Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#11 Message par Abbé Zins » sam. 28 oct. 2017 18:49

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Etat de la question :

- Beaucoup de traditionalistes, ne voyant point comment concilier la crise actuelle avec l'indéfectibilité et la visibilité de l'Eglise, prétendent n'en trouver les caractéristiques extérieures que dans la hiérarchie officielle dirigée par J.P. II ; d'autres semblent, au moins par leur attitude pratique, ne reconnaître ces caractéristiques que dans les jeunes évêques illégitimement sacrés par Mgr.Lefebvre, épaulé par Mgr.de Castro Mayer (1), ou encore dans les évêques traditionalistes illégitimement sacrés par Mgr.Thuc (2).

Si donc ils divergent les uns des autres pour déterminer quels sont actuellement les membres de la Hiérarchie légitime, tous tombent d'accord pour affirmer l'incompatibilité absolue de l'absence prolongée d'une Hiérarchie légitime publiquement connue avec l'indéfectibilité et la visibilité de l'Eglise Catholique. Et de fait, s'il n'y a point d'Evêques légitimes connus, qu'en est-il de la visibilité de l'Eglise militante ? Si tous les évêques ont prévariqué, qu'en est-il de son apostolicité ?


- Tel est, certes, le point crucial de cette crise inouïe, et ce qui fait l'essence de sa gravité sans précédent.
Avant de répondre à cette question fondamentale, il convient d'en avoir un aperçu plus complet. Toutes les objections de ce genre se recoupent, et concernent plus ou moins explicitement la nature divine et immuable de l'Eglise.

Elles peuvent donc se rapporter soit à ses quatre notes : unité, sainteté, catholicité, et apostolicité ; soit à ses trois qualités de société : légitime, parfaite, et visible ; soit enfin à ses deux prérogatives de : indéfectibilité et infaillibilité.

Le caractère convergent et connexe de toutes ces qualités et de toutes les objections qui y ont trait, permet de résumer ces dernières en une seule question qui les comprend toutes : à savoir celle de la compatibilité de la nature divine de l'Eglise militante avec son état extérieur présent dans la crise actuelle.



(1) Sacres illégitimes non pour simple absence de mandat pontifical en l’absence de Pontife légitime, mais par des tentatives de justifications publiques s’opposant tant à la Constitution divine de l’Eglise qu’à sa doctrine en la matière, également en tenant un intrus à la fois comme public “antichrist, hérétique, quasi apostat” et comme “vicaire du Christ”, etc..

(2) Par gravissime communicatio in sacris avec une sacrilège lignée remplie d’hérétiques, schismatiques et membres de sectes, et par adhésion à une thèse novatrice comportant en soi plusieurs hérésies déjà condamnées.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#12 Message par Abbé Zins » lun. 30 oct. 2017 17:58

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Double façon de répondre à cette difficulté :

- Point crucial, assurément. Car il apparaît que beaucoup ont perdu la Foi en l'Eglise, et avec elle la Foi tout court, pour n'avoir pas su répondre convenablement à cette question, et que bien d'autres sont en voie de la perdre tout à fait à leur tour, en y répondant faussement.

Néanmoins, il me semble bien difficile d'y répondre clairement, et autrement qu'en faisant un acte de foi en l'Eglise, sans trop chercher à comprendre ce qui nous dépasse.


- Cet acte de foi est certes primordial et essentiel. Mais il n'empêche nullement de chercher à rendre compte de ses fondements, selon le programme même de la théologie, ainsi résumé par saint Anselme : "fides quaerens intellectum", la Foi cherchant l'intelligence des données qu'elle admet dès l'abord, en tant que révélées par Dieu et enseignées par l'Eglise.

Et de fait, il y a deux manières principales de répondre à cette question : l'une, incomplète et négative ; l'autre, complète et positive, fondée soit sur la science de la théologie dogmatique et mystique, soit sur la science prophétique.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#13 Message par Abbé Zins » mar. 31 oct. 2017 18:02

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Réponse négative :



- Que voulez-vous dire par négative ?

- Qu'elle est davantage une réfutation de l'argumentation des objectants, qu'une explication proprement dite.

- Des objectants qui affirment reconnaître la sainteté et l'infaillibilité de l'Eglise ou sa doctrine apostolique et sa catholicité en J.P.II et les évêques conciliaires, dans les hérésies de Vatican II et le Panthéon d'Assise, ou son unité et sa visibilité dans les évêques lefebvristes ou thucistes ?


- C'est cela.

Elle consiste seulement à leur montrer que, étant donné que les uns et les autres ont publiquement défailli de la Foi en s'opposant en bien des points à l'enseignement de l'Eglise en matière de Foi et de Moeurs, ils ne sont donc pas légitimes ni tenants de la Foi apostolique, ni catholiques, etc...: ce n'est donc pas en eux que la Foi nous fait reconnaître la nature divine, infaillible et indéfectible de l'Eglise Catholique (cf. la brochure : "Le traditionalisme libre...", p.63 à 65).


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#14 Message par Abbé Zins » jeu. 02 nov. 2017 19:29

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Une terrible épreuve pour la Foi en la Sainte Eglise :


- Mais de ce fait, si subjectivement, vis-à-vis d'eux et de leur façon de résoudre cette question, leur objection se trouve par là balayée, par contre, objectivement parlant, ne s'en trouve-t-elle pas renforcée ?

- Si, et singulièrement. Cela, d'autant plus, si l'on sait que les notions d'indéfectibilité, d'infaillibilité et d'unité reposent principalement sur l'indéfectibilité et l'infaillibilité de la Pierre d'Angle de l'Unité Catholique et Apostolique qu'est le Saint-Siège Romain en la personne du Pape.

- Voilà une terrible épreuve pour la Foi en notre Mère, la Sainte Eglise Catholique Romaine !

- Mise à l'épreuve de notre Foi, que seules peuvent résoudre des données révélées, des données de Foi.


Réponse positive fondée sur la théologie dogmatique :


- Au moyen de la théologie dogmatique et de la science prophétique, disiez-vous ?

- Oui. Au niveau de la théologie dogmatique, il convient de commencer par la réponse négative, en montrant que toutes les autres explications de la nature de la crise sont fausses et en viennent à s'opposer à la doctrine de l'Eglise, car cette réfutation permet de cerner plus précisément où se situe vraiment la mise à l'épreuve de notre Foi en l'Eglise, et prépare ainsi à mieux comprendre le fondement révélé de la réponse positive.

- Comment montre-t-elle mieux où se situe cette épreuve de la Foi ?

- En faisant éviter l'écueil des fausses solutions, voulant voir l'apostolicité de l'Eglise ou la légitimité et l'unité catholique là où elle n'est pas, cette réponse négative rend manifeste que l'épreuve de la Foi se situe dans la compatibilité de la prévarication publique universelle de tous les évêques connus avec la nature indéfectible de l'Eglise, et tout particulièrement, de l'Eglise Romaine.

- La théologie assure en effet que l'Eglise militante, et par excellence l'Eglise Romaine, doit être indéfectible jusqu'à la fin du monde.

- C'est pourquoi, devant cette crise étonnante, la science théologique conduit logiquement à envisager soit une solution divine qui nous dépasse, soit que nous soyons entrés dans le temps de la fin du monde (cf. p. 7).

- Néanmoins, en attendant l'une ou l'autre, quant au temps présent, devant cette défection universelle des évêques connus, comment rendre compte de la visibilité actuelle de l'Eglise qui lui est une qualité essentielle, et donc permanente!? Comment justifier que, au moins durant le laps du temps de cette crise, les portes de l'enfer n'aient point prévalu contre l'Eglise militante ?


- Quant à la visibilité, on peut d'ores et déjà répondre qu'Elle est visible en son Corps par ses membres, les baptisés fidèles vivant sur la terre, par leur profession extérieure et publique de la Foi, et les rites et prières publiques qu'ils font ; en son Ame par les effets visibles de sanctification, de Foi, d'Espérance et de Charité produits en ses membres, même si la crise actuelle en voile beaucoup la manifestation au grand nombre, comme c'était aussi le cas au temps des catacombes. Ce qui a été montré plus amplement dans la brochure : "Le traditionalisme libre..." (p. 64-65).

Quant à l'indéfectibilité, on peut envisager la possibilité qu'il y ait des Evêques fidèles cachés dans les catacombes des pays communistes, comme cela a longtemps été le cas, par exemple, de l'archevêque de Changhaï, emprisonné pendant trente ans dans les geôles maoïstes.

Néanmoins, avant même d'aborder la claire réponse révélée que nous fournit à ce sujet la science prophétique, la théologie mystique nous procure une réponse plus satisfaisante.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#15 Message par Abbé Zins » ven. 03 nov. 2017 18:40

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Réponse positive fondée sur la théologie mystique


- Et quelle est-elle ?

- Elle consiste en un développement ou approfondissement de la vérité théologique que sainte Jeanne d'Arc a si bellement exprimée avec concision devant ses juges : "Du Christ et de l'Eglise, c'est tout un !"

- Le Christ étant la Tête, et l'Eglise son Corps Mystique.

- Exactement. Cette unité d'essence implique une unité de vie qui, de fait, n'est pas seulement spirituelle mais aussi historique.

- Voici comment l'explique Dom Gaspar Lefebvre, dans son Missel quotidien pour les fidèles (1922, p.997), comme "exposé historique" du "temps après la Pentecôte" :
Dom Gaspar Lefebvre a écrit :

« Depuis les fêtes de la Pentecôte où elle prit naissance, l'Eglise reproduit au cours des siècles toute la vie du Christ, dont elle est le corps mystique.

Jésus, dès son enfance, est persécuté et doit fuir en Egypte, tandis qu'on massacre les Saints Innocents.

L'Eglise, durant quatre siècles, subit les plus violentes persécutions et doit se cacher dans les catacombes ou dans le désert.


Jésus adolescent se retire à Nazareth et passe les plus longues années de sa vie dans le recueillement et la prière.

Et l'Eglise, à partir de Constantin, connaît une longue ère de paix. Partout surgissent des cathédrales et des abbayes où résonne la louange divine, et où évêques et abbés, prêtres et religieux s'opposent, par l'étude et un zèle infatigable, à l'envahissement de l'hérésie.


Jésus, le divin missionnaire envoyé par le Père dans les régions lointaines de cette terre, commence à trente ans sa vie d'apostolat.

Et l'Eglise, à partir du XVIe. S., doit résister aux assauts du paganisme renaissant, et répandre dans les parties du globe récemment découvertes l'Evangile du Christ. Et de son sein surgissent sans cesse des milices nouvelles et de nombreuses légions de missionnaires qu'elle envoie annoncer la bonne nouvelle par le monde entier.


Enfin, Jésus termine sa vie par le sacrifice du Golgotha bientôt suivi du triomphe de sa résurrection.

Et l'Eglise, à la fin des temps comme son divin Chef sur la croix, paraîtra vaincue, mais ce sera elle qui remportera la victoire. « Le corps du Christ qui est l'Eglise, à l'instar du corps humain, fut d'abord jeune, et voilà qu'à la fin du monde il aura une apparence de caducité », dit saint Augustin (in Ps.26).» [ 1 ]

- Voilà, certes, une lumineuse explication. Autrement dit, vous estimez que la crise actuelle du Corps Mystique est comme la reproduction de la Passion temporaire de sa Tête ; ce qui, il est vrai, correspond remarquablement.

- Effectivement. Car Notre Seigneur est Dieu, et partant indéfectible et invincible ; les forces infernales ne sauraient jamais prévaloir contre Lui :

Il l'a montré par ses miracles et ses prophéties ; également, en jetant à terre la troupe de soldats venant l'arrêter (Jn.18,6)...

Et pourtant ! Il a été arrêté, ligoté, emprisonné, jugé, roué de coups et couvert de crachats, condamné, abandonné de tous ses disciples., exposé à la dérision du peuple, crucifié ! Et Il est mort...

- Devant ces faits, on pouvait se demander ce qu'il en était alors de sa divinité ?

- Très juste. Néanmoins, si ses disciples avaient compris les annonces prophétiques décrivant tout cela en détail (cf. "Consummatum est" L. III), s'ils s'étaient souvenus de ses éclatants miracles : quelques jours auparavant, la résurrection de Lazare ! ; si, surtout, ils n'avaient pas fait la sourde oreille à Notre Seigneur leur prédisant à plusieurs reprises, et de façon explicite, son arrestation et sa mise à mort, suivies de près de sa Résurrection (Mc. 10,32-34 ; Mt.20,17-19 Lc. 18,31-34), tous seraient restés confiants et fidèles, comme Notre Dame, même si apeurés et très éprouvés : comment ne point l'être en voyant Notre Dieu rendu, pour nous, maudit sur le bois! (Deut. 21,33 ; Gal.3,13)

- Comment pouvez-vous expliquer une telle chose !?

- Je ne puis entièrement l'expliquer, car il s'agit d'un mystère, le Mystère de la Rédemption des pécheurs par l'immolation de l'innocent Agneau de Dieu, du Verbe Incarné sur la Croix. Je puis seulement en rendre compte par la Foi. Notre Sauveur a vaincu surnaturellement, en se laissant vaincre humainement : "regnavit a ligno Deus"(Ps.95,10, Sept.; Hymne de la Passion : Vexilla Regis)

[ 1 ] En fait, in Ps. 36, dont la version originale latine à notre disposition ne correspond pas entièrement à la traduction qu'en fait ici Dom Gaspar Lefebvre. Voir là.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#16 Message par Abbé Zins » sam. 04 nov. 2017 19:35

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Début de la réponse positive fondée sur la science prophétique :


- Les Prophètes avaient prédit cette Passion du Sauveur ; Notre Seigneur aussi. Mais cette apostasie générale que nous vivons, cette défection quasi universelle, ce semblant d'invisibilité, d'effacement temporaire de l'Eglise militante, a-t-elle aussi été prédite ?


- Oui. Principalement par saint Paul (II Thes.2,3), explicité par saint Thomas, qui expose cette apostasie comme étant la perte quasi générale de la Foi, à laquelle Notre Seigneur fait allusion dans l'Evangile (Lc. 18,8), et la coupure de tous les peuples d'avec l'Eglise Romaine (cf. S.T.P. n° 3 p. 34, n° 9 p. 13 ; le livre sur l'Antéchrist, ch. III).

Egalement par Notre Dame à La Salette : "Rome perdra la foi, et deviendra le siège de l'Antéchrist".


Nature mystérieuse de la crise actuelle :


- Mais comment est-ce compatible avec l'indéfectibilité de l'Eglise Romaine ? Il convient au plus haut point que saint Paul et Notre Dame rendent compte de l'opposition, au moins apparente, de leurs annonces avec celles de Notre divin Maître : « les portes de l'enfer ne prévaudront point contre Elle » (Mt.16,18), car « je serai avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde » (Mt. 28,20) ! Ils ne doivent pas manquer de le faire, je suppose ?


- Certes, ils en rendent compte. En faisant cependant appel, comme pour le Mystère de la Rédemption par la Croix, non à la raison toute seule, mais à la raison éclairée par la Foi.

- Que dit donc saint Paul ? Comment l'explique-t-il ?

- Il ne l'explique pas ; il en rend seulement compte, en parlant de l'accomplissement du « mystère d'iniquité » (II Thes.2,7).

Catéchisme Saint Pie X a écrit :

« - Nous ne pouvons donc pas comprendre toutes les vérités de la Foi ?

- Non, nous ne pouvons pas comprendre toutes les vérités de la Foi, parce que quelques-unes sont des mystères.

- Qu'est-ce que les mystères ?

. Les mystères sont des vérités supérieures à la raison que nous devons croire bien que nous ne puissions les comprendre.

- Pourquoi devons-nous croire les mystères ?

- Parce qu'ils ont été révélés par Dieu, qui, étant la Vérité même et la Bonté infinie, ne peut ni se tromper ni nous tromper.

- Les mystères sont-ils contraires à la raison ?

- Les mystères sont supérieurs et non contraires à la raison ; et même, la raison elle-même nous persuade de les admettre.

- Pourquoi les mystères ne peuvent-ils être contraires à la raison ?

- Parce que c'est le même Dieu qui nous a donné la lumière de la raison et qui a révélé les mystères, et qu'il ne peut se contredire lui-même.»


(Catéchisme Saint Pie X, 5e .P. ch. 1, § 3)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#17 Message par Abbé Zins » lun. 06 nov. 2017 18:53

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


"Mystère d'iniquité", et obstacle en retenant l'éclatement extérieur :


- Vous dites que la crise actuelle correspond au « mystère d'iniquité » annoncé par saint Paul. Ne peut-on pas, néanmoins, en rendre compte plus explicitement que par cette courte réponse, certes d'un très grand poids puisque révélée et inspirée à l'Apôtre par le Saint-Esprit, mais dont notre intelligence voudrait être sûre qu'elle s'applique bien à la crise présente ; et de plus, qu'elle désirerait pouvoir expliciter davantage, et quelque peu clarifier ?

- Si, cela est tout à fait possible, en exposant ce que disent les saints Docteurs de ce "mystère d'iniquité".

Cependant, pour le mieux saisir, il convient de traiter d'abord d'une autre indication donnée par saint Paul à ce sujet.


- Quelle est-elle ?


- L'Apôtre déclare que ce "mystère d'iniquité" était "déjà à l'oeuvre" (II Thes. 2,7) à son époque, mais qu'alors quelque chose le retenait (II Thes. 2,6), le contenait, empêchait son développement public et son éclatement extérieur.

- Et quel était cet obstacle qui le retenait, et qui l'a contenu si longtemps ?

- Sans s'attarder ici à le démontrer, comme cela est fait dans le livre sur l'Antéchrist (ch. I), il faut savoir que cet obstacle était principalement constitué par un élément relevant de la puissance divine, que Dieu a pourtant voulu faire aussi dépendre d'éléments humains.

- En quoi consistait cet élément divin ?

- Dans l'enchaînement du diable par la puissance divine, expressément révélé par l'Apôtre saint Jean (Apoc. 20,1-3).

- Est-il aussi prédit que cet enchaînement aurait une fin ?

- Oui, en Apocalypse 20,3 et 7, et 17,18, où il est révélé qu'à la fin du temps du règne de l'Eglise militante ici-bas, donc dans le temps de la fin du monde, il sera relâché pour un peu de temps et séduira toutes les nations.

- Est-il indiqué aussi pourquoi cet obstacle divin sera alors ôté ?

- Oui, en raison de la défaillance de divers éléments humains auxquels Dieu a voulu attacher sa levée.


- Quels sont donc ces éléments humains ?


- C'est par la puissance ou vertu de son très Saint Sacrifice sur la Croix que Notre Sauveur a enchaîné la puissance diabolique, ce qui a permis la fondation de l'Eglise dont les chefs humains ont reçu le pouvoir de lier ou délier, et l'Evangélisation des nations ainsi délivrées de leur antique esclavage au démon.

Ces éléments humains sont donc le maintien du pouvoir des clés, de la Sainte Messe prolongeant les effets du Sacrifice de la Croix, et la fidélité des nations à l'Eglise Catholique Romaine.


- On a vu plus haut (p. 19s.) que l'apostasie générale des nations, ou leur coupure d'avec l'Eglise Romaine, a été prédite par saint Paul (II Thes. 2,3).

Par contre le non maintien du pouvoir des clés, qui paraît si contraire à l'apostolicité et l'indéfectibilité de l'Eglise, et la cessation de la Sainte Messe, n'ont tout de même pas pu être prédits, n'est-ce pas ?


- Ils le sont pourtant, tous deux, par le Prophète Daniel.

Le non maintien du pouvoir des clés ne l'est qu'implicitement et d'une manière seulement relative, tandis que la cessation du Saint Sacrifice de la Messe l'est explicitement.


- Ça, alors ! Permettez-moi d'exiger que vous m'indiquiez aussitôt les références précises d'une si étonnante et grave affirmation.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#18 Message par Abbé Zins » mar. 07 nov. 2017 17:58

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Prédiction de Daniel concernant le Saint Sacrifice de la Messe :


- Il importe en effet de s'y pencher plutôt dix fois qu'une seule! Commençons par l'annonce explicite. La cessation du Saint Sacrifice est annoncée en Daniel 8,13 ; 9,27 ; 11,31;12,11.

Et voici ce qu'écrivait le Cardinal Billot, dans son livre : "La Parousie", au sujet de cette dernière référence :

Cardinal Billot a écrit :

« Nous savons qu'au temps de la terrible persécution sera proscrit tout exercice de la vraie religion, qu'en conséquence le culte de Dieu cessera d'être célébré, du moins publiquement et ostensiblement à la lumière, à la face du soleil.

"A tempore cum ablatum fuerit juge sacrificium", lisons-nous au verset onzième. "Depuis le temps où aura été ôté le sacrifice perpétuel".

C'est la répétition de ce qui se lisait précédemment (Dan. 8,13 et 11,31) à propos de la persécution d'Antiochus avec la notable différence toutefois qu'il n'est plus fait mention maintenant du temple, ni du sanctuaire, ni de tout ce qui aurait pu rappeler un passé depuis longtemps et à tout jamais disparu.

Le sacrifice perpétuel dont il s'agit ici, est donc le Sacrifice de la Nouvelle Alliance qui a succédé à celui que, selon la loi de Moïse, on offrait soir et matin dans le temple de Jérusalem et auquel, à mille fois plus juste raison revient le nom de "juge sacrificium", offert qu'il est conformément à la loi de son institution, sans aucune relâche ni de jour ni de nuit, du levant au couchant, sur toutes les places et sous tous les cieux.

C'est, en un mot, le Sacrifice de nos autels qui alors, en ces terribles jours, sera partout proscrit, partout interdit, sauf ce qui pourra se faire et se fera dans l'ombre souterraine des catacombes, partout interrompu.»


Dom Guéranger, dans son "Explication de la Sainte Messe", au moment où il expose le sens de l'expression "una cum" du début du Canon Romain, écrit pareillement :

Dom Guéranger a écrit :

"C'est là le commencement de ce qui arrivera lorsque le diable et ses suppôts, déchaînés par toute la terre, y mettront le trouble et la désolation, ainsi que Daniel nous en avertit.

A force d'empêcher les ordinations et de faire mourir les prêtres, le diable empêchera enfin la célébration du grand sacrifice, alors viendront les jours de malheur... et telle sera l'oeuvre de l'Antéchrist qui prendra tous les moyens pour empêcher la célébration de la Sainte Messe, afin que ce contre-poids soit abattu, et que Dieu mette fin à toutes choses, n'ayant plus de raison de les faire subsister.»


- Quelle horreur ! et quelle douleur ! En est-il aussi vraiment de même pour le pouvoir des clés !?...


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#19 Message par Abbé Zins » mer. 08 nov. 2017 17:55

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


Prédiction de Daniel concernant la puissance des chefs de l'Eglise militante :


- Il est écrit en Daniel 12,7 : « Quand sera accomplie la dispersion de la main du peuple saint, cela sera consommé » ! ...


- J'avoue ne point saisir ce que veut dire le Prophète, ni le rapport de ce verset avec le pouvoir des clés dans l'Eglise militante !?

- Il faut d'abord remarquer qu'il se situe dans le même contexte que l'annonce de l'épreuve devant entraîner la cessation du Saint Sacrifice, qui est répétée pour la 4e. fois quatre versets plus loin.

Il importe ensuite de saisir le sens des termes employés.

Que le "peuple saint" désigne l'Eglise, ne vous surprendra guère.

- Assurément.

- "Cela", se rapporte à l'épreuve dont il est question dans le contexte.


- Reste à saisir ce que veut dire "la main", qui plus est, la main d'un peuple ?


- Effectivement, la corrélation de ces deux mots montre déjà assez par elle-même que "main" ne doit pas être entendu au sens propre, mais selon une signification spirituelle.

Dans l'Ecriture, "la main" désigne principalement la puissance : "Votre main", c.à.d. votre puissance", explique le Cardinal Saint Robert Bellarmin (in Ps. 43,3).

Plus particulièrement, la puissance ou le pouvoir des chefs d'un peuple (Ex. 14,21, 26-27 ; Ps. 76,21 ; Is. 63,12).

Et tout spécialement, la puissance de Dieu (Ex.14,31 Nbr.11,23 ; Eccli.36,3 ; II Mach.6,26).

D'où le fait qu'il est souvent question dans l'Ecriture :

1̊) de la main (Is. 50,2 ; 59,1 ; Ps.43,3 ; 73,3 ; 88,22 ; 118,173),

2̊) de la droite (Ex.15,6,7 ; Ps.43,4 ; 73,11 ; 88,26 ; 117,16), ou

3̊) du bras du Seigneur (Is.33,2 ; 40,10 ; 51,5,9;52,10 53,1 ; 59,16 ; 62,8 ; Ps.43,4 ; 78,11 ; 88,11,14 ; 97,1), pour signifier la puissance divine

"Par le mot "main", il désigne la puissance de Dieu" (S. J. Chrysostome in Ps.43, 3), " "la droite et le bras", c.à.d. la vertu ou force et la puissance" (S. Robert in Ps.97,1), opérant par son Verbe :

" "La droite du Seigneur", c.à.d. la vertu ou force et la puissance du Fils de Dieu...: en effet, le Fils de Dieu est nommé dans les Ecritures "le bras du Seigneur", ou "sa main droite", parce que le Père a tout fait et opère tout par le Fils (Jn. 1,3 ; Hb. 1,2 ; Is. 53,1 ; Lc. 1,51)" (S. Robert in Ps. 117,16) ;

(cf. aussi S. Jérôme in Ps .43,4 et 118,173 ; S. Grégoire le Grand in Job 18,13 et hom. 2 in Ez. 1,3) ; OU encore

4̊) du doigt de Dieu (Mt.12,28 ; Lc.11,20 ; Mc.7, 33), pour désigner l'action du Saint-Esprit (cf. S. Grégoire 1.I in Ez., hom. 10).

D'où le fait que le terme "main" désigne aussi par extension la puissance spirituelle requise pour recevoir et pénétrer les révélations de Dieu (IV Rois 3,15 ; Ez. 1, 3 ; 2,9 ; 3,22 ; 8,13 ; 33,22 ; 37,1 ; Dan. 10,10 ; Apoc. 10,2,10) :

"A la place de "main", le terme employé (ici) en grec est "energeian", ce qui signifie l'opération ou oeuvre nécessaire, pour qu'il (le Prophète) puisse connaître les mystères (sacramenta) de la vision" (S. Jérôme in Ez. 8,1) ;

"Pour que nous puissions cerner et comprendre les visions de Dieu, il faut que la main et la force du Seigneur soient sur nous (I Cor. 1,4-5,24,27s.). C'est par cette main et ce bras que le peuple d'Israël a été tiré d'Egypte, dont la force a été en partie comprise par les mages (de Pharaon) eux-mêmes, qui ont déclaré : "Le doigt de Dieu est là"(Ex. 8,19)." (S. Jérôme in Ez. 1,3 ; cf.id.in Ez. 3,22)

A l'opposé, mais toujours selon le même sens, "main" désigne aussi la puissance des ennemis (Ex. 14,30 ; Deut. 32,27 ; Ps. 88,43 ; 105,10).

Ces diverses nuances de la même signification positive du mot "main" se trouvent résumées par le nom du roi par excellence, représentant (en tant que chef du peuple élu) et figure de l'Oint par excellence qu'est le Christ, à savoir David, qui, en hébreu, veut dire : "d'une main forte" (cf. S. Jérôme in Os. 3,4-5).


- Que veut donc dire ce verset prophétique ?


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3020
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Indéfectibilité et visibilité de l'Eglise au temps de la Grande Apostasie

#20 Message par Abbé Zins » jeu. 09 nov. 2017 18:44

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 23 (10/1990)


3. ACTUALITÉ DOCTRINALE


INDÉFECTIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE L'EGLISE AU TEMPS DE LA GRANDE APOSTASIE


- Que veut donc dire ce verset prophétique ?


- Retranscrit selon le sens mystique précis de ces différents termes, cela donne très exactement :

Quand sera accomplie la dispersion de la puissance ou du pouvoir des chefs de l'Eglise militante, cette épreuve ou "mystère d'iniquité" aura éclaté ouvertement.

Le prendre dans un sens plus général : Quand la force du peuple de Dieu sera dispersée, revient au même, car c'est lorsque le ou les pasteurs sont frappés que les agneaux sont dispersés, comme le déclare Notre divin Maître (Mt. 26,31 ; Mc. 14,27).


- Cela devient saisissant ! D'autant plus que c'est au Pape et aux Evêques qu'il appartient, directement par eux-mêmes ou indirectement par les prêtres à qui ils accordent une participation de leur juridiction, de lier la puissance diabolique et d'en délier les âmes qui s'y sont soumises par le péché.


- Exactement. C'est pourquoi on a vu plus haut (p.18) Saint Augustin, cité par Dom Lefebvre, évoquer l'apparence de caducité du corps de l'Eglise à la fin du monde.


Quant à Dom Delatte, Abbé de Solesmes successeur de Dom Guéranger, il va jusqu'à envisager, dans son commentaire de la IIe. Ep. de S. Paul aux Thessaloniciens, l'effondrement de l'ordre hiérarchique de l'Eglise militante :

Dom Delatte a écrit :
« Oui, il y a une force sociale qui limite le mal et l'empêche d'aboutir au désordre et au néant, il existe une armature stable, des lignes hiérarchiques qui contiennent et réduisent l'effort du méchant...

Il est évident à tous les yeux que le jour où cette puissance d'ordre et de paix, qui des mains de Rome paienne a passé à la Rome chrétienne, après avoir été longtemps minée par les légistes, secouée par la Réforme et la Révolution, aura été définitivement ruinée par l'assaut de tous les éléments du mal déchaînés, les routes seront ouvertes et les issues libres pour le mal.

Rien ne les retiendra plus.»

(Les soulignés sont de nous.)


D'où aussi ce qu'explique le Pape S. Grégoire (cf. p.12-13), et ce qui était également prédit dès le premier siècle dans la "Didaché", ou "Doctrine des Douze Apôtres", seul écrit connu des Apôtres, en dehors des textes saints :

Didaché a écrit :

« Dans les derniers jours se multiplieront les faux prophètes et les corrupteurs, les brebis (les Evêques) se changeront en loups, et la charité se changera en haine...

Alors les créatures humaines passeront par un feu de probation, et beaucoup seront scandalisés et périront ; ceux, néanmoins, qui persévèreront jusqu'à la fin dans la Foi seront sauvés.»


(Enchidium Patristicum, Rouet de Journel, n° 10)


Répondre

Revenir à « Prophéties de la Sainte Écriture et Réalisations »