Morceaux choisis de "La Doctrine du Corps mystique"

Message
Auteur
chartreux
Messages : 595
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Morceaux choisis de "La Doctrine du Corps mystique"

#1 Message par chartreux » sam. 07 oct. 2017 10:37

Morceaux choisis de "La Doctrine du Corps mystique de Jésus-Christ", de l'abbé Anger.

Les numéros de page se référent à la version en ligne ici.
pp.157-158 a écrit : l'Eucharistie, considérée comme sacrement, n’est qu’un moyen pour nous de participer à la chair d’une victime immolée ; ce caractère sacrifical du rite eucharistique est nettement marqué dans les paroles de l’institution [Matth XXVI, 26-28, Marc XIV, 22-24, Luc, XXII, 15-20, cf. Joan. VI-52, I Cor, XI, 23-25], dans l’argument de saint Paul contre la manducation des idolothytes [I Cor, X, 14-21] dans son affirmation sur la commémoration de la mort du Seigneur par ce rite [I Cor, XI, 26]. En conséquence, ce qui est premier dans l’Eucharistie, c’est le sacrifice, non le sacrement


Contre l'idée que le peuple ne "participerait pas assez" à la liturgie dans la vraie messe :
pp.282-283 a écrit : Au bas de l’autel se fait la purification des fautes par la confession générale. Dès ce premier acte le prêtre et le peuple se révèlent étroitement unis : l’un s’accuse à j’autre et demande d’implorer le pardon divin qu’apporte aux cœurs bien préparés l’absolution prononcée par le prêtre. Cette union du prêtre et des fidèles représentant l’Église continuera durant toute l’action sacrificale, et le prêtre la réveillera, de temps en temps, en s’adressant aux fidèles par le salut liturgique : Dominus vobiscum. Sauf quelques rares prières, toutes sont faites au nom de la communauté. Du reste la hiérarchie ne perd pas ses droits : si, parmi ces prières, remarque saint Thomas , il en est que le peuple ou le chœur qui le remplace récite ou chante en entier, parce qu’elles expriment des senti­ ments que tous doivent partager, il en est d’autres que le prêtre, «représentant de Dieu », commence et que le peuple continue, pour marquer qu’elles se rapportent à des vérités ou à des biens connus par la révélation divine, par exemple la foi et la gloire du ciel affirmées dans le Symbole et le Gloria. D’autres parties sont exécutées par les ministres, savoir les sous-diacres et les diacres qui annoncent la doctrine de l’Ancien et du Nouveau Testament, pour signifier que cette doctrine est annoncée au peuple chrétien par les ministres envoyés de Dieu. Certaines prières enfin sont réservées au prêtre comme sa fonction exclusive : tantôt il les dit à haute voix, parce qu’elles intéressent le prêtre et le peuple, par exemple les oraisons communes ; tantôt il accomplit les rites en silence, comme l'oblation et la consécration ; même alors, le peuple n’est point tenu à l’écart, mais il est invité à unir ses prières à celles du prêtre : ainsi, avant d’entrer dans la partie la plus mystérieuse du drame, l’exhortation se fait dans le ton pressant et solennel de la préface.

p.485 a écrit : les deux grands principes de la perfection chrétienne : l’amour nécessaire de la croix, et la charité obligatoire envers Dieu et le prochain : sans la charité, la croix nous écrase ; sans la croix, dans l’état de nature déchue, la charité pourrait n’être
qu’une illusion


N'est-ce pas là précisément ce qui arrive dans la secte conciliaire ?

Répondre

Revenir à « Actualité et thèmes secondaires »