L'hypocrite et habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2751
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

L'hypocrite et habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes

#1 Message par Abbé Zins » lun. 13 mai 2019 18:33



L'hypocrite et habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes



(Une sauvegarde datée du 21/11/2006 comportant ce titre ayant été détériorée, il me faut donc recomposer ce dossier.)

Pie VI a écrit :

« L'auteur et le consommateur de la foi, Jésus, étant Celui que l'Apôtre nous ordonne (Hb. 12,2) de contempler, de songer attentivement avec quelle et combien de patience Il a supporté la contradiction des pécheurs à son encontre, en sorte que, fatigués par les périls et labeurs, nous ne défaillons point un instant en nos âmes et manquions de nous écrouler.

Il est particulièrement nécessaire de nous armer et de nous réconforter de cette salutaire pensée, quand c'est à l'encontre du Corps même du Christ, qu'est l'Eglise (Col. 1,24), que s'enflamme plus ardemment la furie de l'incendie de cette conjuration qui ne s'éteint jamais : afin que, réconfortés par le Seigneur et protégés en la puissance de sa vertu par le bouclier de la foi, nous puissions résister au jour mauvais, et éteindre tous les éclairs de ce feu très impie (Eph. 6,10-16).

Dans cette agitation des temps, en cette occurrence d'événements si perturbant, c'est un grave devoir pour tous les bons de prendre part au combat contre tous et tous les ennemis, quelqu'en soit le genre, du Nom Chrétien, plus grave encore pour Nous, à qui a été confié la charge pastorale du soin et de la direction de tout le Troupeau, auquel incombe un zèle plus grand que tous les autres pour la Religion Chrétienne (Saint Sirice, Ep. 1)..

Et en ces épreuves qui arrivent de tous côtés, s'ajoute aux autres douleurs comme un comble, que Nous sommes abreuvé de tristesse là même d'où Nous devrions recevoir des consolations.

En vérité, quand un préposé de la Sacro-Sainte Eglise de Dieu, sous le nom même de Prêtre du Christ détourne le peuple du chemin de la vérité vers le précipice d'une doctrine dépravée, et cela dans la grande Ville alors assurément il y a de quoi se lamenter en gémissant et mettre en oeuvre une plus grande sollicitude (Saint Célestin I, Ep. 12).

Car il y a eu, non aux confins de la terre, mais au milieu de la lumière de l'Italie, sous les yeux de Rome, auprès du domaine Apostolique, un Evêque... circonvenu par la perverse sagesse de maîtres en fourberies, qui a commencé, en ce qui se rapporte à ce que les précédents Evêques ont promu et fixé en conformité avec la règle ecclésiastique et la louable et convenable forme de l'institution Chrétienne, non pas, comme il le devait, à les honorer, protéger et perfectionner, mais au contraire, sous l'apparence d'une fictive réforme, à les perturber, ébranler et renverser complètement.

Aussi, après que ce Synode... ait fait sortir des ténèbres ce qui s'y tenait caché depuis assez longtemps, il n'est personne de ceux qui cultivent avec piété et sagesse la souveraine Religion, qui n'ait aussitôt remarqué en cela le conseil des auteurs qui, après avoir disséminé en de multiples libelles les germes de doctrines dépravées, se sont appliqués à leur donner comme un corps, et à relever des erreurs proscrites en dérogeant à la foi et à l'autorité exprimées dans les Décrets Apostoliques qui les avaient proscrites...

Nous avons établi de suivre religieusement et prudemment les illustres exemples que nous ont laissés, pour réprimer de semblables périls et nocives nouveautés, nombre de Nos très saints Prédécesseurs, comme aussi de très grands Evêques et des Synodes Généraux.

Ceux-ci connaissaient la capacité des novateurs dans l'art de tromper. Pour ne pas offusquer les oreilles catholiques, ils cherchent à masquer les entrelacs de leurs tortueuses manoeuvres par des manières de parler trompeuses, de sorte que, par le choix des termes, l'erreur s'inscrive de façon plus douce dans les âmes, et que la vérité une fois corrompue par de légers changements ou additions, la confession de la foi qui opérait le salut, conduise par un détour subtil à la mort.

Cette manière de procéder camouflée et mensongère est vicieuse dans quelque mode d'expression que ce soit. A plus forte raison est-il impossible de la tolérer dans un synode dont la gloire principale consiste précisément à enseigner avec limpidité la vérité, en excluant tout danger d'erreur.

En outre, s'il y a là un péché, on ne saurait l'excuser, comme on le voit faire, sous le fallacieux prétexte que les affirmations d'un passage apparaissant choquantes sont développées à d'autres moments de manière orthodoxe, et même se trouvent à d'autres occasions dûment corrigées ; comme si précisément, cette possibilité d'affirmer et de nier, ou de mettre au goût de chacun - ce qui fut toujours la frauduleuse astuce des novateurs pour consolider l'erreur - avait une efficacité non seulement pour promouvoir l'erreur, mais aussi pour l'excuser.

Ou bien, comme si, surtout pour les simples fidèles qui éventuellement connaîtraient telle ou telle partie des conclusions exposées pour tous en langue vulgaire, il y avait toujours obligation urgente à présenter les autres passages. Ou encore, comme si ces mêmes fidèles avaient, en les examinant, la capacité suffisante de juger par eux- mêmes,- écartant toute confusion et évitant tout péril d'erreur.»


(Pie VI, Introduction de la Constitution Apostolique Auctorem fidei, 28/8/1794)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2751
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: L'hypocrite et habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes

#2 Message par Abbé Zins » mar. 14 mai 2019 18:48

Saint Pie X a écrit :
« Ce qui exige surtout que Nous parlions sans délai, c'est que, les artisans d'erreurs, il n'y a pas à les chercher aujourd'hui parmi les ennemis déclarés.

Ils se cachent et c'est un sujet d'appréhension et d'angoisse très vives, dans le sein même et au coeur de I'Eglise, ennemis d'autant plus redoutables qu'ils le sont moins ouvertement.

Nous parlons, Vénérables Frères, d'un grand nombre de Catholiques laïques, et, ce qui est encore plus à déplorer, de Prêtres, qui, sous couleur d'amour de l'Eglise, absolument courts de philosophie et de théologie sérieuses, imprégnés au contraire jusqu'aux moelles d'un venin d'erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de I'Eglise ; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l'assaut à tout ce qu'il y a de plus sacré dans l'oeuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne..

Ennemis de l'Eglise, certes ils le sont, et à dire qu'elle n'en a pas de pires on ne s'écarte pas de la vérité.

Ce n'est pas du dehors, en effet, on l'a déjà noté, c'est du dedans qu'ils trament sa ruine ; le danger est aujourd'hui presque aux entrailles mêmes et aux veines de l'Eglise : leurs coups sont d'autant plus sûrs qu'ils savent mieux où la frapper.. Vous n'ignorez pas, Vénérables Frères, la stérilité de Nos efforts ; ils courbent un moment la tête, pour la relever aussitôt plus orgueilleuse.

Ah ! s"il n'était question que d'eux, Nous pourrions peut-être dissimuler ; mais c'est la Religion Catholique, sa sécurité qui sont en jeu.

Trêve donc au silence, qui désormais serait un crime ! Il est temps de lever le masque à ces hommes-là et de les montrer à 1'Eglise universelle tels qu'ils sont..

Une tactique des modernistes... en vérité fort insidieuse, est de ne jamais exposer leurs doctrines méthodiquement et dans leur ensemble, mais de les fragmenter en quelque sorte et de les éparpiller çà et là, ce qui prête à les faire juger ondoyants et indécis, quand leurs idées, au contraire, sont parfaitement arrêtées et consistantes...

A les entendre, à les lire, on serait tenté de croire qu'ils tombent en contradiction avec eux-mêmes, qu'ils sont oscillants et incertains.

Loin de là : tout est pesé, tout est voulu chez eux... Telle page de leur ouvrage pourrait être signée par un Catholique ; tournez la page, vous croyez lire un rationaliste...

Et ils vont leur route ; réprimandés et condamnés, ils vont toujours, dissimulant sous des dehors menteurs de soumission une audace sans bornes.

Ils courbent hypocritement la tête, pendant que, de toutes leurs pensées, de toutes leurs énergies, ils poursuivent plus audacieusement que jamais le plan tracé.

Ceci est chez eux une volonté et une tactique : et parce qu'ils tiennent qu'il faut stimuler l'autorité, non la détruire ; et parce qu'il leur importe de rester au sein de l'Eglise pour y travailler et y modifier peu à peu la conscience commune..

(Saint Pie X, Encyclique Pascendi Dominici gregis, 8/9/1907)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2751
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: L'hypocrite et habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes

#3 Message par Abbé Zins » mer. 15 mai 2019 20:07


« Il ne s'agit pas d'un péril menaçant seulement l'un ou l'autre Diocèse, toute nouveauté secoue l'Eglise universelle (Saint Célestin I, Ep.12).

C 'est d'ores-et déjà de partout que non seulement l'on attend mais que l'on implore avec instance par d'assidues prières répétées le jugement du Siège Apostolique.

Tant s'en faut que la voix de Pierre ne se taise jamais sur son Siège en lequel, vivant et présidant perpétuellement, il met la vérité à la disposition de ceux qui la cherchent (S.P. Chrysol., Ep. ad Eutichem).

Une plus longue indulgence (conniventia) en de telles matières n'est pas prudente, parce qu'il est presqu'aussi criminel de se montrer indulgent (connivere) envers de telles erreurs qu'il est contraire à la religion de les prêcher (Saint Célestin I, Ep.12).

Il importe donc de mettre le fer sur de telles plaies, par lesquelles ce n'est pas un seul membre qui est blessé, mais tout le Corps de l'Eglise qui est infecté (id. Ep.11. 3).

Avec l'aide de la secourable Bonté de Dieu, une fois les dissensions amputées, la Foi Catholique est gardée intacte, et, par Notre autorité, ceux qui défendaient des déviations, sont rappelés de l'erreur, ceux dont la foi a été éprouvée sont réconfortés.»


(Pie VI, Const. Ap. Auctorem fidei, 28/8/1794)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2751
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: L'hypocrite et habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes

#4 Message par Abbé Zins » jeu. 16 mai 2019 21:35



Une belle et heureuse surprise a été la découverte, en cherchant autre chose, d'une sauvegarde de l'ancien dossier sur la tribune même.

Ce qui me porte davantage à penser qu'il faudrait grandement améliorer le moteur de recherche du site, qui est fortement déficient.

Cela fait la 3e fois qu'après de vaines recherches et m'être astreint à commencer à remettre un dossier sauvegardé en mes archives, il me faut constater que cela avait déjà été fait précédemment !

Voici donc où trouver l'ancien dossier : L'habile ambiguïté des hérésiarques dénoncée par les Papes

Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »