Poésie

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1227
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#41 Message par Laetitia » jeu. 14 mars 2019 12:37


Vos disciples aimés subiront votre sort ;
Pour prêcher votre nom ils iront à la mort.
Des milliers de martyrs, en chantant votre gloire,
Sous les coups des bourreaux, diront : « Au Christ victoire ! »

Et Julien l'apostat, en hurlant comme un chien,
Vous lancera sa chair, disant :                  
                                                                                          « Galiléen,
Tu m'as vaincu ! »                                                                           

                                                      Dans la suite, on verra des schismes,
Avec l'irrésistible ardeur des cataclysmes,
Attaquer les splendeurs de la foi. Puis je vois
L'hérésie à son tour venir plus d'une fois
Pour semer la discorde. Et qu'aperçois-je encore ?
Mots artificieux qu'un doux sourire dore,
Séditieux projets et persécutions,
Desseins ambitieux, vaines prétentions
D'usurpateurs de droits dont la main se dérobe.
Orgueil du sectateur qui déchire la robe
De l'épouse du Christ, prétextant la rigueur
D'un ascétisme outré qu'un esprit novateur
Ne saurait récuser. Rangez-vous en bataille,
contradictions, et d'estoc et de taille
Venez lancer vos traits hardis.                                        

                                                                                  C'est un rocher
L'édifice du Christ. A Pierre — ce rocher
Que Jésus fit apôtre et la pierre angulaire
De ce temple — il prédit qu'aquilon et tonnerre
Des suppôts de Satan contre lui lutteront,
Et que toujours en vain ils se déchaîneront.

Armés du nom du Christ affrontons la tourmente
Que suscite l'enfer dans sa rage écumante.

Quand Jésus apparaît le calme vient bientôt.
Jésus lève la main et les mers aussitôt
Aplanissent leurs flots. Le lac Tibériade
N'osa plus regimber ni faire la bravade
Quand le maître eut parlé.                                                          


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1227
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#42 Message par Laetitia » ven. 15 mars 2019 11:01

                                                             La contradiction,
Marie, aussi sera pour vous ; et Siméon
L'a prédit en disant :                                        
                                                             « mère désolée,
Votre âme un jour sera de douleur désolée ! »

Je gémis, je frémis, je sèche de frayeur
Lorsqu'en priant, je dis : « 0 mère de douleur,
Secourez-moi ! » Ce cri met l'angoisse en mon âme,
Contriste mon cœur, qui d'amertume se pâme.
Quand Siméon parlât, vos yeux durent s'ouvrir
Sur les âges futurs et voir dans l'avenir
De grands secrets. Ouvrez mes yeux à la lumière,
Que le flambeau divin de l’Évangile éclaire
Ma route dans l'exil. Qu'à l'heure de la mort
Le bonheur des élus soit mon suprême sort !


Anne la prophétesse, étant venue au Temple,
Vous admire, ô Jésus ! Elle aussi vous contemple
Et reconnaît en vous le Sauveur d'Israël.

Son âme était ouverte aux riches dons du ciel.
Son œil pur pouvait voir la divine lumière
Envoyée en ce monde, et c'est par la prière
Et l'immolation qu'elle eût cette faveur.
Comme elle aussi je veux servir mon doux Sauveur !


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1227
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#43 Message par Laetitia » dim. 17 mars 2019 18:14

Image

Jésus et les Docteurs

                                     Ignorez-vous qu'il faut que je sois aux choses qui regardent Mon Père. (S. Luc, II, 49)


Quel site à Nazareth ! La prude Galilée
Étale ses splendeurs ainsi que la Judée :
L'une au nord, l'autre au sud ; à l'est, le mont Thabor
Dresse son piédestal et sa tête élégante.
Les montagnes d'Adjloun, leur pente verdoyante.
Les monts bleus du Carmel, la mer, plus bleue encor,
Figurent à l'ouest. Cette riche nature
A les vives couleurs d'une fraîche peinture.
La plaine d'Esdrelon est un tapis persan
Joliment nuancé. Sa flore est la plus belle :
L'anémone, le lis, les touffes d'asphodèle,
Y mêlent leurs parfums à l'odeur du safran.


Dans un ciel toujours pur, nacré comme l'opale.
Qui ne revêt jamais un voile sombre ou pâle,
Ciel d'or dont l'horizon paraît être idéal.
On voit luire pourpré l'anneau du vieux Saturne ;
Le pôle, rougeoyant dans son manteau nocturne.
Nous montre aussi Hershell, sur son front boréal.


Allons à Nazareth, voir la sainte famille.
Qui vit bien pauvrement, dans la petite ville.
On appelle le chef Joseph, le charpentier :
Marie est son épouse, et Jésus, qu'on admire,
Leur fils ; c'est à peu près tout ce que peuvent dire
Les bons Nazaréens, qu'on regarde en pitié. 
  


Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1227
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: Poésie

#44 Message par Laetitia » lun. 18 mars 2019 10:11

Pénétrons au foyer do l'humble maisonnette,
Qui n'a pas au dehors une mine coquette,
Le luxe n'est point là : d'étroits appartements.
Un mobilier modeste ayant un air antique;
Un âtre très restreint, une pauvre boutique;
C'est tout ce qu'y figure en fait d'ameublements.

Si nous les contemplons dans leurs rapports intimes,
On trouve les liens d'affections sublimes,
Parfumant le foyer de leur suave odeur.
Le ciel voit ces trois fronts déjà ceints d'auréoles.
Ces trois lis souriant de leurs blanches corolles,
En se réjouissant de leur pure candeur.

Je vous aime, ô Jésus ! caressant votre mère,
Bégayant le saint nom du bon Dieu, votre père.
Souriant à Marie en lui tendant les bras,
Avec elle et Joseph faisant votre prière,
Sous l'effort du sommeil closant votre paupière.
En trébuchant un peu faisant vos premiers pas.

Plus tard, je vous admire, allant vers les collines
Chercher un peu de bois, et de vos mains divines
Aidant à saint Joseph dans son humble atelier.
Je vous vois amener une chèvre folâtre
Vous donnant son lait gras. Le soir, auprès de l'âtre,
Avec vos bons parents, je vous entends causer.


Répondre

Revenir à « Le Saint Rosaire »