Quo vadis, liturgia?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
gabrielle
Messages : 477
Inscription : dim. 10 déc. 2006 1:00

Re: Quo vadis, liturgia?

#11 Message par gabrielle » sam. 05 mars 2016 15:38

La neuvième oraison est désormais intitulée Pour ceux qui ne croient encore pas au Christ, (titre ancien: « Pour la conversion des infidèles »). En voici le texte: « Prions pour ceux qui ne croient encore pas au Christ, afin que, remplis de la lumière de l'Esprit-Saint, ils puissent entrer eux aussi dans la voie du salut. O Dieu tout-puissant et éternel, qui as donné toutes les nations à ton Fils bien-aimé, unis à ton Eglise les familles de tous les peuples, afin que, en cherchant la lumière de la vérité, ils puissent parvenir à toi, unique et vrai Dieu. »
Texte catholique:
Pour les païens


Prions aussi pour le païens, afin que le Dieu tout-puissant enlève l'iniquité de leurs cœurs et que, laissant leurs idoles, ils se tournent vers le vrai Dieu, le Dieu vivant et vers son Fils unique, Jésus-Christ, notre Dieu et Seigneur.

Dieu éternel et tout-puissant, qui recherchez toujours non pas la mort des pécheurs, mais leur vie, daignez accueillir notre prière; délivrez les païens du culte des idoles, et agrégez-les à votre Sainte Église pour votre louange et votre gloire. Par NSJC.
Les spécialistes ont pensé à mettre en lumière les sources bibliques et liturgiques dont découlent ou s'inspirent les nouveaux textes, lesquels ont été ciselés par les groupes d'étude du Consilium. Disons aussi que bien souvent le travail s'est effectué « avec crainte et tremblement » lorsqu'il s'agissait de sacrifier des expressions et des concepts si chers et auxquels on était familiarisé depuis toujours. Comment par exemple ne pas regretter le ad sanctam matrem Ecclesiam catholicam atque apostolicam revocare dignetur de la septième oraison?

Non, mais il est un fieffé menteur, jouer la comédie du regret, a l'entendre il avait un revolver braqué sa tempe! Alors que c'est lui qui en braquait un sur le Cœur de la Sainte Église..


]Là encore, en faisant ces sacrifices pénibles, l'Eglise a été guidée par l'amour des âmes et le désir de tout faire pour faciliter à nos frère séparés le chemin de l'union, en écartant toute pierre qui pourrait constituer ne serait-ce que l'ombre d'un risque d'achoppement ou de déplaisir; dans la confiance que la prière commune hâtera le jour où toute « la famille de Dieu », réunie « dans l'intégrité de la foi et sous le signe de la charité » pourra chanter d'une seule voix (una voce) et d'un seul coeur l’Alléluia pascal de la résurrection et de la vie.


Amour! Quand on aime on veut le bien de l'autre, et on prie de façon claire pour ce bien, la meute de loup de V2, n'aime personne puisqu’elle laisse dans les ténèbres de la mort l'humanité.

Pour faire plaisir à "nos frères séparés" comme il dit, ils ont mit le Christ au rancart, sa Mère, les Dogmes.... trahison....


Fin

Répondre

Revenir à « La révolution liturgique et sacramentelle montinienne »