FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#31 Message par Abbé Zins » lun. 12 oct. 2020 20:25

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


42) "Il y a quand même - et je l’ai souligné dans mon discours à l’O.N.U. en me référant à la Déclaration Universelle des droits de l’homme - une dimension fondamentale, qui est capable de bouleverser jusque dans leurs fondements les systèmes qui structurent l’ensemble de l’humanité et de libérer l’existence humaine, individuelle et collective, des menaces qui pèsent sur elle.

Cette dimension fondamentale c’est l’homme, l’homme dans son intégralité, l’homme qui vit en même temps dans la sphère des valeurs matérielles et dans celles des valeurs spirituelles.
Le respect des droits inaliénables de la personne humaine est à la base de tout." (J.P. II à l’Unesco n° 4, 2-6-1980)


43) "La culture est ce par quoi l’homme en tant qu’homme devient davantage homme, "est" davantage, accède davantage à “l’être"." (J.P. II, Unesco n° 7)

“On ne peut pas penser une culture sans subjectivité humaine et sans causalité humaine, mais dans le domaine culturel, l’homme est toujours le fait premier : l’homme est le fait primordial et fondamental de la culture." (J.P. II, Unesco n° 8)


44) "Il faut affirmer l’homme pour lui-même, et non pour quelque autre motif ou raison : uniquement pour lui-même !

Bien plus, il faut aimer l’homme parce qu’il est homme, il faut revendiquer l’amour pour l’homme en raison de la dignité particulière qu’il possède.

L’ensemble des affirmations concernant l’homme, appartient à la substance même du message du Christ et de la mission de l’Eglise." (J.P. II, Unesco n° 10)


"Le plus important est toujours l’homme." (J.P. II, Unesco n° 11)

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


42) « C’est un fait que les hommes, créés par Dieu à son image et à sa ressemblance, ayant leur destinée en Lui, perfection infinie et se trouvant au sein de l’abondance grâce aux progrès matériels de maintenant, se rendent compte aujourd’hui plus que jamais, de l’insuffisance des biens terrestres à procurer le vrai bonheur des individus et des peuples, aussi sentent-ils plus vivement en eux cette aspiration vers une perfection plus élevée que le Créateur a mis au fond de leur nature raisonnable. ..

Mais beaucoup d’entre eux, s’appuyant pour ainsi dire, outre mesure, sur le sens étymologique du mot, prétendent tirer cette perfection de la seule nature humaine et la réaliser avec ses seules forces.»

(Pie XI, Encyclique Divini illius magistri, 31-12-1929)


43) « D’où il leur est aisé de se tromper, car, au lieu de diriger leurs visées vers Dieu, premier principe et fin dernière de tout l’univers, ils se replient et se referment sur eux-mêmes, s’attachant exclusivement aux choses terrestres et éphémères.

C’est pourquoi leur agitation sera continuelle et sans fin tant qu’ils ne tourneront pas leurs regards et leur activité vers l’unique but de la perfection, qui est Dieu, selon la parole profonde de Saint Augustin :

« Vous nous avez faits pour Vous Seigneur, et notre cœur est inquiet, jusqu’à ce qu’il se repose en Vous.» (Confessions I, 1).»

(Pie XI, Encyclique Divini illius magistri)


44 ) « C’est ce que Saint Pie X, de sainte mémoire, a clairement exprimé : « quoique fasse un Chrétien, même dans l’ordre des choses terrestres, il ne lui est pas permis de négliger les biens surnaturels, bien plus, il doit, selon les enseignements de la sagesse chrétienne, diriger toutes choses vers le Souverain Bien comme vers la fin dernière.» (Encyclique Singulari Quadram, 24-9-1912).» (Pie XI, Encyclique Divini illius magistri, 31-12-1929)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#32 Message par Abbé Zins » mer. 14 oct. 2020 21:18

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


45) "Les sociétés à civilisation technique plus développée se trouvent devant la crise spécifique de l’homme qui consiste en un manque croissant de confiance à l’égard de sa propre humanité, de la signification du fait d’être homme, et de l’affirmation et de la joie qui en dérivent et qui sont source de création...
En tout cela s’exprime indirectement une grande renonciation systématique à la saine ambition qu’est l’ambition d’être homme". (J.P. II, Unesco n"13)

"La Nation existe "par la culture" et pour la culture, et elle est donc la grande éducatrice des hommes pour qu’ils puissent "être davantage" dans la communauté... les cultures de tant de peuples antiques... restent encore pour l’homme la source de son être d’homme dans la vérité intérieure de son humanité ? " (J.P. II, Unesco n° 14)


46) "Construisez la paix en commençant par le fondement : le respect de tous les droits de l’homme." (J.P. II, Unesco n° 22)

"Dans son message pour la journée mondiale de la Paix 1971, mon vénéré prédécesseur Paul VI, le pèlerin de la paix, disait :
“La véritable paix doit être fondée sur la justice, sur la reconnaissance d’une ineffaçable et heureuse égalité entre les hommes, sur le dogme fondamental de la fraternité humaine, c’est-à-dire du respect et de l’amour dus à tout Homme en sa qualité d’homme".
J’ai redit le même message au Mexique et en Pologne, je le répète ici en Irlande". (J.P. II, à Drogheda, 29-9-1979)


47) "Nous ne pouvons négliger une observation capitale dans l’examen du sens religieux de notre Concile : il s’est très vivement intéressé à l’étude du monde moderne...

L’Eglise du concile... s’est aussi beaucoup occupée de l’homme, de l’homme tel qu’en réalité il se présente à notre époque : l’homme vivant l’homme tout entier occupé de soi, l’homme qui se fait non seulement le centre de tout ce qui l’intéresse, mais qui ose se prétendre le principe et la raison dernière de toute réalité. Tout l’homme phénoménal..." (Discours de Paul VI, 7-12-1965)

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


45) (Dans notre première Encyclique...) «... Nous proclamions ouvertement deux choses :

l’une, que ce débordement de maux sur l’univers provenait de ce que la plupart des hommes avient écarté Jésus-Christ et sa loi très sainte des habitudes de leur vie individuelle aussi bien que de leur vie familiale et de leur vie publique ;

l’autre, que jamais ne pourrait luire une espérance fondée de paix durable entre les peuples tant que les individus et les nations refuseraient de reconnaître et de proclamer la souveraineté de Notre Sauveur. ..

Et à cet égard, il n’y a lieu de faire aucune différence entre les individus, les familles et les états car les hommes ne sont pas moins soumis à l’autorité du Christ dans leur vie collective que dans leur vie privée.

Il est l’unique source de salut, de celui des sociétés, comme de celui des individus. ..

La peste de notre époque c’est le laïcisme.» (Pie XI, Encyclique Quas primas, 11-12-1925)


46) « Le jour où États et Gouvernements se feront un devoir sacré de se régler dans leur vie Politique, au-dedans et au dehors, sur les ensei-gnements et les préceptes de Jésus-Christ, alors, mais seulement alors, ils jouiront à l’intérieur d’une paix profitable, entretiendront des rapports de mutuelle confiance, et résoudront pacifiquement les conflits qui pourraient surgir. ..

La paix chrétienne se confond avec la paix divine et par là-même prescrit le respect de l’ordre, de la loi et de l’autorité.

Nous lisons, en effet, dans l’Ecriture : « Conservez la discipline dans la paix.» (Eccl. 41, 14) ; « la paix comble ceux qui chérissent votre loi, Seigneur.» (Ps. CXVIII, 165) - « Celui qui a le respect de la loi vivra dans la paix.» (Prov. XIII, 13).» (Pie XI, Encyclique Ubi arcano, 23-12-1922)


47) « Les premiers demandent que le Pontife romain se réconcilie et se mette d’accord avec le Progrès, avec le libéralisme (ce sont leurs expressions), en un mot avec la civilisation moderne.

Mais les autres réclament avec raison, que les principes immobiles et inébranlables de l’éternelle justice soient conservés sans altération ;

ils réclament que l’on garde intacte la force salutaire de notre divine religion, qui peut seule étendre la gloire de Dieu,

apporter des remèdes salutaires aux maux qui affligent l’humanité, et qui est l’unique et véritable règle par laquelle les enfants des hommes peuvent, dans cette vie mortelle, acquérir toute vertu et se diriger vers le port de l’éternité bienheureuse.»

(Allocution Jamdudum cernimus, 18-3-1861, Pie IX)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#33 Message par Abbé Zins » lun. 19 oct. 2020 21:17

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME



48) "L’humanisme laïc et profane enfin est apparu dans sa terrible stature et a, en un certain sens, défié le concile.

La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car, s’en est une) de l’homme qui se fait dieu... une sympathie sans borne a envahi le concile tout entier...

Reconnaissez-lui au moins ce mérite, vous, humanistes modernes, qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes et sachez reconnaître notre nouvel humanisme :

Nous aussi, nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme." (Discours de Paul VI, 7-12-1965)

"Honneur à l’homme, roi de la terre et aujourd’hui prince du ciel." (Paul VI, 7-2-1971 ; La Croix, 9-2-1971)


49) "Par l’Incarnation le Fils de Dieu s’est uni, d’une certaine manière, à tout homme." (V 2, G. et S. n° 22 ; J.P. II, Red. Hom. n° 8, 13)

"Chaque homme a été inclus dans le mystère de la Rédemption et Jésus-Christ s’est uni à chacun pour toujours à travers ce mystère...

L’homme dans toute la plénitude du mystère dont il est devenu participant en Jésus-Christ et dont devient participant chacun des quatre milliards d’hommes vivants sur notre planète, dès l’instant de sa conception près du cœur de sa mère." (J.P. II, Red. Hom. n° 13)


50) "Tout homme sans aucune exception a été racheté par le Christ, parce que le Christ est en quelque sorte uni à l’homme, à chaque homme sans aucune exception, même si ce dernier n’en est pas conscient... le Christ est mort et ressuscité pour tous". (J.P. II, Red. Hom. n° 14)

"L’homme a été assumé par Dieu comme fils dans ce Fils de Dieu devenu homme". (J.P. II, Noël 1980)

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


48) « Mais les défenseurs de la civilisation moderne ne comprennent pas cette opposition, bien qu’ils se disent les vraie et sincères amis de la religion. Nous voudrions ajouter foi à leurs paroles, si les tristes événements qui s’accomplis- sent chaque jour aux yeux de tous ne Nous prouvaient évidemment le contraire.

Il n’y a en effet qu’une seule religion vraie et sainte, fondée et instituée par le Christ Notre Seigneur, mère et nourrice des vertus, destructrice des vices, libératrice des âmes, indicatrice du vrai bonheur, elle s’appelle : catholique, apostolique et romaine.» (Allocution Jamdudum cernimus, 18-3-1861, Pie IX)


« Le Pontife Romain peut et doit se réconcilier et composer avec le progrès, avec le libéralisme et avec la civilisation moderne.» (80ème proposition condamnée par le Syllabus)


49) « Notre Seigneur a fait à tous les hommes une loi de se faire baptiser, loi si rigoureuse que ceux qui ne seraient pas régénérés en Dieu par la grâce de ce sacrement, ne viendraient au monde que pour leur malheur et leur perte éternelle, que leurs parents d’ailleurs fussent chrétiens ou païens.
C’est pourquoi les pasteurs ne sauraient expliquer trop souvent ces paroles de l’Évangile :

« Si quelqu’un n’est pas régénéré par l’eau et par l’Esprit, il ne peut entrer dans le Royaume des cieux.» .» (Catéchisme du Concile de Trente, Chapitre 16, n° 1)


50) «... Enfin, comme l’enseigne l’Apôtre (Rom. V, 17) si la mort a régné par un seul, et par le péché d’un seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la Grâce et du don de la Justice, doivent régner dans la vie par un seul qui est Jésus-Christ.

Or les enfants, par le péché d’Adam, ont contracté la tache originelle ; à plus forte raison peuvent-ils recevoir la Grâce et la Justice par Notre-Seigneur Jésus-Christ, pour régner dans la vie ; ce qui est absolument impossible sans le baptême.» (Catéchisme du Concile de Trente, Chapitre 16, n° 1)




Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#34 Message par Abbé Zins » mar. 27 oct. 2020 21:37

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


51) "Sur le chemin de l’élection éternelle de l’homme à la dignité de fils adoptif de Dieu, surgit précisément dans l’histoire la Croix du Christ, Fils unique, qui "lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu" est venu donner l’ultime témoignage de l’admirable alliance de Dieu avec l’humanité, de Dieu avec l’homme, avec chaque homme." (J.P. II, Dives in misericordia, n° 7)

"La Croix... est en même temps une manifestation nouvelle de la paternité éternelle de Dieu, lequel, dans le Christ se fait de nouveau proche de l’humanité, de tout homme en lui donnant l’Esprit de vérité trois fois saint." (J.P. II, Red. Hom. n° 9)

"Cette invocation à l’Esprit et par l’Esprit, n’est autre qu’une façon constante de pénétrer dans la pleine dimension du mystère de la Rédemption, selon lequel le Christ uni au Père et avec tout homme, nous communique continuellement cet esprit qui met en nous les sentiments du Fils et nous tourne vers le Père." (J.P. II, Red. Hom. n° 18)


52) "L’homme est au cœur même du mystère du Christ, l’homme est dans le cœur du Père, du Fils et du Saint Esprit, et cela depuis le début.
N’a-t-il pas été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu ?" (J.P. II au Bourget, 1-6-1980)

"Désormais et toujours, sans regret et sans retour,

Dieu sera avec toute l’humanité, devenu un avec elle,

pour la sauver et lui donner son Fils le Rédempteur...


L’incarnation confère pour toujours à l’homme son extraordinaire, unique et ineffable dignité." (J.P. II, 25-3-1980)

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


51) «... C’est qu’en effet l’eau salutaire du Baptême efface et détruit les taches et souillures de tous les péchés commis auparavant, en même temps qu’elle orne notre âme de cette Grâce divine dont le secours et la force nous font désormais éviter le mal et conserver la justice et l’innocence, - deux choses dans lesquelles se résume toute la Vie chrétienne, comme il est facile de le voir.» (Catéchisme du Concile de Trente, Chapitre 16, n° 1)

« Par la prévarication d’Adam, tous les hommes ont perdu leur « pouvoir naturel » (Saint Augustin, De nat. et grat. 40, 47) et leur innocence, et aucun ne peut par son libre arbitre, remonter de l’abîme de cette ruine si la grâce de Dieu qui fait miséricorde, ne le relève, comme le déclare le pape Innocent, d’heureuse mémoire, dans son épître au concile de Carthage : « Victime un jour de son libre arbitre, en usant de ses biens inconsidérément, l’homme tombe dans les profondeurs de la prévarication, où il s’enfonce, et il ne trouve rien qui puisse lui permettre d’en sortir. Trompé pour toujours par sa liberté, il demeurerait écrasé sous le poids de cette ruine si ensuite ne le relevait, par sa grâce, la venue du Christ, qui a lavé tout péché passé dans le bain du baptême par la purification d’une nouvelle naissance.» (Saint Innocent I - 1ère Ep. 29,6)

(Saint Célestin I, Décision pontificale de "l’indiculus", vers. 440)


52) « Si quelqu’un affirme que la prévarication d’Adam n’a nui qu’à lui seul et non à sa descendance ou s’il déclare que c’est seulement la mort corporelle, peine du péché, et non le péché, mort de l’âme, qui par un seul homme a passé dans tout le genre humain, il attribue une injustice à Dieu en contredisant l’Apôtre qui dit : « par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et par le péché, la mort, et ainsi la mort a passé dans tous les hommes, tous ayant péché en lui.» (Rom. V, l2), qu’il soit anathème.» (2ème concile d’Orange, 529)

« Si quelqu’un croit que les âmes humaines ou les anges proviennent de la substance de Dieu, comme l’ont dit Mani et Priscillien, qu’il soit anathème.» (Concile de Braga, 563, Can. 5, DB. 235)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#35 Message par Abbé Zins » ven. 06 nov. 2020 21:35

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME



53) "Dans l’Esprit-Saint, chaque personne et chaque peuple sont devenus, par la croix et la résurrection du Christ, des enfants de Dieu, des participants de la nature divine, et des héritiers de la vie éternelle. Tous sont rachetés... (J.P. Il à Manille n° 2)

"Le Christ obtient, une fois pour toutes, le salut de l’homme, de chaque homme et de tous, de ceux que nul n’arrachera à Sa main... Qui pourrait changer le fait que nous sommes rachetés ? Un fait si puissant et fondamental que la création même ?... Nous sommes de nouveau devenus la propriété du Père grâce à cet Amour qui ne recule pas devant l’ignominie de la Croix pour pouvoir garantir à tous les hommes : "Nul ne pourra vous arracher à ma main." (Jn. X, 28) L’Eglise nous annonce aujourd’hui la certitude de la Résurrection. La certitude du salut". (J.P. II, 27-4-1980 : Obs. Rom. 6-5-80, p. 14)

54) "Toutes les routes de l’Eglise conduisent à l’homme". (J.P. II, Red. Hom. n° 14)

"L’Eglise reconnaît le chemin de sa vie quotidienne que constitue tout homme”. (Red. Hom.n° 22)

"Parce que le Christ s’est uni à elle dans son ministère de Rédemption, l’Eglise doit être fortement unie à chaque homme". (Red. Hom. n° 18)

55) "Demandons-nous encore : sur qui reposent les liens et les articulations réciproques entre l’Art et l’Eglise... ? A cela nous pouvons répondre : le thème de l’Eglise et le thème des artistes... c’est l’homme, l’image de l’homme, la vérité de l’homme, l" ‘Ecce Homo" auquel appartiennent son histoire, son mode et son cadre de vie, comme aussi le contexte social, économique et politique... l’Eglise et l’art ont pour objet l’homme, son image, sa vérité, la découverte de sa vérité, et cela aujourd’hui, au moment actuel de l’aggiornamento". (Rencontre de J.P. II avec des artistes et des journalistes en Allemagne, 19-11-1980)

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


53) « Si quelqu’un ne confesse pas qu’Adam, le premier homme, après avoir transgressé le commandement de Dieu dans le Paradis, perdit immédiatement la sainteté et la justice dans lesquelles il avait été établi, et encourut, par le dommage de cette prévarication, la colère et l’indignation de Dieu et, par suite, la mort dont Dieu l’avait auparavant menacé, la servitude sous le pouvoir de celui « qui possède l’empire de la mort » (Hebr.II, 14), c’est-à-dire du diable ; et que par le dommage résultant de cette prévarication, Adam, tout entier, dans son corps et dans son âme, a été changé en un état pire » (2ème concile d’Orange), qu’il soit anathème.»


« Si quelqu’un affirme que la prévarication d’Adam n’a nui qu’à lui seul et non à sa descendance » (ibid.) ; et qu’il a perdu la sainteté et la justice reçues de Dieu pour lui seul et non aussi pour nous ; ou que, souillé par son péché de désobéissance, il n’a transmis que "la mort" et les peines du corps à tout le genre humain, mais non le péché, qui est la mort de l’âme, qu’il soit anathème.»
(5ème session du Concile de Trente, 1546, Canons sur le péché originel)


54) « Tout restaurer dans le Christ a toujours été la devise de l’Eglise...

Restaurer toutes choses, non d’une manière quelconque, mais dans le Christ, « ce qui est sur la terre et ce qui est dans le ciel en lui » (Eph. I, 10) ajoute l’Apôtre ; restaurer dans le Christ non seulement ce qui incombe directement à l’Eglise en vertu de sa divine mission qui est de conduire les âmes à Dieu, mais encore, comme Nous l’avons expliqué, ce qui découle spontanément de cette divine mission, la civilisation chrétienne dans l’ensemble de tous et chacun des éléments qui la constituent.»

(Saint Pie X, Il fermo proposito, 11-6-1905)


55) « Prince des siècles, Christ, Roi des Nations, nous Vous reconnaissons pour le seul Maître de nos esprits et de nos cœurs.... dans la joie, nous proclamons que Vous êtes Roi suprême de tout.

0 Christ, Prince, pacificateur, soumettez les esprits rebelles ; réunissez dans l’unique bercail ceux qui s’éloignent de Votre amour..» (Hymne de la fête du Christ-Roi)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#36 Message par Abbé Zins » sam. 14 nov. 2020 21:01

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


“L’homme... L’homme... L’homme" (mot répété 245 fois dans Red. Hom.). (1)

"Le sujet est toujours l’homme... encore et toujours : l’homme... le sujet n’est autre que l’homme." (J.P. II, Red. Hom. n° 16)

56) "Le concile œcuménique a donné une impulsion fondamentale pour former l’auto-conscience de l’Eglise en nous présentant d’une manière adéquate et compétente, la vision de l’ensemble du monde comme étant celle d’une "carte" de diverses religions...

Cette auto-conscience de l’Eglise se forme dans le "dialogue" qui, avant de devenir colloque, doit tourner notre attention vers "l’autre", vers celui avec lequel nous voulons parler." (J.P. II, Red. Hom. n° 11)


57) "Quant à la religion, il s’agit avant tout de la religion comme phénomène universel, qui fait partie de l’histoire humaine depuis son commencement...

le document conciliaire consacré aux religions non chrétiennes est, en particulier, plein d’une profonde estime pour les grandes valeurs spirituelles, bien plus, pour le primat de ce qui est spirituel et qui, dans la vie de l’humanité, trouve son expression dans la religion, puis dans la moralité qui se reflète dans toute la culture...

l’aspiration la plus profonde de l’esprit humain est tournée, malgré la diversité des chemins, vers une direction unique, en s’exprimant dans la recherche de Dieu, et, en même temps, par l’intermédiaire de la tension vers Dieu, dans la recherche de la dimension totale de l’humanité, c’est à dire du sens plénier de la vie humaine." (J.P. II, Red. Hom. n° 11)


(1) l’homme, l’homme, l’homme ! (Hymne "conciliaire" à chanter sur le refrain de la 5e de Bethoven.) Comme résumé de la "théologie" maçonniquo-anthropocentrique de K.W.- JP 2. (Ce qui finit par aboutir à "l'hommelette" ! )
Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


« Que les chefs des nations Vous rendent publiquement hommage, que les maîtres et les juges Vous honorent, que les lois et les arts Vous proclament. Que les resplendissants étendards des rois s’inclinent avec soumission devant Vous ; sous la douceur de Votre sceptre maintenez la patrie, la cité ! Gloire à Vous Jésus, qui réglez les pouvoirs du monde, avec le Père et l’Esprit Saint, dans l’éternité Amen.» (Hymne de la fête du Christ-Roi)


56) « Quant à vous, vénérables frères, vous n’ignorez pas quelle est la nature de l’Eglise, quelle constitution son divin fondateur lui a donnée, quels droits en découlent, dont personne ne peut détruire ni même déprécier la valeur.

En effet, comme Nous l’avons dernièrement montré dans notre lettre encyclique Immortale Dei, l’Eglise est une société surnaturelle et parfaite dans son ordre.

Comme elle a pour but de conduire ses fidèles à la béatitude éternelle, elle a reçu de Dieu des moyens et des ressources pour les mettre en possession des biens éternels ; elle commence sur la terre et dans les combats de cette vie un édifice qui n’aura son couronnement dernier et sa splendeur suprême que dans le ciel.» (Léon XIII, Encyclique Jam pridem, 6-1-1886)


57) « Dieu nous a appelé intérieurement par l’inspiration de son Saint-Esprit, qui ouvre les cœurs, et extérieurement par les soins et le ministère des Pasteurs et des prédicateurs.

Et nous voyons bien que la fin de cette vocation, c’est la connaissance et la possession des choses éternelles, si seulement nous remarquons qu’autrefois le peuple fidèle, sous la loi de Moïse, se nommait synagogue, c’est-à-dire troupeau.

Car, dit Saint Augustin (Ps. LXXVII et LXXXI), ce nom lui avait été donné parce que, comme les animaux qui cherchent à se grouper pour vivre, il n’avait en vue que des biens terrestres et périssables.

Au contraire, le peuple chrétien s’appelle non pas synagogue, mais assemblée ou convocation, parce qu’il méprise les choses terrestres et périssables, pour ne s’attacher qu’aux biens célestes et qui ne passent pas.» (Catéchisme du Concile de Trente, Ch. X par. 2)


Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#37 Message par Abbé Zins » sam. 21 nov. 2020 21:37

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


58) "... au centre de toutes les routes par lesquelles l’Eglise de notre temps doit poursuivre sa marche... il y a une route unique...
Le Christ Seigneur a indiqué cette route surtout lorsque, pour reprendre les termes du Concile, "par l’Incarnation, le Fils de Dieu s’est uni d’une certaine manière à tout homme". (V2, Gaudium et Spes n° 22)

L’Eglise reconnaît donc son devoir fondamental en agissant de telle sorte que cette union puisse continuellement s’actualiser et se renouveler... sur cette route qui conduit du Christ à l’homme, sur cette route où le Christ s’unit à chaque homme, l’Eglise ne peut être arrêtée par personne..." (J.P. II, Red. Hom. n° 13)


59) "Le concile Vatican II, en divers passages de ses documents, a exprimé cette sollicitude fondamentale de l’Eglise, afin que la vie en ce monde soit “plus conforme à l’éminente dignité de l’homme". (Gaudium et Spes)

A tous points de vue, pour la rendre, toujours plus humaine"... la sollicitude de l’Eglise s’étend à l’homme tout entier et est centrée sur lui d’une manière toute particulière... " (J.P. II, Red. Hom. n° 13)

"Cet homme est la première route que l’Eglise doit parcourir en accomplissant sa mission : il est la première route et la route fondamentale de l’Eglise, route qui se déploie, d’une certaine façon, à la base de toutes les routes que l’Eglise doit emprunter." (J.P. II, Red. Hom. n° 14)


60) "S’il est vrai que l’homme est, en un certain sens, la route de l’Eglise, comme je l’ai dit dans l’Encyclique Redemptor Hominis, en même temps l’Evangile et toute la Tradition nous indique constamment que nous devons parcourir cette route, avec tout homme, telle que le Christ l’a tracée en révélant en lui-même le Père et son amour.
En Jésus-Christ, marcher vers l’homme de la manière assignée une fois pour toute à l’Eglise dans le cours changeant des temps, et en même temps s’avancer vers le Père et vers son amour." (J.P. II, Dives in misericordia n° 1)



Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME



58) « Où est la voie qui nous donne accès auprès de Jésus Christ ? Elle est sous nos yeux : c’est l’Eglise... C’est pour cela que le Christ l’a établie, après l’avoir acquise au prix de Son sang, pour cela qu’Il lui a confié Sa doctrine et les préceptes de Sa loi, lui prodiguant en même temps les trésors de la grâce divine pour la sanctification et le salut des hommes.» (Pie X, Encyclique E supremi apostolatus, 4-10-1903)

« La mission de l’Eglise est donc de répandre au loin parmi les hommes et d’étendre à tous les âges le salut opéré par Jésus-Christ, et tous les bienfaits qui en découlent... l’Eglise donc doit servir aux hommes de guide vers le Ciel.» (Léon XIII, Encyclique Satis Cognitum)


59) « La raison principale qui a fait donner ce nom de Vie Éternelle au bonheur souverain et parfait, c’est qu’on voulait écarter absolument l’idée que ce bonheur pût consister dans des choses corporelles, et caduques, qui ne peuvent être éternelles. Ce mot de béatitude n’exprimait pas assez par lui-même ce que nous attendons, d’autant qu’il s’est rencontré des hommes enflés d’une vaine sagesse, qui n’ont pas craint de placer le Souverain Bien dans les choses sensibles. Mais chacun sait qu’elles vieillissent et passent, tandis que le bonheur n’est limité par aucun temps.

Au contraire ces choses sensibles sont tellement opposées au bonheur, que plus on se laisse prendre par le goût et l’amour du monde, plus on s’éloigne de la félicité véritable... Mais un grand nombre d’hommes, qui étaient pleins de sagesse à leurs propres yeux, n’ont pas compris cette vérité, et ils ont cru qu’il fallait chercher le bonheur sur cette terre, en quoi ils ont été de pauvres insensés qui sont tombés ensuite dans les plus grands malheurs.» (Catéchisme du Concile de Trente, Chap. 13, par. 1)


60) « Entrez par la porte, car large est la porte et spacieuse est la voie qui conduit à la perdition, et nombreux sont ceux qui y passent ; car étroite est la porte, et resserrée la voie qui conduit à la vie, et il en est peu qui la trouvent.» (Math. VII, 13-14). « C’est moi qui suis la porte : si quelqu’un entre par Moi, il sera sauvé.» (Jn X, 90) « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. Personne ne va au Père, si ce n’est par Moi.» (Jn XIV, 16) « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin, dit le Seigneur Dieu : celui qui est, qui était et qui reviendra, le Tout-Puissant..» (Apoc. 1, 8)



Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3519
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981)

#38 Message par Abbé Zins » ven. 27 nov. 2020 21:12

Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :
DOCTRINE CONCILIAIRE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


61) "Le concile Vatican II a confirmé cette vérité pour notre temps : plus la mission de l’Eglise est centrée sur l’homme plus elle est, pour ainsi dire, anthropocentrique, plus aussi elle doit s’affirmer et se réaliser de manière théocentrique, c’est à dire s’orienter en Jésus-Christ vers le Père.

Tandis que les divers courants de pensée, anciens et contemporains, étaient et continuent à être enclins à séparer et même à opposer théocentrisme et anthropocentrisme, l’Eglise au contraire, à la suite du Christ cherche à assurer leur conjonction organique et profonde dans l’histoire de l’homme.

C’est là un des principes fondamentaux, et peut être l’enseignement le plus important du dernier Concile.

Si nous nous proposons donc comme tâche principale dans la phase actuelle de l’histoire de l’Eglise, de mettre en œuvre l’enseignement de ce grand Concile, nous devons nous référer à ce principe avec foi, ouverture d’esprit et de tout cœur... ouverture au Christ, qui, comme Rédempteur du monde, révèle pleinement l’homme à l’homme..." (J.P. 2, Dives in misericordia n° 1)


62) "Si le Christ s’est en quelque sorte uni Lui-même à tout homme", l’Eglise, en pénétrant dans l’intimité de ce mystère, dans son langage riche et universel, vit aussi plus profondément sa nature et sa mission.

Ce n’est pas en vain que l’Apôtre parle du Corps du Christ qu’est l’Eglise.

Si, ce corps mystique du Christ est le peuple de Dieu comme le dira par la suite le Concile Vatican II en se fondant sur toute la tradition biblique et patristique, cela signifie que tout homme est dans ce corps pénétré par le souffle de vie qui vient du Christ..." (J.P. 2, Red. Hom. n° 18)



Abbé Zins, FACE à FACE - Doctrine Catholique - "V 2" (1981) a écrit :

DOCTRINE CATHOLIQUE

CHAPITRE III

NEO HUMANISME ET RELIGION DE L'HOMME


61) « Si tout pouvoir a été donné au Christ Seigneur dans le ciel et sur la terre ; si les hommes rachetés par Son sang très précieux, deviennent à un nouveau titre les sujets de Son empire ; si enfin cette puissance embrasse la nature humaine en son entier, on doit évidemment conclure qu’aucune de nos facultés ne peut se soustraire à cette souveraineté.

Il faut donc qu’Il règne sur nos intelligences : nous devons croire, avec une complète soumission, d’une adhésion ferme et constante les vérités révélées et les enseignements du Christ. Il faut qu’Il règne sur nos volontés : nous devons observer les lois et les commandements de Dieu.

Il faut qu’Il règne sur nos cœurs : nous devons sacrifier nos affections naturelles et aimer Dieu par-dessus toutes choses et nous attacher à Lui seul.

Il faut qu’Il règne sur nos corps et sur nos membres : nous devons les faire servir d’instruments ou, pour emprunter le langage de l’Apôtre Saint Paul, « d’armes de justice offertes à Dieu » (Rom. VI, 13) pour entretenir la sainteté intérieure de nos âmes...

Ainsi nous récolterons avec joie, au cours d’une vie conforme aux lois du Royaume divin, une abondance de bons fruits ; reconnus par le Christ pour de bons serviteurs de son royaume terrestre, nous participerons avec Lui à la félicité et à la gloire sans fin de son Royaume céleste.» (Pie XI, Encyclique Quas primas, 11-12-1925)


62) « Personne ne peut nier ou mettre en doute que le Christ Jésus lui-même, afin d’appliquer à toutes les générations les fruits de son œuvre rédemptrice, a ici-bas, sur terre, édifié son unique Eglise (c’est-à-dire l’Eglise une, sainte, catholique, apostolique) et qu’il lui a conféré toute la puissance nécessaire pour garder dans son intégrité et sa pureté le dépôt de la foi, afin de transmettre cette même foi à tous les peuples, à toutes les races et à toutes les nations ; pour que tous les hommes devinssent par le baptême les membres de son corps mystique, et qu’en eux fut toujours conservée et rendue plus parfaite cette vie nouvelle de la grâce, sans laquelle personne ne peut jamais mériter et obtenir la vie éternelle ; enfin pour que cette Eglise, qui constitue son corps mystique, demeurant toujours stable et immobile dans sa propre nature jusqu’à la consommation des siècles, pour qu’elle vécut florissante et fut en état de fournir à tous ses enfants tous les moyens de faire leur salut.» (Pie IX, Encyclique Jam vos omnes, 13-9-1868)




Répondre

Revenir à « Doctrine et débats sur les principes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités