Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

Message
Auteur
Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#11 Message par Monique » dim. 28 févr. 2016 18:10

IV.
Deux autres belles visions du Sacré-Coeur, accordées à la même Bienheureuse.



Sœur Marguerite-Marie était un jour dans une petite cour du monastère, voisine de la chapelle où reposait le très-saint Sacrement. Elle y faisait à genoux l'ouvrage dont elle était chargée. Elle était auprès d'un noisetier que l'on montre encore à Paray-le-Monial.

« Je me sentis toute recueillie intérieurement et extérieurement, dit-elle dans le mémoire où, par obéissance, elle notait au fur et à mesure les faveurs surnaturelles dont elle était l'objet; et je vis, plus resplendissant que le soleil, le Cœur de mon adorable Jésus. Il paraissait comme environné de flamme; et ces flammes étaient celle de son amour. Il était entouré de Séraphins qui, d'un concert admirable, chantaient : « L'amour triomphe!... L'amour en Dieu se réjouit.

« Ces esprits bienheureux m'invitaient de m'unir à eux dans ce cantique des louanges du Cœur de Jésus-Christ; mais je n'osai pas le faire. Ils m'en reprirent, et me dirent qu'ils étaient venus pour rendre avec moi à ce Cœur sacré un perpétuel hommage d'amour, d'adoration et de louange; que pour cela, ils tiendraient ma place devant le Saint-Sacrement, afin que, par leur entremise, je le pusse aimer et adorer sans interruption ; qu'ils participeraient à l'amour souffrant en ma personne, de même qu'en la leur je participerais à l'amour triomphant. En même temps, ils me parurent écrire en lettres d'or cette association dans le Sacré-Cœur, avec les caractères ineffaçables de l'amour.

« Cela dura deux ou trois heures environ. Toute ma vie j'en ai ressenti les effets, tant par le secours que j'ai reçu de cette mystérieuse association , que par la suavité qu'elle avait produite en moi et qu'elle y produit encore.

« J'en restai tout abîmée de confusion. Cependant, en priant ces saints Anges, je ne les nommais plus que mes divins associés. Cette grâce me donna un si grand désir de la pureté d'intention, elle me donna une si haute idée de celle qu'il faut avoir pour converser avec Dieu, que toutes choses me paraissaient impure, en comparaison de la ferveur des Séraphins. »

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#12 Message par Monique » jeu. 03 mars 2016 16:38

Hélas! que n'êtes-vous là, pour nous comme pour elle, ô brûlants Séraphins, très-purs et très-parfaits adorateurs du Cœur sacré de notre Dieu! Mais je me trompe : vous y êtes; vous y êtes toujours! Jour et nuit, vous adorez, pour nous et avec nous, au ciel et au Saint-Sacrement, ce Seigneur Jésus, votre Roi et le nôtre, votre Amour et notre Amour, votre Lumière et notre Lumière.

Ce que vous faites invisiblement, nous le faisons visiblement; ce que vous faites dans la béatitude du ciel, nous le faisons hélas! ou du moins nous devons le faire au milieu des luttes et des misères de la terre. Ah! suppléez à l'infirmité de nos adorations! Si un pacte spécial ne vous lie point à tel ou tel d'entre nous, comme à votre Bienheureuse « Associée, » il n'en règne pas moins entre vous et nous, entre l'Église du ciel et l'Église de la terre, une union très-étroite, une union intime et indissoluble. Venez donc, venez nous aider, bienheureux Séraphins, bienheureux Chérubins, Anges, Archanges des neuf Chœurs célestes ! Venez, adorons Jésus ! Adorons-le ensemble dans le mystère où triomphent et son amour et son sacrifice; et d'un même cœur adorons, aimons, exaltons son Sacré-Cœur. Venite, adoremus!

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#13 Message par Monique » ven. 04 mars 2016 20:55

Sœur Marguerite-Marie eut encore le honneur de contempler, dans une vision non moins splendide, le Cœur divin dont elle devait être l'apôtre dans l'Église. Le 27 décembre 1686, le jour de la Saint-Jean l'Évangéliste, au moment où elle venait de Communier, Notre-Seigneur voulut lui révéler une fois de plus les mystères de son saint amour.

« Le Cœur de Jésus me fut représenté, dit-elle, comme dans un trône formé de feu et de flammes, rayonnant de tous côtés, plus brillant que le soleil et transparent comme un cristal. La plaie qu'il reçut sur la croix y paraissait visiblement. Il y avait une couronne d'épines autour de ce Cœur sacré, et au-dessus une croix qui y semblait plantée.

« Mon divin Maître me fit entendre que ces instruments de sa Passion signifiaient que l'amour immense de son Cœur pour les hommes avait été la source de toutes ses souffrances; que dès le premier instant de son Incarnation tous ces tourments lui avaient été présents, et que dès ce premier moment la croix fut, pour ainsi dire, plantée dans son Cœur; qu'il accepta dès lors toutes les douleurs que sa sainte humanité devait souffrir pendant le cours de sa vie mortelle, comme aussi tous les outrages auxquels son amour pour les hommes l'exposait jusqu'à la fin des siècles, en demeurant avec eux dans le Saint-Sacrement.

« Et Jésus ajouta :


« J'ai une soif ardente d'être honoré et aimé des hommes dans le Saint- Sacrement ; et cependant je ne trouve presque personne qui s'efforce selon mon désir de me désaltérer en usant envers moi de quelque retour. »

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#14 Message par Monique » dim. 06 mars 2016 1:49

Monique a écrit :
Sœur Marguerite-Marie eut encore le honneur de contempler, dans une vision non moins splendide, le Cœur divin dont elle devait être l'apôtre dans l'Église. Le 27 décembre 1686, le jour de la Saint-Jean l'Évangéliste, au moment où elle venait de Communier, Notre-Seigneur voulut lui révéler une fois de plus les mystères de son saint amour.

« Le Cœur de Jésus me fut représenté, dit-elle, comme dans un trône formé de feu et de flammes, rayonnant de tous côtés, plus brillant que le soleil et transparent comme un cristal. La plaie qu'il reçut sur la croix y paraissait visiblement. Il y avait une couronne d'épines autour de ce Cœur sacré, et au-dessus une croix qui y semblait plantée.

« Mon divin Maître me fit entendre que ces instruments de sa Passion signifiaient que l'amour immense de son Cœur pour les hommes avait été la source de toutes ses souffrances; que dès le premier instant de son Incarnation tous ces tourments lui avaient été présents, et que dès ce premier moment la croix fut, pour ainsi dire, plantée dans son Cœur; qu'il accepta dès lors toutes les douleurs que sa sainte humanité devait souffrir pendant le cours de sa vie mortelle, comme aussi tous les outrages auxquels son amour pour les hommes l'exposait jusqu'à la fin des siècles, en demeurant avec eux dans le Saint-Sacrement.

« Et Jésus ajouta :


« J'ai une soif ardente d'être honoré et aimé des hommes dans le Saint- Sacrement ; et cependant je ne trouve presque personne qui s'efforce selon mon désir de me désaltérer en usant envers moi de quelque retour. »

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#15 Message par Monique » dim. 06 mars 2016 1:54

Magnifiques et consolantes promesses faites par Notre-Seigneur lui- même
aux fidèles dévots du Sacré-Cœur.


Dans la belle vision que nous venons de rapporter, où Notre-Seigneur fit contempler à Sœur Marguerite-Marie son Sacré-Cœur, au milieu d'une lumière ardente, sur un trône mystérieux et resplendissant, il lui laissa, pour toutes les âmes qui se voueraient au culte de ce Cœur adorable, des promesses aussi consolantes que sanctifiantes. Gravons-les dans nos âmes, et méditons-les avec un amour plein de reconnaissance.
Jésus dit donc à la Bienheureuse :

« Le grand désir que j'ai d'être aimé parfaitement des hommes m'a fait prendre le dessein de leur manifester mon Cœur, et de leur donner dans ces derniers temps ce dernier effort de mon amour, en leur proposant un objet et un moyen si propres à les engager à m'aimer, à m'aimer solidement.»

— Voyez , le Sacré-Cœur nous est donné comme un remède extrême dans des dangers extrêmes, les dangers des derniers temps, a II y aura alors, dit l'Évangile, une tribulation telle, qu'il n'y en aura pas en de semblable depuis le commen- cement du monde. Les vertus des cieux seront ébranlées. Beaucoup se laisseront séduire; et si le Seigneur n'eût abrégé ces jours, personne ne pourrait s'y sauver; mais, à cause des élus, ces mauvais jours seront abrégés . » Or, quel est, quel sera pour nous le grand moyen de préservation et de salut? Jésus lui-même daigne nous l'apprendre : C'est son Cœur adorable et adoré, « dernier effort de son amour dans ces derniers temps. » Et comment le culte amoureux de son divin Cœur nous sauvera-t-il? En nous excitant « à l'aimer, à l'aimer solidement. » On peut affirmer sans crainte : « Les élus, » les vrais chrétiens des derniers temps de l'Église, ce seront les fidèles du Sacré-Cœur de Jésus.

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#16 Message par Monique » dim. 06 mars 2016 15:07

Le Sauveur dit encore :
« En leur donnant mon Cœur, je leur ouvre tous les trésors d'amour, de grâces, de sanctification et de salut que ce Cœur contient, afin que tous ceux qui voudront lui rendre et lui procurer tout l'amour et l'honneur qu'il leur sera possible soient enrichis avec profusion des trésors dont ce Cœur divin est la source, la source féconde et inépuisable. J'écrirai leurs noms dans mon Coeur , et je ne permettrai jamais qu'ils en soient effacés. » — « Tous ceux qui voudront,» quel est celui qui ne voudra pas? « Tous les trésors d'amour, de grâces, de miséricorde, de sanctification, de salut :» quelles promesses! quelle bonté! Oh, qui sera assez ennemi de lui-même pour ne pas ouvrir son cœur à la voix de Jésus-Christ?

Répondant d'avance aux critiques des jansénistes, des esprits frondeurs et même de certains chrétiens malavisés, Notre-Seigneur dit ensuite à la Bienheureuse Marguerite-Marie :

« Je prends une singulière complaisance à voir les sentiments intérieurs de mon Cœur et de mon amour honorés sous la figure de ce Coeur de chair, tel que je te l'ai montré, et dont je veux que l'image soit exposée en public, afin de toucher le cœur insensible des hommes. Je répandrai avec abondance, sur le cœur de ceux qui l'honoreront, les trésors de grâces dont mon Cœur est rempli ; et partout où cette image sera exposée pour y être particulièrement honorée, elle y attirera toutes sortes de bénédictions. » — Donc ayons chez nous, donc portons sur nous quelque pieuse image de ce très-sacré Cœur de Jésus; et laissons dire les mondains. Ne vaut-il pas mieux cent fois obéir et plaire à Jésus plutôt qu'aux hommes?

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#17 Message par Monique » mar. 08 mars 2016 1:32

Enfin, la bienheureuse confidente des mystères du Sacré-Cœur résume ainsi, dans une lettre qu'elle écrivit peu d'années avant sa mort, les merveilleux avantages de la dévotion au Cœur de Jésus :

« Je ne sache pas qu'il y ait, dans la vie spirituelle, aucun exercice de dévotion qui soit plus capable d'élever en peu de temps une âme à la plus haute sainteté, et de lui faire goûter les véritables douceurs du service de Dieu.

Oui, je le dis avec assurance, si l'on savait combien Jésus-Christ a pour agréable cette dévotion, il n'est pas un chrétien, pour peu d'amour qu'il eût pour cet aimable Sauveur, qui ne la pratiquât immédiatement.

Les personnes séculières trouveront par ce moyen tous les secours nécessaires à leur état, c'est-à-dire la paix dans leur famille, le soulagement dans leurs travaux et les bénédictions du ciel dans toutes leurs entreprises. C'est proprement dans ce Cœur adorable qu'elles trouveront un lieu de refuge pendant leur vie, et principalement à l'heure de leur mort. Ah! qu'il est doux de mourir après avoir eu une constante dévotion au Sacré-Cœur de Celui qui doit nous juger ! »

Quant aux Religieux et aux prêtres, voici les magnifiques promesses qui les concernent spécialement :

« Mon divin Sauveur m'a fait entendre que ceux qui travaillent au salut des âmes auront l'art de toucher les cœurs les plus endurcis, et travailleront avec un succès merveilleux, s'ils sont pénétrés eux-mêmes d'une tendre dévotion à son divin Cœur.

Que les Religieux et les Religieuses embrassent cette dévotion sanctifiante : ils en retireront tant de secours, qu'il ne faudrait point d'autre moyen pour rétablir dans les Communautés les moins bien réglées la première ferveur et la plus exacte régularité, et pour porter au comble de la perfection les Communautés qui vivent déjà dans la régularité la plus exacte. »

Que chacun de nous prenne pour lui ce que dit en terminant sa lettre la Bienheureuse Sœur : « Il n'est personne au monde qui ne ressentirait toute sorte de secours du ciel, s'il avait pour Jésus-Christ un amour reconnaissant, tel qu'est celui qu'on lui témoigne par la dévotion à son Sacré-Cœur. »

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#18 Message par Monique » sam. 12 mars 2016 16:27

VII
Comme quoi la révélation du Sacré-Cœur
faite au dlx-septième siècle
n'a pas été chose inouïe dans l'Église
.


Les jansénistes accusaient de « nouveauté» de chose inouïe » le culte du Sacré-Cœur C'était là une erreur de fait.

Quatre siècles, en effet, avant l'apostolat du P. Eudes et les révélations de la Bienheureuse Marguerite-Marie, la célèbre Abbesse bénédictine sainte Gertrude avait reçu de Notre-Seigneur des révélations, non moins splendides que celles de Paray-le-Monial, sur le Sacré-Cœur, Jésus lui avait même ordonné de les mettre par écrit : « Tu ne sortiras point de ce monde », lui dit-il un jour que son humilité la faisait hésiter, « tu ne sortiras point de ce monde, que tu n'aies achevé d'écrire. » Je l'exige. Je veux que tes écris soient, pour les derniers temps, un gage de ma divine bonté. Par eux, je ferai du bien à un grand nombre de fidèles. Pendant que tu écriras, je tiendrai ton cœur près du mien, et j'y instillerai, goutte à goutte, ce que tu devras dire. » Et l'admirable livre de sainte Gertrude l'a établie pour toujours l'évangéliste très-intime du Sacré-Cœur de Jésus.

Le jour de la fête de saint Jean, le disciple que Jésus aimait fut montré à sainte Gertrude dans l'éclat d'une gloire incomparable. « Mon très-amoureux Seigneur, dit la Bienheureuse à Jésus-Christ, d'où vient que vous me présentez, à moi indigne créature, votre disciple le plus cher? » — « Je veux, répondit Jésus, établir entre lui et toi une amitié intime: il sera désormais dans le ciel ton protecteur fidèle. »

Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#19 Message par Monique » dim. 13 mars 2016 15:14

S'adressant alors à Gertrude, saint Jean lui dit :


« Venez, Épouse de mon Maître, ensemble reposons notre tête sur la très-douce poitrine du Seigneur: en elle sont renfermés tous les trésors du ciel. »

Et sainte Gertrude ayant incliné sa tête sur le côté droit de la poitrine du Sauveur, pendant que saint Jean reposait la sienne sur le côté gauche, le disciple bien-aimé poursuivit :

«C'est ici le Saint des Saints : tous les biens de la terre et du ciel y sont attirés comme vers leur centre.»

Les battements du Cœur de Jésus ravissaient l'âme de Gertrude.

« Bien-aimé du Seigneur, demanda-t-elle à saint Jean, ces battements harmonieux, qui réjouissent mon âme, ont-ils réjoui la vôtre quand vous reposiez, durant la Cène, sur la poitrine du Sauveur?

— Oui, répondit l'Apôtre, oui, je les ai entendus, et leur suavité me pénétrait jusqu'au fond de l'âme.

— D'où vient donc que dans votre évangile vous avez à peine laissé entrevoir les secrets amoureux du Cœur de Jésus-Christ?

— Mon ministère dans ces premiers temps de l'Église devait se borner à dire sur le Verbe incréé, Fils éternel du Père, quelques paroles fécondes, que l'intelligence des hommes pût toujours méditer, sans en épuiser jamais les richesses, mais aux derniers temps était réservée la grâce d'entendre la voix éloquente des battements du Cœur de Jésus; à cette voix le monde vieilli rajeunira; il sortira de sa torpeur, et la chaleur de l'amour divin l'enflammera encore. »


Monique
Messages : 694
Inscription : mar. 23 janv. 2007 1:00

Re: Mgr de Ségur et le Sacré-Coeur de Jésus

#20 Message par Monique » lun. 14 mars 2016 21:25

En un autre endroit de son livre, Gertrude nous fait entendre comme un écho de ces battements célestes du Cœur de Jésus-Christ.

La Sainte voyait ses Sœurs se hâter d'aller à l'église, pour assister au sermon; et la maladie la retenait dans sa cellule. « Ah ! mon très-cher Seigneur, dit-elle en gémissant, comme j'irais de bon cœur au sermon, si je n'étais malade. — « Veux-tu, ma bien-aimée, que je te prêche moi-même ? lui répondit aussitôt Notre-Seigneur — Très-volontiers, reprit naïvement Gertrude. » Alors Jésus inclina l'âme de Gertrude vers son Cœur sacré, et elle y discerna bientôt deux battements très-doux à entendre.

« L'un de ces battements, lui dit Jésus, opère le salut des pécheurs ; l'autre, la sanctification des justes. Le premier parle sans relâche à mon Père; afin d'apaiser sa justice et d'attirer sa miséricorde. Par ce même battement, je parle à a tous les Saints, excusant auprès d'eux les pécheurs, avec l'indulgence et le zèle d'un bon frère, et les pressant d'intercéder pour eux. Ce même battement est l'incessant appel que j'adresse miséricordieusement aux pécheurs eux-mêmes, avec un indicible désir de les voir revenir à moi, qui ne me lasse pas de les attendre.

Par le second battement, je dis continuellement à mon Père combien je me félicite d'avoir donné mon sang pour racheter tant de justes, dans le cœur desquels je goûte des joies sans nombre. J'invite la cour céleste à admirer avec moi la vie de ces âmes parfaites, et à rendre grâces à Dieu, pour tous les biens qu'il leur prépare. Enfin, ce battement de mon Cœur est l'entretien habituel et familier que j'ai avec les justes, soit pour leur témoigner délicieusement mon amour, soit pour les reprendre de leurs fautes, et les faire progresser de jour en jour, d'heure en heure. Aucune occupation extérieure, aucune distraction de la vue, de l'ouie, n'interrompt les battements du cœur de l'homme : ainsi le gouvernement providentiel de l'univers ne saurait, jusqu'à la fin des siècles, arrêter , interrompre, ralentir, même pour un instant, ces deux battements de mon Cœur. »

Répondre

Revenir à « Le divin Sacré-Coeur de Jésus »