LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#31 Message par InHocSignoVinces » ven. 14 août 2020 18:42

" Oui, dit saint Bernard, Joseph a été fait à la ressemblance
de la Vierge son Epouse. "



L'Epoux de Marie, c'est-à-dire celui qui approche le plus
de cette créature sublime, laquelle s'éleva jusqu'au plus haut
des cieux et ravit en quelque sorte, au sein du Père Eternel,
son Fils unique.


L'Epoux de Marie, c'est-à-dire un même coeur, une même
âme avec ce coeur et cette âme qui porta le coeur et l'âme du
Fils de Dieu.



L'Epoux de Marie, c'est-à-dire, le chef de la première Souveraine
du monde car " l'homme est le chef de la femme, caput
mulieris vir ."
(1 Cor., XI, 2.)



L'Epoux de Marie, c'est-à-dire le maître de cette auguste
Maîtresse qui connaissait ce précepte de la Genèse : " tu seras
sous la puissance de l'homme ",
et qui, si parfaite en tout le
reste, ne surpassa pas moins toutes les autres femmes par le
respect et la soumission qu'elle portait à son époux. Quelle
gloire pour saint Joseph de commander à celle qui commande
aux Anges, aux hommes, aux démons, de se voir honoré, respecté,
obéi de celle à qui le ciel et la terre se font gloire de rendre
hommage, de voir assujettie à ses volontés celle que toutes
les créatures reconnaissent comme leur Reine !



L'Epoux de Marie, c'est assez, dit saint Bernard ; vous dites
tout en disant qu'il a été semblable à la Vierge son Epouse,
semblable pour les traits, pour le coeur, pour les inclinations,
pour les habitudes, semblable en vertu et en sainteté. Si Marie
fut l'aube qui annonça le Soleil de Justice, Joseph fut l'horizon
illuminé par ses brillantes splendeurs.



A SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#32 Message par InHocSignoVinces » mar. 18 août 2020 11:50

Concluez donc, que, si comme juste il alla jusqu'à surpasser
en sainteté les plus grands saints, comme Epoux il s'éleva même
audessus des anges et put avoir à ses pieds, hormis la Sainte
Vierge, toute autre sainteté créée.



Et c'est cette vérité qu'exprima Sa Sainteté Léon XIII dans
son Encyclique Quamquam pluries du 15 août 1889 : "En
raison du lien conjugal qui unissait Joseph à la Bienheureuse
Vierge, écrit-il, il n'est pas douteux qu'il ne se rapproche tellement
de la très excellente dignité par laquelle la Mère de Dieu
dépasse de très loin tous les êtres de la création que personne
n'en approche davantage, ut nemo magis."



Du reste nous savons que celui qui épouse la reine devient
roi par le fait même. Or Marie est la Reine des anges et des
saints ; Joseph est son époux, il est donc le roi.



Ce qui montre bien que Joseph était en effet supérieur à tous
les anges, ce sont les fréquents messages qu'il recevait du ciel
par leur entremise.



Des anges sont députés vers Joseph pour lui confier le mystère
de l'Incarnation. Des anges sont députés vers Joseph pour lui
faire part du mystère de la Rédemption. Des anges sont députés
vers Joseph lorsque, inquiet de l'état où il voyait son Epouse,
il avait la pensée de se retirer. Des anges sont députés vers
Joseph lorsqu'il s'agit de donner un nom au divin Jésus. Des
anges sont envoyés à Joseph lorsque Jésus est menacé de la
persécution d'Hérode. Des anges sont envoyés à Joseph lorsqu'il
doit retourner d'Egypte en Palestine. Des anges lui sont envoyés
pour l'avertir de se réfugier en Galilée, dans la crainte
du roi Archélaus.



Dans toutes les affaires que notre Bienheureux a â traiter
avec Dieu ce sont les anges qui sont les entremetteurs.



Un célèbre interprète des Saintes Ecritures se demande
pourquoi Notre-Seigneur qui avertit lui-même les mages de
ne pas retourner vers Hérode se sert d'un ange pour avertir
Joseph du projet que ce prince avait formé contre la vie du
divin Enfant. Il répond à cela que le Seigneur, qui d'ailleurs
ne quittait pas Joseph, lui fit connaître Sa volonté par des anges
pour donner à ceux-ci l'occasion de s'entretenir avec un saint
à qui ils portaient tant de respect et d'affection.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#33 Message par InHocSignoVinces » jeu. 20 août 2020 12:17

L'honneur que le titre d'Epoux de Marie procure au bienheureux
Patriarche est si étonnant, l'honneur dont ce titre le
couvre est si grand, qu'après celle de Jésus et de Marie, nulle
autre gloire ne peut lui être comparée.



La gloire des Patriarches, des Prophètes, des Justes de l'Ancienne
Loi est grande assurément ; grande aussi est la gloire
des Apôtres, des martyrs, des Confesseurs et des Vierges dans
la Loi Nouvelle ; mais la gloire qui couronne ces bienheureuses
phalanges est commune à tous ceux qui les composent. Au
milieu de l'assemblée des saints, comme parmi les hiérarchies
angéliques, si vous cherchez l'Epoux de Marie vous n'en trouverez
qu'un seul.



Il ne faut mettre personne au-dessus de Joseph depuis que
Notre-Seigneur s'est mis au-dessous ; il est à naître l'homme
qui ait participé à la plénitude des grâces de Jésus et de Marie
à l'égal de lui; le Verbe Incarné s'était choisi pour Mère la meilleure
des femmes qui fût et qui dût être ; il s'est pareillement
choisi le meilleur des hommes qui fût et qui dût être pour lui
servir de Père.



Et comme Marie comprend bien le rôle qu'est appelé à jouer
son bienheureux Epoux ! Quel bel exemple elle donne à toutes
les épouses chrétiennes dans la vertu d'obéissance et de respect
à l'égard de son mari ! C'est entre ses mains qu'elle remet son
libre arbitre et qu'il en dispose à son gré.



Ainsi Joseph désire au temps de la naissance de son Fils,
que Marie fasse avec lui le voyage de Bethléem et Marie aussitôt
se met en route. Il lui dit qu'elle doit l'accompagner en Egypte
avec l'Enfant Nouveau-né ; à l'instant elle marche à sa suite
et traverse les déserts. Joseph s'arrête pendant des années dans
cette terre infidèle ; Marie n'ouvre pas la bouche pour demander
la cause d'un exil long et ennuyeux. Joseph intime l'ordre de
retourner en Judée ; Marie le suit, comme une brebis docile
suivrait son pasteur, elle est satisfaite que ce n'est point à elle
mais à lui que les anges manifestent les ordres du Ciel. En un
mot, Marie se montre plus prompte et plus ponctuelle à exécuter
les volontés de son Epoux que les astres ne le furent jamais à
parcourir leurs orbites, à accomplir dans un temps donné leurs
révolutions.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#34 Message par InHocSignoVinces » lun. 24 août 2020 18:35

" J'ai été humble toujours, disait un jour la Sainte Vierge à
sainte Brigitte ; je n'ai pas dédaigné de préparer et de servir
à dîner pour Joseph et pour mon Fils parce que mon Fils servait
aussi Joseph. "



Mille fois heureux le modeste charpentier de Nazareth qui
sur la terre a mérité d'être servi par la Reine qui compte tous
les anges parmi ses serviteurs dans le ciel et qui a toujours eu
pour lui l'amour le plus tendre, le plus vif, le plus effectif.



" Je me suis assise, disait l'Epouse des Cantiques, à l'ombre
de mon Bien-Aimé. "
Le bien-aimé de la Vierge sans tache
c'était Dieu ; l'ombre de son Bien-Aimé appelé à protéger
pendant trente ans son repos sur la terre, c'était Joseph et il y
eut toujours entre l'Epoux visible et l'Epoux caché une telle
union, une telle entente que la Vierge très pure dont le regard
était si délicat, n'a jamais rencontré dans l'existence de saint
Joseph, dans les soins dont il l'entourait, dans l'affection qu'il
lui témoignait, dans les épreuves qu'il partageait avec elle,
rien qui ne fût digne de son Epoux invisible, le Saint-Esprit.



Et maintenant que tous deux sont au Ciel, au sein de la gloire
où ils jouissent d'un bonheur proportionné à leur dignité et à
leur mérite, leur amour se confond dans l'océan immense de
celui de Dieu. Là, il est vrai, Marie ne peut plus servir son
chaste Epoux, mais le zèle de sa gloire la presse toujours. C'est
pour le satisfaire qu'elle s'adresse à ses enfants de la terre et
qu'elle les engage à honorer celui qu'elle vénéra toujours pendant
sa vie.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#35 Message par InHocSignoVinces » mer. 26 août 2020 18:46

Un jour l'auguste Mère de Dieu apparut à sa servante bienaimée,
la soeur Marie de Jésus, et lui adressa ces paroles mémorables :
" Je désire et je veux que tu travailles à t'avancer dans
la dévotion et l'amour filial envers mon saint Epoux; je veux
que tu bénisses le Seigneur des insignes privilèges qu'il lui a
si libéralement départis et de ce qu'il m'a procuré le bonheur
de le connaître de si près. Tu pourras compter sur son intercession
dans toutes les difficultés que tu rencontreras, si tu propages
sa dévotion parmi les chrétiens. "



Voici comment sainte Thérèse raconte elle-même, dans l'histoire
de sa vie, une apparition de saint Joseph qu'elle eut au
monastère de Saint-Thomas, à Avila, l'an 1561 :

" Le jour même de l'Assomption de Notre-Dame, étant dans
l'église d'un monastère du glorieux saint Dominique, et pensant
aux nombreux péchés de ma vie que j'y avais confessés autrefois,
je fus tout à coup saisie d'un grand ravissement. Me trouvant
presque hors de moi-même, je m'assis ; et il me sembla que je ne
pouvais voir élever la Sainte Hostie ni être attentive à la messe,
ce qui me laissa du scrupule. Durant cette extase, je me vis
revêtir d'une robe éblouissante de blancheur et de lumière ; je
ne vis pas d'abord par qui, mais bientôt j'aperçus la Très Sainte
Vierge à mon côté droit et mon père saint Joseph à mon côté
gauche ; ils me firent connaître que j'étais purifiée de mes
péchés. A peine étais-je entièrement revêtue de cette robe que
pour comble de bonheur et de gloire, la Très Sainte Vierge,
me prenant par la main, me dit que je lui causais un grand
plaisir par ma dévotion au glorieux saint Joseph, que je devais
croire que mon dessein concernant la fondation s'exécuterait
et que Notre-Seigneur, ainsi qu'elle et saint Joseph, seraient
très bien servis dans ce monastère. "



Ne restons pas sourds aux exhortations de notre Mère qui
désire que nous honorions son chaste époux ; que sa voix ait
un écho dans nos coeurs. Nous aimons Marie ; c'est en elle,
après Jésus, que nous mettons nos plus douces espérances, c'est
de sa puissante médiation que nous attendons tous les secours
dont nous avons besoin pour parvenir à la céleste béatitude.
N'excluons pas de notre coeur celui qui lui fut uni par les liens
les plus sacrés, celui qu'elle aime d'un amour ineffable.
Aimons
Marie et Jésus nous aimera ; aimons Marie et Joseph arrêtera
sur nous des regards de complaisance ; aimons, vénérons et
servons fidèlement saint Joseph, et Jésus et Marie nous combleront
de leurs plus précieuses faveurs.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#36 Message par InHocSignoVinces » lun. 31 août 2020 19:12

CHAPITRE VI - Joseph, Père de Jésus

Ecce pater tuus (Luc, 11,18)
Mon fils, voici votre père.



C'est la Sainte Vierge elle-même qui parle, qui rend un témoignage
public au mérite particulier de son Epoux "Voici,
dit-elle, parlant à son Jésus et montrant saint Joseph, voici votre
Père."
Elle ne dit pas : Voici votre nourricier, votre tuteur,
votre gardien, ou autre chose semblable, mais absolument et
sans limitation quelconque : Voici votre Père ; Voici celui
que votre Père naturel et invisible qui est dans le ciel vous eut
donné pour naturel et visible sur la terre, si vous n'eussiez dû
naître d'une mère vierge ; voici celui qui assista à votre naissance
avec moi et qui depuis vous a nourri et élevé du fruit de
ses travaux, comme moi de mon lait ; voici celui qui s'est exposé
aux dangers de la mort pour vous sauver la vie que vous avez
reçue de moi et qui, vous la conservant, mérita presque à aussi
juste titre d'être appelé votre père que moi, votre mère, vous
la donnant ; voici celui qui vous a traité en père jusqu'à cette
heure, vous commandant et vous gouvernant selon son bon
plaisir et à qui vous avez obéi avec autant de déférence que si
vous eussiez été son fils naturel et légitime ; voici celui qui a
le droit de passer devant vous et devant moi, étant comme il
est le chef de notre maison, votre père et mon époux, auquel
nous nous sommes volontairement soumis.



Oh ! que ces vérités sont glorieuses à Joseph et qu'elles ont
d'attrait pour lui ravir nos coeurs !



Quel spectacle que celui qu'offre à notre piété émue la vie
intime de la maison de Nazareth ! La foi du genre humain le
contemple depuis dix neuf siècles avec des ravissements toujours
nouveaux. Quel homme que celui à qui Dieu a donné Marie pour
épouse et Jésus pour enfant ! quel homme que celui à qui Dieu
a donné le soin de conduire et de gouverner et l'Enfant et la
Mère ! Quel homme que celui qui a reçu pendant trente ans
leur obéissance ! " Qui est-ce qui obéit, s'écrie saint Bernard ?
C'est un Dieu. Et à qui obéit-il ? A un homme ! Le
Créateur obéissant à sa créature, le roi à son sujet, le prince à
son esclave ; c'est ce qui frappe, surprend, étonne ! "



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#37 Message par InHocSignoVinces » lun. 07 sept. 2020 18:57

Saint Joseph commande à celui par qui tout a été fait, sans
qui rien n'existe ; à celui qui conserve, qui soutient, qui porte,
pour ainsi dire tout l'univers ; à celui qui est le père de la
Vérité, de la Sagesse incarnée ; à celui que les Patriarches ont
désiré voir, qu'ils n'ont vu qu'en esprit, qu'ils ont adoré de loin,
dont l'espérance seule a fait toutes leurs délices ; à celui que
tant de Prophètes ont annoncé, dont toute l'ancienne loi n'était
que la figure ; au nouveau Législateur qui s'annonce Dieu dans
toute la Judée par les oeuvres les plus merveilleuses de la Divinité ;
à celui que toute la nature reconnaît pour son auteur,
à la voix duquel les éléments se troublent et se confondent ; à
celui dont l'enfer étonné avoue et publie la puissance; à celui
qui entraîne les peuples à sa suite par les charmes divins de sa
personne ; à celui dont une seule parole captive les esprits
et transforme les coeurs.



" Une mort sainte fixe le sort des autres hommes, chante
l'Eglise, et la palme glorieuse vient couronner leurs mérites ;
plus heureux, ô Joseph, vivant encore, vous jouissez d'un Dieu,
égal dans votre bonheur aux bienheureux " :


Post mortem reliquos mors pia consecrat,
Palmamque emeritos gloria suscipit.
Tu vivens, Superis par, frueris Deo,
Mira sorte beatior.


Qu'elles sont belles les réflexions de saint François de Sales
sur ce sujet ! " Si les princes de la terre, écrit-il, ont tant de
soin comme étant une chose très importante de donner un
gouverneur qui soit des plus capables à leurs enfants, puisque
Dieu pouvait faire que le gouverneur de son Fils fut l'homme le
plus accompli du monde en toutes sortes de perfections, selon
la dignité et l'excellence de la chose gouvernée qui était son Fils
très Glorieux, Prince universel du Ciel et de la terre, comment
se pourrait-il faire que l'ayant pu, il ne l'ait voulu et ne l'ait
fait ? Il n'y a donc nul doute que saint Joseph n'ait été doué
de toutes les grâces et tous les dons que méritait la charge que
le Père Eternel lui voulait donner de l'économie temporelle et
domestique de Notre-Seigneur, de la conduite de sa Famille
qui n'était composée que de trois, qui nous représentent le
mystère de la Sainte et Très Adorable Trinité ; non qu'il y ait
de la comparaison, sinon en ce qui regarde Notre-Seigneur qui
est l'une des Personnes de la Très Sainte Trinité ; car quant
aux autres, ce sont des créatures ; mais pourtant nous pouvons
dire aussi que c'est une Trinité en terre qui représente en quelque
façon la Très Sainte Trinité. Marie, Jésus, Joseph ; Joseph,
Jésus, Marie ; Trinité merveilleusement recommandable et
digne d'être honorée. Vous entendez donc, conclut l'aimable
saint, combien la dignité de saint Joseph était relevée et comme
il était rempli de toutes sortes de vertus. "



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#38 Message par InHocSignoVinces » jeu. 10 sept. 2020 12:27

Et l'honneur de Jésus exige que son Père Nourricier surpasse
en vertu et en perfection tous les autres saints. Jésus est la
sainteté même. Il ne peut consentir, lui le Saint des Saints, à
passer pour le Fils d'un homme, à lui donner le nom de père et
à l'honorer comme tel, sans l'avoir élevé à la perfection la plus
sublime. Où est l'orphelin qui, pouvant choisir un prince pour
tuteur n'userait pas de ce privilège ? Et Jésus-Christ, la Sagesse
infinie, qui avait le pouvoir de choisir son Père Nourricier,
n'aurait pas fait tomber son choix sur le mortel le plus illustre
par la noblesse de l'âme, c'est-à-dire, par la sainteté ?



Pour une fois que Josué suspendit la course du soleil et l'arrêta
au moment où il se précipitait vers son couchant, tous les siècles
lui paient le tribut de leur admiration. Mais qu'est-ce que la
puissance de ce fameux capitaine comparée à celle de saint
Joseph qui put, non pas une fois mais mille et mille fois, à son
gré, tantôt arrêter, tantôt mettre en mouvement, le Créateur
de l'aurore et du soleil ?



Le Seigneur disait un jour à un roi selon son coeur : " Si j'étais
capable d'avoir faim, je ne te demanderais pas des aliments
pour apaiser ma faim. "
Le Dieu fait homme ne peut pas maintenant
tenir ce langage. Il a eu faim ; il l'a dit à Joseph, qui,
par son travail et à la sueur de son front, a contribué à la conservation
du Sauveur. C'est ce qui lui a mérité le titre de père
de Jésus-Christ ; car il a rempli les fonctions principales de la
paternité à l'égard de cet enfant "miraculeux ; il l'a nourri,
élevé, conduit dans les chemins de la vie.



Dieu permet à ses serviteurs de s'appeler ses fils, quand il les
a lui-même adoptés pour enfants ; mais pour le nom de père
de son Fils unique, c'est la gloire de sa dignité personnelle ; il
ne la communique ni aux anges ni aux hommes ; c'est à saint
Joseph seul qu'il en fait honneur. Les anges les plus élevés dans
la hiérarchie des esprits célestes ne porteront que le nom de
serviteurs de Dieu. Seul, au-dessus de tous, dans le ciel et sur
la terre, saint Joseph aura la gloire d'être appelé le Père de Jésus-
Christ.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#39 Message par InHocSignoVinces » lun. 14 sept. 2020 11:39

Comme elle devait être grande la douceur des pensées de
saint Joseph, comme ils devaient être profonds les abaissements
de son esprit quand le petit Jésus l'appelait son bon Père. O
quanta dulcedine audiebat puerulum balbutientem se vocare patrem !

(S. Berbardin.)



Quels étaient les sentiments de son coeur pendant les nuits
qu'il passait au pied de son berceau, tantôt le remuant pour
l'endormir, tantôt reposant sa tête sur sa sainte humanité,
pendant que le coeur de sa divinité veillait ! De quels feux ne
brûlait pas son âme quand il lui arrivait de coucher ou de
lever, d'habiller, de promener, de servir, de caresser ce Divin
Enfant qui, pour se venger de ces caresses, lui rendait mille
baisers, le flattait de ses petites mains, lui souriait amoureusement
et s'attachait à son cou aussi étroitement qu'au sein
de sa mère ?



'' C'est lui, dit saint François de Sales, qui fut choisi pour
faire les plus tendres et amoureux offices qui furent et seront
jamais faits à l'endroit du Fils de Dieu, après ceux qui furent
pratiqués par sa céleste Epouse, vraie Mère naturelle de ce
céleste Fils. "



" Je ne trouve rien de plus doux à mon imagination, dit encore
gracieusement le saint Evêque de Genève, que de voir ce céleste
petit Jésus entre les bras de ce grand Saint l'appelant mille et
mille fois " mon père " en son langage enfantin et d'un coeur
filialement tout amoureux. "



" Oh ! quel incendie d'amour, s'écrie saint Alphonse de Liguori,
s'allumait dans le coeur de Joseph quand il portait dans
ses bras, cet adorable Enfant, quand il le pressait sur son coeur,
quand il le voyait croître sous ses yeux !"



A SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 1809
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LA DEVOTION A SAINT JOSEPH

#40 Message par InHocSignoVinces » mer. 16 sept. 2020 19:50

Si quelques saintes âmes, jouissant de la présence et de la
compagnie du Sauveur ou de la Vierge en vision imaginaire
seulement, se sont néanmoins trouvées si embrasées de leur
amour et si enivrées de délices célestes qu'elles s'écriaient en
élans redoublés : " C'est assez, Seigneur, c'est assez ; " ne
pouvant plus supporter sans mourir ni des ardeurs si extrêmes,
ni de si exubérantes douceurs, que doit-on penser de Joseph qui
était jour et nuit avec Jésus qui le tenait embrassé aussi longtemps
qu'il voulait et qui en était caressé à toute heure ?



L'Eglise n'a-t-elle pas le droit de dire, lorsqu'elle s'adresse
à saint Joseph au jour de sa fête : " Dès cette vie, égal aux
Anges, vous partagez leur bonheur, vous jouissez de Dieu.

Tu vivens, superis par, fueris Deo, mira sorte beatior. (Office
de saint Joseph, 19 mars.)



Qui ne sait que dès les premiers temps du christianisme, la
sainte demeure de Nazareth où Jésus a passé tant d'années
avec Marie et Joseph, a été pour les catholiques l'objet d'une
dévotion spéciale ? De tous les points du monde de pieux
pèlerins y accouraient, dans la persuasion qu'au-dedans de ses
murs habités naguère par le Saint des Saints, ils auraient trouvé
des trésors de grâces pour leurs âmes. Et en effet leur espoir
n'a pas été déçu. De nos jours encore les pieux pèlerins qui ont
le bonheur de pouvoir visiter cette pieuse maison de Lorette
en rendent témoignage.



On sait ce qui arriva à saint Alphonse en cette pieuse maison.
Tandis qu'il attendait à Rome le jour où il recevrait la consécration
épiscopale, il ne put résister à l'ardent désir de son coeur
d'aller visiter ce sanctuaire si saint et si célèbre. Pendant tout
ce temps il prit à peine un instant de repos. Oubliant à peu près
la nourriture du corps, il était constamment absorbé dans la
prière et la contemplation. Il méditait jusqu'aux moindres particularités
du lieu. " Ici, l'entendait-on parfois s'écrier dans
un saint ravissement, ici, le Verbe Divin s'est incarné ! Ici,
Marie portait le divin Enfant dans ses bras ! "
Une fois même
il dit au Père de sa Congrégation qui l'accompagnait, qu'il désirait
ce jour-là être seul pour être mieux à même de méditer les
nombreux mystères que la sainte Maison lui rappelait. Il
demeura donc un jour et une nuit sans prendre de repos et plongé
dans une profonde contemplation. La nuit, on le voyait agenouillé
ou appuyé contre le bois de son lit. Quand enfin il fut
obligé de quitter Lorette pour retourner à Rome, il ne cessait
de parler durant le trajet des grands mystères que son coeur y
avait médités. A son visage enflammé, on voyait que son âme
était, pour ainsi dire, maîtrisée par les plus tendres émotions
de la grâce et de l'amour divin.



A SUIVRE...

Répondre

Revenir à « Saint Joseph »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités