Poésie

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#81 Message par Laetitia » lun. 22 avr. 2019 17:00


Les Mystères Glorieux


Mystères glorieux, brillants comme l'aurore,
Vous avez la beauté des fleurs qu'un soleil dore.
Je suis ravi de joie en voyant le décor
Superbe et somptueux de vos corolles d'or.
Vous portez mon esprit dans la gloire future :
Où trouver en ce monde une telle peinture ?



Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#82 Message par Laetitia » lun. 22 avr. 2019 17:06

Image

Jésus ressuscite

                                     La paix soit avec vous. (S. Jean, XX, 19)


Pour reposer en paix, dans un lieu solitaire,
L'Auteur de l'univers n'a pas six pieds de terre.
Faut-il s'en étonner ? — Il n'eut pas de berceau,
Pourquoi donc, à sa mort, aurait-il un tombeau ?

Va-t-on jeter son corps divin à la voirie ?
Non ! un homme pieux, Joseph d'Arimathie,
Dans un sépulcre neuf, viendra l'ensevelir.
Comment aurait-il pu des vautours devenir
La pâture, Celui qui de sa main divine
Nourrit tous les oiseaux, décore la colline.
Embellit les vallons des plus riants tableaux.
Et donne au firmament ses nuageux rideaux ?

Dans un sombre caveau l'Auteur de la lumière
A l'univers se cache. Une voûte de pierre
Couvre le Créateur de la voûte d'azur.
Les vers respecteront, certes, ce corps si pur !

En voyant au tombeau Jésus, tout effroi tombe ;
Son exemple adoucit la peine de la tombe.

Voici lever le jour que le Seigneur a fait ;
Avec quel radieux éclat il apparaît !  
  


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#83 Message par Laetitia » lun. 22 avr. 2019 17:08

Pourquoi vous tenez- vous, gardes, en ces parages ?
Est-ce pour rendre au Christ quelque tribut d'hommages ?
Ah ! c'est qu'il avait dit : « Je ressusciterai ; 
Trois jours après ma mort, vivant, je sortirai
Du tombeau. »                                                                              

                                                Vous croyez qu'il n'osera, sans doute,
Bouger en vous voyant ? que sa force redoute
La valeur de vos bras ? Insensés ! Le soleil
N'oserait, sous vos yeux, produire son réveil
Si dès l'aube du jour vous alliez vers l'aurore,
Avant que sa lueur première empourpre et dore
L'horizon ? Insensés ! je le dis de nouveau,
Croyez-vous empêcher de sortir du tombeau
L'Auteur des astres d'or qui brillent sur vos têtes ?

Vous ne comprenez pas, d'ailleurs, ce que vous faites.

« Père, pardonnez-leur, ne sachant ce qu'ils font ! »

Ce mot du doux Jésus en croix était profond,
C'est pour vous qu'il parlait. Comme un bon fruit d'automne
Cueillez-le : c'est à vous que le Maître le donne.

Sur vos chefs éclairés afflueront les malheurs,
Leurs cœurs seront en proie aux cuisantes douleurs,
La malédiction sur eux sera tangible.
Pour eux ne sera plus de nation possible,
Par le monde ils courront. Le nom des Juifs errants
Ne sonnera pas mieux que celui des tyrans.
Ils auront le mépris. L'amour de gains sordides
Sera le seul trésor dont ils seront avides.


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#84 Message par Laetitia » lun. 22 avr. 2019 17:10

   

Soudain, comme l'éclair qui sillonne les cieux,
Jésus sort du tombeau vivant et glorieux.
Les anges étonnés se penchent vers la terre
Et cessent leurs concerts en voyant ce mystère.
La houle de leurs fronts, qui brille au firmament,
Déferle et roule en un immense mouvement
Sur les bords flamboyants de la plage infinie.

La malédiction de la terre est bannie,
Le bras de l'Éternel sera moins rigoureux,
La bonté désormais jaillira de ses yeux.
Océan, terre et cieux, tressaillez d'allégresse !




Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#85 Message par Laetitia » mar. 23 avr. 2019 10:40

Et vous, vaillants soldats, remplis de hardiesse,
Étendus sur le sol, vous tremblez, maintenant,
Comme une feuille au vent ? N'est-ce pas étonnant?
Qui vous a couchés là ? Vous respirez à peine ?
On dirait que la peur vous a fait perdre haleine.
Vous ressemblez aux foins que la faux a coupés,
On croirait que la foudre, hélas ! vous a frappés.

Mais à Gethsémani, pourtant, la même force
Vous avait renversés ? — Quand on est en divorce
Avec le sens commun on ne sait réfléchir ;
La chose que, d'ailleurs, vous voulez obtenir,
N'est rien qu'un peu d'argent. Votre raison vénale
N'est plus propre, il est vrai, qu'à l'action brutale.

Tout en mentant, soldats, vous serez néanmoins
Du Christ ressuscité de fidèles témoins
Pour établir le fait, et vos faux témoignages,
Se tournant contre vous, diront à tous les âges
Qu'en cherchant à tromper vous avez proclamé
La puissance du Christ.                                                              

                                                                                Jésus, mon bien-aimé,
Vous êtes vraiment Dieu ! Le plus grand des miracles.
Par vous-même annoncé, prédit par vos oracles,
N'est pas un fait douteux, mais une vérité
Qui prouve évidemment votre divinité.


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#86 Message par Laetitia » mer. 24 avr. 2019 22:18

Océan, terre et cieux, d'une voix unanime,
Louez Celui qui vous soutient et vous anime.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia,
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !

Voyez-le du tombeau, la face radieuse,
Sortir comme un soleil d'une mort ténébreuse.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dana la sainte allégresse entonnez l'hosanna !

Quel astre aussi brillant dans la voûte étoilée ?
Quoique sa gloire encor sous son corps soit voilée.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !

Il domine la mort comme l'aigle une cime,
Après avoir été de ses coups la victime.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !

Il voit le basilic sous les pieds d'une femme,
Ce serpent mord sa queue en vomissant la flamme.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#87 Message par Laetitia » sam. 27 avr. 2019 23:21

Le dragon est captif au fond de la Géhenne,
Jamais il ne pourra briser sa lourde chaîne.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !

Il lègue au genre humain la nouvelle alliance,
La crainte, maintenant, fait place à l'espérance.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna!

Un sang pur coulera pour honorer son père,
Jéhovah va briser le van de sa colère.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !

Le soleil va briller sur nos sombres collines;
La grâce va couler à flots des mains divines.

Voix du monde et des cieux chantez l'alleluia ;
Dans la sainte allégresse entonnez l'hosanna !


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#88 Message par Laetitia » mer. 01 mai 2019 22:16

Jésus ressuscité vient d'abord voir sa mère :
C'est pour la consoler de sa douleur amère.

On le voit, revêtu de sa robe d'argent,
Apparaître à Céphas, à Madeleine, à Jean.
Tout à coup Il se trouve au milieu des apôtres ;
Il se montre à Thomas, qui, séparé des autres,
N'avait pas voulu croire. Il apparaît aussi

Aux femmes visitant son tombeau. — « Le voici,
Leur dit-il, le Seigneur que vous cherchez. » — La joie
Surabonde partout, Jésus n'est plus la proie
De l'indomptable mort. Les filles de Sion
Reçoivent de ses mains sa bénédiction :

« La paix soit avec vous ! » — De sa bouche immortelle
C'est le refrain d'amour. De sa main éternelle
Il pardonne et guérit. Nazareth, de nouveau,
Admire ce Jésus comme un divin flambeau,
Le lac Génézareth donne à sa voix puissante
Aux filets de Simon une pêche abondante.

Pierre, les fonctions que Jésus t'appelait
Sur la terre à remplir, par ce coup de filet,
Des plus prodigieux, sont bien symbolisées :
De l’Église en tes mains seront les destinées.
Entends-tu le Sauveur ? « Pais agneaux et brebis,
Et sur tout mon troupeau, Simon, je t'établis ! »

Filets spirituels, entre les mains de Pierre

Et de ses successeurs, en tous lieux sur la terre,
Vous ferez une pêche abondante. A foison,
Sans vous rompre jamais, vous prendrez du poisson.


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#89 Message par Laetitia » mer. 01 mai 2019 22:19

ODE AU TOMBEAU DU CHRIST


O glorieux tombeau du Christ ! ta voix m'inspire,
A ton aspect divin toute parole expire :
Tels que les flots des mers qui viennent se briser,
En poussant un sanglot, au pied d'un fier rocher.

Monuments somptueux de jaspe ou de porphyre.
De marbre ou de granit, que le génie admire;
Monuments à croix d'or qu'on nomme panthéons.
Vous tous qui recelez les cendres de grands noms ;
Tombeaux des Pharaons, appelés pyramides,
Dont le lourd flanc ressemble aux montagnes arides,
Tombeaux des souverains, des rois, des empereurs.
Qui semblez déborder de leurs lourdes grandeurs :
Alexandre, le tien, dont la bravoure étonne,
Et dont la Macédoine orgueilleuse rayonne ;
Le tien, Jules César, l'un des plus valeureux
Parmi ceux des héros que Rome étale aux yeux ;
Puis aux âges chrétiens, le tien, grand Charlemagne,
Qui plane comme un nid d'aigle sur la montagne,
Proclame la valeur de tes exploits nombreux
Et ton nom colossal qui régna glorieux ;
Et le tien, saint Louis, nimbé d'une auréole,
Qu'il porte avec fierté comme un lis sa corolle ;
Un autre est aussi là, que l'on voit resplendir :
Le tien, Napoléon, qu'a vu Moscou pâlir.
Tombeaux de ces héros qu'au feu de la mitraille
On a vu triompher sur les champs de bataille,
Et qu'on nomme : Annibal, Fabius, Scipion,
Roland, Bayard, Condé, Turenne et Washington ;
Vous tous que le génie a portés sur son aile ;
Vous en qui l'amour brûlait cette étincelle
Qui fait chérir la croix et servir le prochain,
Qui du Calvaire aimiez à suivre le chemin,
Venez tous tour à tour : nations policées,
Rustres païens offrant de vos mains insensées
L'encens à Lucifer, peuples ardents de foi,
Suivant de l’Éternel l'auguste et sainte loi ;
Tous, tombeaux, qui devez, pour la honte ou la gloire,
Au grand jour vous ouvrir, vous que garde l'histoire.
Courbez vos fronts devant celui de Jésus-Christ,
De la vie éternelle inaltérable abri.


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1347
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#90 Message par Laetitia » ven. 03 mai 2019 21:22

Si ceux, qui vaillamment sont morts pour la patrie,
Ont droit qu'à leurs tombeaux la foule vienne et prie.
Devant le vôtre, ô Christ, je vois du monde entier.
Pontifes, rois, sujets, venir s'agenouiller.
Debout, pleins de respect, chaque siècle se lève,
Les uns avec la croix, d'autres avec le glaive.
Ils passent gravement, ceux des temps reculés,
Dont les sombres destins sont de secrets voilés,
Ceux des âges de paix, ceux des temps héroïques,
Dont la valeur nous porte aux batailles médiques.

Peuples, éveillez-vous, venez, pressez le pas,
Écoutez la fanfare annonçant les combats,
Archers, arbalétriers, de vos flèches aiguës,
Qui volent dans les airs jusqu'au sommet des nues,
Percez vos ennemis. Venez à votre tour,
Chevaliers, bannerets, et qu'au haut de la tour
Flottent vos vieux drapeaux. Suivez vos destinées,
Armez vos bras nerveux, vos mains disciplinées.
Français, Anglais, Hongrois, Flamands, formez le rang,
Allemands, avancez pour grossir le torrent
Des bras forts et vainqueurs de la puissante armée,
Qui, comme les aïeux, sait brandir la framée.
En criant : « Dieu le veut ! » voyez-la s'avancer
D'un pas rapide et fier. Qui pourra l'écraser ?
Tancrède, Godefroid, Baudoin, marchent en tête
De gloire tout drapés comme aux grands jours de fête ;
« Dieu le veut ! » disent-ils, en allant crânement
Vers le tombeau du Christ qu'aux mains du Musulman
Ils veulent arracher. Mais n'est-ce pas un rêve ?
Oh ! non, dans leur ardeur le combat est sans trêve,
Jérusalem est pris en un assaut soudain,
L'étendard des croisés, sur les donjons d'airain,
Déploie au gré des vents ses plis d'or et de soie,
Tous les pays chrétiens sont exultants de joie.

Sépulcre de Jésus, je te vois là, debout.
Toujours, comme un géant qui se dresse partout ;
Sur les autres tombeaux, tu projettes ton ombre.
Et le plus éclatant près du tien est bien sombre:
Tu possèdes la vie, et les autres la mort,
Mais la force du tien viendra changer leur sort ;
La résurrection, par ton bras invincible,
A coup sûr se fera. Ton souffle incorruptible
Rendra nos corps un jour à l'immortalité.
Pour les mettre en l'état qu'ils auront mérité.

Salut, tombeau vainqueur du Christ-Roi dont la gloire,
La force et la puissance entonnent la victoire !


Répondre

Revenir à « Le Saint Rosaire »