Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

Message
Auteur
chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#11 Message par chartreux » ven. 12 févr. 2021 10:02

SWS, Livre III, I, C1, §111 traduit par le chartreux a écrit :
IV. L'idée de création suppose une puissance si élevée qu'elle ne peut appartenir qu'à Dieu, de sorte que nul être existant hors de lui, et en tant que son origine est fondée sur la création, ne peut être créé par aucune créature, mais par Dieu seul et directement par lui. C'est une vérité de foi définie par le 4ème concile de Latran : "Il y a un seul vrai Dieu ... créateur de toutes les choses visibles et invisibles". Il est également certain en théologie qu'aucune créature, agissant naturellement et par ses propres forces, ne peut créer un autre être ; car l'Église, par la bouche des Pères et des théologiens, a toujours fait de la puissance créatrice un attribut exclusif de la divinité, au même titre que l'éternité et l'ubiquité.

Les théologiens ne sont pas unanimes dans leur réponse à la question "La créature peut-elle être employée de Dieu comme instrument dans la création d'un autre être ?". Mais les meilleures autorités et les meilleurs arguments tiennent la réponse négative. Cf. Bannez, in Ia Pars, q.45 ; S. Thomas, De Pot., q. 3, a. 4.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#12 Message par chartreux » sam. 13 févr. 2021 8:46

SWS, Livre III, I, C1, §112 traduit par le chartreux a écrit :
Section 112. Caractère temporel de la création. Commencement du monde et du temps.

I. C'est une vérité de foi constamment admise et énoncée par l'Écriture sainte en une infinité d'endroits, que « tout ce qui est créé a commencé dans le temps, » qu'il est entré dans le temps alors qu'il n'existait pas encore, en un mot qu'il est « devenu dans le temps ». Il faut donc dire que le monde et le temps ont commencé au même instant, ou que « le monde a commencé avec l'origine du temps, » comme l'Église l'exprime habituellement : "Dieu (...) a créé de rien (...) dès le commencement du temps, l'une et l'autre créature" (Concile du Vatican, sess. iii, ch. 1).


L'idée de création ex nihilo implique donc un double sens : 1) que ce qui n'existait pas en soi et par soi a reçu l'existence, et 2) que ce qui n'existait pas précédemment est entré dans l'existence. L'Écriture sainte rappelle souvent l'origine temporelle du monde pour l'opposer à Dieu, — au Fils de Dieu, — qui existait avant le temps, par conséquent de toute éternité, et pour faire ressortir l'élection de la grâce divine. Cf. Ps. 89:2 ; Jean 17:5 ; Eph. 1:4. "Au commencement était le verbe" (Jean 1:1), autrement dit, le Verbe était avant que les choses commencent à exister (cf. Prov. 8:22). Dans le récit de la création, il est parlé expressément de l'origine du monde : car l'exégèse ne permet pas de traduire l'in principio de Gen. 1:1 autrement que par « dans le commencement. » Cette traduction est la seule qui convienne au contexte ; elle est du reste supposée en plusieurs autres endroits de l'Écriture, surtout Jean 1:1.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#13 Message par chartreux » lun. 15 févr. 2021 11:11

SWS, Livre III, I, C1, §112 traduit par le chartreux a écrit :
II. L'origine temporelle des êtres créés implique nécessairement que l'opération externe de l'acte créateur de Dieu, en donnant au monde son commencement, a elle-même commencé ; mais il ne s'ensuit point que l'acte créateur ait eu un commencement dans l'être propre qu'il a « en Dieu ». L'acte créateur, au contraire, considéré en Dieu, est nécessairement éternel et sans commencement, parce qu'il n'est autre chose que le conseil divin d'appeler le monde à l'existence. Cet acte doit être éternel parce qu'il appartient, comme résolution de la volonté, à la vie intime de Dieu ; mais comme en même temps  il relève de la liberté souveraine divine, Dieu est absolument libre de choisir un temps pour l'accomplir.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#14 Message par chartreux » mar. 16 févr. 2021 10:25

SWS, Livre III, I, C1, §112 traduit par le chartreux a écrit :
III. Pour justifier le dogme catholique sur l'origine temporelle du monde, il n'est pas nécessaire de démontrer l'impossibilité de l'opinion contraire. Il suffit de prouver que cette origine temporelle est possible et qu'une supposée éternité de l'existence ne saurait être démontrée. Mais ces deux propositions sont évidentes ; car si une chose n'existe pas nécessairement, elle n'est pas obligée non plus d'exister toujours ; et Dieu, qui peut fixer par sa volonté toutes les conditions dans lesquelles ses œuvres doivent se réaliser, peut aussi disposer de leur réalisation dans le temps.

IV. Notre raison peut-elle concevoir une création éternelle ? Comme le dogme catholique n'est pas concerné par la réponse à cette épineuse question purement philosophique, nous la laissons aux disputes de philosophes. Cette question est amplement traitée dans S. Thomas, Ia pars, q. 46, a. 1, Contra Gentes, livre II, c.31 et suiv. ; De Pot, q. 3, a. 17 ; Capreol, in Ia Pars., dist. i ; Cajetan in in Ia Pars. q. 46, a. 2 ; Estius, in IIa pars, dist. i, § 11. Tous ceux-là soutiennent la possibilité d'une création éternelle. La position contraire est tenue par Albert le Grand, Henri de Gand, et la plupart des théologiens modernes. Grégoire de Valence suit une voie mitoyenne en in Ia Pars., disp. III, q. 2.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#15 Message par chartreux » mer. 17 févr. 2021 9:26

SWS, Livre III, I, C1, §113 traduit par le chartreux a écrit :

Section 113. Dieu conservateur du monde.

I. Les êtres créés dépendent de l'influence divine même en ce qui regarde leur conservation. Ainsi, la conservation divine dont les êtres ont besoin n'est pas seulement négative et ne se borne point à ne les pas détruire ; elle est encore positive et implique un concours réel de la part de Dieu. Cette conservation positive n'est pas seulement indirecte, elle ne tend pas uniquement à écarter les influences extérieures funestes (comme une simple protection) ; elle est immédiate, elle conserve les êtres par une action durable exercée sur eux, en sorte que si elle disparaissait ces êtres cesseraient d'exister et rentreraient dans leur néant.

Elle s'étend donc aussi non-seulement aux choses corruptibles, pour les empêcher de dépérir, mais aux substances incorruptibles des esprits, et, dans les substances corruptibles, soit à la matière, soit à la forme substantielle, notamment à la forme vitale, soit à l'essence de la forme, soit aux conditions de son alliance avec la matière ; elle s'étend en un mot, comme la création même, à l'être premier, fondamental et intime de toutes choses. L'influence continue par laquelle la source de la lumière maintient la lumière dans les corps qu'elle éclaire et qui ne luisent pas d'eux-mêmes, a toujours été prise pour une image sensible de cette vérité ; de même que l'influence active et continue que l'âme exerce sur les actes de sa vie.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#16 Message par chartreux » jeu. 18 févr. 2021 9:20

SWS, Livre III, I, C1, §113 traduit par le chartreux a écrit :
Cette doctrine est positivement niée surtout par les déistes, qui prétendent que l'influence de Dieu sur l'être du monde a complètement cessé depuis la création. Le passage classique en ce qui concerne la nécessité de la conservation des êtres est 
Sag. 11:25-26 a écrit : 25 Vous aimez tout ce qui est, et vous ne haïssez rien de tout ce que vous avez fait ; car, si vous l’aviez haï, vous ne l’auriez pas établi ni créé (ce n’est pas inspiré par la haine que vous avez établi quelque chose, ou que vous l’avez fait). 26 Comment une chose pourrait-elle subsister, si vous ne le vouliez pas (l’aviez pas voulu) ? Ou comment ce que vous n’auriez pas appelé à la vie serait-il conservé ?
Cf. aussi le catéchisme romain, ou le catéchisme du concile de Trente, première partie, ch. 2, n. 21. Et relativement aux êtres vivants en particulier, Ps. 103:29 : "Mais si vous détournez votre visage, ils seront troublés ; vous leur retirerez le souffle, et ils tomberont en défaillance (périront) et retourneront dans leur poussière", Héb 1:2-3 : "(...) le Fils, (...) par lequel aussi il a fait les mondes (siècles)(...) et soutenant toutes choses par la parole de sa puissance", Jean 5:17 : "Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu’à présent, et moi aussi j’agis. Saint Paul a en vue le rapport passif (être conservé) lorsqu'il dit, "Car c'est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l'être" (Actes 17:28).

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#17 Message par chartreux » ven. 19 févr. 2021 6:24

SWS, Livre III, I, C1, §113 traduit par le chartreux a écrit :
II. La nécessité intrinsèque d'une conservation positive des choses du côté de Dieu consiste en ceci : c'est que l'être d'une créature ne peut avoir en elle son fondement, ni pour le premier instant de son existence, ni pour les moments suivants ; il est contingent dans l'un et l'autre cas et dépend également dans les deux de la libre volonté de Dieu. Ainsi, l'être des créatures en tant que « participé » est par rapport à Dieu, « l'être subsistant, » dans une dépendance de causalité aussi essentielle et continue que celle qui existe entre le rayon et la source de la lumière, entre les actes de l'âme et sa substance.

On peut donc dire : la conservation est une création continuée ; mais on ne peut pas dire : c'est une création constamment renouvelée ou répétée ; car l'égalité de l'influence causale de Dieu n'est pas une égalité d'actes répétés, quoique différents ; c'est le même acte qui se poursuit.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#18 Message par chartreux » sam. 20 févr. 2021 9:45

SWS, Livre III, I, C1, §113 traduit par le chartreux a écrit :
III. De la nécessité et de la nature de la conservation divine, il résulte que Dieu, absolument parlant, peut anéantir les êtres qu'il a créés, non-seulement par un acte de destruction positif, mais aussi par la suspension de son influence conservatrice (cf. Ps. 103:29 ci-dessus). La créature, au contraire, est aussi incapable de se détruire elle-même qu'elle est incapable d'en détruire une autre directement et dans toute sa substance : elle ne le peut ni par une suspension positive de son influence, car cette influence n'existe point, ou du moins n'est pas directement dirigée sur toute la substance ; ni par une opération positive qui supprimerait directement l'influence conservatrice de Dieu. Elle ne peut qu'anéantir les conditions auxquelles est attachée, dans les êtres de la nature, la persistance des formes ; ces conditions, en disparaissant, suppriment l'influence conservatrice de Dieu. Cf. S. Thomas, Ia pars, q. 104, a. 3, et De Pot., q. 5, a. 3.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#19 Message par chartreux » lun. 22 févr. 2021 11:00

SWS, Livre III, I, C1, §113 traduit par le chartreux a écrit :
Sans doute, au point de vue de la raison, on ne peut établir rigoureusement la nécessité morale d'une conservation éternelle que pour les créatures purement spirituelles. Cependant il existe de fortes présomptions qu'elle s'étende aussi à la matière des êtres de la nature, car l'intention de continuer l'existence doit se présumer d'avance dans tout ouvrage qui n'a besoin pour exister que de la volonté de son auteur, quand il n'y a pas de raison de restreindre cette volonté.
Sag. 1:13-14 a écrit : Car ce n’est pas Dieu qui a fait la mort, et il ne se réjouit pas de la perte (perdition) des vivants. 14 Mais il a créé toutes choses pour la vie (existassent), et toutes les créatures étaient saines à leur origine (nations du globe de terre guérissables), et il n’y avait pas de poison d’anéantissement (venin de mort) en elles, et le séjour des morts (les enfers) ne régnait pas sur la terre.

chartreux
Messages : 1623
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre III : La création et l'ordre surnaturel

#20 Message par chartreux » mar. 23 févr. 2021 12:29

SWS, Livre III, I, C1, §114 traduit par le chartreux a écrit :
Section 114. Dieu est le principe de toutes les opérations des créatures.

De même que la dépendance essentielle et absolue des êtres créés à l'égard de Dieu demande qu'ils dépendent de lui quant à la durée de leur existence, elle exige aussi qu'ils dépendent essentiellement de lui dans le déploiement de leurs forces ou dans l'exercice de leurs opérations, dans les mouvements qui partent d'eux vers le dedans ou le dehors, ainsi que dans leurs effets.

Répondre

Revenir à « Résumé de théologie dogmatique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité