Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

Message
Auteur
chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#71 Message par chartreux » jeu. 22 nov. 2018 10:44

SWS traduit par le chartreux a écrit : L'ensemble de ces passages peut être résumé de la façon suivante. Après avoir accompli Sa propre mission, Jésus-Christ, en vertu de son autorité et de son pouvoir absolus, a envoyé dans le monde un corps de maîtres et de prédicateurs, présidé par un chef. Ils étaient ses répresentants, avec pour mission de proclamer au monde la vérité révélée jusqu'à la fin des temps. Leur mission ne leur était pas strictement personnelle - elle continuerait avec leur successeurs. L'humanité avait le devoir de les recevoir comme elle aurait reçu le Christ en personne. Pour faire en sorte que leur parole soit Sa parole, et puisse être reconnu en tant que telle, Il leur promit Sa présence et l'assistance de l'Esprit-Saint comme garantie de l'infaillibilité de leur doctrine ; Il leur promit des signes externes et surnaturels comme preuve de leur authenticité ; et finalement, Il donna à leur doctrine une sanction effective en promettant une récompense éternelle à ceux qui y adhéreraient fidelement, et en menaçant d'une punition éternelle ceux qui la rejetteraient.

Ce résumé constitue une réponse détaillée à certaines difficultés venant de certains passages isolés de l'Écriture Sainte, les reliant entre eux. L'image que nous avons tracée correspond jusqu'aux plus petits détails à la théorie de l'Église catholique concernant l'apostolat. Certains points comme l'infaillibilité de l'apostolat en des matières relevant indirectement de la Révélation, sont contenues au moins implicitement dans les passages cités. On peut même soutenir avec raison que les mots, "Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera toute vérité" (Jn 16:13) impliquent la promesse de l'assistance infaillible de l'Esprit-Saint en toutes les vérités dont l'Église a besoin. Il faut noter aussi que si ces passages, dans l'ensemble, d'appliquent à la révélation chrétienne telle qu'elle allait devenir une fois bien établie, certains s'appliquent surtout à ses débuts, comme les signes et miracles, et le témoignage oculaire des apôtres. Il est cependant facile de distinguer les éléments transitoires du reste, et ces éléments ne sont donc pas un argument contre la perpétuité des éléments essentiels nécéssaires à la fonction perpétuelle de la Révélation - le salut de l'humanité entière.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#72 Message par chartreux » ven. 23 nov. 2018 9:47

SWS traduit par le chartreux a écrit : II. Preuves tirées des écrits des Apôtres.

Les écrits des Apôtres présentent l'apostolat comme un fait accompli, destiné à se perpétuer dans ses éléments essentiels jusqu'à la fin des temps.

1. Cette théorie est exposée spécialement en Rom 10:8-19 et Eph. 4:7-14. Dans le premier passage, S Paul insiste sur la nécéssité et l'importance de la prédication apostolique comme moyens ordinaires de transmettre la doctrine du Christ.
Rom 10:8-19 a écrit : Mais que dit l’Ecriture ? Près de toi est la parole, dans ta bouche et dans ton cœur ; c’est-à-dire la parole de la foi, que nous prêchons ; 9 car si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé. 10 Car c’est en croyant du cœur que l’on est justifié (on croit de cœur pour la justice), et c’est en confessant de la bouche qu’on est sauvé. 11 En effet, l’Ecriture dit : Quiconque croit en lui ne sera pas confondu. 12 Car il n’y a pas de distinction entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, riche pour tous ceux qui l’invoquent. 13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. 14 Mais comment invoqueront-ils celui auquel ils n’ont pas cru ? ou comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a pas de prédicateur ? 15 Et comment les prédicateurs prêcheront-ils, s’ils ne sont pas envoyés ? ainsi qu’il est écrit : Qu’ils sont beaux, les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent la bonne nouvelle ! 16 Mais tous n’obéissent pas à la bonne nouvelle. Aussi Isaïe dit-il : Seigneur, qui a cru à notre prédication ? 17 La foi donc vient de ce qu’on a entendu, et l’on entend grâce à la parole du Christ. 18 Mais je dis : Est-ce qu’ils n’ont pas entendu ? Certes, leur voix est allée par toute la terre, et leurs paroles jusqu’aux extrémités du monde. 19 Mais je dis encore : Est-ce qu’Israël n’a rien connu ? Moïse le premier a dit : Je vous rendrai jaloux d’un peuple qui n’en est pas un, et je provoquerai votre colère contre une nation insensée.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#73 Message par chartreux » sam. 24 nov. 2018 13:03

SWS traduit par le chartreux a écrit : En écrivant aux Éphésiens, l'Apôtre décrit comment l'unité organique des prêcheurs vivants et de par ses fonctions diverses le moyen disposé par Dieu pour produire l'unité, la fermeté et la certitude de la Foi universelle. Il parle plus particulièrement de l'organisation de l'apostolat, telle qu'elle existait à son époque quand les Apôtres étaient encore vivants et que les grâces extraordinaires ( charismata ) avaient encore plein cours. La description qu'il fait ne correspond donc pas à l'organisation ordinaire qui va durer jusqu'à la fin des temps, mais il n'en reste pas moins que ce qu'il dit de l'importance de l'organisation initiale peut aussi être appliqué à ce qui est venu après.
Eph 4:11-15 a écrit : Et c’est lui qui a donné les uns comme Apôtres, d’autres comme prophètes, d’autres comme évangélistes, d’autres comme pasteurs et docteurs, 12 pour le perfectionnement des saints, pour l’oeuvre du ministère, pour l’édification du corps du Christ, 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme parfait, à la mesure de l’âge de la plénitude du Christ ; 14 afin que nous ne soyons plus des enfants ballottés et que nous ne soyons plus emportés à tout vent de doctrine, par la malice des hommes, par les artifices séduisants de l’erreur, 15 mais que, pratiquant la vérité dans la charité, nous croissions à tout égard en celui qui est le chef, le Christ.


Les Apôtres étaint le fondement de l'ensemble ; après leur mort ils ont été remplacés par le successeur de S. Pierre, envers qui les autres pasteurs sont comme les premiers évêques étaient par rapport aux Apôtres.

2. En pratique, les Apôtres annoncaient l'Évangile, et accomplissaient leur ministère se disant les ambassadeurs du Christ (Rom. 1:5; 15:18 ; 1 Cor 2:16 ; 3:9, etc) et surtout des témoins envoyées par Dieu au peuple ; ils prouvaient la divinité de leur mission par des signes et des miracles, comme le Christ le leur avait promis (1 Cor 2:4 ; 2 Cor 12:12, 1Thess 1:5, etc). Il exigaient qu'à la Parole de Dieu, dont ils étaient les témoins authentiques et autorisés, on obéisse avec Foi (Rom. 1:5), et proclamaient leur droit et leur devoir d'imposer le respect de cette Parole : "En effet, nos armes de guerre ne sont point charnelles, mais puissantes en Dieu, pour renverser les forteresses, pour détruire les raisonnements (λογισμοὺς), 5 en (et) toute hauteur qui s'élève contre la science de Dieu, et pour réduire toute intelligence en servitude, sous l'obéissance du Christ ; 6 et nous sommes prêts à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera parfaite." (2 Cor 10:4-6). Il appliquent la sanction établie par le Christ, "Celui qui ne croira pas sera condamné", et prononcent la sentence eux-mêmes. "Mais si quelqu’un, fût-ce nous-mêmes ou un ange du ciel, vous annonçait un autre Evangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème !" (Gal. 1:8).
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#74 Message par chartreux » lun. 26 nov. 2018 11:27

SWS traduit par le chartreux a écrit :
Le mode de promulgation devait rester le même pour l'essentiel, et ne s'arrêterait pas avec la mort des Apôtres, comme on peut le déduire des principes posés par S. Paul (Rom. 10) et du fait que les Apôtres ont établis des successeurs pour préserver la doctrine qu'il leur confiaient. "et ce que tu as appris de moi devant de nombreux témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables d’en instruire d’autres à leur tour. " (1 Tim 2:2). L'application pratique de ce système est décrite par S. Clément de Rome, le disciple des Apôtres : "Les Apôtres nous ont annoncé la bonne nouvelle de la part de Jésus-Christ. Jésus-Christ a été envoyé par Dieu. (...) les Apôtres allaient, tout remplis de l'assurance que donne le Saint-Esprit, annoncer partout la bonne nouvelle de la venue du Royaume des cieux. (...) A travers les campagnes et les villes, ils proclamaient la parole, et c'est ainsi qu'ils prirent leurs prémices ; et après avoir éprouvé quel était leur esprit, ils les établirent évêques et diacres des futurs croyants. (...) Nos Apôtres aussi ont su qu'il y aurait des contestations au sujet de la dignité de l'épiscopat ; 2. c'est pourquoi, sachant très bien ce qui allait advenir, ils instituèrent les ministres que nous avons dit et posèrent ensuite la règle qu'à leur mort d'autres hommes éprouvés succéderaient à leurs fonctions. " (1re Épître aux Corinthiens, 42-44).

Cette preuve tirée de l'Écriture ne présuppose en aucune façon le caractère inspiré des livres du Nouveau Testament ; il suffit pour notre propos présent qu'ils soient des narrations authentiques. Ainsi, nous ne tombons pas dans le piège du cercle vicieux qui prouve l'apostolat par les livre inspirés, et l'inspiration des livres par l'apostolat.
Nous n'avons pas besoin non plus de l'autorité de l'Église pour interpréter les passages donnés ici. Leur sens est suffisamment manifeste sans cette aide supplémentaire.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#75 Message par chartreux » lun. 26 nov. 2018 15:16

SWS traduit par le chartreux a écrit : III. Preuves historiques.

Mais nous avons aussi des preuves historiques irréfutables que, dans les premiers siècles, la règle catholique était celle des Pères de l'Église. S. Irenée, Origène, et Tertullien enseignaient qu'en vertu de la mission donnée aux Apôtres, leurs successeurs prêchaient la parole avec authenticité et autorité ; aisni la prédication de ces successeurs reproduisait infailliblement celle des Apôtres, et que par conséquent il fallait toujours suivre la tradition ecclésiastique, nonobstant tous les appels privés à l'Écriture Sainte ou tout autre document historique.

1. S. Irenée insiste sur ces points contre les Gnostiques, qui en appelaient à l'Écriture Sainte et à d'autres documents historiques.

(a) Il insiste sur l'existence et l'importance de la mission des Apôtres, et aussi sur la succession apostolique. "Ainsi, chaque église contient, pour tous ceux qui veulent bien aller voir la vérité, la tradition apostolique rendue visible par le monde entier ; et nous pouvons énumérer ceux qui ont été institués évêques des Églises par les Apôtres, et leur successeurs jusqu'au nous-mêmes ; aucun d'entre eux n'enseignait ou n'avait entendu parler de quoi que ce soit qui approchât des opinions folles de ces hommes. Car si les Apôtres avaient connu des mystères cachés, qu'ils n'enseignaient qu'aux parfaits en privé, ils les auraient certainement confiés à ceux à qui ils confiaient la direction des églises mêmes. Car ils choisissaient leur successeurs parmi les plus parfaits et irréprochables."
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#76 Message par chartreux » mar. 27 nov. 2018 9:43

SWS traduit par le chartreux a écrit : Il démontre ensuite la continuité de succession dans l'Église de Rome : "Mais ce serait un travail très long d'énumérer ici les successions de toutes les églises. Par la tradition que l'église la plus grande, la plus ancienne et la plus universellement connue, celle de Rome -fondée par les deux glorieux Apôtres Pierre et Paul - tient des Apôtres, et par cette foi annoncée à tous les hommes, qui nous est arrivée par la succession de tous ses évêques, nous confondons tous ceux qui de quelque manière que ce soit, par vaine gloire, par complaisance, par aveuglement ou par perversité, enseignent des choses inappropriées. Car il est nécéssaire que toutes les églises, je veux dire toutes les églises fidèles, aient recours à cette église de Rome qui a préservé cette tradition qui vient des Apôtres ... Par cet ordre et par cette succession est venue jusuq'à nous à la fois la tradition des Apôtres et la prédication de la vérité. Et cela est la démonstration la plus complète que la foi vivante est une et la même partout, elle qui des Apôtres à aujourd'hui, a été préservée dans l'Église et transmise en vérité". Après avoir mentionné d'autres disciples et successeurs des Apôtres, il continue "Ainsi, avec des telles preuves, nous n'avons pas besoin de chercher ailleurs la vérité que l'on trouve si facilement dans l'Église, puisque les Apôtres ont établi comme un dépôt immense de richesses, une source à laquelle n'importe qui peut puiser pour boire le breuvage de vie ... Mais même si les Apôtres ne nous avaient point laissés d'écrits : ne serait-il pas encore nécéssaire de suivre l'ordre de cette tradition qu'ils ont transmis à ceux à qui ils confiaient la direction des églises - une obéissance qui est rendu par bien des nations barbares, qui croient en le Christ et qui ont en leur coeur écrit le salut non pas avec du papier et de l'encre, mais par l'Esprit, et qui conservent diligemment la tradition ancienne ?" (Adv. Haeres. 1.iii, 3,4).

(b) S. Irénée montre ensuite que la prédication des Apôtres, continuée par leur successeurs, contient une garantie surnaturelle d'infaillibilité grâce à la présence de l'Esprit-Saint. "Ce que l'Église enseigne publiquement est partout uniforme et résiste également au temps, comme en témoignent les prophètes et apôtres, ainsi que tous les disciples, que ce soit au début, dans la période intermédiaire ou à la fin, par cette action répétée indéfinement de sauver des hommes, action qui est dans notre foi, que nous avons reçue de l'Église et que nous gardons (quam perceptam ab ecclesia custodimus)" ; action qui grâce à l'Esprit de Dieu conserve perpétuellement sa fraîcheur et sa jeunesse, qui fait paraître nouvellement formé (jeune et frais) jusqu'au vase qui la contient. Car Dieu a confié cette tâche à l'Église, comme s'Il voulait lui faire insuffler la vie dans Sa création, jusqu'à ce que tous les membres soient vivifiés. Dans cet office a été disposé aussi la communication du Christ, c'est-à-dire l'Esprit-Saint, la promesse d'incorruptibilité, l'échelle qui fait monter jusqu'à Dieu. Car Dieu a placé dans l'Église des apôtres, prophètes, docteur et autres oeuvres de l'Esprit, dont sont exclus tous ceux qui ne vont pas avec empressement vers l'Église, mais qui par leur mauvais sentiments et leur mauvaise conduite se privent de vie. Car là ou est l'Église, là est l'Esprit de Dieu ; et là où est l'Esprit de Dieu, là est l'Église et là sont toutes les grâces ; mais l'Esprit est vérité. C'est pourquoi ceux qui ne participent pas de cet Esprit ne reçoivent pas son aliment de vie comme des seins d'une mère, ni ne voient la fontaine si lumineuse qui procède du corps du Christ ; mais ils creusent eux-mêmes des citernes trouées dans des tranchées terrestres, et boivent l'eau souillée qu'ils tirent de l'ordure ; et fuient l'Église de crainte d'être ramenés à la foi, et rejettent l'Esprit pour n'être pas instruits. (Livre 3,chapitre 24).
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#77 Message par chartreux » mer. 28 nov. 2018 10:23

SWS traduit par le chartreux a écrit : (c) Finalement, S. Irénée fait le lien entre la succession apostolique et la garantie surnaturelle de l'Esprit-Saint. "Nous devons donc obéir à ces anciens dans l'Église, ceux qui sont d'une lignée de successeurs descendant des apôtres, comme nous l'avons montré ; ceux qui par la succession épiscopale ont reçu grâce à la bienveillance du Père le présent de la vérité certaine. Mais quant au reste qui s'écartent de la succession principale, et s'assemble n'importe où, nous devons les tenir suspects d'hérésie ou de mauvaises intentions, de schisme ou d'orgeuil, ou d'être des hommes imbus d'eux-mêmes, ou encore comme des hyprocrites mus par l'appât du gain et la vaine gloire ... Par conséquent, c'est là où sont placés les dons de Dieu que nous devons apprendre la vérité, de la bouche de ceux qui sont du côté de cette succession qui vient des apôtres ; là où réside ce qui est certain et irréfutable dans les conversations, et inalteré et incorruptible dans les discours. Car ils préservent notre foi en le Dieu unique, qui a tout créé, et acroissent notre amour pour le Fils de Dieu, et nous expliquent les écritures sans danger, sans prononcer de blasphèmes contre Dieu, ni déshonorer les patriarches ni mépriser les prophètes" (livre 4,26).

2. Origène, dans la préface de son ouvrage De Principiis , décrit le principe de l'apostolat dans l'Église de la façon frappante suivante : "Puisqu'il y en a beaucoup aujourd'hui qui s'imaginent bien penser les choses du Christ, et qui cependant pensent différemment de leurs prédécesseurs, que soit bien préservé l'enseignement ecclésiastique qui, transmis par succession depuis les Apôtres, existe encore aujourd'hui dans les églises ; qu'il ne soit tenu pour vrai que ce que ne diffère en rien de cette tradition ecclésiastique et apostolique." Commentant Matth. 24:23, il dit "chaque fois que ces hérétiques amènent telle écriture canonique unaniment admise par tous les chrétiens, ils semblent nous dire << voyez comme le Christ est là >>. Mais nous ne devons pas les croire ; ni nous écarter de la tradition première et ecclésiastique ; ni croire autrement que ce que les églises de Dieu nous ont transmis par succession ... la vérité est semblable à la lumière qui se lève à l'est et appraît à l'ouest ; telle est la vérité de l'Église de Dieu, car d'elle seule vient le son qui a envahi la terre entière, et les mots qui y resteront jusqu'à la fin du monde."
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#78 Message par chartreux » jeu. 29 nov. 2018 11:11

SWS traduit par le chartreux a écrit : 3. Tertullien traite de ce sujet dans son ouvrage célèbre De Praescriptionibus . "Leur audace [aux hérétiques] à s'armer des Ecritures en impose d'abord à quelques personnes: dans le combat, ils fatiguent les forts ; ils triomphent des faibles, et jettent des inquiétudes dans le coeur des autres. C'est pourquoi nous les arrêtons dès le premier pas, en soutenant qu'ils ne sont point du tout recevables à disputer sur les Ecritures. C'est là leur arsenal ; mais avant qu'ils puissent en tirer des armes, il faut examiner à qui appartiennent les Ecritures, pour ne pas les laisser usurper à ceux qui n'y ont aucun droit(...) Il ne faut donc pas en appeler aux Ecritures, ni hasarder un combat où la victoire sera toujours incertaine du moins le paraîtra. Mais quand même ce ne serait point là l'issue de toutes les disputes sur l'Ecriture, l'ordre des choses demanderait encore qu'on commençât par examiner, ce qui va nous occuper, à qui appartiennent les Ecritures, à qui appartient la foi, de qui elle est émanée, par qui, quand et à qui a été donnée la doctrine qui fait les Chrétiens? Car, où nous verrons la vraie foi, la vraie doctrine du Christianisme, là indubitablement se trouvent aussi les vraies Ecritures, les vraies interprétations, les vraies traditions chrétiennes" (15-19).


IV. La légitimation divine de l'apostolat.

Un argument fort en faveur de l'origine divine de l'apostolat, plus fort encore que les preuves tirées de l'Écriture Sainte et des Pères, peut être déduit de son existence et de son oeuvre à l'intérieur de l'Église Catholique. Si l'autorité revendiquée sur l'esprit humain et la possession infaillible de la vérité divine affirmée par la hierarchie catholique ne venait pas de Dieu, ce serait un horrible blasphème, et la hiérarchie serait l'oeuvre du démon. Mais si c'était le cas, il serait impossible à l'Église de faire tout le bien qu'elle fait, de contribuer si merveilleusement à la sanctification de l'humanité, et d'être attaquée si constamment et énergiquement par tous les ennemis du Christ. Dieu serait obligé de s'opposer à cette tromperie et de l'extirper, puisqu'elle se dit oeuvre de Ses mains et guidée par Son esprit. Il ne la laisserait pas prévaloir si longtemps, si universellement, et avec une telle renommée parmi les meilleurs éléments de l'humanité. Mais, loin de faire cela, Dieu ne cesse de soutenir l'apostolat et de confirmer son autorité de temps à autre par des manifestations surnaturelles. Cela démontre bien sûr l'origine divine de l'Église, mais aussi l'origine divine de l'apostolat qui est le moyen utilisé par l'Église pour communiquer la Foi qu'elle professe.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#79 Message par chartreux » ven. 30 nov. 2018 12:46

SWS traduit par le chartreux a écrit : Section 10. Organisation de l'apostolat enseignant - les deux pouvoirs et les deux ordres hiérarchiques institués par le Christ.

Le sujet de l'organisation de l'apostolat enseignant sera traité en détail quand nous parlerons de la constitution de l'Église. Notre propos ici est de montrer à qui et comment appartient le droit de transmettre et de proposer la Révélation, et pour cela il nous suffira de donner une notion claire des deux ordres hiérarchiques dans l'Église.

I. Le pouvoir d'enseigner revient de droit, aussi bien que par l'institution faite par le Christ, à ces mêmes dignitaires qui ont été désignés comme instruments de l'Esprit Saint pour la communication de sa grâce à l'humanité (potestas ordinis) et à ceux qui sont les représentants du Christ pour le gouvernement de son Royaume sur la terre (potestas juridictionis) ; bref, l'apostolat appartient à la hiérarchie. Mais l'apostolat n'est pas seulement intimement lié aux deux rôles de la hiérarchie que nous venons de nommer : il a aussi par lui-même une structure hiérarchique. Ainsi, la valeur et l'importance de telle ou telle partie de l'apostolat dépend de la place tenue par ses membres dans la hiérarchie de l'ordination ou de la jurisdiction. L'apostolat n'est pas une hiérarchie indépendante, il sort des deux autres et continue d'en faire partie. Éclairer l'esprit humain par la vérité divine, et engendrer la Foi sont des actes qui appartiennent tous deux au pouvoir d'ordre, dans la mesure où dans ces deux cas on dispense des dons de l'Esprit vivificateur. On peut en dire autant du pouvoir de juridiction, car la partie la plus noble de ce pouvoir consiste à nourrir le troupeau du Christ de la Foi, et de le guider vers le salut.


II. Nous avons déja distingué deux fonctions dans l'apostolat : (1) Le témoignage authentique de la doctrine du Christ, et (2) l'application de la loi qui en découle. Le premier élement correspond au pouvoir d'ordre, et le deuxième au pouvoir de juridiction.

1. Le fait de témoigner de la doctrine du Christ n'est pas en soi un acte de juridiction, mais plutôt une communication de grâce et de vie surnaturelle, qui relève du pouvoir d'ordre. Le rôle de ce pouvoir est de transmettre la grâce du Christ, spécialement la grâce de la foi, tandis que l'apostolat transmet la vérité du Christ et fournit l'objet et le contenu de l'acte de foi. Les membres de la hiérarchie qui sont investis du pouvoir de communiquer les dons de la grâce en général et de la foi en particulier, sont donc également les instruments de l'Esprit-Saint pour la communication de la foi. La grâce qu'ils recoivent lors de leur ordination les rend aptes à remplir les deux fonctions, si bien qu'il sont les "dispensateurs des mystères de Dieu" en un double sens. C'est pourquoi dans l'apostolat, dont le but est de produire la foi surnaturelle, les témoins sont investis d'une fonction surnaturelle, d'une dignité publique, et d'un pouvoir fondé sur une union intime avec l'Esprit-Saint. Ce sont eux qui constituent le témoignage de l'Esprit-Saint qui a été promis par le Christ, puisqu'ils sont les instruments de l'Esprit-Saint. Ils ne peuvent cependant pas prétendre à l'infaillibilité individuelle, comme nous allons bientôt le montrer.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#80 Message par chartreux » sam. 01 déc. 2018 8:55

SWS traduit par le chartreux a écrit : Le pouvoir d'ordre admet différents degrés dans sa hiérarchie. À chacun de ces degrés correspond une fraction propre du droit et du pouvoir d'enseigner la doctrine révelée. Les grands-prêtres (les Pontifes ou bien les prêtres de première classe, c'est-à-dire les évêques) seuls possèdent la plénitude du pouvoir d'ordre, et sont indépendants de tout autre ordre dans l'exercice de leur fonctions. Ainsi, en vertu de leur pouvoir d'ordre, les évêques seuls sont, au sens absolu, "Pères des fidèles", maîtres indépendants et témoins authentiques. Les membres subordonnés de la hiérarchie du pouvoir d'ordre recoivent leur ordres des évêques, et ne sont que des auxiliaires. Ainsi le rôle des diacres se limite à assister les membres d'un rang plus élevé dans la hiérarchie, et les prêtres de seconde classe (c'est-à-dire les simples prêtres, les prêtres au sens habituel du mot), sont les assistants de l'évêque, qui agissent souvent en coopération avec lui. Leur participation à l'apostolat est limitée, tout comme leur participation au pouvoir d'ordre, et les deux peuvent être décrits en des termes semblables.

2. L'acte d'imposer la doctrine du Christ, c'est-à-dire d'ordonner l'adhésion à cette doctrine, appartient clairement au pouvoir de juridiction, et particulièrement à cette branche appelée pouvoir d'enseignement. Les évêques sont appelés, en vertu de leur consécration, à gouverner l'Église ; mais cela en soi ne les fait pas dirigeants de la moindre portion particulière du troupeau chrétien, et ne leur donne donc pas le droit d'exiger la soumission à leurs déclarations doctrinales. Ce droit est une conséquence de, et est coextensif à leur juridiction actuelle et effective, c'est-à-dire leur participation actuelle dans le gouvernement de l'Église. En revanche, le droit d'agir en tant que témoin authentique de la doctrine, sans imposer la soumission à cette doctrine, est indépendant du gouvernement de tel ou tel troupeau, et ce droit peut s'étendre plus loin que le troupeau particulier qui leur est actuellement et effectivement confié.

De façon générale, le droit d'enseigner avec autorité suppose une juridiction complète sur le domaine doctrinal, et inclut donc (1) le droit d'administration, qui donne à son détenteur le pouvoir d'utiliser les moyens externes nécéssaires pour propager la doctrine, comme envoyer des missionaires par exemple ; (2) le droit de surintendance, associé au droit de punir, qui donne à son détenteur le pouvoir d'interdire, d'empêcher ou de punir tous les actes externes opposés à la propagation de la vraie doctrine ; (3) les pouvoirs judiciaire et législatif, qui incluent le pouvoir de prescire des actes externes liés à la foi, mais qui concernent surtout les définitions légales et juridiques et les prescriptions communes en matière de foi. Ce dernier domaine est la partie la plus élevée de l'enseignement avec autorité, car il agit sur les convictions les plus profondes de l'esprit humain ; il est éminemment divin et surnaturel, tout comme l'exercice de la juridiction dans le sacrement de pénitence, et comme ce dernier il implique que le détenteur autorisé représente le Christ d'une manière très particulière.
(à suivre)

Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »