Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#1 Message par Abbé Zins » lun. 29 janv. 2018 19:39

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme


(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Comme le marxisme, le lefebvrisme est moins une doctrine qu'une praxis.


Comme Georges Marchais, mis en difficulté dans ses propos incohérents par quelque journaliste, n'hésitait point à audacieusement rétorquer le contraire de ce qu'il venait de dire pour paraître retomber sur ses pieds, ainsi Mgr Lefebvre et ceux qui le suivent n'hésitent point à affirmer sans cesse, selon qu'on les menace de sanctions ou qu'on leur propose tel arrangement et accord, des assertions contradictoires.



Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#2 Message par Abbé Zins » mar. 30 janv. 2018 19:57

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)



La praxis du lefebvrisme :


Ce caractère de praxis inconséquente est bien souligné par ces trois déclarations opposées.


1̊) Croyant bien faire pour résumer la pensée de son guide, l'Abbé Célier écrivait (L'Eglise déchirée, p. 8) non moins admirativement que naïvement :

« Pour résumer sa pensée constante, il faudrait choisir la phrase du Comte de Chambord :

« Ma personne n'est rien, mon principe est tout.».»
.


Pieuse imagination à laquelle la déclaration suivante de son chef donne un formel et très significatif démenti :


2̊) « Ce qui m'a fait agir, ce n'est pas un principe, un principe général, c'est la situation dans laquelle l'Eglise s'est trouvée.

Elle s'est trouvée dans des circonstances qui, chaque mois, chaque année, nous ont fait prendre des décisions qui nous ont paru demandées par Dieu, par les besoins de l'Eglise, par les besoins des fidèles, le salut des âmes, c'est tout ! »


(Mgr L., Conférence du 22/2/1979, Cor Unum n° 3, p. 3s ; Catalogue 807a)


C'est bien là un trait caractérisant une praxis, un mode d'action fondé sur les circonstances, ce qu'on pourrait nommer, en référence à la morale de situation, une doctrine ou plus exactement un comportement de situation.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#3 Message par Abbé Zins » mer. 31 janv. 2018 17:42

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)



C'est bien là un trait caractérisant une praxis, un mode d'action fondé sur les circonstances, ce qu'on pourrait nommer, en référence à la morale de situation, une doctrine ou plus exactement un comportement de situation.

Devant des menaces de sanctions, on durcit le ton, on parle d'hérésie, schisme, apostasie...

En face d'espoir de compromis et d'arrangement, voire d'accord, on se fait tout doux, on se déclare en parfaite communion, très obéissant et soumis.

En vue de forcer la main pour obtenir une autorisation qui ménage le grand public des bien ou mal faiteurs, on menace de déclarer illégitime : « il est possible qu'on soit obligé de croire que ce pape n'est pas pape » !

Et si cela marche, on s'empresse de saisir la main tendue en vue de sacrer en pleine communion et soumission au "pape peut-être pas pape" !? ...


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#4 Message par Abbé Zins » jeu. 01 févr. 2018 19:20

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Pourtant, 3̊) Mgr L. sait souligner à l'occasion l'importance des principes et la gravité extrême de s'en écarter, ceci en une conférence dont on ne nous a envoyé le texte intégral qu'après la parution du Catalogue :


« Evidemment ! C'est toujours plus grave d'adhérer à un principe que de faire un simple acte.

C'est le principe qui est à la source de tous les actes, qui est la source de l'action et, par conséquent, avec un principe comme celui du libéralisme et de la liberté religieuse, eh bien, c'est cela qui vous fait faire l'oecuménisme, c'est çà qui vous fait faire la laïcité des Etats...

Alors, c'est bien plus grave. Assise, c'est très grave, c'est une apostasie, mais c'était un fait, un acte ; ce n'est pas un principe, c'est le résultat d'un principe.»


(Conférence du 4/9/1987, retraite sacerdotale)


Aussi est-il très grave de choisir comme principe général d'action l'absence de principes directeurs :


« Ce qui m'a fait agir, ce n'est pas un principe, un principe général, c'est la situation » !



Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#5 Message par Abbé Zins » ven. 02 févr. 2018 19:51

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)



Cela mène à un perpétuel mouvement de balancier aux oscillations opposées, selon la situation, selon les circonstances du moment, cela revient à bâtir sa demeure sur le sable mouvant, selon les marées.

Cela peut conduire malheureusement très loin.

En des moments de lucidité, on déclare justement :

« Les martyrs sont morts pour défendre la foi ! Un grain d'encens offert à la [fausse] divinité, et hop ! ils auraient eu la vie sauve. On m'a conseillé une fois : " Signez, signez que vous acceptez tout, et puis vous continuez comme avant ! " - Non ! On ne joue pas avec sa foi !... On ne signe pas une apostasie ! ». (Ils l'ont découronné, p. 68)

Et pourtant ! le 5/5/1988, la signature de l'acceptation du concile V 2 dans le sens de la Tradition, a été faite pour pouvoir continuer comme avant avec "autorisation officielle" : « c'est avec une réelle satisfaction que j'ai apposé ma signature » (L. 6/5/1988),

« C'était le jour de la Saint Pie V ! » (Abbé Aulagnier, Fideliter spécial sacre p. 5).

Puis, comme les circonstances vous rappellent aussitôt qu'on ne s'écarte point en vain si gravement des principes, alors on se dédit dès le lendemain de ce qui « était clairement un "pacte de silence"...» (Abbé Duchallard, La Tradition excommuniée, p. 40).

On se dédit, on se reprend, non pas comme d'une faute morale, mais comme d'une simple erreur de tactique, non pas au nom des principes qui auraient fait éviter un tel piège et une telle chute, mais parce que l'on n'a pas obtenu complètement l'objet de l'odieux marché à la Judas, en ayant vendu la Vérité pour acheter des sacres à très brève échéance avec "autorisation officielle" et cohabitation pacifique !


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#6 Message par Abbé Zins » sam. 03 févr. 2018 22:15

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Variations inévitablement issues de cette praxis de situation :


« Lorsque, parmi les Chrétiens, on a vu des variations dans l'Exposition de la foi, on les a toujours regardées comme une marque de fausseté et d'inconséquence (qu'on me permette ce mot) dans la doctrine exposée.

La foi parle simplement : le Saint-Esprit répand des lumières pures, et la vérité qu'Il enseigne a un langage toujours uniforme.

Pour peu qu'on sache l'histoire de l'Eglise, on saura qu'Elle a opposé à chaque hérésie des explications propres et précises, qu'Elle n'a aussi jamais changées ; et si l'on prend garde aux expressions par lesquelles Elle a condamné les hérétiques, on verra qu'elles vont toujours à attaquer l'erreur dans sa source, par la voie la plus courte et la plus droite.

C'est pourquoi tout ce qui varie, tout ce qui se charge de termes douteux et enveloppés a toujours paru suspect, et non seulement frauduleux, mais encore absolument faux, parce qu'ils marquent un embarras que la vérité ne connaît point.»



(Bossuet, Histoire des variations des églises protestantes, Introduction)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#7 Message par Abbé Zins » lun. 05 févr. 2018 19:37

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)



Or, comme la seule page 800 du Catalogue des variations en donne un très clair aperçu, les déclarations de Mgr Marcel Lefebvre en ses dernières années, ainsi que les "prises de position" de ceux qui l'ont choisi comme leur principal guide ne cessent de varier, non seulement en fonction de la situation mais aussi selon les interlocuteurs qu'il faut tous ménager.

Un jour, vous les entendez proclamer bien haut et fièrement qu'ils sont heureux d'être déclarés excommuniés, hors de la communion de ceux qu'ils nomment les conciliaires, avec lesquels ils n'ont rien de commun, ni la Foi, ni les Sacrements, le lendemain on vous annonce qu'ils sont en pourparler avec Rome pour un accord imminent.

Un jour, ils déclarent solennellement que la Chaire de Pierre et les évêchés sont occupés par des apostats, des antichrists, des schismatiques qui ont quitté l'Eglise, le lendemain ils affirment avoir été toujours en parfaite communion de Foi avec le Très Saint Père, qu'ils sont ses fils les plus fidèles et les mieux soumis, tandis que l'avant-veille ils l'appelaient le Successeur de Pierre libéral ou le Saint-Père moderniste.

Un jour, ils parlent de l'Eglise conciliaire qu'ils traitent de révolutionnaire, maçonnique, charismatique, renégate, schismatique, hérétique, secte antichristique, nouvelle religion, le lendemain ils la déclarent l'Eglise visible, s'affirment en pleine communion avec, una cum, et y implorent leur réintégration tels qu'ils sont, bien que l'avant-veille ils aient non moins fortement prétendu qu'aucun accord ne soit possible avec elle, que vouloir rentrer dans cette Eglise conciliaire pour la rendre Catholique est une illusion totale... etc. etc.


Le Catalogue des variations lefebvro-traditionalistes face à la doctrine catholique marque donc, sur le plan doctrinal, la débâcle intellectuelle, la Bérésina théorique du lefebvrisme.

Mais comme celui-ci ne vit point de principe et de doctrine, sa praxis, qui ne craint pas de se contredire, pourra se soutenir encore par un aveuglement volontaire refusant de voir la réalité, et par ses oeuvres utilitaires vis-à-vis de ses usagers intéressés.


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#8 Message par Abbé Zins » mar. 06 févr. 2018 18:33

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)




Exemple significatif de cet aveuglement volontaire :


Parmi ses usagers intéressés, se trouvent les "bonshommes d'Avrillé", qui ont besoin des illégitimes évêques lefebvristes pour ordonner prêtres leurs sujets, non moins que de l'aide des bienfaiteurs de la FSSPX pour financer leur déploiement de 4 ailes, et l'aménagement intérieur d'icelles.

Alors un déploiement d'ailes à remplir vaut bien un déploiement de zèle à fournir, surtout quand on a eu certaine difficulté avec le supérieur de la FSSPX, et que d'aucuns vous soupçonnent d'être au fond de vous-mêmes relativement proches des honnis sous l'étiquette sédévacantistes.

L'occasion de commencer à montrer patte blanche à ce sujet leur a été donnée par le début de débat public en milieux lefebvristes sur la question du Siège vacant, lancé par le P. Vinson qui s'appuyait sur maintes déclarations de Mgr Lefebvre allant dans ce sens.

Nous avons montré, avec le professeur Corbi, les malencontreuses contradictions du P. Vinson en la matière, dans notre n° 48, de septembre 1996.

Toutefois, ses écrits répétés et largement répandus en milieux lefebvristes, ont obligé ces derniers à semoncer le Père, ou à paraître résoudre les difficultés par lui soulevées.

C'est en ce dernier domaine que les "bonshommes d'Avrillé" ont commencé à s'illustrer en ce débat.

(Dans un article de leur revue Le sel de la terre, C. de La Haye-aux-Bonshommes 49240 Avrillé, n° 23, d'hiver 1997-1998, cité dans le Catalogue (811-813) face à la doctrine catholique, en un extrait publié dans notre n° 59-60, p. 44s.)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#9 Message par Abbé Zins » mer. 07 févr. 2018 18:38

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)



Puis, indirectement, lors du "congrès" de Si Si No No de janvier 1996 (publié ensuite sous le titre de Eglise et Contre-Eglise au Concile V 2, p. 300), ledit "P. Pierre-Marie", citant en passant les n° 2 et 9 de Sub Tuum, nous a attribué une énormité, en l'atténuant alors par ce demi-aveu : « Leur argumentation, si je l'ai bien comprise ».

Cette énormité a été répétée, cette fois sans atténuation et comme une certitude, dans leur n° 35 d'hiver 2000-2001, p. 41.

Avant de lire cette énormité, que nos abonnés, surtout les plus anciens, veuillent se bien caler sur leur siège, afin de ne point tomber à la renverse, devant une pareille diffamation :

« Certains, peu nombreux, prétendent que le Concile [V 2] a promulgué des dogmes. Ainsi les revues X et Sub Tuum Praesidium.» ! Incroyable, mais vrai !


Or, ayant demandé par lettre recommandée avec accusé de réception un droit de réponse, que nous réitérons ici publiquement, ces messieurs ont omis de le publier en leur n° 36, dans lequel ils ont par contre publié un assez court article intitulé : Petit catéchisme du sédévacantisme, sur lequel nous allons revenir plus loin.

Aussi, comme le dit l'adage tiré des écrits de Saint Augustin : errare humanum est, perseverare tantum diabolicum !


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Incohérentes et condamnables variations de la praxis du lefebvrisme

#10 Message par Abbé Zins » jeu. 08 févr. 2018 19:19

Revue Sub Tuum Praesidium, n ̊ 66 (Mai - Juin 2001)


EDITORIAL



Incohérentes et condamnables variations
de la praxis du lefebvrisme

(ou le lefebvrisme « sans peur » mais pas sans reproche)



Ce n'est malheureusement point la première fois qu'il nous est donné de constater la résistance de ces messieurs à la vérité connue.

Notre lettre du 7/10/1999, d'abord à demi privée, puis publiée dans notre n° 63 p. 39, est toujours, à ce jour, restée sans réponse.

Elle comportait notamment cette question très claire et toute simple :

Si vous ne reconnaissez pas, au moins en votre for intérieur, que recevoir publiquement le signe initiatique de l'idole ou démon Siva est un évident acte public d'apostasie, n'y a-t-il pas lieu de se demander très sérieusement si vous avez la foi ?

Cette absence de réponse n'est-elle pas un aveu tacite de leur reconnaissance du caractère d'évidente apostasie publique constituée par un tel acte, tandis que tant de Martyrs ont refusé sous la menace de mort et en versant leur sang des actes souvent moins explicitement apostat que celui-là, fait de plein gré ! ?

Continuer à faire comme si de rien, comme si l'on ne savait pas, à tenir un tel personnage comme un possible et même "réel" Pape, n'est-ce point pire que de l'aveuglement volontaire ?


Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités