Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

Message
Auteur
Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#21 Message par Monique » lun. 04 avr. 2016 19:50

Eh ! bien, pour lire l'Evangile de la joie, ne mettons pas de côté le souvenir amer de ces tristes constatations . Car c'est à des hommes réels, c'est-à-dire à des hommes qui ne peuvent pas ne pas constater qu'ils sont en butte au scandale et qye beaucoup succombent, c'est à de tels hommes que l'Evangile de la joie a été annoncé. Ainsi n'hésitons pas à nous souvenir de tout ce que la vie réserve d'amer et de désolant. Mais que ce soit en Dieu que nous en ayons le souvenir.
Alors , nous ne laisserons pas, malgré tout, de croire à l'Evangile de la joie.

Entendons les voix négatives (il est d'ailleurs impossible de ne pas les entendre); mais au-delà de ces voix funestes écoutons la voix salutaire du Seigneur et nous ne nous perdrons pas. Il ne s'agit pas d'ignorer les discours négatifs de l'humaine expérience; il s'agit de les entendre en demeurant auprès du Seigneur; alors ils cesseront d'être négatifs. Alors même si l'expérience veut nous persuader qu'on ne résiste pas à la vie et à ses scandales, la présence du Seigneur qui a infiniment plus de poids que cette expérience nous donnera la certitude que nous pouvons échapper aux scandales si nous sommes de bonne volonté.

Au-delà de ce que nous voyons et qui peut-être décourageant, au-delà des manœuvres et perfides et inlassables du Prince de ce monde, nous saurons que notre Sauveur, qui a triomphé de Satan, ne cesse pas d’être à l'oeuvre dans son Mystère de Salut et que sa Grâce est victorieuse. Nous éprouverons même qu'Il nous fait coopérer à cette oeuvre de salut.
'' N'abandonne point ton âme à la tristesse, il n'y a pas de bien en elle. ''
A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#22 Message par Monique » mar. 05 avr. 2016 17:48

Comment ne pas abandonner son âme à la tristesse ?
En évitant de voir ce que je vois, en moi-même et autour de moi, dans l'Eglise et dans la cité, à l'époque actuelle de Khroutchev, du marxisme ou de la vie publique laïcisée; et surtout à l'époque invariable du péché des hommes, du scandale, des injustices, de la maladie et de la mort ?

A la vérité, pour ne pas s'abimer dans la tristesse et pour demeurer dans la joie évangélique, il ne s'agit pas d'éviter de voir ce qui est; mais il s'agit de croire au-delà de ce que l'on voit et d'aimer en conséquence. Si je crois au-delà des réalités que je vois (et qui existent certes terriblement), d'autres réalités qui existent infiniment plus apparaissent aussitôt à mes yeux rassurés. Ces réalités dernières que représentent l'Amour de notre Sauveur et sa victoire sur le Prince de ce monde et sur les scandales de la vie.

Si je crois au-delà de ce que je vois, je sais que, au sein même de l'époque invariable du péché, l'époque de la victoire a déjà commencé; de sorte que l'époque du péché, apparemment invariable, a déjà essentiellement varié, elle est déjà abolie pour ceux qui croient à la victoire de Jésus-Christ et demeurent dans son amour. L'époque du péché sera définitivement abolie lorsque Jésus sera devenu tout en tous.

A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#23 Message par Monique » mer. 06 avr. 2016 20:41

Comment ne pas abandonner son âme à la tristesse ?
En me souvenant du Mystère de Jésus-Christ; en ayant assez de Foi pour avoir un mémoire chrétienne.

Le propre de la joie évangélique c'est non pas d'être incompatible avec la tristesse, l'accablement ou de la désolation; c'est d'être encore possible et de briller encore au coeur de la tristesse même, de l'accablement et de la désolation. plus profonde que toutes les peines et toutes les tristesses cette joie procède de la mystérieuse présence, à l'intime de l'être, du Seigneur Jésus-Christ qui nous aime sans mesure et qui nous a délivrés du mal.

Cette joie ne se présente jamais avec un caractère indiscret ou fracassant, et négateur de l'humble réalité humaine.

Celle-ci est est une réalité d'amour, de peine et de travail; mais, plus profondément encore et dans sa source la plus cachée, c'est une réalité religieuse; et de la religion du Seigneur Jésus-Christ, victorieux du diable et de la mort.

A suivre... LA PAIX QUE NOUS DEMANDONS A L'AGNEAU DE DIEU

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#24 Message par Monique » jeu. 07 avr. 2016 19:22

LA PAIX QUE NOUS DEMANDONS A L'AGNEAU DE DIEU
Au sujet de la Paix, comme du reste au sujet de la béatitude et de toutes les réalités dernières, la doctrine chrétienne est à la fois extrêmement simple et élevée. Elle tient en ces deux propositions du Seigneur Jésus: Je vous donne la Paix; je ne vous la donne pas comme le monde.

Autrement dit, il existe une paix véritable pour les hommes fidèles au Seigneur Jésus: cette paix n'est point celle du monde. Sur ce dernier point le prophète avait déjà dit qu'il n'est point de paix véritable pour les impies: non est pax impiits (1)

Le monde, c'est-à-dire non pas l'universalité des hommes mais la contre-Eglise pour laquelle le Seigneur n'a point prié a certainement la prétention de dispenser la paix. Le monde prétend satisfaire et combler les aspirations des hommes. Dans certains cas il faut bien convenir qu'il y arrive; mais il faut constater en même temps que c'est au prix de l'étouffement des désirs les plus profonds de l'âme, des aspirations les plus humaines de l'être humain.

Tel débauché, qui a peut-être suivi cauteleusement les maximes du monde, finit par habiter heureux et tranquille dans sa crapulerie: il est en paix; seulement il a étouffé son âme. Il est comblé, il n'aspire plus à autre chose , mais c'est parce qu'il a asphyxié son âme qui naturellement aspirait à autre chose.


(1) Isaïe, 48,22.
.
A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#25 Message par Monique » lun. 11 avr. 2016 18:05

On en dirait autant de tel homme d'affaires de rapines et d'usure; de tel meneur de peuple éclaboussé de crimes, mais parvenu et établi au faîte de pouvoir.

(Ce disant on ne prétend certes pas que tous les hommes d'affaires ou tous les meneurs de peuple soient des canailles sinistres, croupissant dans une paix illusoire.)

En tout cas, si le monde réussit à procurer à ses adeptes la paix d'un Enfer indolore, c'est quand même un Enfer. A moins de se convertir, les mondains connaitront à leur dernier jour qu'ils habitaient déjà l'Enfer effectivement et que l'Enfer ne peut pas demeurer indolore toujours. Non est pax impiis

La paix que donne Jésus-Christ est une paix dans l'amour et la croix. Il importe de voir que ce n'est jamais cette paix au niveau de la facilité, de la lâcheté et de l’égoïsme vers laquelle soupirent naturellement les pauvres hommes. Elle n'a pas de rapport avec le vieux refrain que les hommes se transmettent, dans une persévérance inlassable, de génération en génération: '' Enfin, on va pouvoir être tranquille et se donner du bon temps. Espérons qu'il n'y aura plus maintenant quelque chose qui dérange. On va s'arranger por être bien tranquilles.''

La paix que donne Jésus-Christ répond à une aspiration tout autre; elle vient exaucer la prière tremblante des enfants de Dieu, qui se savent pécheurs mais qui sont de bonne volonté: '' Seigneur, donnez-nous la force de vous rester fidèles. Nous sommes si impurs et si faibles que cette fidélité n'est pas possible sans être pressés au-dedans par les sacrifices que demanderez de nous, sans être affligés au-dehors par les épreuves qu'Il vous plaira de nous envoyer, Seigneur, donnez-nous seulement, au coeur fidèles et de vous aimer.
A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#26 Message par Monique » ven. 15 avr. 2016 17:34

Notre croix est indispensable pour coopérer à la Rédemption du monde; donnez-nous seulement de ne pas nous lasser de coopérer à cette Rédemption; de ne pas démissionner à cause de la fatigue et des échecs.

Agneau de Dieu, la paix que nous vous demandons est celle de pauvres pécheurs qui se savent tels et qui en acceptent les conséquences; de faibles disciples qui veulent quand même vous aimer et travailler à votre oeuvre et qui acceptent d'y mettre le prix.

Agneau de Dieu qui enlevez le péché du monde, qui le détruisez par votre croix, donnez-nous votre paix qui est une paix crucifiée. Tels sont les saints désirs que vient combler la bénignité de Jésus-Christ.

Les désirs naturels de l'homme se tournent vers une vers une paix et un bonheur qui font abstraction de la destinée surnaturelle, de l'état de chute et de Rédemption.

Les saints désirs de la Grâce ne peuvent se tourner que vers une paix et un bonheur de grâce, une paix et un bonheur qui demandent la purification de l'âme par Amour et l'union par Amour au Sauveur Crucifié, pour la Rédemption du genre humain.

A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#27 Message par Monique » sam. 16 avr. 2016 16:46

Dans la mesure ou les chrétiens ont des aspirations de chrétiens et vivent au niveau de l'Eglise du Christ, non seulement ils goûtent personnellement la vraie paix --- celle qui est surnaturelle et qui durera éternellement; mais encore ils travaillent à la paix politique --- celle qui est essentiellement terrestre, qui dépend de la justice des gouvernants comme de la justice des sujets, de l'effort commun pour susciter de belles coutumes et de la persévérance commune pour vivre à leur niveau.

Or, travaillant à la paix, le chrétien n'ignore pas que, pour une paix de cette sorte aussi bien que pour la paix de l'âme, mais ici d'une autre manière, la reconnaissance effective de Dieu et de son Christ absolument indispensable.

Si Dieu et son Christ ne sont pas reconnus les lois seraient-elles justes, les coutumes seraient-elles nobles, ne sont plus garanties et assurées. La paix politique est oeuvre de justice politique; comment serait-elle possible si l'on exclut l'Auteur et le Garant de la justice, le Dieu vivant et son Fils Notre Sauveur ?

Travaillant à la paix politique le chrétien sait encore qu'elle demeurera toujours incertaine et menacée. En effet, elle ne dépend pas seulement des lois et des institutions, elle dépend des personnes: ou plutôt les lois et les institutions ne peuvent tenir longtemps sans les personnes ou malgré elles. Or, comme les humains sont toujours tentés par le diable et défaillent souvent, il est inévitable que les lois les plus justes ne suffisent pas à assurer la paix. L’héroïsme et la sainteté des personnes, du moins d'un certain nombre d'entre elles, sont encore rigoureusement obligatoires. Mais si la paix politique requiert ce saint effort, un genre d'effort que l'homme aime naturellement si peu, il est visible qu'elle demeure précaire et menacée.

A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#28 Message par Monique » dim. 17 avr. 2016 18:56

Malgré tout, et bien qu'il soit dépourvu d'illusion, bien qu'il ait dépassé autant qu'il est en lui l'illusion des messianismes terrestres, le disciple de Jésus-Christ s'attache à promouvoir une juste paix politique; parce que la Charité éternelle l'incline à vouloir cette justice temporelle: rendez à César ce qui est à César;parce qu'il veut être fidèle à Jésus-Christ dans le temporel même; parce que la guerre qui multiplie naturellement les injustices ou parce qu'une paix injuste qui .est de l'injustice codifié représentent pour les hommes un scandales effroyable

Dès lors un chrétien ne peut pas en prendre son parti et il travaille à la paix véritable de la cité.

De toute façon, qu,il s'agisse de la paix surnaturelle de l'âme, qu'il s'agisse de la paix politique laquelle suppose que beaucoup de chrétiens vivent dans la paix surnaturelle, ce n'est jamais dans un sens de facilité, c'est toujours dans un sens de tension, de Croix, d'Amour généreux, bref dans un sens d'Eglise militante, qu'il faut écouter la bonne nouvelle des Anges de Bethléem: ''paix aux hommes de bonne volonté'' et qu'il faut prononcer la grande prière du Saint Sacrifice.

''Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, donnez-nous la paix. ''

A suivre... LA PRATIQUE DU COMMANDEMENT NOUVEAU

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#29 Message par Monique » lun. 18 avr. 2016 17:50

LA PRATIQUE DU COMMANDEMENT NOUVEAU



1. La Charité répandue en nos coeurs par le Saint-Esprit.

Celui qui réalise, même de loin, que l'Enfer pourrait habiter dans son propre coeur comme il pourrait habiter dans le coeur de son frère, celui-là ne doute pas qu,il ne pourra aimer qu'avec Dieu et parce que le Saint-Esprit lui-même aura répandu la charité dans son coeur.

Sans doute la tentation de haine ou de désespoir n'est-elle point le lot effroyable de tous les jours de notre vie; mais qui peut se flatter qu'il en sera toujours exempts ? Vous êtes droit et noble peut-être. Vous n'êtes point pour autant confirmé en Charité; au contact de l'Enfer de médiocrité et de bassesse dont certains de vos frères se sont accommodés, êtes-vous jamais sûr que votre droiture instinctive et votre besoin passionné de noblesse et d’héroïsme ne vont pas virer au désespoir ou à la haine ?

Êtes-vous sûr que les possibilités d'un enfer ignoré et fascinant ne vont pas se révéler dans votre âme au contact de l'enfer qui est à l'oeuvre sournoisement dans l'âme de votre frère médiocre ? Vous êtes droit et noble.

Mais en vérité, si l'Esprit de Dieu, comme le dit Saint Paul, ne daignant répandre la Charité dans votre âme vous iriez bel et bien en Enfer par le chemin des âmes nobles.
A suivre...

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Sur nos Routes d'Exil: Les BÉATITUDES

#30 Message par Monique » mar. 19 avr. 2016 17:06

Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé...si vous soupçonnez à quel point les offenses de certains êtres peuvent rejeter en eux-mêmes d'autres êtres et supprimer leurs moyens ordinaires de communication; à quel point certaines sociétés facilitent aux imbéciles et aux traitres leur travail de sabotage, d'humiliation et d'injustice; si vous savez que le diable s'occupe des hommes et occupe souvent leur âme, alors vous ne douterez plus que seul l'Esprit-Saint puisse nous donner d'aimer, et faire que nos forces affectives ne s'empoisonnent pas mais demeurent jeunes et pures.

Dans la mesure où l'Esprit-Saint nous communiquera son Amour, même si notre spontanéité naturelle se trouve brimée et contrariée, malgré tout elle ne disparaitra point parce qu'elle apprendra à vivre dans un autre climat, le climat de la spontanéité divine.

Même dans des conditions merveilleusement propices a l'hypocrisie ou a la haine nous vivrons de la spontanéité des enfants de Dieu. Nous deviendrons assez libres de ces biens, pourtant élémentaires, que le prochain dans cet état cruel de privation. En fin dans la mesure où l'Esprit-Saint nous communiquera son Amour nous expérimenterons une amitié de charité avec d'autres êtres qui sont devenus libres eux-aussi de leur Enfer intérieur, nous expérimenterons que l'Eglise est la fraternité indestructible des amis de Dieu.
A suivre...

Répondre

Revenir à « Les Béatitudes »