétie ici analysée.)

2) Pourquoi la fin, moins de la malédiction des perfides déicides que d'un de ses principaux effets sur eux et leurs enfants, est-elle liée de fait, selon la Volonté et le plan de Dieu, à la fin des temps des Nations ?

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#15 Message par Abbé Zins » lun. 20 nov. 2006 11:18

Fortes in Fide a écrit : il me semble que, si la diaspora est un châtiment qui ne doit prendre fin qu'avec la conversion (de même que la tristesse est un châtiment qui ne prend fin qu'avec la grâce retrouvée dans le sacrement de pénitence), eh bien le fait de vouloir recouvrer le fruit (retour sur la Terre Sainte) de la conversion sans la conversion préalable, c'est le signe d'un orgueil incommensurable. C'est un affront supplémentaire à Dieu. C'est comme un mauvais élève qui voudrait obtenir un bon point sans ne rien faire, et qui l'exigerait du maître.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#16 Message par Abbé Zins » mar. 21 nov. 2006 11:40

Si vis pacem a écrit :
Quant au 1° - "La fin des temps des nations" pourrait correspondre à l'apostasie des nations. Ainsi, nous aboutirions, mutatis mutandis, à un rejet du même type que celui de la nation juive au moment de la crucifixion de Notre-Seigneur.
Quant au 2° - Cette fin est liée parce qu'étant dans le péché, tout le monde est égal. En effet, il serait injuste de continuer à punir, d'une façon singulière, une Nation (ici les juifs) alors que les autres nations seraient tombées dans le même péché. Or Dieu est infiniment Juste.
De même, cela montre à la face du monde, que Notre-Seigneur est venu pour toutes les Nations parce que toutes sont coupables. Alors pourra s'exercer, à la fin, Sa Miséricorde envers toutes les Nations (juifs et gentils)
Comparons ceci à ce passage lu ce matin en l'Office de Saint Louis, au 3e nocturne :
Saint Ambroise a écrit :
« Il était de bon ordre que, devant appeler les Nations et décréter la perte des Juifs qui ne voulurent point que le Christ régnât sur eux, le Sauveur employât d'abord cette comparaison, pour éviter que l'on en vint à dire : Il n'avait rien donné au peuple juif qui pût le rendre meilleur ; pourquoi exiger quelque chose de qui n'a rien reçu ? » (Saint Ambroise, in Luc 19,12s)
Si donc le refus que le Christ règne sur eux a justement mérité la perte spirituelle et le non maintien en tant que nation du peuple juif qui avait tant reçu de Dieu en ayant été spécialement choisi par Lui jusque là, ne doit-il pas en être de même des Nations autrefois Chrétiennes qui ont à présent politiquement apostasiées en rejetant à leur tour le Règne public du Christ-Roi sur elles et en elles !?

Ce rejet du Règne effectif du Christ-Roi par toutes et chacune des Nations en leur vie politique et publique mérite à son tour leur perte spirituelle et leur non maintien en tant que nations.


Est-il donc étonnant de les voir à présent perdre leur souveraineté et indépendance nationale au profit de grands rassemblements ou nations-unies en un grand tout, bientôt mondial ?

Cette fusion politico-irréligieuse mondiale est une des grandes caractéristiques annoncées pour le règne universel de l'Antéchrist.

Perte spirituelle par la grande Apostasie des Nations prédite par Saint Paul comme devant précéder et préparer ce règne universel de l'Antéchrist, qui mérite aussi la peine de mort à toutes les Nations et, par là, la fin du monde d'ici-bas.


Il nous faudra compléter cette explication de la Prophétie du divin Maître énoncée en ce fil par un exposé de Saint Paul comparant cette chute spirituelle annoncée des Nations à présent réalisée, avec celle accomplie à la venue du Messie par les Juifs L'ayant alors et depuis repoussé.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#17 Message par Abbé Zins » mer. 22 nov. 2006 12:09

EA a écrit : Les autres nations ont le péché de déïcide en moins à supporter. Et puis Dieu a t-il puni de la même peine les juifs devenus chrétiens des temps apostoliques ? L'histoire ne le dit pas.
Et puis, si Dieu s'est montré miséricordieux pour Sodome au point qu'il a su faire le tri entre les justes (Loth et les siens) et les autres pourquoi ne manifesterait il pas la même miséricorde pour la France dont le peuple ne veut pas qu'Il règne.

Notre Dame de France, St Jeanne d'Arc, Ste Thérèse obtenez du Père pour la France ce que Loth obtint pour Sodome !
Précisément, Loth n'a rien obtenu pour Sodome !

La seule chose qui aurait pu la sauver aurait été une conversion réelle comme celle des Ninivites.

Par contre, Loth a obtenu son propre salut en s'écartant de Sodome et surtout de ses moeurs dépravées. Exemple à retenir et à imiter !

Toutefois, n'est-ce pas dépasser même Sodome et Gomorrhe que de ne plus se contenter d'imiter leur péché de luxure mais d'aller jusqu'à en faire d'abominables "cérémonies", de le protéger et favoriser par la loi en poussant le paroxysme jusqu'à livrer d'innocentes petites victimes aux tripatouillages quotidiens de ce genre de dépravés en prétendant autoriser "légalement" leur séquestration sous l'étiquette de "l'adoption" !?

La Pentapole s'est vu châtier par une pluie de feu et de soufre : que nous attend-il !?
EA a écrit : Dieu a t-il puni de la même peine les juifs devenus chrétiens des temps apostoliques ?
Ce qui a fait la prolongation du châtiment des descendants des juifs ayant repoussé le Christ-Messie, c'est que ceux-ci ont adhéré au rejet de leurs pères déviés de la Foi des Patriarches et des Prophètes.

Dans la mesure où les tout premiers Chrétiens issus du peuple jusque là élu n'ont pas adhéré au rejet du Christ-Jésus, ils n'ont jamais été sous la malédiction qui en a résulté pour les autres.

Quant à ceux qui se sont écartés de ce rejet et ont adhéré au Christ-Jésus, ils se sont par le fait même écartés de même de la malédiction qui en a résulté pour ceux qui adhèrent à ce rejet du divin Sauveur. Exemple à retenir et à imiter !


Il importe donc assurément de prier d'être préservé de la séparation d'avec le divin Sauveur ou d'avoir la grâce d'adhérer ou de revenir à l'union avec Lui et son Corps Mystique afin d'être épargné des maux spirituels et moraux.

Quant aux maux temporels, ils sont toujours probateurs, puis soit purificateurs, soit méritoires quand ils sont supportés avec patience.

La pluie de feu et de soufre sur Sodome et Gomorrhe étant une parlante figure de la conflagration universelle qui doit mettre fin à l'histoire humaine ici-bas, laquelle est à son tour une figure du feu sulfureux infernal.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#18 Message par Abbé Zins » jeu. 23 nov. 2006 11:12

La Prophétie du divin Maître citée en ce dossier est une des données principales pour comprendre un mystérieux plan divin énoncé plus ouvertement par Saint Paul.


L'actuel mouvement de contre-balancement en cours de réalisation, qui entre dans ce mystérieux plan divin, est a priori aussi étonnant pour nous maintenant que le renversement inverse l'a été pour les Juifs du premier siècle de l'Ere Chrétienne.


Qui saura supputer ou découvrir quel est ce double profond bouleversement dont Saint Paul s'est fait l'écho et auquel fait aussi allusion cette Prophétie de Notre divin Seigneur concernant Jérusalem ?

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#19 Message par Abbé Zins » ven. 24 nov. 2006 8:36

Fortes in Fide a écrit :
de même que :
-les Juifs ont en partie refusé le Christ, et en partie (voire en majeure partie) accepté le Christ et la vraie Foi
-que les nations ont été admises à ladite vraie Foi et à l'unité catholique,

de même on peut penser que :
-les hérétiques et apostats de toute bure vont tomber dans le paganisme le plus immonde et être rejetés par Dieu dans la gueule de l'Enfer;
-les actuels israélites vont se convertir et être admis dans la véritable Église une fois purgée de la vermine hérétique.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3347
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Jérusalem non juive jusqu'à la fin des temps des nations

#20 Message par Abbé Zins » sam. 25 nov. 2006 20:24

L'ultime exposé de FiF s'approche effectivement du sens obvie de cette Prophétie.

Voici deux étonnants commentaires de Saint Jérôme qui vont nous aider à mieux saisir ce mystérieux plan divin de providentiel contre-balancement :
« De l'incrédulité des Nations viendra pour Israël la connaissance de la Vérité.» (Saint Jérôme, hom.1 in Cantique)

« Il fut dépouillé de ses vêtements, à savoir des Juifs. Il fut revêtu de la pourpre, à savoir de l'Eglise des Nations, rassemblée d'entre les rocs de la mer.

De même, dépouillé d'elle après sa chute, à la fin, Il revêt à nouveau le peuple juif. En effet, quand la plénitude des Nations est entrée, alors tout Israël sera sauvé.»


« Vestimentis suis nudatur, i.e. Judaeis. Purpura induitur, i.e. gentili Ecclesia, quae de scopulis maris est collecta. Item ea scandalizante exutus in fine : Judaica rursum induitur plebe. cum enim intravit plenitudo gentium, tunc omnis Israël salvus erit.»

(Saint Jérôme in Marc XV,17,20)

Répondre

Revenir à « Prophéties de la Sainte Écriture et Réalisations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités