Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1400
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#11 Message par Laetitia » mar. 12 déc. 2017 19:29


La docile vierge comprit le sens de tant de saintes choses dont sans doute elle conversa avec sa mère. Ces pieux entretiens durent adoucir pour elle les longueurs d'un exil qui dura encore trois ou quatre ans toujours est-il que, lorsque le héros du catholicisme revint vers elle en 360, il trouva sa fille pleine des dispositions les plus dignes de lui ; elle avait renoncé à toute union terrestre, et là encore la parole du Docteur avait vaincu. Un autre triomphe lui restait cependant à remporter, conséquence de tant d'autres que la foi s'était ménagés en lui contre la nature, et Dieu qui avait tout conduit jusque-là devait terminer cette miraculeuse opération : le fruit était mûr, la main divine allait le cueillir.

Saint Hilaire s'entretenant donc un jour avec l'aimable enfant la vit toute transportée d'amour pour la gloire céleste, et lui demanda, inspiré lui-même, si elle désirait ardemment posséder enfin cet Époux que la sollicitude de son père lui avait cherché.
La réponse ne se fit pas attendre. C'était l'expression d'une âme toute pleine de Dieu, et une protestation empressée d'une perpétuelle virginité. Elle lui demandait de se hâter, de l'unir pour toujours au chaste Époux des vierges...

Le généreux père, assuré de ce consentement, se met alors en prière. Il offre son unique fille à Celui qui l'avait réclamée, et nouvel Abraham, il ne se relève qu'après l'avoir vue en sa présence, sans aucune agonie, sans le moindre indice d'aucun mal, exhaler vers Jésus-Christ son âme pure, miraculeusement soustraite aux séductions de la vie mortelle. « Une telle mort », dit saint Fortunat que nous suivons ici, « n'est-elle pas plus admirable qu'une résurrection ?»
Oui, sans doute ; et cependant une autre mort allait suivre, non moins héroïque, non moins digne de ces cœurs accomplis. La mère de la jeune Sainte venait d'être témoin de son départ pour le ciel. L'amour maternel et la foi s'unissent en elle pour implorer la même faveur. Elle conjure son époux de lui ouvrir le même chemin au bonheur de son éternité, si Dieu ne l'en juge pas indigne. Et le Pontife prie... et comme sa fille qu'elle y suit, la mère va attendre dans le ciel celui à qui le ciel daignait ainsi obéir.

Le courageux athlète, qui savait préférer Dieu à lui-même jusqu'à lui sacrifier de si pures et de si chères affections, voulut ensevelir de ses propres mains les deux Saintes qui devinrent aussitôt l'objet de la vénération publique. Il les déposa dans une crypte construite à cet effet et sur laquelle il fit bientôt élever une petite église qui fut l'origine de la basilique de Saint-Hilaire de Poitiers (*).
(*) Dans la partie collatérale sud de la nef de l'église saint Hilaire à Poitiers, se trouve le couvercle en marbre blanc d'un sarcophage chrétien du IVe ou Ve siècle, dit de sainte Abre, fille de saint Hilaire. Il est daté des 5e-6e siècles.

Image


(à suivre : la lettre de St Hilaire à sa fille Abra.)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1400
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#12 Message par Laetitia » mer. 13 déc. 2017 22:51

Mélanges littéraires extraits des Pères latins, Abbé J.M.S. Gorini, 1864, p.223 a écrit :
Lettre de saint Hilaire à sa fille Abra.

Dilectissimae filiae Abrae Hilarius in Domino salutem.

Accepi litteras tuas, in quibus intelligo desiderantem te mei esse : et certum ita habeo. Sentio enim quantum praesentia horum qui amantur optabilis sit. Et quia gravem tibi esse absentiam meam scirem, ne me forte impium esse erga te existimares, qui tam diu a te abessem : excusare tibi et profectionem meam et moras volui, ut intelligeres me non impie tibi, sed utiliter deesse. Namque cum te, filia, ut unicam, ita, quantum a me est, et unanimem habeam ; vellem te pulcherrimam omnium et sanissimam vivere.
Nuntiatum ergo mihi est, est quemdam juvenem, habentem margaritam et vestem inaestimabilis pretii : quam si quis ab eo posset mereri, super humanas divitias et salutem et duves et salvus fieret. Ad hunc his auditis profectus sum : ad quel cum per multas et longas et difficiles vias venissem, videns cum statim procidi. Adest enim tam pulcher juvenis, ut ante conspectum ejus nemo audeat consistere. Qui ubi me procidisse vidit, interrogari me jussir quid vellem et quid rogarem : et ego respondi, audisse me de veste sua et margarita, et ob id venisse ; et si eam mihi dignaretur praestare , esse mihi filiam quam vehementer diligerem, cui hanc vestem atque magaritam quaererem. Et inter haec prostratus in faciem fleo plurimum, et noctibus atque diebus ingemiscens, rogo uti audire dignaretur precem meam.

Post quae, quia bonus est juvenis et melius illo nihil est, ait mihi : Nosti hanc vestem atque hanc margaritam, quam a me lacrymis rogas uti eam filiae tuae concedam ? Et ego respondi illi : Domine, auditu cognovi de ipsis, et fide credidi : et scio quia optimae sunt, et salus vera est hac veste uti, et hac magarita ornari. Et statim ministris suis praecepit, ut mihi et vestem hnc et margaritam ostenderent ; et confestim ita fit. Ac vestem primo vidi : vidi, filia, vidi quod eloqui non possum. Nunquid non sericum secondum subtilitatem ejus spartum erat ? Nunquid candori ejus nives comparatae non nigrescebant ? Nunquid aurum juxta fulgorem ejus non lividatur ? Ipsa enim multicolor, et nihil prorsus comparatum er poterat aequari. Post quam vidimagaritam : qua visa statim concidi. Non enim potuerunt oculi mei sustinere tantum ejus colorem. Nam nec caeli, nec lucis, nec maris, nec terrae species pulchritudini ejus poterat comparari.

Et cum prostatus jacerem, ait mihi quidam de assistentibus : Video te sollicitum et bonum patrem esse, et hanc vestem atque hanc margaritam ad filiam tuam desiderare : sed ut magis desideres, ostendo tibi quid adhuc haec vestis atque margarita boni habeat. Vestis haec nunquam tineis comeditur, non usu atteritur, non sorde inficitur, non vi scinditur, non damno amittitur : sed semper talis qualis est permanet. Margaritae vero haec virtus est, ut si quis eam induerit, non aegrotet, non senescat, non moriatur.Nihil omnino in se habet, quid sit noxium corpori : sed utenti ea nhil accidit, quod aut mortem afferat, aut aetatem demutet, aut impediat sanitatem. Quod ubi audivi, filia, examinari magis desiderio margaritae et vestis istius coepi : et sicut prostratus jacebam, indeficienti fletu et intenta oratione juvenem precari coepi, dicens : Domine sancte, miserere preci meae, et miserere sollicitudini et vitae meae. Si enim hanc vestem mihi et margaritam non concedis, miser futurus sum, filiamque meam viventem perditurus : ego propter hanc vestem et margaritam peregrinari volo. Scis, Domine, quia tibi non mentior.

Postquam vocem meam audivit, jubet me levare ; et ait mihi : Moverunt me preces et lacrymae tuae, et bene est quod hoc credidisti. Et quia dixisti, te pro hac margarita ipsam vitam tuam velle impendere, non possum eam tibi negare ; sed scire debes propositum et voluntatem meam. Vestis, quam ego dedero, talis est, ut si quis voluerit veste alia colorata et serica et aurata uti, veestem meam capere non possit. Sed illi dabo eam, quae contenta sit, non serico habitu, sed nativis coloribus et insumptuoso textu vestiri : ita ut propter consuetudinem, purpuram perangustam vestis habeat : non etiam purpura ipsa diffundatur in vestem. Margarita vero, quam a me petis, naturae ejus est, ut habere eam nemo possit, qui margaritam aliam habuerit : quia aliae margaritae aut de terra, aut de mari sunt ; mea autem, ut ipse tu vides, speciosa et pretiosa est, incomparabilis et coelestis est, nec dignatur ibi esse ubi aliae sunt. Non enim rebus meis convenit cum rebus hominis : quia qui veste mea et margarita utitur, in aeternum sanus est ; non febre exardescit, non vulneri patet, non annis demutatur, non morte dissolvitur ; aequalis enim semper et aeternus est. Ego tamen hanc vestem et hanc margaritam meam petenti tibi dabo, ut eam filiae tuae perferas. Sed prius scire debes quid velit filia tua. Si se hujus vestis et margaritae meae dignam faciat, id est, si vestes sericas et auratas et infectas habere noluerit, si omnem magaritam alteram oderit ; tuns haec quae me rogas tibi praestabo.

Post quam vocem, filia, laetus exurgo, et secretum hoc habens, hanc ad te epistolam feci : rogans te per multas lacrymas meas, ut te huic vesti et margaritae reserves, neque miserum senem tali damno tuo facias, sii hanc vestem et hanc margaritam non habueris. Testor autem tibi, filia, Deum coeli et terrae, quia nihil hac habeas. Tu modo, si quando tibi vestis alia afferatur, vel serica, vel infecta, vel deaurata, dicito ei tibi offert : Ego vestem alteram expecto, propter quam pater meus a me tam diu peregrinatur, quam mihi quaerit, quam non possum habere si hanc habuero. Sufficit mihi lana ovis meae, sufficit mihi color quem natura attulit, sufficit mihi textus insumptuosus : caeterum vestem illam desidero, quae dicitur non absumi, non atteri, non scindi. At vero si tibi margarita offeratur aut suspendenda collo, aut digito coaptanda, dices ita : Non mihi impedimento sint istae inutiles et sordidae margaritae : sed expecto illam pretiosissimam, pulcherrimam et utilissimam. Credo patri meo, quia et ille ei, qui hanc spopondit sibi, credidit, propter quam mihi significavit se etiam mori velle : hanc expecto, hanc desidero, quae mihi praestabit salutem et aeternitatem.

Ergo, filia, subveni sollicitudini meae, et hanc epistolam meam semper lege, et huic vesti et margaritae te reserva. Et ipsa tu mihi, nullum interrogans, quibus libet potes litteris rescribe, utrum vesti huic et margaritae te reserves, ut sciam quid juveni illi respondeam : et ut si illam desideras, si expectas, laetus possim ad te reditum cogitare. Cum autem mihi rescripseris, tunc tibi et ego quis sit hic juvenis, et qualis sit, et quid velit, et quid promittat, et quid possit, indicabo. Interim tibi hymnum matutinum et serotinum misi, ut memor mei semper sis. Tu vero si minus per aetatem hymnum et epistolam intellexeris, interroga matrem tuam, quae optat ut te moribus suis genuerit Deo. Deus qui te genuit, hic et in aeternum custodiat, opto, filia desideratissima.


La grâce ineffable dont cette lettre est empreinte charme d'autant plus qu'elle contraste d'avantage avec l'impétueuse énergie des invectives contre Constance. Comme S. Hilaire, ce tribun chrétien qui ne sourcilla pas devant la puissance impériale, devient simple et naïf quand il parle à son Abra !
« Mais les cœurs de lion sont les vrais cœurs de père. » (Hugo)
(à suivre)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1400
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Saint(s) Parent(s) et Enfant(s)

#13 Message par Laetitia » jeu. 14 déc. 2017 19:09

Mélanges littéraires extraits des Pères latins, Abbé J.M.S. Gorini, 1864, p.223 a écrit : a écrit :
Lettre de Saint Hilaire à sa fille Abra.

A ma très-chère fille Abra, Hilaire, salut dans le Seigneur.

J'ai reçu ta lettre, où je vois que tu me regrettes. Je n'en doute nullement, car je sais combien est désirable la présence de ceux qu'on aime. Mais au milieu de cette peine que te cause mon absence, je ne veux pas que tu imputes à mon cœur la longueur de mes retards ; et c'est pourquoi j'ai voulu, en justifiant auprès de toi mon départ et mes délais, te faire comprendre que c'est ton intérêt, et non l'indifférence qui me retenait ainsi loin de toi, ô ma fille, et mon cœur, à ce titre, ne faisant qu'un avec le tien, je voudrais que tu fusses en même temps et la plus belle et la plus pure des filles.

Or, on m'a parlé d'un jeune homme qui possède une perle et une robe d'un tel prix, que celui qui mériterait de les obtenir, y trouverai un trésor et une sauvegarde préférable à tous les trésors et à toutes les sauvegardes terrestres. A cette nouvelle, je suis parti pour chercher ce jeune homme, et après un voyage bien difficile et bien long, étant arrivé jusqu'à lui, à sa vue je me suis prosterné ; car il est si beau, ce jeune homme, que nul n'oserait se tenir debout en sa présence. Et lorsqu'il me vit prosterné, il me demanda ce que je voulais, ce que je demandais, et je lui répondis qu'on m'avait parlé de sa robe et de sa perle, et que je venais pour cela, et que s'il voulait m'en faire don, j'avais une fille que j'aimais beaucoup et pour qui j'ambitionnais cette robe et cette perle. Et cependant, prosterné la face contre terre, j'ai versé beaucoup de larmes ; nuit et jour j'ai gémi, le suppliant d'exaucer ma prière.

Ce jeune homme donc qui est si bon qu'il n'est rien de meilleur au monde, m'a répondu : « As-tu vu cette robe et cette perle que tu me pries, avec tant de larmes, de donner à ta fille ? »
Et je lui ai dit : « Seigneur, j'en ai entendu parler, et j'ai eu la foi : je sais qu'elles sont excellentes, et que le véritable salut est assuré à quiconque revêt cette robe et se pare de cette perle. » Et alors il a ordonné à ses serviteurs de me montrer la perle et la robe. Ils l'ont fait de suite. Et d'abord j'ai vu la robe : j'ai vu, ma fille, j'ai vu ce que je ne saurais t'exprimer. Comparée à cette finesse, la soie n'est qu'une toile grossière ! Comparée à cette blancheur, la neige paraît noire ! Comparé à cet éclat, l'or devient livide ! Elle est de mille couleurs et rien absolument ne saurait l'égaler. Ensuite j'ai vu la perle, et à sa vue je suis aussitôt tombé, car mes yeux n'en pouvaient soutenir le prodigieux éclat, et ni l'aspect du ciel, ni l'aspect de la mer ou de la terre ne peuvent approcher de sa beauté.

Comme j'étais là, prosterné à ses pieds, l'un des assistants m'a dit : « Je vois que vous êtes un bon père, plein de sollicitude, et que vous désirez cette perle et cette robe pour votre fille. Mais, pour accroître votre désir, je vous dirai ce que cette perle et cette robe ont encore de particulier. Cette robe, les vers ne peuvent l'atteindre, l'usage ne peut la détériorer ; nulle tache ne peut la souiller, nulle violence la déchirer, nul dommage la détruire : elle reste toujours telle qu'elle est. Pour ce qui est des propriétés de cette perle, celui qui la porte n'a à craindre, ni la maladie, ni la vieillesse, ni la mort. Elle n'a absolument rien en soi qui puisse nuire au corps, et celui qui s'en sert est à l'abri de tous les accidents qui amènent la mort, inclinent l'âge, ou troublent la santé. »

A ces mots, ô ma fille, je me suis senti pâmer d'un désir plus vif encore d'obtenir cette perle et ce vêtement ; je ne relevai point mon front incliné ; mais avec des larmes intarissables, avec une ardeur incessante, je me mis à prier le jeune homme, et je disais : « Vénérable seigneur, prenez en pitié mes vœux, prenez en pitié mon inquiétude et ma vie. Si vous ne m'accordez pas ce vêtement et cette perle, je serai malheureux ; car vivante, ma fille sera perdue pour moi. Oh ! Pour ce vêtement donc et pour cette perle, je n'hésite pas à entreprendre les plus longs voyages. Vous savez, Seigneur, que je ne mens point. »

En entendant ces paroles, le jeune homme m'ordonna de me lever et me dit : « Tes prières et tes larmes m'ont touché, et tu es heureux d'avoir cru. Et puisque tu dis que pour cette perle tu voudrais donner ta vie, je ne puis te la refuser ; mais il faut que tu saches mes conditions et ma volonté. La robe que je te donnerai est telle que si quelqu'un en veut porter quelque autre, ou de couleur, ou d'or, ou de soie, il ne peut porter la mienne. Je la donnerai à celui qui, dédaignant la soie dans ses habits, préfère les couleurs naturelles et les simples tissus ; à celui qui, n'admettant la pourpre que pour se conformer à l'usage, la resserre du moins en bandes étroites, et ne l'étend pas sur tout son vêtement. Quant à la perle que tu me demandes, elle est de telle nature, qu'elle ne peut appartenir qu'à ceux qui n'en possèdent point d'autre ; car les autres perles viennent ou de la terre, ou de la mer ; mais ma perle, comme tu le vois, est belle, précieuse, incomparable et céleste, et elle dédaigne la compagnie des autres perles. En effet, ce qui m'appartient ne s'accorde pas avec ce qui appartient aux hommes : quiconque porte mon vêtement et ma perle est préservé pour toujours ; il est inaccessible aux feux de la fièvre, impénétrable aux blessures ; point de changement opéré par les années, point de dissolution par la mort ; il est toujours égal à lui-même ; il est éternel. Cependant puisque tu le demandes, je te donnerai cette robe et cette perle afin que tu les portes à ta fille. Mais auparavant tu dois t'informer de ce que veut ta fille. Si elle se rend digne de ma robe et de ma perle, c'est-à-dire si elle renonce aux robes de soie, d'or et de couleur, si toute autre perle lui est odieuse, alors je t'accorderai ce que tu me demandes. »

A ces mots, ma fille, je me suis levé tout joyeux, et, me recueillant en secret, je t'ai écrit cette lettre, te priant par les torrents de larmes que je verse, de te réserver pour cette robe et cette perle, et de ne pas affliger ton vieux père par la perte que tu ferais, si tu n'avais pas cette robe et cette perle. D'ailleurs, ma fille, j'atteste le Dieu du ciel et de la terre, qu'il n'y a rien de plus précieux que cette robe et cette perle, et il est en ton pouvoir de les obtenir. Si donc on t'apporte une autre robe, de soie, ou de couleur, ou d'or, dis à celui qui te l'offrira : « J'attends une autre robe, pour laquelle mon père voyage depuis longtemps loin de moi, qu'il recherche à mon intention, et que je ne puis avoir si j'accepte celle-ci. Pour moi, c'est assez de la laine de mes brebis ; c'est assez des couleurs naturelles ; c'est assez d'un simple tissu, et je désire cette robe dont on m'a dit qu'elle ne s'use, ni ne s'endommage, ni ne se déchire. » Et que si on t'offre une perle pour la suspendre à ton cou ou la mettre à ton doigt, tu répondras : « Que voulez-vous que je m'embarrasse de ces perles inutiles et grossières ? J'attends la plus précieuse, la plus belle, la plus utile des perles. J'ai foi en mon père, qui lui-même a eu foi en celui qui la lui a promise ; cette perle pour laquelle il m'a déclaré qu'il irait jusqu'à mourir ; c'est elle que j'attends, que je désire, qui me procurera le salut et l'immortalité. »

Donc, ma fille soulage mon inquiétude, relis sans cesse ma lettre, réserve-toi pour cette robe et pour cette perle. Toi même, sans consulter personne, fais-moi comme tu pourras une lettre, où tu me diras si tu te réserves pour cette robe et cette perle, afin que je sache ce qu'il me faut répondre à ce jeune homme et que je puisse, si tel est ton désir, si tel est ton espoir, songer à revenir joyeux près de toi. Lorsque tu m'auras répondu, je t'apprendrai alors qui est ce jeune homme, et quel il est et ce qu'il veut, et ce qu'il promet, et ce qu'il peut. En attendant, je t'envoie une hymne que tu chanteras le matin et le soir, afin de te souvenir toujours de moi. Si ton âge ne te permet pas de parfaitement comprendre et cette hymne et ma lettre, interroge ta mère, qui désire, par sa piété t'avoir engendrée pour Dieu. Puisse aussi ce Dieu qui t'a engendrée, te garder à jamais : c'est le vœu de mon cœur, ô ma fille bien-aimée !

Répondre

Revenir à « Liens de parenté entre les saints »