Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

Message
Auteur
chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#61 Message par chartreux » sam. 10 nov. 2018 11:38

SWS traduit par le chartreux a écrit : II. Bien qu'à proprement parler, seules des choses révélées peuvent être dites objets de Foi, il y a cependant bien des vérités qui sont du domaine de la raison naturelle, mais qui sont cependant si étroitement liées à la Révélation qu'on ne peut les en séparer, si bien qu'on peut aussi les classifier comme étant de Foi. Ces vérités sont en quelque sorte l'atmosphère dans laquelle l'arbre de la Révélation vit et prospère. Ainsi la détermination du sens précis des mots utilisés dans les dogmes, ou dans les passages de l'Écriture Sainte et autres documents. De même, bien des vérités sont inséparablement liées à la morale, comme la discipline, les cérémonies, les ordres religieux, le pouvoir temporel du Pape, etc.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#62 Message par chartreux » lun. 12 nov. 2018 11:13

SWS traduit par le chartreux a écrit : Section 6. Progrès de la Révélation.

I. La Révélation naturelle n'a pas été donnée tout d'un coup. Depuis le jour de la création juqus'au jour du jugement, Dieu a parlé, et parlera, à plusieurs reprises et de bien des manières (Héb. 1:1). Les Révélations naturelle et surnaturelle suivent leur marches parallèles. La première est adressée à tous les hommes sous la même forme, tandis que les expressions de la seconde ne sont immédiatement accessibles qu'à certaines personnes, et ne sont pas nécéssairement destinées à l'humanité entière. Par contre, nous ne nous occupons pas ici des révélations privées, mais seulement de celles qui sont publiques, çest-à-dire destinées à tous les hommes.

II. La Révélation publique peut être divisée en deux : la Révélation faite à l'homme lorsqu'il possédait son état original et parfait au Paradis terrestre, et la Révélation faite à l'homme déchu - autrement dit la Révélation de rédemption.

1. La Révélation au Paradis était publique par ce que c'était un complément inséparable de la Révélation naturelle. L'Écriture Sainte ne mentionne à ce sujet que la loi de probation donnée à Adam, mais relie cette loi à l'ordre surnaturel, puisque dans cette loi la possession de l'immortalité était la récompense de l'obéissance. On peut en déduire que tous les autres éléments nécéssaires à l'ordre de la grâce avaient également été révélées, par exemple l'adoption divine de l'homme, et la loi morale correspondante, bien que l'Ancien Testament ne mentionne que le don d'intégrité.

2. La Révélation de rédemption, j'ai nommé l'Évangile, était préparé dans l'Ancien Testament et est donné en entier dans le Nouveau. Le stade préparatoire a commencé avec les patriarches et continué avec Moïse et les prophètes. La Révélation patriarchale contenait la promesse du Rédempteur, et indiquait la famille de laquelle il sortirait ; et légiferait aussi quelques commandements positifs. Mais comme elle ne formait pas un ensemble complet de vérités religieuses et morales, et ajoutait peu de choses à ce qu'on peut atteindre par la raison seule, on peut l'appeler la loi de nature. L'étape suivante, la Révélation mosaïque, allait plus loin dans la préparation de l'Évangile, et posait les fondements d'un règne organisé de Dieu sur la terre. Ses deux fins principales était d'assurer l'adoration du seul Dieu et de maintenir l'attente du Rédempteur. L'homme y est considéré comme un serviteur coupable de Dieu, plutôt que son enfant (Gal 4:1). Cependant, cette Révélation ne contient encore que bien peu de choses en plus de la Révélation naturelle, à l'exception d'ordonnances positives pour sauvegarder la loi de nature, pour instituer l'adoration pubique, et pour remettre les péchés. Aux jours des prophètes l'Évangile s'approchait encore plus : le surnaturel et le divin commencent à y apparaître de façon plus claire et plus pure. Finalement, la Révélation accomplie par le Christ et le Saint-Esprit surpasse toutes les autres en dignité par ce que son Médiateur était le Fils unique de Dieu (Heb 1:1), qui a dit ce qu'il a Lui-même entendu (Jean 1:18), et qui est Lui-même le Verbe de Dieu, en lequel Dieu parle (Jean 8:23). La descente du Saint-Esprit sur les Apôtres a completé ce que le Christ avait révélé. "Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera toute vérité, πᾶσν τὴν ἀλήθειαν." (Jean 16:13).
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#63 Message par chartreux » mar. 13 nov. 2018 11:24

SWS traduit par le chartreux a écrit : III. La dignité et la perfection de la Révélation chrétienne font qu'il n'y aura plus de Révélation publique après elle. L'Ancien Testament indiquait qu'un autre viendrait après lui, mais la disposition chrétienne est celle "qui demeure" (2 Cor. 3.11; cf. Rom.10:3 sqq. , Gal. 3:23 sqq.) ; un "royaume inébranlable" (Héb 12:28), "parfait et se suffisant à elle-même" (Héb 7:11 sqq.) ; "non pas l'ombre mais l'image même des biens à venir" (Héb 10.1). De plus le Christ a déclaré clairement que sa doctrine sera prechée jusqu'à la consommation du monde, et dit "tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître" (Jean 15:15) et aussi "Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera toute vérité" (Jean 16:13). Les apôtres exhortent leurs disciples à garder la doctrine qu'ils ont reçue, et de n'écouter que l'Église (2 Tim. 2:2, et 3:14). Et l'épître attribuée à Barnabas contient la célèbre formule : "La règle est de garder tout ce que tu as reçu sans rien ajouter ou enlever". L'Église a toujours rejeté les prétentions de ceux qui affirmaient avoir reçu une nouvelle révélation du Saint-Esprit, comme les montanistes, manichéens, fraticelles, anabaptistes, quakers et irvingistes.

Le caractère final de la Révélation présente n'empêche cependant pas qu'il y ait quelques révélations subsidiaires et mineures faites pour éclairer certains points de doctrine ou de discipline. L'Église est juge de la valeur de ces révélations. Comme exemples de révélations approuvées, nous pouvons citer la fête-Dieu et la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus.

De ce précède, nous déduisons un progrès graduel de la Révélation, à la fois en extension et en intensité. Le progrès en extension ne commence pas avec Adam ou Noé, mais avec Abraham, le patriarche élu parmi l'humanité déchue. La Révélation patriarchale a été faite à une famille, la Révélation mosaïque à un peuple, la Révélation prophétique à plusieurs peuples, et le Révélation chrétienne au monde entier. Le progrès en intensité consiste en une illumination plus grande et un ensemble plus étendu de vérités révélées. Ce progrès en intensité commence de même avec Abraham, et monte par Moïse et les prophètes jusqu'au Christ, qui nous conduit à l'éternité.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#64 Message par chartreux » mer. 14 nov. 2018 11:32

SWS traduit par le chartreux a écrit : Chapitre 2. La transmission de la Révélation.

Section 7. La vision catholique et la vision protestante des modes de transmission et de préservation de la Révélation.

La Révélation divine est destinée aux hommes de tous temps et lieux, et cependant elle n'a pas été communiquée directement et immédiatement à chaque individu. Dieu a établi certains moyens pour cette communication. Les catholiques et protestants tiennent des vues diamétralement opposées sur ce que sont ces moyens. Nous allons expliquer aussi clairement que possible l'une et lautre théories, afin qu'on puisse juger de leur valeur respective, pour établir ensuite solidement et développer le principe catholique.

I. La théorie protestante prend essentiellement deux formes, toutes deux également opposées à la théorie catholique. D'après les protestants les plus anciens, l'Écriture Sainte, qui est le document écrit par Dieu, à lire avec une illumination intérieure venant du Saint-Esprit, est la seule voie par laquelle la Révélation est transmise à l'individu. Toutes les autres institutions ou moyens extérieurs sont des inventions humaines qui constituent une ingérence violente entre la Révélation et la Foi, et détruisent le caractère surnaturel de cette dernière. Les protestants les plus modernes admettent cependant d'autres modes de transmission que l'Écriture sainte elle-même, mais nient que de tels moyens son disposés par Dieu et participent du caractère divin de la Révélation ; certains vont même jusqu'à nier le caractère surnaturel de l'Écriture sainte. La vérité révélée est transmise par des témoins purement humains, dont l'autorité dépend non pas de l'assistance du Saint-Esprit mais de leur habilité et créativité naturelles. Ces deux visions protestent (la première au nom du Christ, la deuxième au nom de la liberté naturelle) contre l'idée d'une Révélation s'imposant avec autorité à l'humanité, et protestent aussi contre une autorité visible et vivante, établie par Dieu, et ayant le droit d'imposer l'obéissance et la Foi.


chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#65 Message par chartreux » jeu. 15 nov. 2018 10:53

SWS traduit par le chartreux a écrit : II. La théorie catholique est une conséquence logique de la nature de la Révélation. La Révélation n'est pas seulement là pour apporter sécurité et édification à quelques individus, mais pour être une source abondante de savoir et de vie surnaturelle, une règle souveraine de Foi, de pensée et de conduite pour l'humanité entière, aussi bien que pour tout homme en particulier. Dieu veut que par ces moyens tous les hommes soient réunis dans Son royaume de sainteté et de vérité, et obtiennent, en conformité avec Sa volonté, le bonheur auquel Il les destine, tout en Lui rendant le tribut de gloire qui Lui est dû. Il veut spécialement que la Révélation soit un principe de Foi qui conduise à une connaissance infaillible de la vérité révélée, et soit aussi une loi de Foi, qui permette aux hommes se soumettant à cette loi d'offrir à Dieu l'hommage le plus parfait de leur intellect. Ainsi, Dieu doit nécéssairement fournir des moyens efficaces permettant à l'humanité d'acquérir une connaissance certaine, complète et uniforme de la vérité révélée, et permettant aussi d'établir un mode d'adoration uniforme et universel, fondé sur la Foi. Le concile du Vatican, en opposition avec les tendances rationalistes d'aujourd'hui, insiste avec raison sur cet exercice du Jus Majestatis sur l'esprit de l'homme. De plus, Dieu ne pouvait pas jeter dans le monde le document de Sa parole révélée et l'abandonner à un destin incertain. S'Il l'avait fait, toutes les raisons d'être de la Révélation auraient été tuées dans l'oeuf. Le seul moyen efficace de transmettre la révélation avec autorité est que la Parole de Dieu, après qu'elle a été prononcée, soit constamment proposée à l'humanité par Ses envoyés autorisés, et promulguée en Son nom et pouvoir, comme principe et règle de la Foi. Ces envoyés sont appelés l'Église enseignante, et leurs functions sont appelées apostolat.

Ainsi, du point de vue catholique il y a un moyen de transmettre la Révélation qui est distinct de la Révélation elle-même et de sa trace écrite. Et ce moyen, institué par Dieu, ne fait en aucune façon injure à la dignité de la Révélation, il la préserve plutôt. Les autres modes de transmission, comme l'Écriture et l'histoire, ne sont nullement exclues, mais elles sont cependant subordonnées à ce premier moyen, essentiel et fondamental.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#66 Message par chartreux » ven. 16 nov. 2018 11:18

SWS traduit par le chartreux a écrit : Section 8. Explications supplémentaires sur la théorie catholique.


I. La promulgation de la vérité révelée, étant un acte de Dieu le souverain Seigneur de toutes les créatures, soit nécéssairement être fait au nom de cette autorité souveraine, et par des ambassadeurs investis d'une partie de cette autorité, qui doivent être munis des preuves de leur légitimité et du pouvoir d'imposer la Foi à ceux à qui ils sont envoyés. Ainsi, la promulgation peut être techniquement décrite comme étant officielle, authentique, et faisant autorité : officielle, car étant faite par des personnes dont le métier est de publier - comme les hérauts dans les affaires humaines ; authentique, puisque le devoir de promulgation est associé à une certaine dignité et une certaine autorité publique, en vertu de laquelle le détenteur de l'office se porte garant de la véracité de ses déclarations, et les rend légalement crédibles - comme le ferait un greffier ; et enfin, faisant autorité, car le promulgateur est le représentant de Dieu, investi de l'autorité d'imposer la Foi à ses subordonnés, et de les surveiller efficacement à cette fin.


II. Une triple coopération est nécéssaire pour que la Révélation atteigne sa fin : la promulgation doit être faite sous garantie divine, avec légitimation divine et sanction divine. Le but de l'apostolat est de générer une certitude absolue, surnaturelle de la Parole de Dieu. De plus, l'entité promulgatrice exige une soumission pleine et inconditionnelle des esprits aux vérités qu'elle enseigne. Mais une telle certitude ne peut être produite, et une telle soumission ne peut être exigée, que par une entité infaillible. L'infaillibilité qui est quelque chose d'intrisèque et d'invisible ne suffit pas par elle-même à donner aux envoyés de Dieu l'autorité et les preuves d'authenticité dont ils ont besoin - il leur faut des marques extérieures. Le Christ a prouvé son autorité par des miracles, et ensuite il a institué l'apostolat. Ses paroles et ses oeuvres étaient des preuves suffisantes pour ceux qui y ont assisté. Pour les autres, il faut un autre genre de preuve ; cela peut être quelque miracle spécial accompagnant la prédication de l'Évangile, ou le miracle plus général de la continuité et de l'efficacité de l'apostolat. On expliquera ce point plus en détail dans le traité sur la Foi. La sanction de l'apostolat consiste en les diverses récompenses et punitions réservés dans l'au-delà à ceux qui acceptent ou rejettent son enseignement, et cette sanction est un complément à l'autorité de l'apostolat. La soumission à la Révélation est la condition fondamentale du salut ; il s'ensuit que la soumission à l'apostolat, qui est le moyen de transmission de la Révélation, doit être attachée aux mêmes sanctions que la soumission à la Révélation elle-même.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#67 Message par chartreux » sam. 17 nov. 2018 12:04

SWS traduit par le chartreux a écrit :
III. L'acte de promulgation doit être un enseignement (aussi appelé magistère), et non pas une simple déclaration ; cet enseignement doit être manifestement identique à la Révélation originelle, c'est-à-dire qu'il doit toujours démontrer que ce qui est enseigné est identique à ce qui a été révélé ; il doit enfin "enseigner avec autorité", c'est-à-dire en exigeant une soumission de l'esprit, car sinon on ne pourrait atteindre l'unité et l'universalité de la Foi.

IV. Le domaine de l'apostolat est coextensif à celui de la Révélation. Il inclut non seulement les vérités directement révélées, mais aussi celles qui sont inséparablement reliées à la Révélation (cf. §5). La Foi divine ne saurait être exigée concernant des choses non révélées directement par Dieu ; mais cependant l'Église enseignante, étant le témoin vivant et l'ambassadeur plénipotentiaire de la Parole de Dieu, doit, quand l'opportunité l'exige, mettre son sceau d'authenticité sur des vérités moindres aussi, car sans ce pouvoir l'apostolat serait souvent empêché dans sa tâche. L'Église exerce ce pouvoir quand elle juge avec autorité certains faits dogmatiques (facta dogmatica), ou quand elle applique des censures mineures à des propositions mauvaises.
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#68 Message par chartreux » lun. 19 nov. 2018 10:28

SWS traduit par le chartreux a écrit : Section 9. Démonstration de la vérité de la théorie catholique.

La théorie catholique est que la Révélation est transmise et communiquée par des envoyés et des maîtres accrédités par Dieu est évidente a priori : la considération de la nature de la Révélation et de son objet montre qu'aucune autre théorie n'est pratiquement possible. Il y a cependant d'autres preuves de sa vérité, que nous allons maintenant classer en plusieurs catégories :

I. Preuves tirées des paroles de Notre Seigneur.

1. La preuve documentaire de l'institution d'un apostolat enseignant se trouve dans la Sainte Écriture précisément à l'endroit où l'on s'attendrait à la trouver, c'est-à-dire à la fin des Évangiles et au début des actes des Apôtres.

(a) Le premier évangéliste, S. Matthieu (28:18,19), donne le récit autour duquel s'articulent tous les autres. Il montre d'abord que la mission des Apôtres est fondée sur le pouvoir souverain du Christ, et présente cette mission comme la continuation visible de la mission du Christ - le travail de l'apostolat est décrit comme l'enseignement autorisé de toute la doctrine du Christ à tous les hommes ; et finalement, le baptême est affirmé être l'acte par lequel l'humanité entière devient disciple des Apôtres. "Toute puissance M’a été donnée dans le Ciel et sur la terre. Allez donc [en vertu de, et autorisés par mon autorité souveraine], "Comme mon Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie." (Jean 20,21)] enseignez [faites-vous des disciples, enseignez avec autorité, cf. Marc 1.22] toutes les nations les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et leur enseignant (διδασκόντες) à observer tout ce que Je vous ai commandé (ἐνετειλάμην). Et voici que Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation des siècles." Il est évident que la présence promise du Christ dans le texte est là pour assurer le succès de l'apostolat, et donc que l'apostolat doit être infaillible. (cf. Bossuet, Instructions sur les promesses faites à l'Église; et Wiseman, Les principales doctrines et pratiques de l'Église, leçon 4).
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#69 Message par chartreux » mar. 20 nov. 2018 12:07

SWS traduit par le chartreux a écrit : (b) Le deuxième évangéliste, S. Marc, décrit l'enseignement de S. Matthieu comme une "prédication", et mentionne, au lieu de la garantie intrinsèque de l'infaillibilité, les signes extrinsèques de l'autorité et de la sanction. "Et il leur dit : Allez dans le monde entier, et prêchez (κηρύξατε) l’Évangile à toute créature. 16 Celui qui croira et qui sera baptisé, sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons (...) 20 Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur coopérant avec eux, et confirmant leur parole par les miracles dont elle était accompagnée" (Marc 16:15-20).

(c) Le troisième évangéliste, S. Luc, attire l'attention sur la mission de prédication, mais insiste ensuite sur sa composante principale - le témoignage authentique, et indique l'Esprit-Saint (dont les témoins humains ne sont que des messagers) comme étant la garantie de l'infaillibilité du témoignage. "C’est ainsi qu’il est écrit, et c’est ainsi qu’il fallait que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât d’entre les morts le troisième jour, 47 et qu’on prêchât en son nom la pénitence et la rémission des péchés dans toutes les nations, en commençant par Jérusalem. 48 Or vous êtes témoins de ces choses. 49 Et moi, je vais envoyer en vous le don promis par mon Père " (Luc 24.46:49) "vous recevrez la force (vertu) du Saint-Esprit qui descendra sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. " (Actes 1.8).

(d) Tandis que les Évangiles synoptiques décrivent la propagation universelle et la première diffusion de la doctrine du Christ, S. Jean le quatrième évangéliste insiste sur l'unité, la conservation et l'application de la doctrine. Il narre comme dernier acte de notre Seigneur l'institution d'un tête visible de l'Église. S Pierre est choisi pour prendre la place du Christ, muni du pouvoir de nourrir l'humanité du pain de la doctrine (21:15-17), et de les amener à la lumière de la vérité. L'organisme de l'apostolat reçoit ainsi un centre soildement établi et une unité permanente. L'assistance invisible du Christ qui était simplement promise dans Matthieu devient maintenant incarnée de façon visible dans Son représentant suprême à qui cette promesse avait particulierement été faite (cf. Matth. 16:17-19, Luc 22:31-32). De plus, l'image même d'un berger nourissant ses brebis contient une allusion à l'autorité et la sanction de la promulgation de la Parole (cf. Jn 10:2 et suivants, Ps. 22 ; Ezech. 34:23).
(à suivre)

chartreux
Messages : 736
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre I : Fondements du savoir théologique

#70 Message par chartreux » mer. 21 nov. 2018 11:46

SWS traduit par le chartreux a écrit : Ainsi, le dernier évangéliste revient au point de départ annoncé en Matthieu : "Toute puissance M’a été donnée dans le Ciel et sur la terre." La mission de l'apostolat est une émanation et une continuation de la mission du Christ, et par conséquent les fonctions de l'une et de l'autre sont décrites avec des termes semblables. Notre Seigneur Lui-même est dit Docteur et Maître, instruisant comme ayant autorité (Marc 1.22), un prédicateur de l'Évangile envoyé par Dieu à l'homme (Luc 4:16-21), un témoin, rendant témoignage de ce qu'Il a vu chez le Père (Jn 8:14-18) ; et, finalement, comme Pasteur des brebis (Jn 10.2).

L'image très belle de l'institution de l'apostolat, donnée à la fin des récits évangéliques, apparaît plus clairement si on la confronte avec l'enseignement précédent de Notre Seigneur. La mission décrite en Matth. 28 est presentée en Jn 17:17-18 comme une continuation de la mission du Christ lui-même : "Sanctifiez-les dans la vérité. Votre parole est vérité. 18 Comme vous m’avez envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde." De plus, l'autorité coercitive mentionnée en Matthieu 13.20 et Marc se trouve aussi en Luc 10.16 (cf. Jean 13.20) à l'occasion de la première mission préparatoire des soixante-douze disciples : "Celui qui vous écoute, m’écoute ; celui qui vous méprise, me méprise. Et celui qui me méprise, méprise celui qui m’a envoyé." Et la promesse l'assistance de l'Esprit-Saint, qui d'après le récit de S. Luc, doit soutenir et renforcer le témoignage des Apôtres, est faite longuement dans le récit que fait S. Jean du discours de Notre Seigneur à la Cène, où sont développées la durée, l'importance et l'efficacité de cette assistance de l'Esprit-Saint : "Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet, afin qu’il demeure éternellement avec vous : 17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit pas, et qu’il ne le connaît pas. Mais vous, vous le connaîtrez, parce qu’il demeurera avec vous, et qu’il sera en vous" (Jn 14:16-17). "Je vous ai dit ces choses pendant que je demeurais avec vous. 26 Mais le Paraclet, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. " (ibid, 25-26). "Mais, lorsque le Paraclet que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, sera venu, il rendra témoignage de moi. 27 Et vous aussi vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi depuis le commencement." (15:25-27). "Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera (ὸδογήσει) toute vérité" (16:13). Il est clair que ces promesses ont été faites aux Apôtres en tant que propagateurs futurs de la Foi, et l'insistance sur le rôle de l'Esprit-Saint comme esprit de vérité, comme maître et témoin, comme conservateur et guide vers la vérité, est là pour bien montrer que tout le nécéssaire serait fourni pour la bonne transmission de la Révélation, y compris et tout spécialement l'infaillibilité. Finalement, le Pasteur nommé par le Christ (Jean 21:15-17) qui avait été auparavant désigné et affermi dans la Foi pour confirmer ses frères (Luc 22:31-32) et pour être le rocher indestructible sur lequel serait fondée l'Église (Matth. 16:18)..
(à suivre)

Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »