Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#251 Message par Abbé Zins » ven. 27 mars 2020 20:51

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

304. Aussi, de même que la loi imparfaite de la crainte propre à l'Ancien Testament n'était qu'une préparation et une disposition en vue de la réception et de la pratique de la loi parfaite de la charité propre au Nouveau Testament, ainsi en est-il des vertus de crainte et d'espérance vis-à-vis de la vertu de charité :


« Toutes les différences assignées entre la loi nouvelle et l'ancienne le sont sous le rapport de ce qui est parfait à ce qui est imparfait.

Les préceptes de la loi sont en effet tous donnés au sujet des vertus.

Or c'est de façons diverses que sont inclinés à accomplir les oeuvres vertueuses, d'une part les imparfaits qui n'ont point encore la bonne habitude de pratiquer la vertu, et d'autre part ceux que la bonne habitude de pratiquer la vertu rend parfaits.»





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#252 Message par Abbé Zins » lun. 30 mars 2020 21:12

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

« Ceux, en effet, qui n'ont point l'habitude (habitus) de la vertu sont portés à accomplir les oeuvres vertueuses en raison d'une cause extérieure, comme la menace des châtiments ou la promesse de récompenses extérieures comme l'honneur ou la richesse, ou autres choses du même genre.

C'est pourquoi la loi ancienne, qui était donnée à des imparfaits, c.à.d. à des hommes qui n'avaient point encore reçus la grâce spirituelle, a été nommée la loi de la crainte, en tant qu'elle conduisait à l'observation des préceptes par la menace de certains châtiments ; et elle comportait aussi des promesses de biens temporels.»





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#253 Message par Abbé Zins » mar. 31 mars 2020 20:57

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

« Tandis que ceux qui possèdent la vertu sont portés à accomplir les oeuvres vertueuses par amour de la vertu, et non en raison (propter) de quelque châtiment ou de quelque récompense extérieure.


C'est pourquoi la loi nouvelle, qui consiste principalement dans la grâce spirituelle elle-même infusée dans les coeurs, est nommée la loi de l'amour ;

et elle comporte aussi des promesses de biens spirituels et éternels qui sont les objets de la vertu, surtout de la vertu de charité ;

et de la sorte, ils sont portés en elles par soi (per se), non comme en quelque chose d'extérieur mais comme en quelque chose qui leur est propre.


C'est aussi pourquoi la loi ancienne est dite "lier (cohibere) la main", et non l'âme, car celui qui s'abstient du péché par crainte du châtiment n'écarte point tout à fait (simpliciter) sa volonté du péché

comme le fait par contre celui qui s'abstient du péché par amour de la justice : c'est aussi pourquoi la loi nouvelle, qui est la loi de l'amour, est dite "lier l'âme".»





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n̊ 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#254 Message par Abbé Zins » mer. 01 avr. 2020 21:00

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

« Néanmoins, il y a eu sous le statut de la loi ancienne certains hommes qui avaient la charité et la grâce de l'Esprit-Saint et qui considéraient principalement les promesses spirituelles et éternelles :

ils appartenaient, en cela, à la loi nouvelle.


Pareillement, même sous le nouveau testament, il existe des hommes charnels, n'ayant pas encore atteint la perfection de la loi nouvelle,

qu'il importe, même sous le nouveau testament, d'entraîner aux oeuvres vertueuses par la crainte des peines et par certaines promesses de biens temporels.»


(Saint Thomas, l.2. 107,1 ad 2)





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n̊ 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#255 Message par Abbé Zins » jeu. 02 avr. 2020 21:03

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

305. Précisions qui valent aussi pour la vie d'un même homme, d'abord débutant dans la vertu, puis vertueux ; habituellement fervent, mais parfois las et tiède.


Il est fort important pour la vie intérieure ou spirituelle de faire attention à ces différences d'état d'âme soit habituelles soit temporaires en lesquelles le comportement à adopter n'est pas le même ;

et cela, tant pour notre gouverne personnelle que dans les conseils à donner à autrui, comme le montre très bien le R.P. Emmanuel dans son Traité du ministère écclésiastique (L. 3 ch. 5 et 6),

où il parle fort justement (en s'inspirant d'un sermon de Saint Augustin) des âmes "ante legem" (ignorantes dans le domaine spirituel), "sub lege" (débutantes dans la vertu), et "sub gratia" (vertueuses).




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n̊ 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#256 Message par Abbé Zins » ven. 03 avr. 2020 18:49

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

306. La crainte et l'espérance ne sont donc, en vérité, que des paliers dans l'ascension vers la perfection de la charité (cf. n° 62) :

car « par le fait que quelqu'un commence à s'habituer à éviter le mal et à pratiquer le bien par crainte des châtiments, il est conduit peu à peu (quandoque) à le faire avec goût et volontairement (delectabiliter et ex propria voluntate) » (Saint Thomas, 1.2. 92,2 ad 4)




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#257 Message par Abbé Zins » lun. 06 avr. 2020 20:59

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

Ce que montre très bien le R.P. Tanquerey (Asc. et Myst. n° 263) :


« Il y a donc, dans les Epîtres de saint Paul, un fondement réel à la distinction des troies voies (purgative, illuminative, et unitive),

que la Tradition va préciser peu à peu, en l'appuyant tantôt sur la différence entre les trois vertus théologales et tantôt sur les divers degrés de charité :

1̊) Saint Clément d'Alexandrie est un des premiers auteurs à exposer la première méthode.

Pour devenir un homme parfait, il faut franchir plusieurs étapes :

s'abstenir du mal par crainte, et mortifier les passions ;

puis faire le bien ou pratiquer les vertus sous l'influence de l'espérance ; et enfin faire le bien par amour pour Dieu (Strom. 6,12).


C'est le même point de vue qui fait distinguer à Cassien trois degrés dans l'ascension de l'âme vers Dieu :

la crainte qui est le propre des esclaves,

l'espérance qui convient aux mercenaires travaillant pour être récompensés,

la charité qui est le propre des enfants de Dieu.»





(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#258 Message par Abbé Zins » mer. 08 avr. 2020 18:18

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

307. Tel est aussi l'enseignement des trois grands docteurs cappadociens, chez lesquels il faut entendre le terme mercenaire dans son sens large d'amour intéressé :


« Parmi ceux qui sont sauvés, je sais qu'il y a trois classes : les esclaves, les mercenaires et les enfants.

Si tu es esclave, crains les coups ;

si tu es mercenaire, regarde la récompense que tu recevras ;

si tu es plus que cela, si tu es fils, respecte Dieu comme ton père ; fais le bien parce que c'est bien d'obéir à ton père, ne dût-il rien t'en revenir :

ta récompense même, c'est de lui faire plaisir.»



(Saint Grégoire de Naziance, Orat. 40,13)




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#259 Message par Abbé Zins » lun. 27 avr. 2020 19:50

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

« Ou bien, par crainte du châtiment, nous fuyons le mal, c'est l'état d'esprit servile ;

ou, cherchant le gain qui provient de la récompense, nous accomplissons les commandements en vue de notre avantage, et en cela nous ressemblons aux mercenaires ;

ou nous obéissons en vue du bien lui-même et par amour pour le législateur, joyeux de pouvoir servir un Dieu si glorieux et si bon, et nous sommes ainsi dans l'esprit filial.»



(Saint Basile, Regulae, proemium)




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3462
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?

#260 Message par Abbé Zins » sam. 02 mai 2020 18:42

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 15 - 18 (Avril - Octobre 1989)


3. Actualité doctrinale



Le salut est-il la fin suprême de l'homme ?



RÉPONSES AUX OBJECTIONS : (*)


26/

« La plus parfaite manière de se sauver, c'est par la charité.

Quelques-uns se sauvent par la crainte, amenés par la menace de l'enfer à se séparer du mal.

D'autres se conduisent bien et vertueusement par l'espérance de la récompense réservée aux justes ; ce n'est pas la charité, mais l'attente de la rémunération qui les fait s'attacher au bien.»



(Saint Grégoire de Nysse, hom. l in Cant. ; cf. n° 271,292)




(*) Pour relire l'objection avant la réponse, il suffit de cliquer sur le lien mis au n° 1/ ou suivant qui y renvoie ; puis, pour revenir lire la réponse, il faut cliquer sur la flèche en haut tout à gauche afin de revenir en arrière.


Répondre

Revenir à « Vraie nature de la Charité »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité