Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#1 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 17:50


Commentaire sur les Lamentations de Jérémie



1. Le Livre des Lamentations du Prophète Jérémie se présente comme un lugubre Cantique alphabétique aux pathétiques accents de plaintes très douloureuses qui, méditées profondément, sont sources de compassion, componction, purification et consolation intérieure.

2. Il comprend cinq chapitres, dont quatre comportent autant de versets que de lettres de l'alphabet hébreu, soit vingt-deux. Chaque verset des Lamentations commence par une lettre de cet alphabet, les unes à la suite des autres, de la première, Aleph, à la dernière, Thau, comme le fait également le Roi-Prophète David pour le Psaume 118.

Voici chacune de ces lettres, avec leur signification propre :

« 1. Aleph : doctrine ; 2. Beth : maison ; 3. Ghimel : plénitude ; 4. Daleth : des tables, planche, plancher, archives ; 5. He : cette, celle-ci ; 6. Vau : et, [dominium ou propriété ou domination des adversaires] ; 7. Zaïn : cette, celle-là ; 8. Heth : vie ; 9. Teth : bien ; 10. Iod : principe, cause première, source, commencement ; 11. Caph : main ; 12. Lamed : de la discipline ou du coeur [brisement, broyage, ruine] ; 13. Mem : d’eux-mêmes ; 14. Nun : toujours perpétuel, impérissable, éternel ; 15. Samech : secours, aide ; 16. Ain : source, fontaine ou oeil ; 17. Phe : bouche, de la bouche ; 18. Sade : de la justice ; 19. Coph : appel , vocation ; 20. Res : de la tête ; 21. S(c)in : des dents ; 22. Thau : signes, enseignes, étendards.» (Saint Jérôme, L à Eusèbe, Intr. 2e Com. in Lament. ; [Saint Bonaventure, in Lam.])

Pour le chapitre III, c'est trois fois de suite que chaque verset commence par une lettre, puis trois fois par la suivante, etc.. Il comporte donc en tout trois fois vingt-deux, soit soixante-six versets.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#2 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 17:53

3. Comme les traductions ne peuvent pas rendre cette poétique suite alphabétique, Notre Bonne Mère la Sainte Eglise a, pour la conserver malgré tout dans les traductions, fait précéder chaque verset de la lettre originale hébraïque retranscrite en alphabet latin : Aleph, Beth, Ghimel, Daleth, He, Vau, etc.... jusqu'à Thau.

A cet égard, le chapitre cinq fait exception, bien que le texte de cette prière finale comporte également vingt-deux versets.

Ce que l'on retrouve ainsi agencé dans l'Office des ténèbres des Jeudi, Vendredi et Samedi Saint, où ce Cantique des Lamentations est récité ou chanté en entier durant les Offices de Matines de ce Triduum Sacré.


4. Par ailleurs Origène, citant des auteurs hébreux, explique que l'Ancien Testament comporte précisément aussi 22 livres (généraux), donc autant que de lettres de l'alphabet hébreu, pour signifier un exposé alors complet, pour cette période de la Loi de crainte, de l'essentiel de la doctrine se rapportant à Dieu (cf. Cornelius a Lapide, in Protogomena Lam.).

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#3 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 17:55

5.


« Après l’interprétation des lettres, on peut noter ceci quant au sens de leur agencement.

Aleph, Beth, Gimel, Daleth offrent une première connexion : doctrine maison, plénitude des tables : ce qui donne la doctrine de l’Eglise, qui est la maison de Dieu, se trouve en la plénitude des livres divins.

La seconde connexion est He, Vau, Zain, Heth : celle-ci et cette vie. Car quelle peut être l’autre vie sans la science des Ecritures : par lesquelles est aussi connu le Christ, qui est la vie des croyants ?

La troisième connexion est Teth, Jód : bien principe : car bien que nous ayons connaissance dès maintenant de tout ce qui est écrit, toutefois nous ne connaissons et prédisons qu’en partie, et ne voyons à présent que comme en un miroir de façon énigmatique. Tandis que lorsque nous aurons mérité d’être avec le Christ, et serons devenus semblables aux anges, alors la doctrine des livres cessera.

La quatrième connexion est Caph, Lamed, main du coeur ou de la discipline. La main donne entendre ce qui est opéré, le coeur et la discipline ce qui est compris, car nous ne pouvons rien faire sans savoir d’abord ce qui est à faire.

La cinquième connexion est Mem, Nun, Samech, de celles-ci toujours aide. Ce qui n’a pas besoin d’être expliqué, car il est très clair qu’en tout les Ecritures apportent de l’aide perpétuellement.

La sixième connexion est Ain, Phe, Sade : source ou oeil de la bouche de la justice, dans le sens de ce qui est exposé en la troisième.

La septième connexion, qui est la dernière, puisque le nombre septenaire est aussi celui de l’intelligence mystique, est Coph, Res, Sin, Thau, appel ou vocation de la tête des dents signes. C’est par les dents que le son de la voix s’articule, et par les signes que l’on va vers la Tête de tous, qui est le Christ, par lequel on parvient au règne éternel.

Nous insérons ceci pour instruire le lecteur, afin qu’il sache que ce n’est pas au hasard que le Prophète a énoncé cela selon la série des lettres (de l’alphabet) : et que tout ce qui est écrit se rapporte aux mystères du Christ et de l’Eglise. Car ces lamentations n’ont pas été faites seulement sur la dévastation de Jérusalem et la captivité du peuple Juif, mais aussi sur la mort du roi Josias .. (II Paralip. 35,24s) ..

Nous exposons donc d’abord selon le sens historique, puis allégorique en lieux opportuns ..

Nous avons donc beaucoup plus de raisons de nous lamenter à présent, que le Prophète alors : bien que non sur de multiples villes, sur le peuple entier de Síon, mais sur l’âme humaine de Chrétiens de multiples nations, plus noble et précieuse que de multiples villes. Car un serviteur qui fait la volonté de Dieu, vaut mieux qu’une multitude d’iniques.

L’âme autrefois fidèle, en laquelle Dieu habitait, valait mieux que les multitudes des Juifs : qui, ingrats envers les bienfaits de Dieu, agissaient toujours à l’opposé.»

(Saint Jérôme, Intr. 2e Com. in Lament.)

Ce commentaire portera donc à la fois sur les sens historiques et spirituels, les deux principaux se rapportant ici au double sens littéral, « spiritualiter vero, etiam ad litteram », scripsit le grand Saint Jérôme, le Doctor maximus (Or. 30/9) pour ce qui a trait à la Sainte Ecriture.


6. Les sens historiques seront développés en la triple optique des trois dévastations de Jérusalem et de ses deux Temples successifs, non seulement en la personne du Prophète Jérémie, mais encore en celles du Grand-Prêtre Mathathias et de ses fils, les très célèbres Machabées, et des Juifs contemporains du temps du premier Avènement du Messie tant attendu, le Christ-Jésus.


7. Les sens spirituels seront développés à la fois en l’optique allégorique se rapportant à la Sainte Eglise, et tropologique ou morale concernant l’âme ici blessée par le péché, les démons et les pécheurs ; éprouvée ici-bas, purifiée en Purgatoire ou damnée et châtiée en Enfer.

Sens allégorique se rapportant à la Sainte Eglise, principalement en la Personne divine de sa Tête, le divin Sauveur, mais aussi en celle de son Corps Mystique tant comme personne morale en général, qu’en particulier en celles de ses membres, les Chrétiens, et tout spécialement ici à Notre Dame des Sept Douleurs.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#4 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 17:57


Prologue des Lamentations :



8. « Après qu’Israël fut réduit en captivité, et Jérusalem désertée »

- Voix de Jérémie, après la destruction du premier Temple par les Chaldéens ou Babyloniens, et la déportation du peuple juif à Babylone.

- Voix des Machabées, après la souillure du second Temple par des rites idolâtriques imposés par Antiochus Epiphane, et le retrait et la fuite au désert des Juifs fidèles ayant refusé de suivre les usurpateurs du Souverain Sacerdoce, suite au meurtre d’Onias, le Pontife légitime.

- Voix des Juifs, après la destruction du second Temple par les Romains, et la déportation et ventilation du peuple juif vendu comme esclave à travers tout l’Empire Romain.

- Voix du Sauveur pleurant sur la destruction du Temple et de la Ville Sainte, entrevue et annoncée d’avance aux Apôtres, ainsi que la ventilation du plus grand nombre des Juifs devenus perfides et la foulée aux pieds de Jérusalem jusqu’à la fin du temps des Nations.

- Voix de la Sainte Eglise après l’occupation de la Ville Sainte de Rome par des intrus dévastant la Confession de la Foi dans le monde entier, et imposant un culte et des rites invalides souillant les Lieux Saints.

- Voix de Notre Dame des Septs Douleurs, pleurant à la vue des douleurs de l’Ame Sainte du Sauveur et de la mise à mort du Temple Saint du Corps du Rédempteur, et sur les péchés et pécheurs les causant.

- Voix de l’Ame, déplorant la blessure ou dévastation de son temple intérieur par le péché, les démons et les pécheurs ; éprouvée ici-bas, purifiée en Purgatoire, ou damnée et châtiée en Enfer.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#5 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 17:58

9. « Le Prophète Jérémie s’assit en versant des larmes, et fit entendre la plainte de cette lamentation sur Jérusalem, et l’âme remplie d’amertume, soupirant et gémissant, dit : »

Mathathias et ses fils, réfugiés à Modin puis au désert, se tournant vers la Ville Sainte souillée par les païens avec la complicité des intrus.

Le divin Sauveur, assit aux deux tiers du Mont des Oliviers, face à Jérusalem, et pleurant sur la Ville Sainte.

L’Eglise Militante, infiltrée dans son Corps par des marranes et autres intrus modernistes, en son petit nombre y voyant clair.

Les Juifs fidèles pleurant l’aveuglement des leurs, très meurtris aussi de la destruction de leur Ville Sainte et du Temple, tout en saisissant sa nécessité pour mieux assurer le passage de l’Ancienne à la Nouvelle Alliance ; les pharisiens, scribes, grands-prêtres nommés pour un an par les Romains, les perfides ayant repoussé le Christ-Messie et refusant de se repentir du déicide mais déplorant leur ruine et leur ventilation ou dispersion.

Notre Dame des Septs Douleurs, un instant effondrée suite à un violent spasme durant le chemin du Calvaire, puis debout au pied de la Croix, offrant son divin Fils pour la Rédemption des pécheurs, ayant peine à quitter le Saint Sépulcre, et enfin cloîtrée au Cénacle.

L’Ame meurtrie par les épreuves ou blessée par le péché, les démons et les pécheurs ; purifiée en Purgatoire, ou damnée et châtiée en Enfer.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#6 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 18:01



CHAPITRE PREMIER

JÉRUSALEM DÉSOLÉE


L’abandon théorique et pratique de la vraie doctrine :



10. « Aleph », première lettre de l’alphabet hébreu :
« Aleph s’interprète doctrine. La vraie doctrine est la connaissance de la Sainte Trinité.» (Saint Jérôme, Com. 1 in Lam. 1,1)




11.
« Ce verset est précédé de la lettre Aleph qui s’interprète doctrine, en vue de signifier que puisque le peuple a manqué en l’observance de la doctrine de Dieu qu’il possédait par la connaissance, il est tombé dans la captivité : « Mon peuple a été conduit captif parce qu’il n’a point gardé la science.» (Isaïe 5,13). » (Saint Thomas, in Lam. 1,1)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#7 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 18:04

12.
« Ce verset est précédé de la lettre Aleph qui s’interprète doctrine : ce qui peut doublement être référé à ce qui suit. 1̊ Car le défaut de doctrine a été la cause de la subversion du peuple.. (Is. 5,13).. 2̊ Parce qu’on l’a persuadé d’erreurs sous couleur de la doctrine : « Car c’est par les (faux) prophètes de Jérusalem que la corruption s’est répandue sur toute la terre.» (Jérémie 23,15) ; « J’ai appelé mes amis, et ils m’ont trompée.» (Lam. 1,19). » (Saint Bonaventure, in Lam. 1,1)
13. Au temps de Jérémie, ce sont le Grand-Prêtre et les 72 membres dévoyés du Sanhédrin qui ont installé une statue d’idole dans l’enceinte du Temple, et offert à l’intérieur de l’encens à des représentations d’idoles qu’ils avaient fait peindre sur les parois du Saint.

14. Au temps de Mathathias et des Machabées, c’est une série de quatre usurpateurs du Souverain Sacerdoce qui ont entraîné avec une poignée de prêtres prévaricateurs les Juifs à se conformer aux moeurs dépravées des Grecs païens, en faisant construire à Jérusalem une maison de prostitution de jeunes éphèbes, puis en installant une idole sur l’autel des sacrifices du Temple et en lui rendant un culte orgiaque de bacchanale.

15. Au temps de Notre Sauveur, ce sont les princes des prêtres nommés par les Romains qui L’ont repoussé malgré le témoignage du Précurseur Saint Jean-Baptiste et des éclatants miracles du Christ-Jésus jusque dans le Temple, et L’ont fait arrêter, L’ont condamné à mort et livré à Pilate.

16. Au moment de la fin du temps des Nations, ce sont des faux papes et réels antipapes, précurseurs et préparateurs de l’Antéchrist, qui ont textuellement « persuadé d’erreurs sous couleur de la doctrine » l’immense majorité des fils de Catholiques au moyen d’un illégitime et apparent “concile oecuménique”, ont partout renversé la vraie doctrine, le vrai culte et les véritables Sacrements, ont installé l’abomination dans le Lieu Saint en cherchant à le transformer dans le Panthéon de toutes les fausses divinités et réelles irréligions.

17. C’est par méconnaissance de la sainte doctrine ou par négligence de la mettre en pratique que l’âme se blesse, chute, va jusqu’à se perdre.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#8 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 19:38


Sens historique et prophétique du contexte de ces Lamentations :




18. « 1. Comment est-elle assise solitaire la ville pleine de peuple, devenue comme veuve, la maîtresse des nations, tributaire la souveraine de provinces ? »

Le Prophète déplore la ruine du peuple perverti, et la subversion de la ville perfide : qui avait toujours des sentiments contraires à ceux de son Seigneur, et, ingrate envers les bienfaits de Dieu, s’opposait à Ses préceptes, persécutaient Ses Prophètes, et enfin a fait mettre à mort l’Héritier Lui-même.

C’est pourquoi elle a été livrée aux mains d’ennemis, a été dévastée, en sorte que celle qui commandait divers peuples et provinces, a été ensuite oppressée par une dure servitude.

Toutefois, ce qui s’est réalisé en partie avant l’Avènement du Seigneur durant la captivité en Chaldée, a été plus pleinement accompli après l’Incarnation du Seigneur, la Passion, la Résurrection, et l’Ascension du Christ au Ciel, quand par les Empereurs Romains Vespasien et Titus, en vengeance du Sang du Seigneur, la ville a été consummée, toute la population a été en partie occise, en partie conduite en captivité,

selon ce qui avait été écrit en la vision de Daniel (9,26s), en laquelle un Ange s’est adressé au Prophète en disant ceci :

Après soixante-deux semaines le Christ sera mis à mort, et il ne sera pas Son peuple celui qui L’aura renié, et un peuple avec un chef qui doit venir détruira la ville et le sanctuaire ; et sa fin sera la dévastation, et après la fin de la guerre la désolation établie. Et peu après, est ajouté : et la désolation persévérera jusqu’à la fin

(Saint Jérôme, Com. 2 in Lam. 1,1)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#9 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 19:40


Comment se fait-il, comment est-ce possible ? :



19. « 1. Comment est-elle assise solitaire la ville pleine de peuple ? »

« Il dit comment ? avec étonnement, ou interrogativement : Comment se fait-il ? Ce à quoi il est répondu plus loin (v. 8) : « Elle a grandement péché »... Comment, pour quel motif, siège solitaire la cité remplie de tout un peuple !? Remplie autrefois, à savoir au temps de David et Salomon, maintenant solitaire, son peuple ayant été conduit en déportation.»

(Saint Bonaventure, in Lam. 1,1)

20. - Voix des Prophètes, Jérémie devant Jérusalem dévastée, Ezéchiel et les anciens l’entourant en la déportation à Babylone :

Dieu Tout-Puissant, Dieu d’Abraham, Isaac et Jacob, comment avez-Vous pu permettre cela pour votre peuple choisi et votre Ville Sainte, et pourquoi ?

D’où la vision en esprit accordée rétroactivement au Prophète Ezéchiel de ce qui s’était passé antérieurement dans le Temple de Jérusalem.


21.


« Quand le Prophète dit : « un esprit.. me conduisit à Jérusalem dans une vision de Dieu », il montre qu'il n'y a point été transporté corporellement mais en esprit. Vision selon laquelle nous pouvons contempler les cieux, les profondeurs de la mer et les enfers, quand nous parcourons par la réflexion la façon dont ils sont disposés.

Il parvint d'abord au vestibule qui regarde l'Aquilon, en sorte d'y voir la statue de l'idole de jalousie propre à provoquer le zèle, afin de pouvoir pénétrer, à partir de ce lieu, à l'intérieur, et voir le reste de ce qui est décrit ensuite.

L'histoire rapporte qu'une statue de Baal fut placée dans le Temple. C'est de manière appropriée qu'il la nomme l'idole de jalousie, car elle est propre à provoquer le zèle et la jalousie du Seigneur, comme cela est exprimé dans le Deutéronome (32,21) : « Eux m'ont provoqué au zèle par ce qui n'était pas Dieu, et moi je les provoquerai à la jalousie par une nation qui n'est pas »..

Et voici que là était la gloire du Dieu d'Israël. Non qu'il se délecterait d'une telle proximité, mais afin de détruire par sa présence et l'idole de jalousie, et le Temple. D'où le fait que la destruction de la ville et du Temple ait suivi peu de temps après. De même qu'il est déclaré en Isaïe (28,20) que le lit est trop étroit pour en contenir deux, et la couverture trop courte pour couvrir l'un et l'autre.

Ce que l'Ecriture signifie de la sorte, l'Apôtre l'exprime explicitement : « Quel consensus peut-il y avoir entre le Christ et Bélial ? entre le Temple de Dieu et une idole ? » (II Cor. 7,25).»

(Saint Jérôme in Ez. 8,4)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3364
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Commentaire sur les Lamentations de Jérémie

#10 Message par Abbé Zins » mer. 21 oct. 2015 19:44

22.


« « Et il me dit : Fils d'homme, lève tes yeux vers la voie de l'Aquilon. Et j'ai levé mes yeux vers la voie de l'Aquilon : et voici , à l'Aquilon de la porte de l'autel, à l'entrée même, l'idole de jalousie..» Là, en effet, était placée une statue de Baal, qu'il nomme l'idole de jalousie, à l'entrée même de la porte..

« Et il me dit : Fils d'homme, penses-tu voir, toi, ce que font ceux-ci : en sorte que je m'éloigne de mon sanctuaire ? Pourtant, retourne-toi encore, tu verras des abominations plus grandes.» C'est dire : Ne pense pas que ce soit injustement que j'abandonne le Temple et que je laisse détruire la ville ; regarde, ce qu'ils font, dans le Temple ! Quand tu l'auras vu, ne pense pas que ce soit là la fin des crimes, tu en verras de plus grands.

Ce que l'on peut aussi entendre et de notre Jérusalem et de notre temple quand, à l'exemple de Ophni et Phinees (II Rois 2), nous opérons les crimes des idoles dans le tabernacle de Dieu et que nous forniquons avec ceux qui se sont voués à la milice et au ministère de Dieu, nous détournons les prémices des sacrifices en les accordant à nos protégés et nos familiers, et faisons de tout une cause de lucre. Si les fautes que nous voyons sont déjà si graves, combien plus graves doivent être estimées celles qui échappent à la conscience humaine ? »

(Saint Jérôme in Ez. 8,5s)


Répondre

Revenir à « Prophéties de la Sainte Écriture et Réalisations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités