La lettre de mon Ange gardien

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1098
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

La lettre de mon Ange gardien

#1 Message par Laetitia » jeu. 28 janv. 2016 22:31

Ayant reçu de la part d'une personne bien intentionnée La lettre de ton Ange gardien, que l'on trouve aussi sur internet ;

il m'a semblé important de ne pas laisser cela sans réponse, laquelle fut faite après prière au Saint Esprit et à mon Bon Ange.


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1098
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: La lettre de mon Ange gardien

#2 Message par Laetitia » ven. 29 janv. 2016 22:52

Commençons par une étude rapide de cette lettre que certains ont pu lire sur le net.

Ce « courrier» d'un style mièvre, inverse en plusieurs de ces parties les rapports entre l'âme et l'Ange gardien, les valeurs spirituelles et les fausses valeurs humaines, la véritable Sagesse et la sagesse mondaine.

Il commence par une dépréciation de l'entourage, étrange méthode pour un Esprit angélique.

Ensuite, il insinue un « besoin » réciproque d'égal à égal entre l'Ange bienheureux et la créature humaine, comme si les Anges avaient besoin des hommes pour être heureux alors qu'ils le sont parfaitement en Dieu au Ciel.

Être « déprécié », « s'abaisser », « souffrir inutilement », n'est-ce pas là l'humilité et la souffrance, folies inutiles aux yeux des hommes, mais accompagnées de la Charité, valeurs principales aux yeux de Dieu ! Inversion des valeurs !

Inversion aussi du rôle de l'Ange gardien qui n'est pas seulement un confident mais surtout un conseiller. Inversion aussi de son but qui n'est pas le bonheur sur la terre de son protégé mais son bonheur éternel.

Une invention erronée se glisse aussi dans cette lettre ; en effet, saint Thomas d'Aquin nous dit que l'Ange gardien ne prend son ministère qu'à la naissance de l'enfant et non avant où il se trouve sous la protection de l'Ange gardien de sa mère.

Le respect est encore une valeur inversée dans ce courrier; c'est principalement l'homme qui doit avoir du respect pour son Ange gardien et non l'inverse.

La notion d'Amour très tendancieuse dans ce texte, pouvant faire confondre le simple amour naturel et humain avec l'Amour surnaturel qu'est la Charité Divine. Dieu nous a aimé le premier, Il est l'Amour, le seul véritable, surnaturel et par Essence donc la Charité. Nous devons L'aimer plus que tout, de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit. Qui trouve Dieu, trouve l'Amour, mais qui trouve le simple amour naturel et humain ne trouve pas forcément l'Amour Divin.

Et pour terminer, remarquons tout au long de cette lettre, la flatterie de l'ego que l'on retrouve en conclusion dans la dernière phrase.

Ce courrier est un faux ! Ce n'est pas celui d'un Ange Gardien ! ce n'est peut-être pas non plus celui d'un ange déchu, bien que cela s'en rapproche fortement tant par sa mièvrerie que parce qu'il flatte l'ego, méthode qui ressemble fort à celle de Satan !

De plus, ce texte passe à côté de l'essentiel et inverse plus ou moins le sens des rapports entre l'âme et l'Ange Gardien; il s'y trouve en plus, de graves erreurs et plusieurs inventions. Donc, le tout, tel quel, porte à la dérive.


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1098
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: La lettre de mon Ange gardien

#3 Message par Laetitia » sam. 30 janv. 2016 19:22

voici en contre-partie le courrier de mon Ange gardien ...
Mon Ange gardien m' a écrit :
Chère âme,

Ce courrier va peut-être t'étonner et c'est normal, car il n'est pas commun que les esprits angéliques communiquent de cette manière avec les humains. Il s'agit là simplement d'un texte écrit par une personne qui a invoqué le Saint-Esprit et l'aide de son Ange Gardien, pour faire réfléchir les âmes de ce monde du XXIe siècle en s’inspirant d’un bel ouvrage sur les Saints Anges
(Mémoires d'un Ange gardien, par l'Abbé G. Chardon, Paris, 1886).

Dès le commencement, Dieu a distribué leurs rôles aux purs esprits : aux uns de procurer le bien général des humains ; aux autres, de veiller chacun sur une âme. Je suis de ces derniers. A l'apparition d'une âme que Dieu voyait seul dans l'avenir, devait commencer mon ministère. Et c'est toi, chère âme, qui m'a été confiée dès ta naissance.

Tu as ensuite reçu le Saint Baptême, qui t'a permis de devenir Enfant de Dieu, petit Prince, destiné au Royaume des Cieux. Depuis ce jour aussi, à l’état d’éloignement de Dieu et de péché a succédé l’état de grâce ; et des mains de Satan, tu es passé dans les mains d'un ange.
Mon existence au service de Dieu dépend désormais de la tienne. Dès lors c'est une vie à deux. Je suis la personnification de la Providence, et j'éprouve des joies ineffables à combler ton âme de ses faveurs. Tu es la personne que j'ai à aimer le plus sur la terre et je sers aussi d'intermédiaire entre ton cœur dans cet exil et le Coeur de notre Souveraine, notre Dame Marie, dans les Cieux.

Si la couronne des élus est un don, elle est aussi une récompense. Le Créateur ne l'offre qu'au mérite de la créature. Tu as reçu de Dieu la liberté. Il dépend de toi de demeurer bon en t’appliquant à être meilleur, ou de devenir méchant. Si tu le veux, tu seras sauvé ; si tu péris, tu auras voulu périr !
Ô liberté ! Qui donc des anges ou des humains oserait t'envisager sans effroi ? Tu es vraiment l'arbre de vie et de mort. Tu portes les fruits du salut et ceux de la perdition. Cueillis avec discernement, ils donnent les joies de l'immortalité ; arrachés au hasard, ils causent des douleurs sans fin. A toi, liberté, sont dues les délices du Ciel ; de toi sont venues les horreurs de l'enfer !
Pour défendre ta noblesse, chère âme, et défendre l'honneur de ton Dieu, tu dois soutenir de rudes assauts. En effet, outrager Dieu et torturer les âmes : tel est le but dont ne s'écarte jamais Satan. A son approche, fais appel à moi : si ta crainte est mêlée de confiance tu resteras sous mes ailes et seras sauvé.

Qu'il est doux de conduire et protéger une âme innocente et fidèle, pour la plus grande Gloire de Dieu et le salut de cette âme. Mais si tu te relâches de ta ferveur, chère âme, tu risques de perdre ta charité première et la défaillance ne tardera pas. Quelle tristesse alors pour moi, de voir germer une infinité de fautes en ton âme. Tu deviens insensible à mes inspirations et tu négliges les grâces que je t'obtiens. Petit à petit, tu n'as plus de goût que pour les choses viles et toute pensée chrétienne t'accable. Les parfums de Jésus-Christ ne t'attirent plus, et les les puanteurs infernales et miasmes du monde te délectent.

Je ne rencontre de ta part que distraction et légèreté, mollesse et dégoût. Je m’applique à t’inspirer en douceur, et tu fais la sourde oreille ; je te tends la main, et tu me repousses ; je te montre la voie, tu te détournes ; je t'appelle, tu fuis.
Mais attention, chère âme, ne reste pas dans cet état et souviens-toi de ce qu'a dit le Divin Maître : Je vomirai l'âme tiède !
Tu fuis même les poursuites de mon amour et de mon zèle ; mais rappelle-toi que je dois te protéger dans les voies où Dieu t'appelle, non te soutenir sur tous les précipices où ta présomptueuse audace risque de te mener.

Je sais que le monde du XXIe siècle, dans lequel tu vis, a rejeté Dieu ! Mais tu ne dois pas le suivre dans sa chute ! N'es-tu pas capable de supporter ce que beaucoup d'âmes ont subi à bien d'autres époques, et de gagner comme elles la couronne de gloire ?!

Suspendu au-dessus de l'abîme, pauvre âme pécheresse, tu n'es retenue que par le fil de ta vie présente. Tu t'endors dans le temps au risque de te réveiller dans les feux éternels.
Quelle tristesse pour moi ! Serons-nous pour toujours séparés ? toi qui devais être un noble compagnon de gloire ne seras-tu qu'un lâche déserteur ? Après avoir été ton protecteur et ton guide, faudra-t-il que je ne puisse te défendre contre ton accusateur infernal devant le Souverain Juge ?
« Douce Vierge Marie, en quel état vous apparaît votre enfant ! …. Ah ! Malgré ses torts il vous appartient. Les pécheurs sont à vous. Refuge des pécheurs, priez pour lui ! »

Écoute ma voix, chère âme, ne ferme pas les portes de ton esprit ; pour cela il te suffit de prêter ton attention à ce qui t'entoure, la nature, les créatures inanimées, les phénomènes les plus simples et les humains bien intentionnés ; tout ce qui t'entoure devient éloquent pour te transmettre mes affectueuses remontrances. Sache que Dieu connaît ta conscience et voit le fond de ton cœur. S'Il t'appelait subitement devant son tribunal … !?
Regarde la Croix, cette échelle du Divin Amour qui devait te conduire au séjour des élus, voudras-tu la transformer, par ton obstination, en une infranchissable barrière ?
Cependant n'oublie jamais, chère âme, que le cœur d'un père pardonne sans restriction et que, si l'indulgence et la miséricorde humaines peuvent être sujettes aux retours fâcheux, les pardons divins ne le furent jamais.
Notre Seigneur n'attend de toi qu'un mouvement de repentir, qu'une pensée de contrition …. et tu seras pardonné ! Il te restera alors à réparer autant que tu le peux le mal que tu as fait. Alors, moi, ton Ange Gardien, ton frère pour l'éternité bienheureuse, je chanterai avec les lyres célestes la puissance des larmes et les triomphes de l'amour.
Après ce retour, chère âme, ton amour pour ton Créateur, sera plus généreux, plus vif, plus fort. Jalouse de rattraper le temps perdu, tu ne rêveras qu'aux moyens de tirer du mal passé le bien à venir.

Je t'invite donc à réformer ta vie et pour commencer tu dois mettre ta conscience en ordre. Ensuite tu n'auras qu'à suivre mes inspirations ! Et n'hésite pas à me demander conseil ; je suis ton meilleur ami, chère âme, ne m'oublie pas !

Sais-tu que je rédige le poème de ta vie surnaturelle ? Sa perfection ne dépend ni de la distinction extérieure de ta vie, ni de sa durée, mais de ses mérites devant Dieu.
Alors ne permets pas que d'autres pages soient vides, ou déplorablement remplies, ou pire ! qu'elles soient ton arrêt de mort éternelle ! Rappelle-toi que cette histoire de toute ta courte vie ici-bas sera ton unique fortune qui t'accompagnera éternellement hors du monde visible.

J'attends donc un signe de ta part, une pensée d'Amour pour ton Créateur, un mouvement de ton cœur repentant pour les présenter par les mains de Marie, Notre Souveraine, à ton Créateur. Ensuite nous pourrons vivre ensemble le reste de ta vie en l’exil d’ici-bas, et surtout, après ton passage, partager éternellement la Vie du Dieu-Amour qui t'a tant aimé qu'Il a donné la vie de son propre Fils pour te sauver.

Ton meilleur ami, ton Ange Gardien.

Répondre

Revenir à « Saint Michel et les anges de la Milice céleste »