Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#31 Message par Abbé Zins » sam. 11 juin 2016 17:08

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



Les soldats firent monter dans une litière l'aïeule et les deux enfants, qui, arrivés sur la place, où la foule était accourue, descendirent les premiers, regardant où était celui qui devait les faire mourir ; l'ayant reconnu à son épée nue, ils s'agenouillèrent à ses pieds, les mains jointes, et, en répétant les noms de Jésus et de Marie, ils reçurent intrépidement le coup mortel.

Marthe, tout heureuse de la fermeté de ses petits-fils, s'avança modestement, se mit en prière, et y resta pendant une heure ; à la fin, elle présenta sa tête, qui, tranchée d'un seul coup, bondit deux fois sur le pavé.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#32 Message par Abbé Zins » lun. 13 juin 2016 11:42

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



Revenons au roi Michel, le parricide.

Le roi Jean, son père, n'avait eu que lui de son premier mariage ; mais sa seconde femme, la reine Justa, lui avait donné quatre enfants, dont deux princes, François et Matthieu.

Ces enfants étaient demeurés dans le royaume, tandis que leur mère après la mort du roi son époux, avait été envoyée à Méaco.

Le prince François n'était âgé que de huit ans, et le prince Matthieu n'en avait que six ; dans un âge si tendre, ils surent montrer l'un et l'autre un inviolable attachement à la Foi.

La princesse Fima, seconde femme, ou plutôt, concubine de Michel, qu'il avait prise en répudiant son épouse légitime, voyant un jour ces deux enfants, dit à François :

« Voulez-vous renier le Dieu des Chrétiens ? »

Le jeune prince répondit avec indignation : « Non ; je ne le renierai jamais. »

Elle reprit : « Si vous n'y consentez pas, l'empereur vous fera mourir.»

« Dieu le veuille ! répliqua l'enfant ; ce n'est pas là ce qu'on craint, mais ce qu'on désire.»

Elle essaya ensuite de pervertir Matthieu, le cadet ; mais il fut inébranlable comme son frère.

Alors, cette méchante femme, appuyée par un conseiller perfide, détermina le roi à faire périr les deux petits innocents, afin d'assurer son trône.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#33 Message par Abbé Zins » lun. 13 juin 2016 11:47

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



On les tint d'abord étroitement renfermés, en répandant le bruit qu'ils étaient auprès de leur mère à Méaco, où l'on avait seulement envoyé les deux jeunes princesses leurs soeurs.

Ainsi emprisonnés, nos petits Martyrs, comme s'ils eussent pressenti la mort qu'on leur destinait, s'y préparèrent par des exercices de piété continuels, spécialement par la prière et le jeûne, aussi bien que des personnes d'un âge mûr et d'une vertu consommée.

Pendant la nuit qui devait être la dernière de leur vie, François restant occupé fort tard, le valet de chambre l'avertit qu'il était temps de se coucher.

« Ah ! s'écria l'enfant, je pense aux tourments que Jésus-Christ a soufferts pour nous, et cela me fait pleurer. Quelle bonté de vouloir mourir pour nous ! »

« Pauvres idolâtres, qui ne connaissent pas ce bon Sauveur ! »

Avant de se mettre au lit, il recommanda son âme à la sainte Vierge, en cas qu'il dût mourir cette nuit-là même.

Vers minuit, un soldat entra doucement dans la chambre, s'approcha du petit Matthieu, qui dormait, et lui plongea un poignard dans le cœur ; puis, il égorgea son frère François ; et le valet de chambre les trouva, le matin, nageant dans leur sang.

Lorsque leur digne mère, la veuve exilée, fut informée de ce massacre, comme elle était depuis longtemps unie à Dieu, elle leva les yeux au ciel, et rendit grâces au Seigneur d'avoir appelé à lui ces deux tendres agneaux qu'elle avait mis au monde.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#34 Message par Abbé Zins » mar. 14 juin 2016 16:00

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



Michel, instruit de tout, résolut d'éteindre entièrement la religion chrétienne dans Arima, non plus en livrant ses sujets à la mort, ce qui eût amené la ruine de ses Etats, mais en employant les bonzes à pervertir les fidèles.

Dans ce dessein, il fit venir à sa cour un des bonze les plus renommés ; mais aucun Chrétien n'alla le visiter, à l'exception de quelques-uns qui y étaient contraints ; et ceux-ci n'y allèrent qu'en portant un chapelet au cou. Le bonze prêchait ; mais personne ne l'écoutait.

Le roi, voyant qu'on ne faisait aucun cas du bonze, le fit venir dans son palais, et voulut que chacun reçût de ses mains une sorte de chapelet, par lequel les idolâtres prétendaient honorer leur dieu Amida ; mais tous les Chrétiens le refusèrent, même les dames, malgré les ordres de la princesse Fima ; une d'entre elles, nommée Maxence, le prit et le jeta à la figure du bonze. Alors, la princesse ordonna aux dames de sa suite de jeter le chapelet des Chrétiens qu'elles portaient au cou, et toutes résistèrent.

Elle commanda à un gentilhomme de le leur ôter de force ; mais il déclara qu'il ne pouvait le faire, parce que cela ne convenait pas à sa qualité de gentilhomme et de Chrétien.

Le roi voulut que ses pages au moins reçussent les chapelets du bonze, et aucun d'eux n'obéit.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#35 Message par Abbé Zins » mar. 14 juin 2016 16:05

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.


Plus tard, poussé de nouveau à la persécution, il entreprit de gagner huit gentilshommes de la première noblesse, en les priant de dissimuler leur religion, au moins pour quelque temps.

Cinq d'entre eux y consentirent ; mais les trois autres résistèrent avec fermeté, et furent condamnés au feu avec leurs femmes et leurs enfants.

On les arrêta sur-le-champ pour les enfermer dans une prison, où ils se retrouvèrent au nombre de huit, savoir : Adrien Mondo et Jeanne, sa femme, avec leur fille Madeleine, âgée de vingt ans, laquelle avait fait voeu de virginité, et leur fils Jacques, âgé de onze ans ; Léon Luguiémon et Marthe, sa femme ; Léon Caniémon et son fils Paul, âgé de vingt-sept ans.

Le bruit de cette condamnation s'étant répandu, environ vingt mille Chrétiens se rassemblèrent près de la ville, tous disposés, non à combattre pour délivrer les prisonniers, mais à mourir avec eux.

Alors, quatre des cinq gentilshommes qui avaient apostasié, vinrent se jeter à genoux devant cette multitude de fidèles, demandant pardon du scandale qu'ils avaient donné, et réclamant un Prêtre pour les préparer à la mort.

Après cela, ils écrivirent au roi pour en obtenir d'être réunis aux condamnés ; mais cette grâce leur fut refusée.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#36 Message par Abbé Zins » mar. 14 juin 2016 16:08

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.


Le tyran, effrayé à la vue du grand nombre de Chrétiens accourus pour assister à l'exécution, avait ordonné de faire mourir les prisonniers en secret, dans la maison où on les gardait ; mais, ayant reçu des fidèles l'assurance qu'ils ne désiraient que d'être présents à la mort de leurs frères, pour leur procurer des funérailles convenables, il décida qu'on élèverait, au milieu d'une plaine, une cabane de bois pleine de paille et d'autres matières combustibles, pour servir de bûcher aux condamnés.

Le 7 octobre 1613, le moment du départ pour l'exécution étant arrivé, ils s'embrassèrent mutuellement, et se mirent à genoux pour remercier Dieu, de les avoir rendus dignes de mourir pour son amour ; puis ils s'acheminèrent vers le lieu du supplice.

Les Chrétiens rassemblés pour les accompagner, furent rangés par les chefs des Confréries, moitié devant, moitié derrière les Martyrs ; ils s'avançaient en ordre, six à six, chantant les Litanies de la sainte Vierge ; ceux de la ville d'Arima portaient chacun, la main un cierge allumé, et sur la tête une guirlande, signe de triomphe ; les autres tenaient chacun un chapelet.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#37 Message par Abbé Zins » mar. 14 juin 2016 16:12

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



Dans la marche, le petit Jacques, ayant entendu qu'on l'appelait Martyr, répondit très sagement :

« Attendez un peu, vous allez trop vite ; je vois bien la couronne, mais, je ne la tiens pas encore.»


Comme le trajet était long, plusieurs Chrétiens s'offrirent à le porter sur leurs épaule, mais il s'y refusa, en disant :

« Nous suivons notre capitaine, qui est monté à pied sur le Calvaire, avec une lourde croix, que je n'ai pas à porter. Il faut travailler à présent ; l'éternité me prépare un long repos.»

Quand il aperçut la place où tous devaient être brûlés, il dit aux assistants, qui versaient des larmes :

« Pourquoi pleurez-vous ? enviez-vous mon bonheur ? Marchez gaîment, comme je fais moi-même. »

Arrivés enfin au lieu où ils devaient consommer leur sacrifice, nos courageux Martyrs coururent embrasser et baiser les poteaux auxquels on allait les attacher.

Un d'entre eux, Léon Caniémon, s'étant placé à un endroit plus élevé, dit à haute voix :

« Nous voyons le feu qut doit nous consumer ; mais nous le voyons sans crainte, sachant bien que nos âmes passeront de là au bonheur éternel. Mes frères, la religion chrétienne est la seule dans laquelle nous puissions nous sauver. Persévérez dans la foi ; que nos tourments ne vous effraient point : la souffrance est légère et dure peu ; mais la récompense est grande et éternelle. Soyez-nous témoins que nous mourons pour la foi en Jésus-Christ.»

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#38 Message par Abbé Zins » mer. 15 juin 2016 18:19

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



Dès que tous furent liés aux poteaux, le chef des Confréries déploya une bannière sur laquelle était représenté notre Sauveur attaché à la colonne, et il dit :

« Mes frères, voici votre Sauveur, pour l'amour duquel vous allez mourir. Du haut du ciel, il tient vos couronnes toutes prêtes ; mourez avec courage pour celui qui est mort pour vous.»

On mit ensuite le feu au bûcher, et tous les chrétiens tombèrent aussitôt à genoux, priant le Seigneur et la sainte Vierge pour les patients ; toute la plaine retentissait de gémissements ; l'un criait : « Jésus ! Marie ! » l'autre disait : « Mon Dieu ! miséricorde.»

Les Martyrs ne cessaient de se recommander à Dieu en silence.

Le feu ayant dévoré les liens du petit Jacques, il se précipita tout à coup à travers les flammes et les charbons dans les bras de sa mère, qui lui dit :

« Mon fils, regarde le ciel, et invoque Jésus et Marie. »

L'innocent enfant, après avoir répété trois fois les noms de Jésus et de Marie, tomba mort aux pieds de sa mère, qui tomba morte à son tour sur lui.

Restait encore la jeune Madeleine, sœur de Jacques ; déjà brûlée de toutes parts, elle se courba, et, saisissant des charbons ardents, elle se les mit sur la tête, comme pour s'en faire une couronne ; peu après, elle tomba doucement, et rendit aussi son âme à Dieu.

Oh! quel beau triomphe de la foi l'Eglise vit en ce jour !

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#39 Message par Abbé Zins » mer. 15 juin 2016 18:31

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VII.

MORT DU ROI D ARIMA ET PERSÉCUTION EXERCÉE PAR SON FILS. THOMAS ONDA ET SA FAMILLE. FRANÇOIS ET MATTHIEU, JEUNES PRINCES. HUIT MARTYRS BRULÉS VIFS. LE TYRAN PUNI.

1611-1614.



Quand tous les Martyrs eurent rendu l'esprit, les Chrétiens franchirent la palissade, recueillirent leurs reliques, et les ensevelirent dans une église de Nangasaki.

Après une enquête convenable, l'évêque du Japon fit dresser un acte public de cet événement.


Vers la fin de l'année suivante, 1614, le roi Michel, voyant qu'il n'avait pas gagné la faveur de l'empereur au gré de ses désirs, s'imagina qu'il y parviendrait au moyen d'une nouvelle persécution.

Dans ce but, il décréta que tous les Chrétiens qui tiraient de lui des revenus ou des pensions, les perdraient, s'ils ne quittaient leur religion.

Après la publication de cet édit, cinquante familles des plus distinguées du royaume eurent le courage de renoncer à toute leur fortune.

Bien plus, à cette nouvelle, les enfants qui faisaient partie de la Congrégation de Saint-Joseph, tous âgés de moins de quinze ans, firent entre eux ce serment :

« Dût-on nous brûler vifs, nous jurons de ne jamais abandonner la Foi.»


Et le malheureux Michel, qui avait redoublé la persécution dans l'espoir que l'empereur lui donnerait un royaume plus considérable, en reçut, après son édit barbare, l'ordre de quitter Arima et de se retirer dans le chétif royaume de Fiunga.

Juste châtiment de sa perversité, qui lui avait fait préférer les bonnes grâces de l'empereur à la grâce de Dieu !

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3327
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Martyrs du Japon (Saint Alphonse)

#40 Message par Abbé Zins » jeu. 16 juin 2016 12:07

Saint Alphonse-Marie de Liguori a écrit :
VIII.

PERSÉCUTION GÉNÉRALE DÉCRÉTÉE PAR L'EMPEREUR DAÏFUSAMA,
FERMETÉ DES CHRÉTIENS DE MÉACO.

1614.



Jusqu'en 1614, il n'y avait eu que des persécutions particulières ou locales ; mais à cette époque, la tempête s'étendit sur tout le Japon et enveloppa tous les Chrétiens.

L'empereur Daïfusama voulut d'abord qu'on expulsât tous les missionnaires et qu'on rasât toutes les églises.

Il ordonna ensuite de prendre les noms de tous les Chrétiens, afin de livrer au dernier supplice tous ceux qui ne renonceraient pas à leur foi.

Lorsqu'on lui présenta la liste des Chrétiens de Méaco, il s'emporta contre le gouverneur, pour les avoir laissés se multiplier à tel point, et confia la mission d'exterminer les fidèles à un de ses généraux les plus redoutés.

Celui-ci se rendit à Méaco avec des troupes d'élite, et y fit publier que tous les chrétiens qui ne feraient pas leur abjuration, seraient attachés à des poteaux pour être brûlés vifs.

Le lendemain, on vit que la plupart des Chrétiens avaient placé des poteaux devant leurs portes, pour faire entendre qu'ils étaient prêts à subir le supplice du feu, plutôt que de renoncer à leur foi ; il y eut même entre autres un pauvre homme qui vendit son habit, et une pauvre femme qui vendit sa ceinture, pour se procurer un poteau.

En présence de telles dispositions, le tyran imagina d'autres expédients : il fit brûler tous ces poteaux sur la place publique, et donna ordre à ses agents de mettre tout en œuvre pour déterminer les Chrétiens inscrits sur la liste à consentir qu'on les rayât.

Quelques-uns cédèrent à la séduction ; d'autres, rayés contre leur gré, gardèrent le silence ; mais il y en eut un grand nombre qui publièrent partout qu'on les avait effacés sans leur consentement.

Répondre

Revenir à « Martyrs et martyres »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité