Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

Message
Auteur
Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#1 Message par Ultima Ratio » mar. 20 mars 2018 9:24

:evil:
R.P Guérard des Lauriers a écrit :La distinction et l’unité entre Missio et Sessio sont tellement inhérentes à l’Église, qu’elles sont homologuées par le Droit Canon, tant dans l’universel qu’en particulier.
“D’institution divine, la hiérarchie sacrée comporte, eu égard à l’ordre [ratione ordinis] : Évêques, prêtres, ministres ; eu égard à la juridiction [ratione juridisdictionis] : le pontificat suprême et l’épiscopat subordonné …” (canon 108.3). Ainsi, la hiérarchie sacrée, une et unique, comporte cependant DEUX rationes : la ratio ordinis ressortit à la Missio, la ratio jurisdictionis à la Sessio
. http://www.sodalitium.eu/consacrer-des- ... %E2%80%82/
- ( Missio et Sessio ). Ce ne sont pas deux choses différentes , ce sont deux rapports différends d'une même chose. On n'a pas la mission et la juridiction , soit qu'on manque du titre qui les confères , soit qu'on n'ait pas de sujets sur qui elles se déployant.Pour avoir une mission légitime , & il en est de même de la juridiction , il ne suffit pas de la tenir d'un évêque quelconque ; il faut la recevoir de celui qui a été chargé par l'église de la conférer : sans cela on n'a pas la mission , la juridiction que J. C. a confiées à son église , & qu'il l'a chargée de distribuer à ses ministres.les pasteurs n'étant plus institués selon le mode prescrit par l'église.Ils n'ont plus dans ce nouveau régime ni mission et juridiction personnelles , ni mission et juridiction locales. Ils n'ont donc, sous aucun point de vue , la mission et la juridiction nécessaires au ministère pastoral. Ils n'ont donc qu'un ministère faux et schismatique.
R.P Guérard des Lauriers a écrit :Sans Missio, plus de Sessio, ni de Hiérarchie, ni donc d’Église (19). S’il est vrai que la Missio, à elle seule, est impuissante à enfanter la Sessio, la Sessio, à elle seule, est vouée à une mort lente, et ce ne sont pas les astuces des canonistes qui la ressusciteront ! Si donc l’Église doit durer – et il le FAUT, et elle durera ! – alors IL FAUT poursuivre la Missio. Et même, doit-on préciser d’après ce qui précède immédiatement, il faut que subsiste la plénitude de la Missio “rationes ordinis”, c’est-à-dire qu’IL FAUT consacrer des Évêques.
Il reprend plus ou moins l'erreur de John Wyclif, condamné par le Concile de Constance : " la Missio “rationes ordinis” . Mais la vraie notion catholique me semble : Le Sacerdoce , Ordo, ministerium.La mission est donnée par un acte diffèrent de l'ordination, le sacrement de l’ordre est un rite sacré qui député l’homme à un ministère saint et lui donne le pouvoir spirituel pour le remplir.Il s’ensuit évidement que ce rite opère principalement et pleinement dans la collation du sacerdoce, à qui appartient le pouvoir sacré principalement dans la hiérarchie.La mission & la juridiction exigent deux choses: le titre antérieur, & la désignation de sujets. Le R.P Guérard des Lauriers n'avait ni l'un ni l'autre , il est donc nul & ne peut produire aucun effet. Les ministres pourvus en cette forme ne sont donc pas de vrais ministres: ils sont donc manifestement dans le schisme.
Dernière modification par Charité de la Vérité le mar. 20 mars 2018 9:49, modifié 1 fois.
Raison : Clarifié le titre et amélioré la mise en forme du texte

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#2 Message par Abbé Zins » mar. 20 mars 2018 16:12

Ultima Ratio a écrit :
mar. 20 mars 2018 9:24
:evil:
R.P Guérard des Lauriers a écrit :La distinction et l’unité entre Missio et Sessio sont tellement inhérentes à l’Église, qu’elles sont homologuées par le Droit Canon, tant dans l’universel qu’en particulier.
“D’institution divine, la hiérarchie sacrée comporte, eu égard à l’ordre [ratione ordinis] : Évêques, prêtres, ministres ; eu égard à la juridiction [ratione juridisdictionis] : le pontificat suprême et l’épiscopat subordonné …” (canon 108.3). Ainsi, la hiérarchie sacrée, une et unique, comporte cependant DEUX rationes : la ratio ordinis ressortit à la Missio, la ratio jurisdictionis à la Sessio
. http://www.sodalitium.eu/consacrer-des- ... %E2%80%82/
- ( Missio et Sessio ). Ce ne sont pas deux choses différentes , ce sont deux rapports différends d'une même chose. On n'a pas la mission et la juridiction , soit qu'on manque du titre qui les confères , soit qu'on n'ait pas de sujets sur qui elles se déployant.Pour avoir une mission légitime , & il en est de même de la juridiction , il ne suffit pas de la tenir d'un évêque quelconque ; il faut la recevoir de celui qui a été chargé par l'église de la conférer : sans cela on n'a pas la mission , la juridiction que J. C. a confiées à son église , & qu'il l'a chargée de distribuer à ses ministres.les pasteurs n'étant plus institués selon le mode prescrit par l'église.Ils n'ont plus dans ce nouveau régime ni mission et juridiction personnelles , ni mission et juridiction locales. Ils n'ont donc, sous aucun point de vue , la mission et la juridiction nécessaires au ministère pastoral. Ils n'ont donc qu'un ministère faux et schismatique.
R.P Guérard des Lauriers a écrit :Sans Missio, plus de Sessio, ni de Hiérarchie, ni donc d’Église (19). S’il est vrai que la Missio, à elle seule, est impuissante à enfanter la Sessio, la Sessio, à elle seule, est vouée à une mort lente, et ce ne sont pas les astuces des canonistes qui la ressusciteront ! Si donc l’Église doit durer – et il le FAUT, et elle durera ! – alors IL FAUT poursuivre la Missio. Et même, doit-on préciser d’après ce qui précède immédiatement, il faut que subsiste la plénitude de la Missio “rationes ordinis”, c’est-à-dire qu’IL FAUT consacrer des Évêques.
Il reprend plus ou moins l'erreur de John Wyclif, condamné par le Concile de Constance : " la Missio “rationes ordinis” . Mais la vraie notion catholique me semble : Le Sacerdoce , Ordo, ministerium.La mission est donnée par un acte diffèrent de l'ordination, le sacrement de l’ordre est un rite sacré qui député l’homme à un ministère saint et lui donne le pouvoir spirituel pour le remplir.Il s’ensuit évidement que ce rite opère principalement et pleinement dans la collation du sacerdoce, à qui appartient le pouvoir sacré principalement dans la hiérarchie.La mission & la juridiction exigent deux choses: le titre antérieur, & la désignation de sujets. Le R.P Guérard des Lauriers n'avait ni l'un ni l'autre , il est donc nul & ne peut produire aucun effet. Les ministres pourvus en cette forme ne sont donc pas de vrais ministres: ils sont donc manifestement dans le schisme.


Comme en vos précédentes interventions, vous êtes à côté de la plaque, en soi, et aussi par rapport à vos propres allusions à la situation apocalyptique présente.

Pourquoi ? Car :

1̊ vous cherchez à vous en tenir à la seule norme, celle des temps normaux, en un temps de nécessités telles que l'existence même de la religion y est engagée, que le ministère des pasteurs particuliers est entièrement anéanti ou rendu impuissant, et qu’on ne peut espérer aucun recours au Saint-Siège (Dom Gréa, L'Eglise et sa divine constitution, Casterman 1965, t. 1 p. 237) ;

2̊ vous faites comme si l’exception remettait en cause la norme ou comme si la norme n’admettait nulle exception.


Donc se contenter, en ce contexte d’exception, de rappeler la norme est, comme vous l’a déjà fait remarquer avec pertinence Si vis pacem, hors sujet.


On pourrait vous appliquer cette fine remarque de Saint Augustin : Bene curis, sed extra viam ;

si toutefois vos textes-citations-copier-coller de phrases tirées de leur contexte et votre manière de vous exprimer étaient du moins bien construits.

Vous pourriez faire l’effort de vous relire, avant de publier. Et si vous n’êtes pas capable de repérer vous-même vos multiples fautes d’orthographe, ayez au moins la décence de vous faire relire par quelqu’un de votre entourage la maîtrisant.


Le. P. Guérard des Lauriers ne s’est rendu illégitime qu’en cherchant

1̊ à concilier l’inconciliable, à savoir l’hérésie publique avec une élection d’intrus qu’il a prétendu valide même si comme en suspend, et en tombant de ce fait en des hérésies déjà condamnées par l’Eglise ;

2̊ par ses gravissimes compromissions schismatiques avec la sacrilège lignée Thuc.


Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#3 Message par Ultima Ratio » mar. 20 mars 2018 16:37

Pourquoi pas , mais vous me parlez là de ce qu'il relève de l'équité !... et non de L'Épikie !...

Mais encore ,comment pouvez-vous y appliquer ce qui ressort de l’équité ( du pouvoir judiciaire ) et qui ne s’applique pas au droit divin ?

Le fait est que par exemple: les sacres de l'ensemble de la dite "tradition" ne dérivant nullement d'un successeur légitime des apôtres !.. ainsi, ipso facto schismatique au simple regard de la constitution divine de l'Eglise Catholique.


PS: il serait bien malgré tout d'expliquer a Si vis pacem que l'épiscopat est uniquement l'éveque résidentiel ,cela sont les principes élémentaires de la constitution divine de l'Eglise Catholique. A ne pas confonde avec toutes personnes revêtues de cette dignité qui seraient en simple communion dite vulgairement "pérégrine" dans l'Eglise Catholique ( Mgr Ngo Dinh Thuc & Mgr Lefebvre ).Mais encore lui expliquez qu'une loi positive humaine peut etre considéré comme constitutionnelle en raison de sa stabilité, dixit le Chanoine NAZ.

Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#4 Message par Ultima Ratio » mar. 20 mars 2018 17:30

-( la situation apocalyptique présente.) -

Mais en quoi cela change la constitution divine même de l'Eglise Catholique !?

Vous comme moi , faisons parti de l'Eglise enseignée et non enseignante.

Et entre mille :

En vérité, je ne sais pas comprendre l'intérêt que certains auteurs peuvent avoir d'obscurcir des principes aussi clairs. Comment des hommes qui se disent catholiques, ont-ils le courage de soutenir que, rigoureusement parlant, l'institution des évêques pourrait ne pas venir exclusivement du Pape ? Qu'ils le veuillent ou non, ils font à coup sûr les affaires de l'hérésie.

REVUE DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES.Fondé sous les auspices de Monseigneur PARISIS et honoré d'un Bref de S. S. PIE IX – 133-137. – Janvier-Mai. 1871 - TROISIÈME SÉRIE –TOME 3ème – ( XXIII DE LA COLLECTION ),PARIS CHEZ M. PUTOIS –CRETTÉ- R.P H. Montrouzier, S. J.p.29
Je pourrais rajouter :
EXPLICATION HISTORIQUE,DOGMATIQUE,MORALE,LITURGIQUE ET CANONIQUE, DU CATÉCHISME.PAR L'ABBÉ AMBROISE GUILLOIS.Ouvrage offert a S.S Pie IX,Honoré par elle d'un bref de remerciment et revêtu de l'Approbation de plusieurs Cardinaux, Archevêques et Évêques.Dixième Édition.PARIS.H.VRAYET DE SURCY,ÉDITEUR.1864.t.I.p.409, a écrit :

Les Évêques sont les successeurs des Apôtres,non pas en ce sens qu’ils aient hérité de tous les privilèges accordés par Jésus-Christ aux Apôtres:ils n’ont pas,comme eux,le don des langues et des miracles,ni le don de l’infaillibilité,ni le pouvoir de prêcher et de fonder des Église dans le monde entier,mais,en ce sens qu’ils sont revêtu du même caractère et qu’ils exercent la même autorité dans leurs diocèses respectifs,ils sont les chefs et les pasteurs des fidèles soumis à leur juridiction,et ils le sont de droit divin,c’est-à-dire que c’est Dieu lui-même qui a voulu qu’il y eût des évêques pour aider et seconder le pape dans le gouvernement de l’église universelle.Tel est le sens de ces paroles de Saint-Paul : le Saint-Esprit a établi les Évêques pour gouverner l’Église de Dieu.le Pape,par conséquent,n’aurait pas le pouvoir de ne s’associer que des vicaires apostoliques qui gouverneraient en son nom telles et telles parties du monde catholique,parce que,bien que l’établissement d’aucun diocèse en particulier ne soit de droit divin,l’institution des Évêques,en général,entre dans les intentions de Jésus-Christ et fait partie de la constitution de son Église.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#5 Message par Abbé Zins » mar. 20 mars 2018 17:59

Ultima Ratio a écrit :
mar. 20 mars 2018 17:30
-( la situation apocalyptique présente.) -

Mais en quoi cela change la constitution divine même de l'Eglise Catholique !?

Vous comme moi , faisons parti de l'Eglise enseignée et non enseignante.

Et entre mille :

En vérité, je ne sais pas comprendre l'intérêt que certains auteurs peuvent avoir d'obscurcir des principes aussi clairs. Comment des hommes qui se disent catholiques, ont-ils le courage de soutenir que, rigoureusement parlant, l'institution des évêques pourrait ne pas venir exclusivement du Pape ? Qu'ils le veuillent ou non, ils font à coup sûr les affaires de l'hérésie.

REVUE DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES.Fondé sous les auspices de Monseigneur PARISIS et honoré d'un Bref de S. S. PIE IX – 133-137. – Janvier-Mai. 1871 - TROISIÈME SÉRIE –TOME 3ème – ( XXIII DE LA COLLECTION ),PARIS CHEZ M. PUTOIS –CRETTÉ- R.P H. Montrouzier, S. J.p.29

Et entre mille .. et dix mille .. vous revenez une fois de plus à la seule norme .. ne tenez toujours pas compte des nécessités telles que l'existence même de la religion y est engagée, que le ministère des pasteurs particuliers est entièrement anéanti ou rendu impuissant, et qu’on ne peut espérer aucun recours au Saint-Siège .. et ne saisissez toujours pas que .. l'accord du Pape peut être explicite ou implicite en temps normal, légitimement présumée (Canons 738,1 ; 741) en temps exceptionnel tel que décrit par Dom Gréa, et tel que pratiqué par Saint Eusèbe de Samosate comme de Verceil, et d'autres.



Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#6 Message par Ultima Ratio » mar. 20 mars 2018 18:13

Abbé Zins a écrit :
mar. 20 mars 2018 17:59
Ultima Ratio a écrit :
mar. 20 mars 2018 17:30
-( la situation apocalyptique présente.) -

Mais en quoi cela change la constitution divine même de l'Eglise Catholique !?

Vous comme moi , faisons parti de l'Eglise enseignée et non enseignante.

Et entre mille :

En vérité, je ne sais pas comprendre l'intérêt que certains auteurs peuvent avoir d'obscurcir des principes aussi clairs. Comment des hommes qui se disent catholiques, ont-ils le courage de soutenir que, rigoureusement parlant, l'institution des évêques pourrait ne pas venir exclusivement du Pape ? Qu'ils le veuillent ou non, ils font à coup sûr les affaires de l'hérésie.

REVUE DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES.Fondé sous les auspices de Monseigneur PARISIS et honoré d'un Bref de S. S. PIE IX – 133-137. – Janvier-Mai. 1871 - TROISIÈME SÉRIE –TOME 3ème – ( XXIII DE LA COLLECTION ),PARIS CHEZ M. PUTOIS –CRETTÉ- R.P H. Montrouzier, S. J.p.29

Et entre mille .. et dix mille .. vous revenez une fois de plus à la seule norme .. ne tenez toujours pas compte des nécessités telles que l'existence même de la religion y est engagée, que le ministère des pasteurs particuliers est entièrement anéanti ou rendu impuissant, et qu’on ne peut espérer aucun recours au Saint-Siège .. et ne saisissez toujours pas que .. l'accord du Pape peut être explicite ou implicite en temps normal, légitimement présumée (Canons 738,1 ; 741) en temps exceptionnel tel que décrit par Dom Gréa, et tel que pratiqué par Saint Eusèbe de Samosate comme de Verceil, et d'autres.

J'entends bien ce que vous me dite , d'ailleurs j'ai à la maison les ouvrages de Dom A.Gréa ect...
Toutefois , il me semble que vous ne voulez pas saisir que la nécessité ne donne point un droit radical , elle est seulement le motif qui porte à user d'un droit qu'on possède .
Saint Eusèbe de Samosate comme de Verceil sont des membres de collège apostolique , soit des éveques résidentiels ( ordre & juridiction ) = hiérarchie sacré .Mais encore en communion avec leurs Métropolitains qui est lui-meme en communion avec le souverain pontife &c.... et pour la province ecclésiastique du Métropolitain.

Meme dans l'histoire ecclésiale dont certain font volontairement l'impasse , c'est toujours pour le besoin d'un diocèse particulier où la personne élue par le clergé n’attendait que la puissance de l’Ordre afin de remplir son office. (Dom Adrien Gréa, Divine Constitution de L’Eglise, Casterman, 1965) Que ce soit Mgr Lefebvre et Thuc qui ne sont que membre du collège des éveques et non celui du collège Apostolique. ils ont consacré des «vagantes episcopi» (évêques errants) sans aucune forme visible, quelque chose d’inconnu dans l’histoire de l’Église et de la tradition et sans aucun fondement divin , soit sans aucune légitimité de quelque nature que ce soit . ( oeuvre purement hu
maine sans légitimité )
P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Troisième Partie. Chapitre I. Du Pouvoir d’ordre.p.105 a écrit :

Il y a dans l’Église un pouvoir d’ordre,distinct et séparable du pouvoir de juridiction,mais cependant connexe à ce pouvoir,et formant avec lui le pouvoir sacré ou hiérarchie
Saint Eusèbe de Samosate comme de Verceil = hiérarchie sacrée = membre du collège apostolique légitime et avec les pouvoirs d'origine de sacrer en vertu des lois .

Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#7 Message par Ultima Ratio » mer. 21 mars 2018 7:34

ils assimilent le moindre individu ayant obtenu frauduleusement le sacre épiscopal pour l'équivalent d'un évêque résidentiel.Les évêques résidentiels font partie de la hiérarchie de juridiction ... de par leur JURIDICTION et sont les successeurs des Apôtres légitimes voulu par NSJC. Par exemple les évêques titulaires n'en font pas partie.D'ailleurs même le canoniste Jombart traite cette question et affirme que par exemple les évêques titulaires n'ayant aucune juridiction ne sont pas pleinement évêques ....- Alors imaginons maintenant un écônien sacré par Fellay & Co ???????????? :D

ils sont forcément conclavistes s'ils balancent la notion de juridiction.D'ailleurs je ne comprend toujours pas pourquoi leurs faux évêques n'ont pas encore simulé un conclave !?

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#8 Message par Abbé Zins » mer. 21 mars 2018 10:50

Ultima Ratio a écrit :
mer. 21 mars 2018 7:34
ils assimilent le moindre individu ayant obtenu frauduleusement le sacre épiscopal pour l'équivalent d'un évêque résidentiel. Les évêques résidentiels font partie de la hiérarchie de juridiction ... de par leur JURIDICTION et sont les successeurs des Apôtres légitimes voulu par NSJC.



Pourquoi ? Vous connaissez des Apôtres illégitimes, vous ?

Comme vous montrez une fois de plus ignorer les choses les plus élémentaires, apprenez donc que l’expression juste est : les successeurs légitimes des Apôtres.


Ultima Ratio a écrit :
mer. 21 mars 2018 7:34
Par exemple les évêques titulaires n'en font pas partie.D'ailleurs même le canoniste Jombart traite cette question et affirme que par exemple les évêques titulaires n'ayant aucune juridiction ne sont pas pleinement évêques ....- Alors imaginons maintenant un écônien sacré par Fellay & Co ???????????? [/i]:D

ils sont forcément conclavistes s'ils balancent la notion de juridiction.D'ailleurs je ne comprend toujours pas pourquoi leurs faux évêques n'ont pas encore simulé un conclave !?

Une fois de plus vous êtes à côté de la plaque.

En refusant de considérer l’optique inédite de la réalité présente, vous avez commencé à la mettre de côté, en cherchant à me déprécier par une affirmation aussi désobligeante que gratuite, et en posant, par mode de double pirouette échappatoire, une question :

Donc, nous pouvons éventuellement déduire que Mgr Lefebvre Marcel prouvait sacrer en vertu de l’'Épikie ?

à laquelle il avait déjà été répondu 5 messages plus haut :

Prétendre publiquement tenir (de fait un intrus moderniste) "Pontife légitime" mais pouvoir passer outre à son interdiction explicite, avoir en outre un mandat reçu "de l'Eglise" contre l'avis de celui tenu pour "Pontife légitime", se proclamer "en communion avec" cet intrus, sont autant d'attitudes subjectivement et objectivement schismatiques.


L’illégitimité des sacres de 1988 ne vient pas de leur non autorisation ou interdiction par les intrus hérétiques modernistes occupant le Vatican, qui n’avaient aucun pouvoir légitime de les interdire, pas plus du reste que de les permettre.


Cette illégitimité vient du fait

1̊ de les tenir pour autorités légitimes tout en les reconnaissant pour de publics hérétiques ;

2̊ de se déclarer en communion avec eux dans l’acte même de la cérémonie ;

3̊ prétendre et donc tenir de fait la doctrine qu’il serait possible de faire légitimement des sacres contre la volonté et malgré l’interdiction expresse d’un Pape légitime et libre ;

4̊ prétendre pouvoir recevoir et recevoir de fait le mandat apostolique de l’Eglise à l’encontre de l’interdiction d’un Pape légitime, et donc de fait recevoir l’autorité par “la base” contre la tête et placer dès lors “la base” au-dessus de la tête ;

5̊ tenir, en conséquence et pour tenter de “justifier” de telles contradictions et oppositions à la doctrine catholique, diverses autres assertions erronées déjà condamnées par l’Eglise.


Tandis que vos arguties font totalement abstraction du fait gravissime entre tous que des intrus hérétiques occupent le Vatican, et que le Saint-Siège est vacant en l’absence de Pontife légitime, et qu’il n’y a pas de Pape auquel s’adresser présentement.


Après cela, vous pourrez vous empresser, car vous paraissez n’avoir que cela à faire (en vacance prolongée ?), de publier à la suite de nouveaux copier-coller hors sujet, en continuant à faire comme si l’on avait actuellement un Pontife légitime, et n’étions pas plongés en une terrible crise apocalyptique.


Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#9 Message par Ultima Ratio » mer. 21 mars 2018 11:07

Certes , cela rajoute une couche !.....

Toutefois, les sacres sont intrinsèquement illégitime en vertu de la constitution divine de l'Eglise et qu'importe que le siège soit vacant ou occupé !..

Encore une fois , Mgr Lefebvre et Mgr Thuc ne sont pas des successeurs légitimes des Apotres !. Surtout que non parlons de l'Eglise Universelle et non sur un souci quelconque dans une province ecclésiastique .
LA SOMME DU CATÉCHISTE.COURS DE RELIGION ET D’HISTOIRE SACRÉE A L’USAGE DES SÉMINAIRES,COLLÈGES INSTITUTIONS ET CATÉCHISMES DE PERSÉVÉRANCE.Par M. l’abbé REGNAUD,VICAIRE A SAINT-EUSTACHE.VICTOR PALMÉ,ÉDITEUR PONTIFICAL.LETTRES DE NOTRE TRÈS-SAINT-PÈRE LE PAPE ET DE NOS SEIGNEURS LES ARCHEVÊQUES ET ÉVÊQUES A M.L’ABBÉ RAGNAUD,Rome le 8 août 1868.t.I.DOGME.1875.Leçon.XXXV.Hiérarchie de l’Église.Question.V.p.585,a écrit:

Que le Souverain–Pontife peut,en matière de discipline,porter des lois obligeant dans tout l’Église;que l’institution des Évêques lui appartient originairement.Pour appartenir à l’Église,au royaume de Dieu,au bercail de Notre-Seigneur,il faut donc qu’on soit dans la communion du Pape,Vicaire de Jésus-Christ,Successeur et héritier de Pierre.
Ces Eveques émérites/titulaires/in patribus n'ont pas de JURIDICTION ni Siège !....encore une fois :
R.P. Abbo, R.P. Hannan, The Sacred Canons, Vol. I, p.354 a écrit:
Chapitre I

Les évêques

Canons 329-349

[...]

(Can.) 329. § 1. Notion de l'office épiscopal. Les évêques sont les successeurs des apôtres et ils sont préposés par l'institution divine aux églises particulières qu'ils gouvernent avec un pouvoir ordinaire sous l'autorité du Pontife Romain. Cette brève mais complète définition statue la nature, l'origine divine, et le pouvoir des évêques, tout comme leur dépendance au Pontife Romain.Évidemment, de par ses termes, cette définition ne s'applique pas aux évêques titulaires, mais seulement aux évêques résidentiels. Per se, les évêques titulaires ne possèdent aucune juridiction. Leur élévation est exceptionnelle, et en guise de conséquence le Code traite de ceux-ci seulement incidemment.³


e Père Deviviers S.J., COURS D'APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI, p.365-366 a écrit:

Pour appartenir à la succession légitime des pasteurs de l'Eglise ou à la hiérarchie de juridiction, il ne suffit pas qu'un évêque ait reçu le pouvoir d'ordre ; il faut encore qu'il possède le pouvoir de juridiction. En d'autres termes, ce n'est pas assez qu'il soit ordonné évêque ; il doit avoir reçu, en outre, la mission de gouverner un diocèse. Cette proposition que nous pourrions déduire des paroles de tous les Pères, condamnant comme schismatiques des évêques assis dans des chaires usurpées, est d'ailleurs assez évidente par elle-même. L'épiscopat est établi pour l'administration de l'Eglise, et l'évêque est chef de l'Eglise. Il faut donc qu'il ait des sujets. Mais on ne se donne pas à soi-même des sujets.
[...]

Quiconque n'a pas reçu juridiction d'après les règles canoniques en vigueur en ce moment, - sauf le droit inprescriptible du souverain Pasteur - en demeure privé ; eût-il reçu le caractère épiscopal, il n'appartient pas à la hiérarchie de juridiction. N'ayant point de siège ni de sujets, il est évident qu'il n'est point chef dans l'Eglise, et qu'il ne se rattache pas à la succession apostolique.


- Vous assimilez le moindre éveque titulaire/in patribus a un éveque résidentiel d'institution divine !...Mais encore avec le pouvoir de dispenser les lois universelle de l'Eglise au for externe et meme le droit divin !... :roll:

Ultima Ratio
Messages : 68
Inscription : jeu. 22 févr. 2018 17:10

Re: Commentaire sur des affirmations du R.P Guérard des Lauriers

#10 Message par Ultima Ratio » mer. 21 mars 2018 11:33

En gros, ces gens nient un dogme fondamental : l'Église est société spirituelle mais aussi Juridique parfaite !..

Votre raisonnement , reposent tout d'abord sur la fausse idée selon laquelle les lois de l’Église n'ont plus de force exécutoire ...Car , C'est un dogme catholique que la discipline universelle ne peut être changée que par la même autorité qui l'a établie, c'est-à-dire, par celle de l'Eglise: c'est un oracle prononcé par les Conciles de Trente et de Constance (sess. XIII). Habenda est pro lege quam non licet reprobare, aut sine Ecclesiœ auctoritate mutare. ( de mémoire pour le Latin )
DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.J.-B. JAUGEY-Prêtre.Docteur en Théologie.Troisième Édition.Augmentée d'un supplément.Avec la Collaboration d’un Grand Nombre de Savants Catholiques,J-M-A.Vacant,Ch.DE HARLEZ.ÉDITIONS J. BRIGUET.Librairie Delhomme PARIS/LYON.1889.Col.977-978,a écrit :

§.II - But Divin de l’Origine.

I.- Quelle a été l’intention du christ son fondateur ? De se substituer à lui-même,pour remplir sa tâche sur la terre,une société impérissable,dont la hiérarchie exercerait ses propres fonctions et dont les membres ou sujets recueilleraient le bénéfice de cette continuelle et divine influence.Or,quelle tâche Jésus-Christ s’était-il attribuée ? Celle de glorifier Dieu,d’expier les péchés commis par les hommes contre lui,de rendre à ceux-ci la possibilité Juridique et les moyens pratiques d’arriver à la fin sur naturelle que Dieu a daigné miséricordieusement leur rendre après qu’ils l’avaient perdue,et qui est la vision immédiate et béatifique de l’essence divine dans le ciel.Tel est donc le but que le Christ a indiqué et imposé à son Église.L’Évangile en témoigne avec une absolue clarté.
En conséquence :
Mgr Louis PRUNEL, Vice-Directeur de L’Université CATHOLIQUE de PARIS.GABRIEL BEAUCHESNE ET SES FILS ÉDITEUR.(Imprimature,20 octobris 1916)-(Nihil obstat,15 octobris 1916 ),Ouvrage couronné par l’Académie française.COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION. t.II.L'Église.Cinquième Leçon.Nature et Constitution de L’Église.pp.110-111,a écrit:

Dans l’Église,au contraire,non seulement le pouvoir,mais la forme elle-même et le mode de transmission du pouvoir viennent de Dieu,et il n’est loisible à personne de les modifier.La hiérarchie est immuable,immuable aussi la forme du gouvernement,et le mode de transmission du pouvoir.La forme du gouvernement est la monarchie,il n’appartient pas à la communauté de la modifier et de la remplacer par la forme aristocratique ou démocratique.Tous les efforts des hérétiques y ont échoué,et y échoueront toujours
Ainsi, l'Eglise Catholique Universelle ne peut subsister que par une juridiction ORDINAIRE &......
R. Naz, Dict. de Droit Canonique, t. I, col. 687. a écrit
C'est en effet un autre article de la croyance Catholique que l'église doit subsister jusqu'à la fin des temps dans la forme même ou elle fut établie.
Comment fut t'elle établie dans le pouvoir ecclésiastique ?
- R. Naz, Dict. de Droit Canonique, t. I, col. 692. a écrit
Mais le pouvoir ecclésiastique ordinaire s'est transmis,et dans la forme même ou il avait été établi, c'est-à-dire avec Pierre pour chef,c'est de ce pouvoir,et c'est dans cette forme,que l'église continue de subsister.
Pour arriver a cela :
R.P. Goupil, La Règle de la Foi, p.24 a écrit:
[L]es Apôtres qui ont reçu la charge et le pouvoir d’enseigner, les ont transmis à leurs légitime successeurs, qui font avec eux une même personne juridique.
l'apostolicité de la doctrine est nécessaire à la vraie société des fidèles , celle du ministère ne lui est pas moins essentielle.Car Sinon , comment croire que celui qui a dit : Je vous envoie comme mon père m'a envoyé , ait voulu établir cette création de pasteurs indépendant les uns des autres ,qui ne feraient de leur mission qu'un jeu, du ministère qu'un vil trafic, et de la société chrétienne qu'un monstre indéfinissable !? La validité du sacerdoce n'est pas "note" visible pour reconnaître la vraie Eglise de Jésus-Christ.

Vous-même "décrétez" que telle ou telle loi n'a plus de force exécutoire outrepassant ainsi largement les lois d'épikie pour verser en réalité dans l'équité, laquelle est réservée à l'autorité en juridiction.l'épikie est implicitement visé par le Can 18 qui souligne l’importance de la pensée du législateur pour la détermination de la portée exacte d’une règle de droit,il faut en exclure un cas que le législateur a certainement entendu ne pas y soumettre !..

Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »