Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

Message
Auteur
chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#61 Message par chartreux » mer. 18 mars 2020 10:39

SWS traduit par le chartreux a écrit :
Section 67. L'Immensité et l'Ubiquité de Dieu.

I. Le dogme de l'immensité et de l'incirconscriptibilité (ἀχώρητος) est fondé sur le fait que Dieu est entièrement indépendant de l'espace et de l'étendue. Il n'a pas d'étendue formelle, et n'est contenu dans aucun lieu particulier ; Il est exalté au-dessus de l'espace et de l'étendue ; son étendue actuelle ne peut être ni dépassée, égalée, ou mesurée ; aucun espace réel et possible ne peut le contenir. Ainsi, Dieu est partout en un sens éminent ; nous ne pouvons concevoir aucun endroit d'où il serait absent, et si un nouveau bout d'espace venait à exister, Dieu y serait aussi.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#62 Message par chartreux » jeu. 19 mars 2020 11:41

SWS traduit par le chartreux a écrit :
1. Dans l'Écriture-Sainte, cet attribut d'immensité apparaît surtout comme une opposition concrète entre l'ubiquité de Dieu et la présence circonscrite des créatures.
Deut. 3:49 a écrit : le Seigneur est l’unique Dieu, depuis le haut du ciel jusqu’au plus profond de la terre (sur terre en bas)
Ps. 138:7 a écrit : Où irai-je pour me dérober à votre esprit, et où m’enfuirai-je de devant votre face ? 8 Si je monte au ciel, vous y êtes ; si je descends dans l’enfer, vous y êtes présent. 9 Si je prends des (mes) ailes dès l’aurore, et que j’aille habiter aux extrémités de la mer, 10 c’est (là encore) votre main qui m’y conduira, et votre droite me saisira. 11 Et j’ai dit : Peut-être que les ténèbres me couvriront ; mais la nuit (même) devient ma (est une) lumière dans mes délices (plaisirs). 12 Car les ténèbres n’ont pas d’obscurité pour vous ; la nuit brille comme le jour, et ses ténèbres sont comme la lumière du jour.
Jér. 23:23-24 a écrit : Ne suis-je Dieu que de près, dit le Seigneur, et ne suis-je pas Dieu de loin ? 24 Si quelqu’un se cache dans des lieux secrets, ne le verrai-je pas ? dit le Seigneur. Est-ce que je ne remplis pas le ciel et la terre ? dit le Seigneur.
Job 11:7-9 a écrit : Prétends-tu sonder (Découvriras-tu) ce qui est caché en Dieu, et connaître parfaitement le Tout-Puissant ? 8 Il est plus élevé que le ciel, que feras-tu ? Il est plus profond que l’enfer, comment (donc) le connaîtras-tu ? 9 Sa mesure dépasse la longueur de la terre et la largeur de la mer.
Cf. aussi 1 Rois 8:29, Isa. 40:12, etc.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#63 Message par chartreux » ven. 20 mars 2020 11:40

SWS traduit par le chartreux a écrit :

2. Les Pères insistent très-fréquemment sur cet attribut. Ici nous sommes obligés de nous limiter à une mention rapide des passages les plus importants : S. Grégoire le Grand, Moral. in Job., 1:2, c. 8 sur les mots, "Satan sortit de devant le Seigneur." S. Hilaire, De Trinitate, 1,I, près du début. Abelard a mis en vers le texte de S. Grégoire. Nous reproduisons son poème ici, comme abrégé de toute la doctrine des Pères.

Rythm. de Trin., v.3 a écrit : Super cuncta, subtus cuncta, extra cuncta, intra cuncta:
Intra cuncta nec inclusus, extra cuncta nec exclusus,
Subter cuncta nec subtractus, super cuncta nec elatus;
Super totus possidendo, subter totus sustinendo,
Extra totus complectendo, intra totus es implendo;
Intra nusquam coarctaris, extra numquam dilataris,
Subtus nullo fatigaris, super nullo sustentaris.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#64 Message par chartreux » sam. 21 mars 2020 9:39

SWS traduit par le chartreux a écrit :
3. L'exaltation divine que nous venons d'expliquer, et l'indépendance de l'espace et de l'entendue, résultent de la spiritualité de la substance divine. L'immensité, au sens le plus fort, est une condition nécessaire de l'immutabilité absolue de Dieu. Car ou bien Dieu est essentiellement exclu de tout espace, ou bien Il est dans un espace particulier et défini, ou encore Il remplit et excède tout espace. La première possibilité est absurde. En ce qui concerne la seconde, si Dieu était à un endroit donné et pas à un autre, Il devrait se déplacer pour aller d'un endroit à un autre, ce qui contredirait l'auto-suffisance et l'immobilité de Dieu. De plus, l'immensité divine découle de la toute-puissance. Car même si l'on voulait concevoir une action à distance de la part de Dieu, cela serait encore impossible en Dieu où l'acte et la substance sont identiques. Comme Dieu a le pouvoir de produire toutes les créatures possibles, on ne peut concevoir d'endroit créé où Dieu n'est pas déjà présent avec sa substance et son essence. L'immensité de son extension actuelle découle de la plénitude infinie de l'Être divin, qui implique le pouvoir d'être présent à toutes choses.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#65 Message par chartreux » lun. 23 mars 2020 12:07

SWS traduit par le chartreux a écrit : II. Les attributs d'immensité et d'ubiquité n'appartiennent qu'à Dieu seul ; ils ne peuvent pas être communiqués à des créatures, pas plus que la substance divine elle-même. On peut cependant concevoir une créature pourvue d'une ubiquité relative au sens ou elle occuperait tout l'espace actuellement existant. De plus, un esprit créé, et même un corps matériel, peut recevoir surnaturellement le don de réplication - c'est-à-dire la capacité d'être en plusieurs endroits au même instant. En ce qui concerne la réplication du Corps du Christ dans l'eucharistie, nous en dirons plus dans les traités sur l'Incarnation et la sainte Eucharistie.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#66 Message par chartreux » mar. 24 mars 2020 11:44

SWS traduit par le chartreux a écrit :
Section 68. L'Éternité de Dieu

I. Dieu est éternel au sens où (1) sa durée propre est au-dessus et indépendante du temps, puisqu'Il n'a ni début ni fin et n'est limité en aucune façon par le temps, avec qui Il coexiste et qu'Il dépasse ; (2) la durée divine est absolument sans aucun changement ni succession, et n'est aucunement affectée par le flux du temps ; (3) la durée divine est absolument et essentiellement indivisible : elle ne connaît ni passé ni futur, mais seulement un présent toujours actuel. Cette simplicité et cette plénitude de la durée divine en font un équivalent surabondant de la totalité du temps, réel ou possible. Tout cela est admirablement résumé par la célèbre définition de Boèce (De Consol. Phil., l. v., prop. 6) : "Aeternitas est interminabilis vitae tota simul et perfecta possessio" : L'éternité, c'est la possession parfaite et immédiate de la vie sans début ni fin. Autrement dit, l'activité de Dieu est absolument immuable, mais pourtant sa vie est indestructible ; toute limitation en est exclue. Ce caractère illimité est plutôt une conséquence de l'éternité que de l'essence de Dieu ; et cette vie est dite être possedée "immédiatement" pour bien exprimer qu'il n'y a aucune succession, mais que Dieu dans son "maintenant" toujours présent jouit tout de suite de tout ce qu'Il pourrait jamais posséder.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#67 Message par chartreux » mer. 25 mars 2020 11:24

SWS traduit par le chartreux a écrit :

I. 1. Comme on pourrait s'y attendre, l'Écriture-Sainte traite souvent de l'éternité de Dieu. Le nom "Celui qui est" implique déjà la nécéssité d'une existence infinie et toujours présente.
Isa. 41:4 a écrit : Moi, le Seigneur, moi qui suis le premier et le dernier.
Apoc. 1:4 a écrit : Que la grâce et la paix vous soient données par celui qui est, et qui était, et qui viendra
Ps. 89:2 (cf. Eccles. 43:21) a écrit : Avant que les montagnes eussent été faites, ou que la terre et le monde (l’univers) eussent été formés, vous êtes Dieu de toute éternité, et dans tous les siècles
Jean 8:59 a écrit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis.
Ps. 101:26-28 a écrit : Dès le (Au) commencement, Seigneur, vous avez fondé la terre, et les cieux sont l’œuvre de vos mains. 27 Ils périront, mais vous, vous demeurez (toujours), et ils vieilliront tous comme un vêtement. Vous les changerez comme un manteau (un habit dont on se couvre), et ils seront changés ; 28 mais vous, vous êtes toujours le même, et vos années ne passeront point.
Ps. 89:4 a écrit : Car mille ans sont à vos yeux comme le jour d’hier qui n’est plus, et comme une veille de la nuit
2 Pierre 3:8 a écrit : Devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans comme un jour.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#68 Message par chartreux » jeu. 26 mars 2020 17:34

SWS traduit par le chartreux a écrit :

I. 2. Parmi les Pères, S. Augustin mérite particulièrement d'être consulté.
De Vera Relig., c. XLIX a écrit : Car la vie éternelle surpasse par sa nature même la vie temporelle, et je ne puis savoir ce que c'est que l'éternité, autrement que par un acte de mon intelligence. Le regard de mon esprit en sépare tout ce qui est muable et je ne puis distinguer en elle aucun temps, parce que le temps suppose des successions de mouvements. Mais dans l'éternité rien ne passe, rien n'est à venir; ce qui finit cesse d'être, et ce qui doit commencer n'est pas encore : l'éternité est toujours. Elle n'a pas été, comme si elle n'était plus; elle ne sera pas, comme si elle n'était pas encore (Aeternitas tantummodo est, nec fuit, quasi jam non sit, nec erit, quasi adhuc non sit). Aussi a-t-elle pu, seule, dire à l'esprit de l'homme : « Je suis celui qui suis » ; et l'on a pu dire d'elle avec la même vérité « Celui qui est, m'a envoyé » (Exod. 3: 4).
Cf. aussi In Ps. cxxi, n. 6 ; et Tract. in Joannem, xcix.
(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#69 Message par chartreux » ven. 27 mars 2020 11:59

SWS traduit par le chartreux a écrit :
II. Dieu, en vertu de son éternité, entre d'une certaine façon en relation avec le temps et des événements dans le temps. Sa durée n'a ni début, ni succession ni fin, mais coexiste, précède et dépasse toute la temporalité. L'éternité divine, qui a la simplicité de l'essence divine et une extension seulement virtuelle, coexiste dans sa totalité avec chacun des instants du temps, de la même façon que le centre d'un cercle coexiste avec tous les points de la circonférence. C'est pour cela que les choses temporelles ne sont pas successives aux yeux de Dieu ; autrement dit, vues de l'éternité elles ne passent pas, elles n'apparaissent ni ne disparaissent, elles n'ont ni passé ni futur, mais sont éternellement présentes. De la même façon que les points d'une circonférence en mouvement changent de position par rapport à d'autres points mais restent toujours à la même distance du centre. Ce qui ne veut pas dire que les événements et les choses existent éternellement. Leur présence éternelle dans la vision de Dieu est due, non pas à une durée coextensive à l'éternité chez les créatures, mais au fait que l'Éternité divine comprend et absorbe toute durée créée, de la même façon que l'étendue virtuelle de la divine substance comprend et absorbe tout espace créé. Dieu voit et connaît actuellement, a éternellement devant Lui et en sa présence toutes choses et tous temps, si bien que la connaissance divine ne peut être appelée mémoire ou prescience.

(à suivre)

chartreux
Messages : 1269
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Résumé de théologie dogmatique, Livre II : Dieu

#70 Message par chartreux » sam. 28 mars 2020 13:27

SWS traduit par le chartreux a écrit :
III. L'éternité au sens strict appartient à Dieu seul, et résulte de son mode indépendant et nécessaire d'existence. Cela se démontre à la fois par la raison et l'Écriture. Mais il n'est pas certain que la durée sans début ni fin soit incommunicable aux créatures. Des théologiens de poids admettent la possibilité d'un être créé de toute éternité ; il est pourtant de foi qu'un tel être n'existe pas. La durée sans fin est évidemment communicable aux créatures, et sera le lot de tous les êtres rationnels crées à l'image et à la ressemblance de Dieu. Et même, surnaturellement, Dieu peut les élever à une participation à la simplicité de sa vie éternelle, dans la mesure où Il leur concède une vie qui a pour objet sa propre substance éternelle, et qui participe donc à l'immobilité et l'uniformité de la Vie divine. Cf. S. Thomas, Contra Gentes, Livre III, c.61.

(à suivre)

Répondre

Revenir à « Résumé de théologie dogmatique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité