Saint Joseph intime

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#21 Message par Laetitia » ven. 22 avr. 2016 20:22

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]Enfin, si je veux me faire une idée juste de la beauté et de l'amabilité, même physiques, de saint Joseph, je dois songer au Modèle adorable sur lequel Dieu l'a conçu, ainsi que Marie. L'Enfant Jésus devra, par sa naissance, à Marie, de lui ressembler même physiquement. Mais dans le plan de Dieu, Marie fut formée à l'avance sur le type ravissant de Jésus. Elle sera, Dieu le veut, le reflet le plus suave, le plus complet, et le plus saintement splendide, de la beauté de son corps comme de la beauté de son âme, de l'amour de son coeur.

Eh bien, j'aime à le croire, avec des théolo­giens graves comme Gerson (Cf. Gerson : Josephina, vv. 159 et s.), la Providence très spéciale, dont Dieu entoure l'ordre hypo­statique, a préparé aussi Joseph à la ressem­blance de Jésus. Après Marie, pas de reflet plus beau du divin Enfant que Joseph.
L'exemplaire adorablement parfait, de toute vraie beauté, Jésus, peut rayonner dans le monde entier; mais d'abord il rayonne, à l'avance, avec une puissance à part dans sa divine Mère (1); et dans celui qu'il appellera son père, à ce point que tout naturellement les Juifs diront de Jésus, ― puisqu'ainsi il lui ressemblait : ― « C'est le Fils du charpentier. »



(1) - Que saint Joseph ressemblât à Marie, en ressemblant à Jésus, il y avait là des convenances bien facilement réalisables pour la Providence; car Marie et Joseph étaient de la même famille.[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#22 Message par Laetitia » sam. 23 avr. 2016 9:28

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]II - DONS DE L'ÂME.


Parler des passions de saint Joseph surtout au sens élevé que ce mot prend pour lui, c'est déjà parler de son âme; les passions, en effet, mouvements sensibles d'amour, de haine, de désir,... sont une résultante et comme un rayonnement de l'âme et du corps ensemble. Par elles, comme par les sens, le corps pénètre dans l'âme, et l'âme pénètre dans le corps : pour désirer, repousser, jouir, souffrir..., ensemble.

Mais nous devons étudier ici les dons de l'âme dans ce qu'elle a de purement spirituel.

La Providence est admirable dans son atten­tion sur chaque créature. Par l'homme, par le so­leil... elle sème, mûrit chaque fleur. Elle a créé avec tant d'amour chaque ange ! Elle crée avec tant d'amour chaque âme humaine : et par exemple la mienne, si peu reconnaissante et si peu fidèle ! Que dirai-je de son amour dans la création de l'âme qui doit être la plus unie à celles de Jésus et de Marie !

Car la Sainte Famille est surtout une famille d'âmes. Et les trois âmes qui la composent doi­vent se ressembler à merveille. Aussi j'admire l'âme de saint Joseph, jaillissant des mains de Dieu, comme la plus belle, la plus noble natu­rellement. Je l'admire aussi comme la plus pro­fonde et qui doit être initiée à des abîmes de joie et de souffrances. C'est le chef-d'oeuvre de la sagesse et de l'amour divins, après l'âme de Jésus et l'âme de Marie, et en vue d'elles et pour elles.

Pourtant je ne puis à ce premier moment la vé­nérer encore : car elle est à l'origine privée de la grâce et de l'habitation de la Sainte Trinité en elle. Parmi les pures créatures, l'âme de Marie seule échappe à cette loi de la souillure origi­nelle. Mais le moyen de croire que Dieu ait pu tarder longtemps de sanctifier, et d'habiter une âme sur laquelle il a des vues si sublimes ? Pour annoncer les châtiments divins, Jérémie est sanc­tifié dès le sein de sa mère. Saint Jean-Baptiste, qui doit montrer du doigt l'Agneau de Dieu, est honoré du même privilège. Que penserons-nous de saint Joseph, en qui Dieu voit tout de suite l'Époux virginal de Marie, celui que le Verbe incarné nommera son père !

J'adore la Sainte Trinité se plaisant à sancti­fier de bonne heure (1) cette âme choisie entre toutes, à en faire le sanctuaire le plus saint qu'il y ait sur la terre, ― puisque l'âme de Marie n'y est pas encore.

Je l'adore, y éteignant ce qu'on appelle le « foyer de la concupiscence », de sorte que, dans cette âme si bien douée naturellement, par respect pour la plus pure des vierges et pour son Fils infiniment saint, Dieu, je le crois, ne lais­sera jamais s'élever le moindre de ses mouve­ments dont les plus grands saints, d'ordinaire, ne sont pas exempts. Une modestie, plus qu'an­gélique secondera, d'ailleurs, cette action très spéciale de la Providence, et Dieu verra en saint Joseph enfant et jeune homme une admi­rable similitude de la modestie de Marie.

Comment la Très Sainte Trinité purifie-t-elle ainsi saint Joseph du péché et éteint-elle en lui le foyer de la concupiscence ? C'est par sa venue très profonde et très riche en son âme. En ve­nant de bonne heure en elle, elle y répand les plus merveilleuses richesses puisées dans le tré­sor des vertus divines et des dons de l'Esprit-Saint. En se répandant avec d'incomparables complaisances dans cette âme, comme la lumière se répand dans l'air, elle en chasse les ténèbres, elle en fait le ciel le plus lumineux et le plus harmonieux... Toutes les beautés, j'allais dire toutes les étoiles de la vie divine, commencent à briller aux yeux des anges dans ce ciel qui attend le mystère de l'Incarnation.


(1) - A quelque moment qu'ait eu lieu cette sanctification de l'âme de saint Joseph, ― nous aurons à revenir sur ce point, ― il y a toujours entre elle et l'âme de Marie cette différence essentielle que l'âme de Marie a été créée en état de grâce, tandis que celle de Joseph a été d'abord privée de la grâce.[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#23 Message par Laetitia » lun. 25 avr. 2016 14:01

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]III - DONS DE LA PERSONNE


La Sainte Famille ne sera pas seulement une harmonie parfaite entre Jésus, Marie, Joseph, quant à leurs corps qui se ressemblent si bien par leur beauté supérieure, par leur pureté et leur modestie angéliques; elle n'est pas seule­ment une harmonie de trois âmes les plus sain­tes; elle sera une harmonie et une union des trois Personnes les plus nobles qui doivent jamais exister en ce monde. On ne peut imagi­ner la troisième de ces personnes, saint Joseph, sinon comme parfaitement proportionnée dès sa plus tendre enfance, et toujours mieux pro­portionnée, à la Personne infiniment noble, ma­jestueuse, sainte, de l'Enfant Jésus, à la per­sonne incomparablement digne de Marie.

Au jour de votre circoncision, ô futur Chef de la Sainte Famille, la Providence vous donne un nom admirablement significatif, qui veut dire tous les plus saints et les plus riches accroisse­ments. Accroissements d'une beauté naturelle aussi modeste que vraie, accroissements les plus rapides de la grâce. Accroissements, plus tard, d'une fécondité sans exemple : ― la virginité dans le mariage diminue cet état selon les ap­préciations du monde, et voici qu'elle vous don­nera pour fils un Dieu formé dans le sein de votre Epouse par la seule opération, la plus mi­raculeuse, de l'Esprit-Saint ! ― Accroissements d'une gloire sans pareille, après celle de Marie, dans l'Eglise de la terre, jusqu'à la fin des siè­cles, d'une gloire plus grande que celle de tous les saints dans l'Eglise du ciel.

Combien je dé­sire que votre nom s'accroisse dans le monde par un culte toujours plus filial, qu'il règne dans bien des âmes, au loin et au large dans l'Église, pour faire régner Jésus et Marie, qu'il s'accroisse et qu'il règne en moi, qu'il gagne en moi toujours plus de vénération, de confiance, de tendresse, de désir de vous être semblable, ô grand Saint, digne d'être tant loué, et digne d'être plus encore aimé (Cf. Summula J., nn. 721...) !
[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#24 Message par Laetitia » lun. 25 avr. 2016 21:30

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]La Providence vous a ménagé, dans votre obscurité, la noblesse la plus vraie et la plus digne de votre Épouse et de Jésus : noblesse patriarcale, noblesse royale, noblesse des Juges, de tous les chefs du peuple de Dieu. L'Évangile nous dit de la manière la plus claire vos origi­nes qui remontent à David, à Abraham... Ainsi, êtes-vous, ô Joseph, couronné, dès votre en­fance, des rayons les plus glorieux de la no­blesse : noblesse de la race la plus ancienne et la plus relevée; et plus encore noblesse de l'âme : ― vous avez l'âme plus grande qu'Abra­ham, plus généreuse que Moïse, plus magnanime que David; ― noblesse d'une pureté si exquise, d'une virginité pour Dieu si religieuse et si résolue que la terre n'avait encore rien vu de pareil...; noblesse de la force la plus douce et la plus invincible, noblesse de toutes les vertus.

Et quant à cette noblesse, que j'admire en vous dès l'enfance, viendra s'unir la noblesse de Marie et la noblesse de Jésus, vous serez l'homme le plus vraiment noble qui ait jamais paru dans le monde. Je comprends que l'on respecte toute vraie noblesse, mais comme je vénère et comme j'admire, ô saint Joseph, votre noblesse assortie à la noblesse du Roi des rois, à la noblesse de la Reine du ciel et de la terre (Cf. Bernardin. Sen. : Summa Joseph., nn. 1-12 ― Joan. a Carth. : ibid., nn. 394 et s., et nn. 782 et s. ― S. Bernard. : ibid., n. 1859.) !

Et de là une dignité sans rivale après celle de Jésus et de Marie. Il me semble que si les yeux de beaucoup de Bethléémites et de Naza­réens n'avaient pas été si aveugles ou obscurcis par les préjugés, ils auraient entrevu une ineffable dignité, dans la parole, les démarches, l'attitude, le travail de ce pauvre ouvrier. Il devait y avoir là quelque chose de royal. Une beauté d'âme incomparable, une autorité empruntée à l'autorité de Dieu le Père sur son Fils, devaient transparaître dans ses traits, sa pose si modeste, son recueillement.

Quand les théologiens veulent faire ressortir avec plus de force la place à part de saint Joseph, les grâces suréminentes que Dieu lui a faites, et sa dignité suréminente aussi, ils disent, avec Suarez, qu'il « appartient à l'ordre hypo­statique ».
Comme l'Église, guidée par la Providence, sait, dans sa liturgie, parler un langage bien plus populaire que le nôtre ! Elle nous ensei­gne, et surtout par le fait, dans le langage le plus accessible, le plus touchant et le plus pro­fond : qu'il « appartient à la Sainte Famille », qu'il est « le Chef de la Sainte Famille ».

Et tel est le principe, très lumineux et très fécond, qu'il ne faut pas oublier un instant, si l'on veut voir apparaître, selon toute sa gran­deur, saint Joseph dans le passé qui converge vers la Sainte Famille; si l'on veut apprécier dans le présent de sa vie mortelle ses dons si exquis : de nature, de corps, d'âme, de per­sonne; si l'on veut l'entrevoir dans l'avenir cou­ronné par l'Église, la Création, ― qui regardent à jamais la Sainte Famille, avec la Divinité, comme leur glorieux et bien-aimé centre, ― d'une gloire digne de la gloire de Jésus et de Marie; chéri, avec eux, par l'Église, par la Création de cet amour à part qu'elles ont pour la Sainte Famille et qu'elles n'auront jamais pour les saints et pour les anges.
[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#25 Message par Laetitia » mar. 26 avr. 2016 14:07

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]QUATRIEME ÉLÉVATION

Les divines Préparations de saint Joseph (sa coopération).



Quand Dieu créa le firmament matériel, le firmament ne lui opposa pas de résistance : dans une docilité absolue, il surgit du néant avec ses étoiles, avec son atmosphère.., à son appel; mais il ne pouvait, non plus, coopérer à son action.
Au contraire, ce firmament sublime qu'est l'âme, si grande et si belle, de saint Joseph, réagit merveilleusement sous les dons surnatu­rels.
Ces dons surnaturels ne se firent guère atten­dre. Dieu, disions-nous, ne put tarder longtemps à descendre, avec sa grâce, dans cette âme qui sera si étroitement unie à l'âme de Marie et à l'âme de Jésus, et qui doit former avec elles une famille d'âmes à part.
Et saint Joseph non plus ne tardera pas de répondre à son Dieu... Nous croyons que, après Marie, il sera l'ouvrier par excellence de la pre­mière heure. Il se donne à Dieu d'une union et d'un don qui préludent à l'union et au don de Nazareth.

Dans aucune Vie, sinon dans celle de Marie, qui viendra bientôt ravir les anges, n'a été, ni ne sera jamais si parfaite la coopération et l'union à Dieu.
Essayons d'entrevoir comment saint Joseph a coopéré aux dons divins en menant la vie la plus entièrement morte au péché, la mieux « cachée en Dieu », et pourquoi ne dirions-nous pas « cachée avec Jésus », même avant l'avène­ment de Jésus ? comment il a réalisé ce pro­gramme de la vie chrétienne que tracera bientôt saint Paul : « Vous êtes morts, et votre vie est cachée en Dieu avec Jésus-Christ. Quand Jésus-Christ, qui est votre vie, apparaîtra, alors vous apparaîtrez en gloire avec lui (Coloss. III, 3, 4. ― Cf. Bossuet : Sur la vie cachée en Dieu, t. VII, pp. 394 et s.) .»
[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#26 Message par Laetitia » mar. 26 avr. 2016 21:36

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]I - SAINT JOSEPH MORT AU PÉCHÉ.


Le peuple juif avait admiré dans la vie des grands amis de Dieu qu'étaient les saints pro­phètes, et, par exemple, dans la vie d'Elie, de saisissants exemples de mort au péché, de déta­chement du monde.

En celui qui sera plus proche de Jésus que les plus grands prophètes, le ciel salue dès l'enfance un détachement, un éloignement du péché bien plus parfaits.

Pour entrevoir cet éloignement, regardons toujours dans un avenir imminent. Saint Joseph doit, par son éloignement du péché, être digne de Marie. Aussi, grâce à des secours providen­tiels semblables à ceux que Dieu prodiguera bientôt à la Sainte Vierge enfant, et grâce à une délicatesse d'âme qui annonce celle de Marie, combien saint Joseph était loin du mal ! Nous aimons à honorer en lui une si grande pureté de conscience que jamais il ne commit de faute délibérée; et la concupiscence - nous le croyons, en l'honneur de Marie et de Jésus - tait en lui si bien « atterrée et abattue », qu'il ne s'élevait pas dans son âme admirable de mouvements désordonnés.

O Enfance de saint Joseph, aurore très pure et ardente qui annoncez l'Enfance de l'Imma­culée Marie; jeunesse digne de la jeunesse si sainte de Celle pour qui Dieu vous prépare; enfance et jeunesse où le ciel voit un gage de l'enfance et de la jeunesse de Jésus, mystères trop peu médités de la vie de saint Joseph, je vous vénère et je vous loue. Je vous en supplie, saint Joseph, si pur dès votre enfance, donnez-nous, dans un âge peut-être avancé, d'imiter votre horreur du péché, et donnez cette horreur à beaucoup d'enfants et de jeunes gens dont les âmes nous sont si chères.
[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#27 Message par Laetitia » mer. 27 avr. 2016 13:55

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]
II - VIE CACHÉE EN DIEU DE SAINT JOSEPH.


Et comme la vie de saint Joseph était cachée et solitaire ! Une voyante célèbre (Catherine Emmerich : Vie de la Sainte Vierge, p. XXXIII, 136, 137, 138.) nous trace de lui ce tableau : « Je vis Joseph âgé d'environ huit ans; il était d'un naturel fort différent de celui de ses frères. Il avait beaucoup d'intelli­gence et apprenait très bien; mais il était simple, paisible, pieux et sans ambition. Ses frères lui faisaient toutes sortes de malices et le rudoyaient de temps en temps (Nous ne citons pas ces paroles et d'autres semblables comme des preuves, mais seulement comme des observa­tions qui peuvent exciter la réflexion et l'aider à se représenter la vie de saint Joseph enfant et jeune homme.). »

Elle nous le représente encore aimant à s'isoler, à prier à genoux les bras étendus : et sa prière, dit-elle, allait souvent jusqu'à l'extase.
Il recherchait les personnes qui l'édifiaient, en particulier la société des femmes Esséniennes habitant tout près de Bethléem.
« Je vis le petit Joseph chercher auprès d'elles un refuge contre les persécutions de ses frères et prier avec elles. Je le vis aussi s'arrêter dans les grottes, dont l'une fut plus tard le lieu de naissance de Notre-Seigneur. Il priait seul ou s'exerçait à façonner de petites pièces de bois. »
Il s'exile de Bethléem, l'inimitié de ses frères lui rendant impossible le séjour dans la maison paternelle.

On nous le montre travaillant chez plusieurs maîtres bons et religieux.
« Joseph était pieux, bon et simple, tout le monde l'aimait. Je le vis rendre avec une par­faite humilité toutes sortes de services à son maître, ramasser des copeaux, rassembler des morceaux de bois et les rapporter sur ses épaules. »
[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#28 Message par Laetitia » mer. 27 avr. 2016 19:09

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]A l'époque de saint Joseph, il se passait de bien graves événements dans le monde, il se livrait de grandes batailles, des chefs-d'oeuvre célèbres s'écrivaient ou allaient s'écrire... Pres­que tous les païens et beaucoup de Juifs croyaient que la vraie vie était dans le bruit, dans les louanges, dans la poursuite de la richesse et des honneurs.

Saint Joseph, au contraire, chérissait la soli­tude, vivait dans la prière, dans le travail le plus humble. Sa vie, profondément cachée, comme un diamant extrêmement précieux, mais obscur, laissait seulement percer quelques rayons d'une céleste beauté; pourtant, aux yeux de Dieu, elle avait mille fois plus de prix, elle était mille fois plus féconde que celles de César, de Pompée ou d'Auguste. Ses travaux Lui plaisaient incomparablement plus que les travaux d'Horace ou de Virgile. Et ses moindres paroles sur le règne de Dieu étaient pour le ciel infini­ment plus éloquentes que les discours de Cicé­ron. C'est que, si sa vie était cachée, c'était en Dieu; c'est que Dieu remplissait sa solitude, c'est que le ciel entendait ce silence si plein des plus saints désirs du Messie.

O Joseph, enfant, jeune homme, si modeste, donnez-nous, lorsque la Providence ne veut pas pour nous l'éclat, d'aimer l'obscurité et le silence : car, d'ordinaire, il nous est plus facile d'y trou­ver Dieu, son amitié, et d'y gagner la couronne éternelle. « Sur la terre, on vous appelait le Charpentier, et vous brillez au ciel d'une inef­fable gloire (Concil. Viennense : Summ. J., n. 278). »

Si je compare votre solitude avec celle des saints de l'Ancienne Loi qui figuraient le Chef de la Sainte Famille, combien j'admire plus votre union à Dieu ! Adam qui voyait, le soir, Dieu se promener avec lui dans le Paradis ter­restre, Abel qui lui offrait des sacrifices très purs..., Noé recevant ses ordres pour le salut de la race humaine, Abraham, désigné comme chef d'une postérité, innombrable et si familier avec Dieu, Isaac, héritier de ces promesses, qui s'en va se promenant, le soir, en priant, sous le ciel, Moïse fuyant au désert où Dieu viendra le prendre pour l'établir à la tête de son peuple..., savaient moins parfaitement que vous, ô saint Joseph, si profondément recueilli, trou­ver Dieu dans le silence du Paradis terrestre, ou du désert, ou des montagnes, ou des vallées de la Palestine; et Dieu vous parlait mieux qu'à eux, à vous qu'Il préparait pour être le Chef d'une famille infiniment plus précieuse que le peuple de Dieu soumis à Moïse, ou toutes les générations promises à Abraham.


[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#29 Message par Laetitia » jeu. 28 avr. 2016 10:12

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime""]Je me dis encore que David, roi du peuple choisi... Élie, chef d'une famille de prophètes... Daniel, prophète si passionné pour le salut de son peuple... n'avaient pas avec le Ciel des col­loques aussi intimes, aussi profonds, que vos colloques avec la Divinité, préludant à votre intimité avec Jésus et Marie.

Ce qui faisait le prix inestimable de la vie de Joseph enfant, jeune homme, c'est qu'elle était plus avant qu'aucune autre cachée en Dieu. Nous savons que la séparation du monde, de ses trésors quoique très pauvres, de ses hon­neurs quoique très frivoles, n'est pas bonne par elle-même; la solitude et le silence par eux-mêmes ne seraient pas aimables si Dieu n'était pas là. Le monde ne peut, il est vrai, nous offrir qu'une ombre de vie. Mais une ombre de vie vaut mieux que le néant de la vie. Aussi dans l'obscurité, quand la Providence la veut ou la permet pour nous, ce n'est pas le néant que nous cherchons, c'est, au contraire, l'Infini, c'est Dieu; c'est, dans la Vie infinie de Dieu et unie à cette Vie infinie, une vie absolument supérieure, non seulement à la vie bien vaine de l'agitation, des louanges et des honneurs humains, mais supérieure à toute vie naturelle, même à celle des anges : « vie cachée en Dieu, quel mystère ! cachée dans le sein de la lumière, dans le principe de voir » ; « vie cachée en Dieu dans la Vie même, dans le principe de vivre (Bossuet : loc. cit., p. 401) ».

Grand Dieu, comme cela était vrai pour saint Joseph !
« Vie cachée dans le sein de la lumière. » - « Oui, cette haute et inaccessible lumière, aurait-il pu dire mieux que personne, me cache le monde, me cache au monde et à moi-même. Je ne vois que Dieu, je ne suis vu que de Dieu : je m'enfonce si intimement dans son sein, que les yeux des mortels ne peuvent m'y suivre : de mon côté je ne puis me détourner d'un si digne, d'un si doux objet; attaché à la vérité, je n'ai plus d'yeux pour les vanités (Bossuet : ibid.). » Ainsi pensiez-vous dès votre enfance, ô Saint le plus uni à Dieu après Marie. Hélas ! que je suis loin de ne voir ainsi, à votre exemple, que Dieu !

« Cachée dans la vie même de Dieu, dans le principe de vivre : » - la vie de saint Joseph le fut toujours : et tout ce qui n'était que vie humaine et naturelle lui semblait une ombre. Et toutes ses aspirations, toutes ses joies, toutes ses espérances, comme toutes ses pensées, étaient tournées vers cette vie, se nourrissaient d'elle.

Quelle sainte contemplation une âme peut faire si elle se représente vivement Joseph regardant Dieu de ses yeux si simples et si profonds, et Dieu regardant Joseph ! si elle contemple Joseph aspirant d'un coeur si aimant Dieu et sa vie; et Dieu répandant sa vie et se répan­dant lui-même en saint Joseph (1) !


(1) - Nous ne nous ferions qu'une idée très imparfaite de la vie intérieure de Saint Joseph si nous ne songions pas qu'il y avait en lui suréminemment toutes les perfections des états mystiques. On sait que les états mystiques sont des états infus (lumières infuses, amour infus); tandis que les états ascétiques résultent de l'exercice ordinaire des vertus et qui s'impose à tous. Cf. notre carte des âmes (3è édit., Vic et Amat); P. Poulain : La vie d'union à Dieu..., ― L'état mystique, ― Les faits extraordinaires de la Vie spirituelle (Paris, Vic et Amat).[/quote]

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1782
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint Joseph intime

#30 Message par Laetitia » ven. 29 avr. 2016 12:18

[quote="Charles Sauvé - "Saint Joseph Intime" "]Et si Joseph regardait Dieu avec tant d'amour, comme Dieu le regardait ! non seulement « de cette tendre et bienheureuse manière » dont il regarde tous ceux qui l'aiment et dont « il prive justement ceux à qui il dit : « Je ne vous con­nais pas »; mais avec une complaisance et une tendresse sans pareilles, comme le futur Époux. de sa Fille bien-aimée, et, par sa virginité que l'Esprit-Saint rendra féconde, comme le Père virginal, « Pater virgo », de son Fils.

Ce n'est pas sans doute en lui-même (2) que Dieu se révèle à saint Joseph, mais dans des lumières si vives qu'il s'éprend de Lui toujours plus profondément.

Mieux qu'à Moïse lorsqu'il le préparait à être le Chef de son peuple, Dieu disait à Joseph, futur Chef de son Fils et de Marie : « Je passerai devant toi, et je retirerai ma main un moment, et je te ferai outrepasser tout ce que j'ai fait, et tu me verras par derrière, obscurément, impar­faitement, par mes grâces, par mes réflexions et un rejaillissement de ma lumière, comme le soleil qui se retire, qui se couche, est vu par quelques rayons qui restent sur les montagnes à l'opposite, n'est-ce pas de quoi me contenter, en attendant que je voie la beauté de votre face désirable que vous me faites espérer (Bossuet : ibid.) ? »

C'était de quoi vous contenter, en attendant les révélations de Nazareth. Alors, ô saint Joseph, bien plus favorisé que Moïse, vous Le verrez de vos yeux, vous Le toucherez de vos mains, vous L'entendrez Lui-même, et non pas seulement quelqu'un de ses serviteurs.

Dans votre enfance, Dieu ne vous disait pas encore ces mystères ravissants, mais il vous pré­parait, sans vous le révéler, à votre rôle sublime. Et s'il gardait ce secret, que d'autres secrets d'amour Il vous disait, quelles confidences inti­mes, quelles communications profondes de vie !

(2) - Nous croyons que l'âme dans les états mystiques ne perçoit pas Dieu en Lui-même : tel est, il nous semble, l'enseignement traditionnel. C'est une première vérité relative à l'essence même de la mystique : nous ne percevons pas Dieu en Lui-même, mais dans une « ressemblance » plus ou moins parfaite. ― Deuxième vérité relative aux degrés de la mystique : il y a des états mystiques où Dieu, pour répandre dans les âmes la lumière et l'amour infus, se sert seulement des Dons de l'Esprit-Saint, les fait rayonner dans l'âme par une action particulière. Ces états où Dieu ne fait qu'exploiter les Dons du Saint-Esprit peuvent être assez communs, bien qu'ils nous paraissent spéciaux, et qu'on puisse, il nous semble, atteindre la perfection (entendue dans ce sens qu'on évite les imperfections délibérées), par les moyens généraux (doctrine, sacrements, etc.). ― Troisième vérité relative encore aux degrés de la mystique : Dieu peut répandre dans l'âme des idées nouvelles : alors vous avez des états mystiques extraordinaires (et par là mêmes rares) que l'on peut, non sans raison, nommer angéliques, car Dieu, pour donner à l'âme ces idées nouvelles, agit sur elle comme il agissait sur les anges lorsqu'il leur donna leurs idées. Ces trois vérités ont été particulièrement bien mises en relief par le Ch. A. Saudreau, dans ses remarquables écrits sur la mystique.[/quote]

Répondre

Revenir à « Saint Joseph »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités