SAINT KENELM, ENFANT MARTYR, 17/07/819

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 550
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

SAINT KENELM, ENFANT MARTYR, 17/07/819

#1 Message par gabrielle » mar. 12 févr. 2019 17:39

SAINT KENELM, ENFANT MARTYR, A WINCHELCUMBE, EN ANGLETERRE, 17 JUILLET 819.

Le roi des Merciens, Kenulf, ayant quitté le monde, en l'an du Seigneur 819, après avoir gouverné pendant 24 ans, ne laissa comme héritier que son fils Kenelm, qui avait deux soeurs, Quendreda et Burgenilda. Kenelm était encore enfant, mais ses qualités et sa piété lui avaient gagné l'affection du peuple, qui l'avait proclamé roi. Sa soeur Quendreda, jalouse et impatiente de régner, chercha à dresser des embûches à son frère. Ne pouvant réussir à l'empoisonner, elle gagna par de grandes récompenses et par l'espoir de partager avec elle le gouvernement du royaume, le tuteur de Kenelm, nommé Ascherbertus, et lui conseilla d'égorger son frère. De concert les deux scélérats préparèrent leurs flèches, pour frapper le roi dans l'obscurité.

Kenelm raconta un jour ce rêve à sa nourrice Wlibenna « Devant ma chambre poussait un arbre dont la tête touchait aux astres ; je me tenais sur ses branches les plus élevées, et de là je pouvais contempler le pays environnant à une très grande distance. Cet arbre était magnifique, ses branches s'étendaient majestueusement au loin, et, depuis le haut jusqu'au bais, il était tout couvert de fleurs. En outre, il me semblait que d'innombrables lumières rayonnaient de tout mon corps et que les trois provinces de ce royaume s'inclinaient devant moi avec une profonde vénération. Tandis que de l'extrême hauteur où je me trouvais je jouissais de ce spectacle, quelques-uns de mes sujets, s'élançant tout à coup, scièrent l'arbre qui s'abattit avec un fracas épouvantable. Mais je fus subitement changé en un petit oiseau blanc, et je m'envolai gaiement. »

Dès que l'enfant eut achevé, la nourrice, se frappant la poitrine, s'écria toute chagrine : « Hélas ! mon cher petit enfant, hélas ! toi qui as vécu de mon lait ! hélas ! mon tendre nourrisson ! Quoi ! est-ce possible que les embûches de tes parents; est-ce possible que les desseins pervers de ta soeur et de ton tuteur prévalent contre toi ? J'ai peur que la chute de cet arbre ne soit le présage de ta mort ! Ce qui me console, c'est le petit oiseau qui représente ton âme montant vers la gloire. (1) »

Ascherbertus, ayant enfin trouvé l'occasion cherchée, emmena avec lui Kenelm à une chasse, plaisir cher à ses aïeux. Comme on approchait de la forêt, l'enfant, qui n'avait encore que sept ans, s'endormit et glissa de son cheval, sans se réveiller. Alors le tuteur creusa promptement une fosse et y précipita le pauvre enfant.

Mais le petit Kenelm s'éveilla et le tuteur emmena l'enfant..
.
à suivre



1. E. Renan, Hist. du peuple d'Israël, t. IV, p. 332.

BOLL. Biblioth. hagiog. lat. (1900), 693, 1364 ; Capgrave, N. leg. Angliæ (1516) 206 ; (2° II, 110-114), BOLL. Act, sanct. (1725) juill. IV, p. 297-300 ; Hardy, Descript. catal. (1862) I, I, 508-509

Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines
du christianisme jusqu'au XXe siècle
TRADUITES ET PUBLIÉES
Par le R. P. Dom H. LECLERCQ
Moine bénédictin de Saint Michel de Farnborough

Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 550
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: SAINT KENELM, ENFANT MARTYR, 17/07/819

#2 Message par gabrielle » mer. 13 févr. 2019 14:57

Mais le petit Kenelm s'éveilla et le tuteur emmena l'enfant

bien loin de là, dans une profonde vallée située au centre de la forêt, et appela Clento. Tandis que le tyran cherchait un endroit secret où il pût commettre son crime, l'enfant, usant des paroles mêmes de Notre-Seigneur, dit à son bourreau : « Ce que tu veux faire, fais-le vite. » C'est donc en ce lieu même, sous un arbre d'épines, que Kenelm, enfant de sept ans, eut la tête tranchée. On raconta qu'il avait étendu aussitôt ses petites mains et saisi sa tête. On ajouta bientôt qu'au moment de l'exécution, il avait entonné le Te Deum, et que, arrivé à ce verset : Elle vous loue, Seigneur, la blanche armée des martyrs, il expira sous le fer de l'assassin, le 16 des kalendes d'août.

Le misérable bourreau recouvrit aussitôt de terre le cadavre de l'enfant et revint en hâte au palais. Mais le Ciel, qui seul avait vu le martyre de l'enfant, se chargea de le faire connaître et de révéler la gloire dont il jouissait. On vit à plusieurs re-prises [la foudre ?] descendant du ciel et se posant sur le lieu où était enseveli le bienheureux. Les animaux sans raison firent découvrir ce que les hommes s'efforçaient de cacher. En effet, une vache blanche qui appartenait à une veuve du pays, et paissait sur un terrain public, vint au tombeau du saint qui se trouvait dans la vallée, et là se mit à manger avec gourmandise sans qu'on pût la faire changer de place, tant elle trouvait excellente l'herbe de cet endroit. Toutes les fois que les troupeaux étaient conduits en ce lieu, ils donnaient une fois plus de lait qu'à l'ordinaire, et l'on remarquait que l'herbe ton-due le soir se trouvait le lendemain en plus grande abondance. De là vient qu'on appela ce lieu la Vallée-de-la-Vache (1).

Dès que Quendreda eut obtenu le trône qu'elle devait à un fratricide, elle porta un édit qui terrifia tous ses sujets, et dans lequel elle déclarait que quiconque rechercherait, découvrirait Kenelm ou même parlerait de lui, aurait la tête coupée.


1. On saisit ici une légende à son premier état de formation. Le cadavre putréfié de l'enfant servit d'engrais et les cultures voisines en profitèrent. Un fait analogue s'est produit à notre époque. La précocité du marronnier du 20 mars s'expliquait par la fosse qui y avait été creusée au pied, en 1792, et avait reçu les cadavres des Suisses tués le 10 août

à suivre

Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 550
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: SAINT KENELM, ENFANT MARTYR, 17/07/819

#3 Message par gabrielle » jeu. 14 févr. 2019 14:46

Mais la lumière qu'on s'efforçait d'éteindre en Angleterre, brilla avec plus d'éclat à Rome. Tandis que le pape Léon célébrait la Messe, une colombe blanche entra dans l'église, portant en son bec un billet sur lequel se trouvaient écrits en anglais des caractères d'or, qu'elle vint déposer sur l'autel. Le Souverain Pontife prit ce parchemin dont il ne pouvait comprendre les paroles, et le montra à des sujets de diverses nations. Les Anglais lurent sans difficulté ce billet qui contenait ces mots : « A Clento, dans la Vallée-de-la-Vache, gît l'enfant roy Kenelm, égorgé sous un arbre d'épines ».

Le Pape, sans se soucier des menaces d'une femme, envoya immédiatement en Angleterre des cardinaux-légats en compagnie de fidèles de nationalité anglaise, et leur remit des lettres pour l'archevêque de Cantorbéry, Wilfrid, et les autres évêques d'Angleterre, avec mission de transférer du lieu indigne où il était caché, dans une église, le corps du martyr Kenelm. Lors-qu'on éleva son corps de terre, une source d'eau vive jaillit de l'endroit où il avait reposé, et beaucoup de ceux qui burent au ruisseau qu'elle forma furent guéris de leurs infirmités. Quand on tira les reliques de la forêt, des sourds, des aveugles, des boiteux et d'autres infirmes en grand nombre recouvrèrent la santé.
Fin

Répondre

Revenir à « Martyrs et martyres »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités