ACTES DE PLUSIEURS MARTYRS. A LYON.

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 543
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: ACTES DE PLUSIEURS MARTYRS. A LYON.

#21 Message par gabrielle » mar. 05 avr. 2016 13:55

Tout paraissait fini pour cet athlète courageux, qui croyait déjà tenir sa récompense, tandis qu'un des juges travaillait à la lui ravir. Touché de sa douceur et frappé de sa dignité, il se repentait d'avoir servi d'instrument à sa condamnation. Il avait donc résolu, par une pitié trop humaine, de lui sauver la vie aux dépens de son honneur et de sa gloire. Il descend à la cave de mort pour faire vivre au crime le saint confesseur. Il l'aborde avec intérêt, il essaye de lui persuader de se délivrer de cet état par quelque lâcheté, et l'exhorte à retirer sa réponse, en disant « qu'il avait répondu dans un moment de trouble et d'agitation ». Il le fait paraître en conséquence devant ses collègues pour être interrogé de nouveau. « La tête varie sans doute quelquefois, lui dit un des juges, pour lui fournir occasion de devenir apostat, en retirant sa confession de foi. — Non, répond le courageux vieillard, possédant son âme en paix ; non, ce que j'ai dit hier, je le confirme aujourd'hui ; » il ne lui en fallut pas davantage pour confondre les juges et remporter malgré eux la gloire d'une double confession de foi. Celui des juges qui s'était le plus intéressé à sa délivrance, voyant venir à lui la personne qui avait réclamé sa protection, éplorée et versant des larmes, lui dit avec assurance : Ne pleurez pas sur lui, c'est un saint. » Quel hommage rendu à la vérité ! Inimici nostri sunt indices .

Ce n'est pas le seul combat que ce vicaire général ait éprouvé. Il est très certain que, s'entretenant un jour avec l'un de ses meilleurs amis, il lui dit : « Il ne peut pas entrer dans mon idée de pouvoir faire le sacrifice d'une mère âgée de 69 ans, si Dieu m'appelait au martyre. » Mais dès le premier instant de son arrestation, aucun sacrifice ne parut lui coûter. Il était si occupé du bonheur éternel qui l'attendait que, voyant sa soeur affligée, il ne sut lui dire autre chose que ces belles paroles : « Sois tranquille, je ne trahirai pas ma foi. » Il conserva jusque sur l'échafaud la même sérénité, travaillant avec le plus grand zèle à se rendre utile aux compagnons de son supplice, dans le mois de février 1794.


à venir Bourbon, ancien curé.

Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 543
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: ACTES DE PLUSIEURS MARTYRS. A LYON.

#22 Message par gabrielle » mer. 06 avr. 2016 14:44

Bourbon, ancien curé.

M. Bourbon, ancien curé de Saint-Laurent d'Agny, y vivait depuis plusieurs années avec sa famille. Il eut la faiblesse de prêter le serment de la liberté, qu'il rétracta entre les mains des prêtres préposés au gouvernement du diocèse. La frayeur lui fit donner ses lettres de prêtrise, mais il rétracta promptement cet acte d'apostasie, en les redemandant à sa municipalité qui les lui renvoya, ainsi qu'à M. Sabry, mort dans la prison des recluses, où ils avaient été traduits l'un et l'autre.

Quelques jours après leur détention, M. Bourbon fut cité devant les juges. « Que faisais-tu ? — Je m'occupais à tailler des arbres. — Mais qu'étais-tu avant cela ? — J'étais curé. — As-tu prêté le serment ? — J'ai eu la faiblesse de prêter celui de la liberté et de l'égalité dont je me suis toujours repenti, lequel j'ai rétracté et que je rétracte encore en ce moment. — (Lui faisant voir la croix) Connais-tu cela ? — Non, ce n'est pas à moi. — Mais connais-tu cette effigie ? — Oui, j'ai ce bonheur ; c'est Jésus-Christ mort pour tous les hommes, et pour lequel je désire verser jusqu'à la dernière goutte de mon sang. » D'après ces réponses, il fut condamné à mort. Il écrivit à sa famille en ces termes : « L'éternité me tend les bras ; j'aurai le bonheur d'aller à la procession des martyrs. »

Sa domestique, qui le vit plusieurs fois après sa condamnation, a dit qu'il ne soupirait qu'après le bonheur du martyre, qu'il ne lui parlait d'aucune autre chose, qu'étant auprès de lui elle était toute consolée et désirait de mourir comme lui. Il consomma son sacrifice vers le 12 ou le 15 mars 1794.


à suivre Duval, intrus.

Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 543
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: ACTES DE PLUSIEURS MARTYRS. A LYON.

#23 Message par gabrielle » jeu. 07 avr. 2016 13:43

Duval, intrus.

M. Duval, intrus d'Amplepuis, s'était montré zélé partisan de la Révolution et de l'Église constitutionnelle. On le traduisit dans les prisons de Ville-Franche, où il fut convaincu de ses erreurs et converti par MM … Curés…. Il pria l'un d'eux de le confesser, lui promettant de faire tout ce qu'il exigerait, et il rédigea aussitôt sa rétractation, qui ne fut pas envoyée sur-le-champ aux autorités constituées, par des raisons très graves.

Interrogé par un membre du comité révolutionnaire de Ville-Franche, M. Duval parla avec fermeté et défendit énergiquement sa foi. « Oui, dit-il, j'ai trahi la cause de Dieu et de l'Église en prêtant le serment. Je l'ai rétracté, j'en rends grâces au Seigneur qui punira ton impiété par des supplices éternels. » Ce membre ne répliqua rien. « Comment as-tu le front, ajouta M. Duval, de me demander mes lettres de prêtrise ? » On lui fit signer toutes ses réponses.

Pendant son séjour à Ville-Franche, il fut un modèle d'édification dans les prisons ; et il versa des larmes abondantes sur son intrusion. On le transféra à Lyon, où il écrivit aux prêtres qui gouvernaient le diocèse une lettre dictée par le véritable repentir. Il fut traduit à l'hôtel commun. On ne connaît point encore tout son interrogatoire, mais il est très sûr qu'il répondit avec force : « J'ai été l'intrus d'Amplepuis ; j'ai rétracté mes serments qui sont des crimes énormes. Je le répète devant vous, en vous enjoignant de faire connaître mes sentiments à l'univers entier et vous rendant responsables de tout, si l'acte de condamnation que vous allez porter contre moi n'en fait pas mention. » Ils le firent sortir quoiqu'il voulût parler. Il fit beaucoup de bien à la maison commune par sa constance ; il ranima ses compagnons et les exhorta vivement à se préparer pour paraître devant Dieu, qui ne dédaignait pas de se servir de lui afin de les fortifier. Il eut le bonheur de laver ses crimes dans son sang, le 28 janvier 1794. On assure que plusieurs personnes ont éprouvé sa puissante intercession auprès de Dieu, ainsi que le respectable prêtre qui nous fait parvenir cette relation.


Fin

Répondre

Revenir à « Martyrs et martyres »