Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temple

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temple

#1 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:09


Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temple de Jérusalem (au temps des Machabées) :


Dans le dossier sur l' « abomination dans le Lieu Saint » a été mentionné ceci :
Or la période précédant juste celle des Machabées a de nombreux points de ressemblance avec celle de l'époque de V 2,

ce qui pourra être montré plus tard.

Toutefois, comme il y a beaucoup à dire à ce sujet, mieux vaut ouvrir un nouveau fil ou dossier en parallèle de l'autre.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#2 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:19

Commençons donc par quelques citations de la Sainte Ecriture :
« En ces jours-là sortirent d'Israël des fils d'iniquité qui persuadèrent un grand nombre, en disant :

Allons, et faisons alliance avec les nations (païennes) qui sont autour de nous ;

car, du fait que nous nous tenons à l'écart d'elles, résultent pour nous beaucoup de maux
.

Et ce discours paru bon à leurs yeux. Et ils choisirent certains parmi le peuple qui allèrent trouver le roi (Antiochus Epiphane) : et il leur accorda le pouvoir d'établir la manière de vivre des nations (païennes).

Et ils édifièrent un gymnase à Jérusalem à la manière des nations :

et ils se firent un prépuce, et ils s'écartèrent de la Sainte Alliance (du Saint Testament) et se joignirent aux nations,

et en sorte de faire le mal ils se vendirent


(I Machabées 1,12-16).

Nous verrons qu'à la tête de ce parti de l'aggiornamento, de ce rapprochement avec les infidèles et de cette alliance avec le monde païen,

se trouva une série d'illégitimes et faux Grands-Prêtres, ayant fait assassiner le vrai et légitime Pontife,

avant qu'eux-mêmes ne périssent et ne soient remplacés par le Grand-Prêtre Mathathias et ses glorieux fils, les Machabées.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#3 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:21

Voici le bref mais très éloquent résumé tiré de l'exposition du Docteur Commun sur les Livres des Macchabées,

concernant la série des faux pontifes usurpateurs qui ont conduit à la profanation du 2e Temple de Jérusalem par d'exécrables abominations
qui seront précisées par la suite.

« « En ces jours-là sortirent d'Israël des fils d'iniquité..»

Il faut noter que ceux-ci étaient des frères du Souverain Pontife des Juifs, Onias, lequel n'avait point de fils.

Voyant l'occasion, du vivant même de leur frère Onias, le Souverain Pontife, ils commencèrent à rivaliser entre eux en vue d'obtenir la succession du Souverain Sacerdoce.

Par conséquent, cherchant à plaire (au roi) Antiochus, ils avancèrent à tel point dans le mal que, pour obtenir davantage sa faveur, ils changèrent leurs prénoms juifs en des noms païens, en sorte que Jesus se fit nommer Jason et Jean Menelaus.» (Saint Thomas, Expositio in I Mach. 1,12)

En commentant le chapitre IV du Livre II, le Docteur Angélique expose d'abord rapidement comme par un bref survol

les maux décrits, et leur origine venant de chefs usurpateurs s'étant illégitimement emparés de par l'autorité civile du roi Antiochus du poste de leur frère, après l'avoir fait assassiner (II Mach. 4,34-38),

et usurpant sa fonction par leur intrusion.
« Ici commence la seconde partie (du Livre II), en laquelle est décrite la tribulation commencée sous Seleucus Eupater, et précisée ici menée à son terme par Antiochus Epiphane.

Il y est exposé : 1̊ La sédition interne à la faveur du roi. 2̊ L'oppression externe faite par le roi. 3̊ L'introduction du paganisme. 4̊ Le décret de persécution.

Quant au 1̊, il faut noter qu'il y eut une quadruple tribulation, répondant à la quadruple usurpation du (Souverain) Sacerdoce. (fuit quadruplex tribulatio, secundum quadruplicem usurpationem sacerdotii)

La première par Simon..., la 2e par Jason..., la 3e par Menelaus..., la 4e par Lysimach, mentionnée ici : De multiples sacrilèges ayant été commis dans le Temple par Lysimach... avec l'abolition du rite de la Loi (et de legalis ritus abolitione)...

Sur la mort de Lysimach est indiquée d'abord sa trangression sacrilège... enfin son châtiment, ici : ils tuèrent aussi ce sacrilège lui-même...» (Saint Thomas, Expositio in II Mach. 4,1s)

Le Saint-Esprit lui-même souligne cette illégitimité de telles intrusions par l'expression très forte employée au sujet du second intrus :

« impii, et non sacerdotis Jasonis » « l'impie, et non (Souverain) Prêtre Jason » (II Mach. 4,13) !

Ainsi exposée par le Docteur Commun :
« « Ce n'était pas là le commencement mais un certain aggravement et accroissement du paganisme et de la manière de vivre des étrangers, découlant du crime néfaste et inouï de l'impie, et non (Souverain) Prêtre Jason »..

Pas un commencement, pas quelque chose de léger et médiocre, ou pas l'acte d'un instant ou d'une courte durée, mais un état continu en conformité avec son intention, parce que ces crimes étaient parmi les deux pires de ceux pratiqués par les païens.

Le crime inouï de Jason fut l'achat du (souverain) sacerdoce.

D'où le fait que Saint Augustin dise que le feu, qui s'était maintenu 70 ans dans de l'eau croupie, par cet achat par Jason à Antiochus du sacerdoce, fut éteint.» (Saint Thomas, Expositio in II Mach. 4,13)

D'où la juste conclusion que tire Cornelius a Lapide de ces illégitimes intrusions à prix d'argent et de par le pouvoir civil :
« Or Jason, le frère d'Onias, fut apostat, et força les autres à apostasier et à passer au Paganisme.

C'est pourquoi il revint à Mathathias de devenir le (Souverain) Pontife et le Chef du peuple pour s'opposer à Antiochus et maintenir la Religion et la Patrie en ce péril extrême...

Mathathias était en la tribu de Lévi de la première classe sacerdotale, à savoir de la descendance de Joarib, qui est indiquée la première parmi les familles sacerdotales en I Paral. 24,7..»

(Cornelius a Lapide, in I Mach. 2,1)
Il nous restera à considérer jusqu'à quelles horribles abominations, d'abord contre les Moeurs, ensuite sur le plan religieux et cultuel,

en sont arrivés ces impies intrus, et une grande partie du peuple entraîné par eux

à la déchéance morale contre nature et à l'apostasie.

Une série de 4 faux pontifes et vrais usurpateurs, cela ne vous rappelle rien ?

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#4 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:25

Marcus a écrit :
Abbé Zins a écrit :Une série de 4 faux pontifes et vrais usurpateurs, cela ne vous rappelle rien ?
J'ai trouvé :
le Bx Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul II, Benoit XVI..
J'exclus quand même de la liste Jean-Paul I̊, car même s'il a été élu, bien que déjà très malade, grâce aux voix de cardinaux nommés par ses deux prédécesseurs, il n'a pas vécu assez longtemps son pontificat pour que vous l'écriviez sur la liste des papes apostats, hérétiques et suppôts de l'Antéchrist !

Je dois avoir tout bon, Monsieur l'Abbé.
Pas mal, Marcus, mais tout bon, certes pas. Comment voulez-vous qu'un faux pontife et vrai usurpateur déclare validement Bienheureux !?

M. le chef d'établissement, il faut donc légèrement corriger votre copie ; vous connaissez bien la formule : peut encore mieux faire !

Il n'y a donc pas de "Bx" Jean XXIII, mais un 2e antipape Jean XXIII, après celui du temps du Grand Schisme d'Occident.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#5 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:27

Voyons à présent en quoi a consisté exactement

l'abomination dans le 2e Temple, à savoir sa contamination 1̊ par un rite idolâtrique, 2̊ par l'abolition du vrai culte, et 3̊ par toutes sortes d'impudicités rituelles ou non.
« Il est dit notablement que fut placée dans le Temple une statue de Jupiter (idolum Jovis), et qu'il fut interdit d'accomplir toutes les oblations selon la Loi Mosaïque, et ordonné de manger de la viande de porc.» (Saint Thomas, Expositio in I Mach. 1,22s)


« Ici commence la 3e partie.. en laquelle est indiquée ce qui fut à l'origine de la guerre et de la lutte contre le roi. Ici est notée l'introduction du rite païen, en sorte d'augmenter la malice.

1̊ L'observation du paganisme est introduite, 2̊ la pression brutale est exercée par les peines infligées à l'encontre de ceux refusant d'obtempérer..

Quant au 1̊ il est montré comment le peuple a été 1̊ détourné de l'observance légale,

et 2̊ comment il a été conduit à l'idolâtrie..,

3̊ comment le Temple a été pollué par la luxure..,

4̊ comment le rite légal a été interrompu..,

5̊ comment le peuple n'obtempérant pas était tué..


Quant au 2̊ se rapportant au châtiment de ceux n'obtempérant pas, il faut noter que trois observances étaient combattues :

1̊ la circoncision, 2̊ la sanctification du sabbat, 3̊ la distinction dans la nourriture [permise ou non par la loi mosaïque].»

(Saint Thomas, Expositio in II Mach. 6,1s)

D'importantes précisions seront indiquées par la suite,

avec des citations plus explicites de la Sainte Ecriture

et le commentaire plus détaillé de Cornelius a Lapide.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#6 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:30

« « En ces jours-là sortirent d'Israël des fils d'iniquité »,

dont le chef fut Jesus, frère du Pontife Onias, qui pour se rapprocher des païens et des Grecs se fit nommer Jason et, après s'être débarrassé de son frère, s'empara (invasit) du Pontificat.

De même, Menelaus, Simon et autres semblables... Ceux-ci, considérant à la fois l'iniquité et la puissance d'Antiochus Ephinane dominant alors la Syrie et la Judée, se conformèrent à son impiété pour en obtenir des charges et des honneurs, en sorte d'être mis à la tête des autres Juifs, et d'en devenir les Pontifes et les dirigeants...

(Epiphane) « leur donna le pouvoir d'établir la manière de vivre des païens », à savoir leurs rites et leurs moeurs, mais surtout leur fausse religion et l'idolâtrie, ainsi qu'une licence débridée, de façon à ce qu'ils l'introduisent en Judée.

D'où ce qui suit : « Et ils construisirent un gymnase à Jérusalem, selon les moeurs des païens », en lequel les adolescents apprennent non seulement les fables et la littérature des païens, .. mais aussi à manier le glaive et les flèches, à combattre, courir, sauter, lancer le disque, lutter à la palestre, etc.., et, de surcroît, afin qu'ils soient initiés à la luxure, même à la pédérastie et sodomie contre nature, comme cela est précisé en ajoutant : d'éphèbes ; autrement dit, un lupanar...

« Et ils se firent un prépuce », en d'autres termes, ils ajoutèrent, à l'aide d'instruments et de médicaments, un morceau de chair semblable à celui que leur avait ôté la circoncision, en sorte de se refaire un prépuce, afin de ne plus être reconnus comme circoncis et Juifs mais comme adhérant au paganisme...»

(Cornelius a Lapide, in I Mach. 1,12-16)


« Gymnase vient d'un mot grec signifiant la lutte ou lieu de lutte, et il signifie ici le lieu où ils s'excerçaient en la connaissance des rites païens...

Ou, comme le disent certains, il faut l'entendre d'un lupanar d'Ephèbes, d'où le fait qu'il soit nommé aussi Ephébie.» (Saint Thomas, in I Mach. 1,15)

« Ephébie, c.à.d. lupanar de jeunes hommes.» (Saint Thomas, in II Mach. 4,9)


« Pierre Faber (Agonist. 3,27s) dit entre autre à ce sujet : Lyranus expose clairement que Ephébie désigne un lieu de prostitution des plus beaux jeunes hommes,

et Athaeneus (Dipnos L. 11) dit que les Ephèbes sont des enfants prostitués...

Un autre auteur traduit par efféminés, et Lyranus par prostitués masculins.» (Cornelius a Lapide, in II Mach. 4,9)

Voici donc à quelles abominations amorales et contre-nature ils en étaient arrivés !


Ce que nos anciens nommaient avec horreur et révulsion « le péché grec » ou oriental ; lequel était quasi inconnu en Occident, sauf peut-être au temps de la "Renaissance" du Paganisme, et universellement abhorré.

Il faut s'attendre à voir réinstituer publiquement ce genre d'établissements louches que dépassent encore, ce qui n'est pas peu dire, les pseudos unions ou concubinages "gays",

tant la déchéance des moeurs marche de pair avec l'apostasie,

comme les précisions à venir sur la forme d'idolâtrie introduite dans le Temple nous le démontreront plus explicitement.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#7 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:33

EA a écrit : Mais pourquoi n'aviez vous donc rien à dire non plus sur la promesse de Fatima :
Un certain temps de paix sera accordé au monde quand le pape uni aux évêques consacrera la russie au coeur immaculé...
D'abord, il a déjà été répondu que, officiellement, selon "Soeur Lucie" elle-même, cette consécration a déjà été faite.

Ensuite, le Prophète Jonas a annoncé péremptoirement :
« Dans trois jours Ninive sera détruite ! »
A-t-elle été détruite dans les trois jours !?

Si non, pouvez-vous m'expliquer la raison du non accomplissement de la destruction de la ville ? et donc, de la lettre de cette annonce prophétique du pourtant très authentique Prophète Jonas, insérée dans la divine Révélation des Saintes Ecritures, laquelle a de très loin plus grande autorité que les révélations privées, où les voyants ne sont point garantis par l'Esprit-Saint de toute inerrance et d'éventuelles imprécisions.

Je préfèrerais que vous nous parliez de la prophétie de Daniel
Elle est connexe à celle-ci et traitée dans le dossier sur « l'abomination dans le Lieu Saint » que vous n'avez peut-être pas ouvert jusqu'ici ! ?

Que voulez vous que EA vous dise, l'abbé. Pour ce qu'il sait du mystère d'iniquité... La période est confuse, je le reconnais de bonne grace.

Voici une sage réflexion. L'étude de la nature du mystère d'iniquité, lui aussi annoncé prophétiquement, est prévue pour de prochains dossiers.



Enfin, pour Marcus, a-t-il entendu parler en sa jeunesse de "légalisation" d'unions gays ? et d'abominations publiques et sociales telles que celles-ci décrites plus haut ? :

Abbé Zins a écrit :
« « En ces jours-là sortirent d'Israël des fils d'iniquité »,

dont le chef fut Jesus, frère du Pontife Onias, qui pour se rapprocher des païens et des Grecs se fit nommer Jason et, après s'être débarrassé de son frère, s'empara (invasit) du Pontificat.

De même, Menelaus, Simon et autres semblables... Ceux-ci, considérant à la fois l'iniquité et la puissance d'Antiochus Ephinane dominant alors la Syrie et la Judée, se conformèrent à son impiété pour en obtenir des charges et des honneurs, en sorte d'être mis à la tête des autres Juifs, et d'en devenir les Pontifes et les dirigeants...

(Epiphane) « leur donna le pouvoir d'établir la manière de vivre des païens », à savoir leurs rites et leurs moeurs, mais surtout leur fausse religion et l'idolâtrie, ainsi qu'une licence débridée, de façon à ce qu'ils l'introduisent en Judée.

D'où ce qui suit : « Et ils construisirent un gymnase à Jérusalem, selon les moeurs des païens », en lequel les adolescents apprennent non seulement les fables et la littérature des païens, .. mais aussi à manier le glaive et les flèches, à combattre, courir, sauter, lancer le disque, lutter à la palestre, etc.., et, de surcroît, afin qu'ils soient initiés à la luxure, même à la pédérastie et sodomie contre nature, comme cela est précisé en ajoutant : d'éphèbes ; autrement dit, un lupanar...

« Et ils se firent un prépuce », en d'autres termes, ils ajoutèrent, à l'aide d'instruments et de médicaments, un morceau de chair semblable à celui que leur avait ôté la circoncision, en sorte de se refaire un prépuce, afin de ne plus être reconnus comme circoncis et Juifs mais comme adhérant au paganisme...»

(Cornelius a Lapide, in I Mach. 1,12-16)


« Gymnase vient d'un mot grec signifiant la lutte ou lieu de lutte, et il signifie ici le lieu où ils s'excerçaient en la connaissance des rites païens...

Ou, comme le disent certains, il faut l'entendre d'un lupanar d'Ephèbes, d'où le fait qu'il soit nommé aussi Ephébie.» (Saint Thomas, in I Mach. 1,15)

« Ephébie, c.à.d. lupanar de jeunes hommes.» (Saint Thomas, in II Mach. 4,9)


« Pierre Faber (Agonist. 3,27s) dit entre autre à ce sujet : Lyranus expose clairement que Ephébie désigne un lieu de prostitution des plus beaux jeunes hommes,

et Athaeneus (Dipnos L. 11) dit que les Ephèbes sont des enfants prostitués...

Un autre auteur traduit par efféminés, et Lyranus par prostitués masculins.» (Cornelius a Lapide, in II Mach. 4,9)

Voici donc à quelles abominations amorales et contre-nature ils en étaient arrivés !


Ce que nos anciens nommaient avec horreur et révulsion « le péché grec » ou oriental ; lequel était quasi inconnu en Occident, sauf peut-être au temps de la "Renaissance" du Paganisme, et universellement abhorré.

Il faut s'attendre à voir réinstituer publiquement ce genre d'établissements louches que dépassent encore, ce qui n'est pas peu dire, les pseudos unions ou concubinages "gays",

tant la déchéance des moeurs marche de pair avec l'apostasie,

comme les précisions à venir sur la forme d'idolâtrie introduite dans le Temple nous le démontreront plus explicitement.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#8 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:37

luern a écrit :
Abbé Zins a écrit :
« « En ces jours-là sortirent d'Israël des fils d'iniquité »,

dont le chef fut Jesus, frère du Pontife Onias, qui pour se rapprocher des païens et des Grecs se fit nommer Jason et, après s'être débarrassé de son frère, s'empara (invasit) du Pontificat.

De même, Menelaus, Simon et autres semblables... Ceux-ci, considérant à la fois l'iniquité et la puissance d'Antiochus Ephinane dominant alors la Syrie et la Judée, se conformèrent à son impiété pour en obtenir des charges et des honneurs, en sorte d'être mis à la tête des autres Juifs, et d'en devenir les Pontifes et les dirigeants...

(Epiphane) « leur donna le pouvoir d'établir la manière de vivre des païens », à savoir leurs rites et leurs moeurs, mais surtout leur fausse religion et l'idolâtrie, ainsi qu'une licence débridée, de façon à ce qu'ils l'introduisent en Judée.
M. l'abbé avez vous entendu parlé de la convergence des significations que vous évoquez, au sujet de "l'abomination et de la désolation", avec le rapprochement philologique de son substrat hébraïque (et que cette expression traduit approximative )
soit : "shiqqoutzim meschômem" du prophète Daniel. : c'est à dire que les cultes et symboles païens provoque l'épouvante et l'horreur d'un hébreu !

(n.B. ce qui en dit long sur la fidélité de la religion juive moderne des rabbins interlocuteurs de choix de LLSSBXVI et JPII, du beni berith ou des convertis Lustigfer)

Cette expression contiendrait un jeu de mot avec "baal shamaïm"
(seigneur céleste) " des syriens qui est le Zeus olympien d'Antochius Epiphane précisément ? [dieu est devenu éros...]

2 macchabées 6 : il a fait construire (l'idole) sur l'autel des sacrifices , ils ont brûlé l'encens aux divinités paîennes; la tora (écrite) ils l'ont fait brûlée dans le feu! [ cf. aujourd'hui : exégèse historico-critique allemande du NT]
et là où ils ont trouvé torat megilla (rouleau de l'alliance) ils ont fait mettre à mort (censure, persécution,de la Vérité catholique actuelle)

Pour EA :
NSJC en Mt 24, 15 annonce en premier lieu, la destruction de Jérusalem
24,19: la femme enceinte est Jérusalem des années 66-70
24,22: "et s'ils n'avaient pas été raccourcis, ces jours-là,
elle n'aurait pas été sauvée toute chair( humanité) "


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#9 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:41


« « Le roi » (Antiochus Epiphane) « envoya un ancien », un membre du conseil des anciens... « pour qu'il force les Juifs à abandonner les coutumes de leurs pères et les lois de Dieu, afin aussi de contaminer le Temple de Jérusalem et le dédier à Jupiter Olympien.».

Antiochus ordonna donc de faire installer et adorer dans le Temple une statue de Jupiter, de lui dédicacer le Temple par un rite solennel et de le vouer à Jupiter.

C'est là « l'abomination de la désolation », en d'autres termes l'abominable idole désolant tous
, prédite trois cent années auparavant par (le Prophète) Daniel (2,31).»


(Cornelius a Lapide, in II Mach. 6,1s)



« L'invasion des maux était donc la pire qui soit et plus accablante que tout. Car le Temple était rempli de luxures et de beuveries païennes, ainsi que de débauchés et de prostituées... l'Autel même était rempli de choses illicites interdites par les lois. Les Sabbats n'étaient plus respectés, ni les jours solennels de la patrie observés, au point que personne n'osait même se déclarer Juif(II Mach. 6, 3-6)


« Ils étaient conduits », à savoir les Juifs par groupes d'un grand nombre, « avec une amère nécessité », par une violente coaction, « au jour de la naissance du roi » (Antiochus Epiphane) « aux sacrifices » qui étaient offerts aux idoles, de telle manière qu'ils y assistent et y participent activement et mangent de ce qui leur était offerts, comme s'ils consentaient aux idoles et à l'idolâtrie.

« Et quand étaient célébrées les fêtes du Libre » (Bacchus), « ils étaient forcés de se montrer à l'entour couronnés de lierre offert au Libre (au dieu de la Liberté).»

Ce qui revient à dire qu'aux Bacchanales ou fêtes de Bacchus, qui se célébraient en buvant, sautant, jouant, pratiquant l'impudicité, etc..., en toute licence de la chair et liberté de concupiscences,

(d'où le vocable de Libre donné à Bacchus, en tant qu'était accordé à chacun toute liberté de la chair lors de ses fêtes et cérémonies), les Juifs étaient forcés à s'entourer de lierre offert à Bacchus ou à la Liberté, et de circuler ainsi dans le Temple et dans la ville...

Les Grecs... tenaient que Bacchus était né de la cuisse de Jupiter...

Bacchus était donc nommé le Libre, en tant que dieu de la Liberté,

ou en tant que le vin dissout les soucis et en délivre l'esprit.» (Cornelius a Lapide, in II Mach. 6,7s)


« Le Libre est le nom propre au dieu même du roi, à savoir Bacchus, qui dans l'antiquité était tenu pour le dieu du vin... Ils appellaient donc le dieu du vin, le Libre, parce que le vin provoque à la luxure...» (Saint Thomas, in II Mach. 6,7s)

Voilà donc une correspondance de plus avec la triste réalité contemporaine !

L'abomination dans le Lieu Saint se rapporte donc aussi à la licence des moeurs et au culte de la Liberté !



Liberté d'esprit s'émancipant de tout dogme, licence religieuse mettant toute forme de religiosité sur le même plan, perte de tout sens du péché, licence des moeurs au point d'en arriver aux pratiques de la sodomie contre-nature ! En cela aussi, nous y sommes malheureusement en plein, et cela va toujours en s'aggravant !


Nous verrons encore un point très caractéristique et frappant qui, lui encore, correspond à notre triste situation actuelle de préparation directe au mondialisme antichrétien.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2654
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Causes et nature de l' « abomination » dans le 2e Temp

#10 Message par Abbé Zins » mer. 09 sept. 2015 19:42


« « Le 25e jour du mois, ils sacrifièrent sur l'autel, érigé par eux à Jupiter Olympien, qui se dressait en face de l'autel » des holocaustes, dédié à Dieu dans le Temple de Jérusalem.

En cet autel donc, ce n'est pas seulement à Jupiter mais à Antiochus lui-même qu'ils sacrifiaient comme s'il était Dieu.

Celui-ci, en effet, comme l'avait prédit Daniel (11,36), voulut être honoré comme Dieu. Il fut donc une figure de l'Antéchrist.

Les idolâtres ne voulurent point sacrifier sur l'autel de Dieu, afin de ne point sembler sacrifier en l'honneur du Dieu des Hébreux, mais en sorte de le profaner et de le rendre abominable au peuple, ils installèrent dessus une statue de Jupiter Olympien, devant laquelle ils sacrifiaient depuis l'autel voisin érigé par eux à Jupiter.» (Cornelius a Lapide, in I Mach. 1,62)

Nous verrons encore à la suite un autre point important qui fait du roi Antiochus une figure parlante de l'Antéchrist personnel, et qui correspond de très près à la triste réalité contemporaine.

Puis, il nous restera à évoquer la résistance, d'abord très douloureuse et avec de faibles moyens, puis très glorieusement victorieuse de Mathatias et ses fils les Macchabées, ainsi que de la part du peuple restée fidèle.

Répondre

Revenir à « Prophéties de la Sainte Écriture et Réalisations »