La Communion spirituelle : un acte de Charité parfaite

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1094
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

La Communion spirituelle : un acte de Charité parfaite

#1 Message par Laetitia » dim. 22 avr. 2018 21:45

Recueil de prières, 1869 a écrit :
La communion spirituelle, que le saint Concile de Trente approuve et recommande si fortement aux Chrétiens, les fait participer en quelque manière aux fruits admirables que la divine Eucharistie produit dans les cœurs. Elle est une source abondante de grâces, le supplément et la meilleure de toutes les préparations à la communion sacramentelle.

Le temps le plus favorable pour bien faire la communion spirituelle est celui de la sainte Messe ou de la visite au Saint Sacrement, parce qu'alors l'âme est toute pénétrée des sentiments qu'inspire la présence réelle de Jésus-Christ.

Mais en tout temps et en tous lieux l'âme fidèle peut s'unir à son Dieu. De même que le prophète Daniel, captif à Babylone et appelé par l'Ange l'homme de désirs (Dan., IX, 23), s'agenouillait plusieurs fois par jour devant sa fenêtre, et, dirigeant de loin ses regards vers le sanctuaire désolé de Sion, répandait en présence de Dieu ses soupirs et ses prières (Dan., VI, 10), de même le chrétien peut, au sein de sa demeure, tourner son cœur vers les saints tabernacles pour adorer Jésus-Christ, reconnaître devant Lui son indignité, Le conjurer de venir le visiter par sa grâce, s'unir à Lui par une foi vive, une charité fervente et un ardent désir.

La communion spirituelle n'est pas autre chose. N'eût-on même pas le temps de formuler ces différents actes, un seul pourrait suffire, l'acte d'amour parfait, qui comprend tous les autres. Car Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu en lui (Joan., IV, 16).

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1094
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: La Communion spirituelle : un acte de Charité parfaite

#2 Message par Laetitia » mar. 24 avr. 2018 22:36

H. Moureau, DTC col. 572-574, article "Communion spirituelle" a écrit :
Communier spirituellement, c’est s’unir à Jésus-Christ présent dans l’eucharistie, non pas en le recevant sacramentellement, mais par un désir procédant d’une foi animée par la charité. Concile de Trente sess. XIII, c. VIII.

On sait que la justification est produite par l’acte de charité ou par celui de contrition parfaite en tant que cet acte inclut chez le non-baptisé le vœu de recevoir le baptême et, chez le baptisé, le vœu de confesser ses fautes pour en être absous. Ainsi, pour opérer l’effet de ces sacrements, le désir implicitement contenu dans l’acte de contrition ou de charité suffit; il n’en est pas de même pour l’eucharistie. La communion spirituelle exige essentiellement le désir explicite de s’unir à Jésus-Christ sacramentellement. Ce désir suppose donc la foi à l’eucharistie et comme il a été dit, il doit être accompagné de la charité.


Il suit de là que ni les anges ni les bienheureux dans le ciel ne peuvent communier spirituellement. Développant cette pensée, saint Thomas, Sum. theol., IIIa, q. LXXX, a. 2, ad 1um, 2um, fait remarquer que l’on peut communier spirituellement de deux façons :

                          1. en s’unissant au Christ en personne naturelle; c’est ainsi que communient les anges en tant qu’ils sont unis au Christ par la charité et par la vision face à face; c’est là le pain que nous mangerons un jour dans la patrie;
                          2. on peut se nourrir spirituellement du Christ en s’unissant à lui en tant qu’il est présent sous les espèces, c’est-à-dire par la foi au Christ jointe au désir de recevoir le sacrement où il est présent : or ce mode de communion n’existe pas pour les anges.


Trois actes constituent la communion spirituelle :

                          1. l’acte de foi à la présence réelle de Jésus-Christ au sacrement de l’autel ;
                          2. l’acte de désir, dont une forme très recommandable consiste à s’imaginer que l’on s’approche de la sainte table et que l’on reçoit l’hostie de la main du prêtre ;
                          3. l’acte d’action de grâces, le même que si l’on avait réellement communié.

(à suivre)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1094
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: La Communion spirituelle : un acte de Charité parfaite

#3 Message par Laetitia » jeu. 26 avr. 2018 9:57


Le moment où la communion spirituelle est particulièrement indiquée est naturellement celui de la communion du prêtre a la messe; mais on peut communier spirituellement à tout moment de la journée, autant de fois que l’on veut et en n’importe quel lieu. Celui qui serait en état de péché mortel n’est nullement tenu de se confesser; il suffit qu’il fasse un acte de contrition parfaite. Et si la contrition était imparfaite, il ne pécherait point, mais, au contraire, il ferait une chose bonne en faisant les actes de la communion spirituelle; seulement il n’obtiendrait point les grâces spéciales attachées à ce mode de communion, attendu qu’il manquerait d’une disposition essentiellement requise. Scavini, Theologia moralis, tr. IX, n. 167.

Les effets de la communion spirituelle sont identiques à ceux de la communion sacramentelle, sauf leur intensité, qui est moindre. S. Thomas, Sum. Theol., IIIa, q. LXXX, a. 1, ad 3um. Toutefois, ceci doit s’entendre à égalité des dispositions, car, autrement, une communion spirituelle, faite avec plus de ferveur, pourra produire plus de fruit qu’une communion sacramentelle faite avec tiédeur. Il n’est pas besoin de dire que les fruits de la communion spirituelle sont uniquement ex opere operantis.

En raison des fruits excellents de la communion sacramentelle et de l’effet qu’elle a d’aviver la foi et d’enflammer l’amour des fidèles envers l’auguste sacrement ainsi que de les porter à s’approcher de la sainte table fréquemment et avec ferveur, la communion spirituelle est hautement approuvée et recommandée par l’Église. Ainsi, parmi les motifs que le concile de Trente, sess. XXII, c. VI, invoque pour prouver que les messes où le prêtre seul communie sont néanmoins des messes communes à tous les fidèles, il allègue la communion spirituelle que le peuple fait à ces messes, signifiant ainsi clairement que communier spirituellement c’est participer très véritablement aux fruits du sacrement de l’autel.


S. Thomas, Sum. theol., IIIa, q. LXXX, A. 1, 2; Suarez;, In IIIam Sum., disp.
LXII
, sect.I, n. 2; Salmanticenses, Cursus theologicus, disp. II, dub.I, II ; Gihr, Die
heiligen Sakramente
, t. II, § 22.

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 61
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43

Re: La Communion spirituelle : un acte de Charité parfaite

#4 Message par InHocSignoVinces » mer. 12 sept. 2018 21:02

Un texto verdaderamente consolador y reconfortante.

La Comunión espiritual es un excelente tesoro que Ntro. Señor Jesucristo nos ha dejado en estos últimos tiempos. Recurramos frecuentemente a ella y deseemos recibir al Señor en nuestro corazón.

Merci bien, Laetitia.
¡Dios mío, todo por amor a Vos, y para vuestra mayor gloria! Jesús y María, os amo y os adoro con toda mi alma y con todo mi corazón. ¡Tened piedad de mí!

Répondre

Revenir à « Vraie nature de la Charité »