Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

Message
Auteur
chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#171 Message par chartreux » sam. 25 juil. 2020 10:10

SWS, Livre II, II, C1, §91 traduit par le chartreux a écrit :

XIII. 5. La distinction des personnes entre elles implique un rapport nécessaire de chacune aux deux autres, en sorte que le caractère distinctif de chacune ne peut être exprimé que par un nom qui marque ce rapport : la seconde et la troisième reçoivent la nature divine et la première la dispense.

XIII. 6. Bien que les personnes subsistent l'une à côté de l'autre comme possesseurs de la nature divine investis des mêmes droits et par conséquent distincts, elles ne sont pas l'une à côté de l'autre de manière à être séparées ni éloignées les unes des autres, comme seraient plusieurs personnes humaines. Si on peut les distinguer, on ne saurait les séparer, ni concevoir l'une sans l'autre ou hors de l'autre. Cela est exprimé par les termes techniques de circumincessio (= περιχώρησις, interpénétration), cohaerentia (=συνάφεια), et ἀλληλουχία (= possession mutuelle).

XIII. 7. Pour les mêmes raisons, il y a entre les personnes, non-seulement ressemblance ou égalité absolue dans la substance et dans tous les attributs, mais une société intime et étroite dans tout ce qui leur revient comme objet de possession, et même, à certains égards, dans ce qui constitue leur propre caractère ; car si les personnes qui produisent possèdent les autres comme leur produit, elles leur appartiennent aussi comme la racine de leur personnalité, parce qu'elles tendent essentiellement à les produire. Aussi quoiqu'une personne tienne son origine d'une autre, il n'existe entre les personnes divines ni mélange ni succession.

XIII. 8. De même que la nature, toutes les opérations sont communes aux trois personnes, parce qu'elles sont exercées par la nature en tant que principe quo, et qu'elles n'appartiennent à la personne que parce que la personne possède la nature en tant que principe quod, et ensuite parce que ces opérations ne sont pas, en Dieu, réellement distinctes de la nature. Par cela même que la nature est absolument simple et indivisible, les opérations propres à plusieurs personnes sont aussi absolument simples et indivisibles ; l'opération commune des personnes n'est pas un concours simultané de forces ou d'actes divers, c'est la possession en commun d'une seule activité et d'un même principe quo c'est-à-dire de la même nature.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#172 Message par chartreux » lun. 27 juil. 2020 9:40

SWS, Livre II, II, C2, §92 traduit par le chartreux a écrit :

CHAPITRE 2. Doctrine de l'Écriture Sainte sur la Trinité.

Section 92. Doctrine du nouveau Testament sur la Trinité.

L'ancien Testament insiste de préférence sur l'unité d'essence et il ne s'occupe de la trinité que lorsqu'il annonce l'incarnation future de la seconde personne. Le nouveau Testament, au contraire, suppose l'unité de Dieu comme allant de soi, et il fait de la trinité des personnes le centre et le phare de toute sa doctrine. La doctrine du nouveau Testament étant plus claire et plus précise, c'est par là que nous commençons, afin de pouvoir mieux comprendre et apprécier celle de l'ancien. Nous démontrerons à partir de l'Écriture la personnalité vraiment complète de chaque personne dans sa distinction d'avec les autres, distinction provenant de ce qu'une personne tire son origine d'une autre et la divinité de chacune des personnes, d'où découle l'unité d'essence entre les personnes.

I. Dans les Évangiles, les trois personnes divines apparaissent dans des passages se rapportant à quatre circonstances importantes de l'histoire de la révélation : 1) quand l'incarnation du Fils de Dieu est annoncée par un ange, Luc 1:35 ; 2) quand Jésus-Christ inaugure son ministère public, dans le récit de son baptême au Jourdain, Matth. 3:13 et suiv. ; 3) dans le dernier et solennel discours du Sauveur avant sa Passion, Jean 14:15-16 ; 4) après sa Passion, lorsque avant de monter au ciel, il confère aux Apôtres leur mission apostolique en leur ordonnant de baptiser, Matth. 28:19. De ces passages le troisième est celui qui marque le plus clairement la distinction des personnes ; le quatrième, la distinction et l'unité ; le dernier explique en même temps que la Trinité est le dogme fondamental de la foi chrétienne. Le second, au contraire, contient la manifestation la plus parfaite de la Trinité au dehors ; le Fils y apparaît revêtu de notre humanité et le Saint-Esprit se présente sous la forme d'une colombe ; le Père ne se révèle que par la parole sensible qu'Il fait entendre.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#173 Message par chartreux » mar. 28 juil. 2020 9:56

SWS, Livre II, II, C2, §92 traduit par le chartreux a écrit :

I. 1. Luc 1:35 : "L’ange lui répondit : L’Esprit-Saint (πνεῦμα ἄγιον) surviendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre ; c’est pourquoi le fruit saint qui naîtra de vous sera appelé le Fils de Dieu." Ici l'expression "Très-Haut" désigne Dieu en tant que Père, suivant ce qui est dit au verset 32 : "Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut".

I. 2. Le baptême de Jésus au Jourdain est rapporté presque dans les mêmes termes par tous les synoptiques, Matth. 3:13-17; Marc 1:9-11 ; Luc 3:21-22. Voici en quels termes saint Matthieu le décrit : "Or Jésus, ayant été baptisé, sortit aussitôt hors de l’eau. Et voici que les cieux Lui furent ouverts, et il vit l’Esprit de Dieu qui descendait comme une colombe, et qui vint sur Lui. 17 Et voici qu’une voix du Ciel disait : Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en qui Je Me suis complu."

I. 3. Le discours de la dernière Cène renferme sur notre sujet trois passages qui s'enchaînent les uns aux autres : Jean 14:16 "Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité," Jean 15:26 "Mais, lorsque le Paraclet que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, sera venu, il rendra témoignage de moi", Jean 16:13-15 : "Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera toute vérité. Car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera l’avenir. 14 Il me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. 15 Tout ce qu’a le Père est à moi. C’est pourquoi j’ai dit : Il recevra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera."
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#174 Message par chartreux » mer. 29 juil. 2020 9:26

SWS, Livre II, II, C2, §92 traduit par le chartreux a écrit :

I. 4. L'ordre d'administrer le baptême est ainsi conçu : "Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit" (Matth. 28:19). Cette formule du baptême nous montre que ce qu'elle contient est le premier objet de la prédication des apôtres, et conséquemment aussi de la foi pour ceux qui sont baptisés. C'est au nom des trois sujets nommés, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, que le baptême doit être administré ; c'est par leur autorité et leur pouvoir que se réalisent les effets du baptême, la rémission des péchés et la grâce sanctifiante ; c'est en vue de leur majesté, εἰς τὸ ὄνομα, in nomine, que le néophyte contracte des devoirs ou qu'il est consacré à leur culte. Il suit de là, 1) que ces trois dénominations : Père, Fils et Saint-Esprit doivent désigner trois personnes, parce qu'il n'y a que des personnes qui puissent posséder un tel pouvoir, exercer une telle autorité spirituelle, recevoir une telle consécration ; 2) que ces trois dénominations s'appliquent à trois personnes différentes, autrement ce serait un pléonasme vide de sens ; 3) que les trois personnes sont égales en dignité et en puissance, puissance et dignité divine, car elles sont mises toutes trois dans un égal rapport avec le néophyte, et les effets du baptême supposent une puissance et une autorité divine ; 4) enfin le singulier in nomine marque que cette puissance est indivisible dans les trois personnes, qui sont un seul et même principe divin, un seul Dieu. Cf. Franzelin, De Trin., thes. III.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#175 Message par chartreux » jeu. 30 juil. 2020 9:39

SWS, Livre II, II, C2, §92 traduit par le chartreux a écrit :

II. Dans les épitres des Apôtres, on trouve également quatre principaux passages où les trois personnes se présentent comme distinctes et en même temps, à cause de leur coordination en ce qui concerne leurs œuvres et les créatures, comme consubstantielles. Le texte le plus accentué et le plus expressif est le dernier (le fameux comma Joanneum). Il est vrai que son authenticité est niée par des critiques hétérodoxes, mais elle peut fort bien se soutenir au point de vue ecclésiastique. Sur ce point, cf. la dissertation exhaustive de Franzelin, loc. cit., thes. IV, et les Lettres sur 1 Jean 5:7 de Wiseman.

1 Cor. 12:3-6 a écrit : Personne ne peut dire : Seigneur Jésus, si ce n'est par l'Esprit-Saint. 4 Sans doute, il y a diversité de grâces ; mais il n'y a qu'un même Esprit. 5 Il y a diversité de ministères ; mais il n'y a qu'un même Seigneur[=Christ, le Fils de Dieu]. 6 Il y a aussi diversité d'opérations ; mais il n'y a qu'un même Dieu[=le Père], qui opère tout en tous.
2 Cor. 13:13 a écrit : Que la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu et la communication du Saint-Esprit soient avec vous tous.
1 Pierre 1:1-2 a écrit : Élus selon la prescience de Dieu le Père, pour recevoir la sanctification de l’Esprit, pour obéir à la foi et avoir part à l’aspersion du sang de Jésus-Christ.
1 Jean 5:5-9 a écrit : Quel est celui qui est vainqueur du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? 6 C’est lui qui est venu par l’eau et par le sang, Jésus-Christ ; non par l’eau seulement, mais par l’eau et par le sang. Et c’est l’Esprit qui rend témoignage que le Christ est la vérité. 7 Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel : le Père, le Verbe et le Saint-Esprit ; et ces trois sont un. 8 Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre : l’Esprit, l’eau, et le sang ; et ces trois sont un. 9 Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#176 Message par chartreux » ven. 31 juil. 2020 9:21

SWS, Livre II, II, C2, §92 traduit par le chartreux a écrit :
Le sens du contexte n'est pas sans difficultés. Pour les résoudre, il s'agit surtout de savoir si saint Jean avait en vue la doctrine des gnostiques sur le corps fantastique, ou la doctrine de Cérinthe, qui distinguait le Fils de Dieu et Jésus-Christ de l'homme Jésus et enseignait que pendant le baptême sur les bords du Jourdain, le Fils de Dieu était descendu sur l'homme Jésus, mais l'avait abandonné pendant sa Passion. Dans le premier cas, il s'agissait d'établir la véritable humanité de Jésus-Christ, et alors l'eau dont il s'agit est celle-là même qui a coulé du côté de Jésus sur la croix, et l'esprit dont il est parlé versets 6 et 8, c'est l'âme que Jésus a exhalée sur la croix. Cf. Jean 19:30, 34, 35.

Dans le second cas, qui nous paraît plus vraisemblable, il s'agissait d'établir l'unité, et l'unité durable, indissoluble, de Jésus avec le Fils de Dieu, et alors le verset 8 signifiait ceci : Ce Jésus qui est le Fils de Dieu, est intervenu comme tel et dans le baptême de l'eau du Jourdain, et dans le baptême de son sang pendant la Passion ; il s'est montré véritable, en envoyant, le jour de la Pentecôte, les dons de l'Esprit qu'il avait demandés et promis avant son Ascension. Mais comme cette dernière forme de l'apparition de Jésus était, ainsi que les deux premières, un témoignage rendu à sa qualité de Fils de Dieu et de Christ (dans le baptême, on entend la parole du Père, et dans la Passion Jésus confesse sa divinité), saint Jean invoque expressément ce triple témoignage concordant en faveur de l'unité durable du Christ. Pour renforcer et expliquer cette concordance, il ajoute que cette unité du triple témoignage rendu sur la terre concorde avec l'unité des trois témoins qui l'ont rendu dans le ciel et qui se partagent les trois parties de ce témoignage. Dans cette liaison, l'unité affirmée au verset 7 n'a pas besoin d'être formellement la même que celle du verset 8, c'est-à-dire l'unité dans l'accord du témoignage ; il faut même que ce soit une unité plus haute, parce qu'elle contient la véritable raison de l'autre. Mais dans l'un et l'autre cas, « ceux qui rendent témoignage » dans le verset 7 apparaissent comme des personnes qui témoignent, et au verset 8, comme des instruments, des véhicules qui transmettent le témoignage. Il faut donc que l'unité dont parlent ces derniers ne soit que l'unité du témoignage. Quant à l'unité des témoins personnels affirmée sans restriction, elle doit être conçue comme une unité d'essence ; de là l'accord absolu dans le témoignage qu'elles rendent ; ou plutôt ce n'est qu'un seul témoin, agissant avec une seule autorité, une seule science, une seule véracité.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#177 Message par chartreux » sam. 01 août 2020 9:42

SWS, Livre II, II, C2, §92 traduit par le chartreux a écrit :

On le verra mieux encore si l'on considère que les témoignages mentionnés auparavant sont appelés au verset 9 " témoignage de Dieu", du Dieu unique et véritable, et opposés au témoignage des hommes. Puis donc que les trois témoins qui sont au ciel sont un seul vrai Dieu, leur témoignage doit être un.

III. Pour mieux préciser encore et développer davantage ce que les passages cités nous ont fait connaître sur le dogme de la Trinité en général, il est nécessaire d'examiner ce que l'Écriture enseigne sur chaque personne en particulier. La personne et la divinité du Père n'ont pas besoin d'être expliquées en détail, soit parce qu'elles sont assez évidentes et tout-à-fait incontestées, soit parce que le propre caractère du Père, la paternité, ne peut être déterminé que par son corrélatif, la filiation. En ce qui concerne le Fils, sa personnalité distincte du Père et l'origine qu'il reçoit de lui sont déjà suffisamment indiquées par son nom même ; la preuve doit se borner surtout à ce qui concerne sa consubstantialité et son unité d'essence avec le Père. Pour le Saint-Esprit, au contraire, son nom, dans la langue ordinaire, ne désigne pas une personne distincte des personnes dont il est l'esprit, et il pourrait en soi exprimer l'essence, la venu ou l'activité spirituelle des autres personnes. Il faut donc montrer qu'il est vraiment une personne distincte des deux autres en vertu de l'origine qu'il tire de l'une et de l'autre.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#178 Message par chartreux » jeu. 06 août 2020 13:58

SWS, Livre II, II, C2, §93 traduit par le chartreux a écrit :
Section 93. Doctrine du nouveau Testament sur la personne du Fils de Dieu.

I. La doctrine du nouveau Testament sur le Fils de Dieu se concentre dans l'idée de la vraie et parfaite filiation divine. La vraie filiation implique l'égalité de substance avec le Père, et l'égalité de substance avec Dieu le Père implique l'unité absolue de l'essence.

Les principaux passages où il est traité ex professo du rapport du Fils au Père, se trouvent d'abord dans l'évangile de saint Jean, (ainsi que dans sa première Épître), surtout dans les trois discours du Fils de Dieu lui-même, notamment dans (1) celui qui suit la guérison du paralytique, le jour du Sabbat, 5:15 et suiv., où il justifie son autorité divine ; (2) dans la suite de la description du bon Pasteur, 10:14 et suiv., où il atteste sa divine puissance ; (3) dans sa prière de grand Pontife pendant la dernière scène, où il explique son office de médiateur, ch. 17.
Il y a aussi certains passages classiques en Héb. 1 et Col. 1:13-20.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#179 Message par chartreux » ven. 07 août 2020 10:16

SWS, Livre II, II, C2, §93 traduit par le chartreux a écrit :
II. La filiation du Fils de Dieu, à prendre ce mot dans son acception la plus rigoureuse et la plus complète, se présente comme un rapport fondé sur la communication de la même essence et de la même nature.

II. 1. On pourrait déjà établir la filiation divine uniquement par la manière dont le nom de Fils de Dieu est employé dans l'Écriture. S'il est aussi appliqué à d'autres êtres qui n'ont pas la même nature que le Père, dans le sens d'une filiation adoptive, d'un rapport de ressemblance, d'amour, etc., analogue au rapport de fils, cependant, dans ce cas même, (a) il n'est employé que comme nom appellatif ; il n'est donné à aucun être particulier comme nom propre distinctif et comme lui appartenant en propre, contrairement à ce qui a lieu pour la personne qui est appelée à la fois Verbe de Dieu, Jésus et Christ. (b) Cette personne, en sa qualité de Fils de Dieu (ὁ υἵὸς θεοῦ), de fils unique (μονογενής), est tellement distinguée des êtres les plus excellents de la création, des anges mêmes et notamment des êtres qui sont les plus privilégiés par la grâce, que la filiation adoptive des anges et des hommes est indiquée comme ayant son exemplaire et son fondement dans le Fils de Dieu. Ainsi, de ce que ce nom est diversement employé, il ne s'ensuit pas qu'il ne convienne au Christ que dans un sens affaibli ; il s'ensuit au contraire qu'il lui convient dans son acception la plus rigoureuse, dans un sens tout-à-fait unique et éminent.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1449
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#180 Message par chartreux » sam. 08 août 2020 9:47

SWS, Livre II, II, C2, §93 traduit par le chartreux a écrit :
Ainsi, par exemple, en Gal 4:7, Apoc. 21:7, Exod 4:22. Cf. Héb. 1:5 : "Car auquel des anges a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, je t'ai engendré aujourd'hui ? Et encore : Je serai son Père et il sera mon Fils ?" La différence entre la filiation divine proprement dite et la filiation improprement dite se trouve surtout au commencement de l'épître aux Hébreux et de l'évangile de saint Jean (Héb. 1:1,3,5,6, Jean 1.12). Le sens éminent que l'Écriture attache à l'expression de « Fils de Dieu » est si visible que les Juifs, qui ne croyaient pas à la dignité messianique du Christ, le traitaient simplement d'usurpateur pour y avoir prétendu, tandis qu'ils l'appelaient blasphémateur pour avoir revendiqué le titre de Fils de Dieu, qui faisait de lui l'égal de Dieu (Jean 5:18). Cette dernière prétention fut la cause d'une accusation spéciale devant les grands-prêtres et Pilate ; on l'accusa de blasphème, et le blasphème selon la loi, devait être puni de mort (Lévit. 24:16). En Matth. 26:63, ces deux accusations sont résumées en une seule ; mais en Luc 22:66-71, elles sont présentées séparément, comme en Jean 19:7.
(à suivre)

Répondre

Revenir à « Résumé de théologie dogmatique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 1 invité