LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#21 Message par InHocSignoVinces » lun. 12 oct. 2020 20:58

Lors d’un appel téléphonique que je reçus au bureau de
Don Luigi Villa, l’interlocuteur, un diplomate international
et juriste distingué, me dit que Roncalli était pédophile et
franc-maçon
et il poursuivit: «Lorsqu’il était nonce à Paris,
Roncalli fut appelé un jour par le président français,
Vincent Auriol, qui lui dit:
“Ton petit vice, pour nous,
n’est pas un problème ... si tu entres au Grand Orient,
tu deviendras cardinal et je te mettrai la barrette rouge
sur la tête. Et si un jour tu deviens pape,
TU DEVRAS
ALORS CONVOQUER UN CONCILE ... ”».



Le haut diplomate déclara en outre que la source était son
ami, Mgr. Bruno Heim, qui fut secrétaire de Roncalli à
la nonciature de Paris,
et que ces mots avaient été prononcés
en présence d’un groupe de personnalités éminentes.


C’est donc le président français franc-maçon et anticlérical,
Vincent Auriol, qui a “suggéré” au Card. Angelo
Roncalli de convoquer un Concile “si un jour il devenait
pape”
?


La terreur de la menace nucléaire sera de nouveau utilisée
en octobre 1962. En 1957, Alice Bailey avait suggéré
que la “menace d’utilisation” de la bombe atomique
suffirait à intimider “l’Église de Rome” pour la faire
obéir aux ordres des puissances mondiales.



Les tests nucléaires conduits par les États-Unis et l’Union
soviétique reprirent en 1962 et furent plus nombreux que
pendant toute autre période analogue antérieure ou postérieure.
La terreur de la bombe atomique coïncida avec
la deuxième semaine du Concile Vatican II, lorsque
non seulement les cardinaux, mais la plupart des
évêques du monde entier étaient réunis à Rome.



De plus, le 15 octobre 1962, quatre jours seulement
après l’ouverture du Concile,
des avions de reconnaissance
américains “découvrirent” plusieurs installations de
missiles soviétiques de moyenne portée à Cuba, susceptibles
de mener une première attaque nucléaire contre des
dizaines de villes des États-Unis.



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#22 Message par InHocSignoVinces » dim. 18 oct. 2020 15:47

Le 22 octobre, à peine onze jours après le début du
Concile,
le président Kennedy révéla à la Nation la présence
de missiles soviétiques à Cuba.


La “crise des missiles de Cuba” paralysa le monde qui
resta le souffle coupé.
Ce que le monde ne savait toutefois
pas, c’est qu’il n’aurait pas pu y avoir de missiles
russes à Cuba, capables de frapper les villes des États-
Unis, si les États-Unis eux-mêmes n’avaient pas transféré
à l’Union soviétique une particulière technologie
de roulements à billes, nécessaire pour construire les
systèmes de guidage de missiles.



Le journaliste d’investigation Antony Sutton a révélé
dans son livre “The best enemy you can buy”: «En
1961, le Département du commerce approuva l’exportation
de 35 machines Centalign-B pour la fabrication de
roulements à bille miniature, de la Bryant Chucking Grinder
Company, à destination de l’Union soviétique, qui
donnerait aux Soviétiques la possibilité d’atteindre
50% de la capacité américaine. Les Soviétiques ne possédaient
aucun équipement pour cette production de masse,
et ni l’URSS ni aucun autre fabricant européen n’était
en mesure de produire de tels équipements ...».



Avec l’aide du gouvernement des États-Unis, les communistes
soviétiques eurent tout à coup des missiles balistiques
à capacité nucléaire placés à seulement 90 kilomètres
au sud de Key West, en Floride. Ainsi, l’armée
soviétique, technologiquement primitive des années 1960,
fut tout è coup mise à jour par son prétendu adversaire,
les États-Unis, devenant un “épouvantail” bien plus
effrayant qu’il ne l’avait été jusqu’alors.



Si le peuple américain fut terrifié par la perspective d’une
guerre nucléaire, les peuples européens le furent encore
plus, eux qui gardaient encore le souvenir vivant des villes
et des millions de corps d’innocents réduits en cendres;
femmes, enfants et personnes âgées, à la suite des pilonnages
des alliés, pendant la seconde guerre mondiale.
Avec de bonnes raisons d’être particulièrement effrayés,
les habitants de Rome apprirent que les États-Unis, par représailles
contre des missiles russes à Cuba, avaient installé
des missiles à moyenne portée dans la base de l’armée
de l’air américaine à Gioia del Colle, à seulement
300 miles au sud de la Ville Éternelle, assurant ainsi que
la capitale de l’Italie serait l’une des premières cibles
d’une attaque de représailles soviétiques dans le cas
d’une guerre nucléaire totale.



Pratiquement passée inaperçue des fidèles, lors de ce choc
orchestré de la “guerre froide” entre l’Union soviétique
et les États-Unis,
une autre démonstration de force eut
lieu au début du deuxième Concile du Vatican.
Les
schémas initiaux traditionnels du Conseil, soigneusement
organisés depuis deux ans par un groupe de prélats orthodoxes
sous la conduite de Mgr. Domenico Tardini,
furent
jetés à la poubelle pour faire place à un programme révolutionnaire.
Une nouvelle série de projets, adaptés à l’anti-Église, et secrètement
élaborés par les agents de la synagogue de Satan, bien avant le Concile,
furent alors mis en oeuvre, avec la connivence de Jean XXIII.



Bien que Roncalli soit resté dans l’ombre, alors qu’il
consommait cette trahison, sa participation au sabotage
des schémas authentiques du Concile n’échappait pas aux
cardinaux traditionalistes et conservateurs, en particulier
ceux qui savaient qu’ils avaient affaire à un antipape.

Mais la trahison de Roncalli envers les Pères du Concile
fut reléguée au second plan, dès qu’il fut élevé sur la
scène mondiale en tant que grand “artisan de la paix”
pour avoir surmonté la “crise des missiles de Cuba”.



A SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#23 Message par InHocSignoVinces » dim. 25 oct. 2020 19:09

Évidemment, tout cela fut préparé par ses gestionnaires et
attachés de presse; Roncalli proposa, d’abord au Kremlin,
puis à Washington, de retirer les missiles d’Italie en
échange du démantèlement de missiles soviétiques à
Cuba. Pendant la crise, le peuple américain ne fut informé
que du retrait des missiles américains en Turquie, comme
un échange offert aux Russes.
Mais en Italie, les Pères
conciliaires et les fidèles, qui se méfiaient de Roncalli,
eurent soudain des scrupules à critiquer le “Pape pacificateur”
qui “avait sauvé” l’Italie et le monde occidental
de l’holocauste nucléaire.



La vraie guerre menée par la cabale maçonnique qui
dirigeait le gouvernement de Washington DC était une
guerre secrète contre l’Église et une guerre ouverte
contre les États catholiques. La haine du gouvernement
américain pour tout ce qui était catholique n’était égalée
que par celle de leurs protégés au Kremlin, qui
avaient tué des milliers de prêtres et fidèles catholiques
(sans parler des millions de chrétiens orthodoxes russes)
depuis 1917.



Mais l’Antipape “pacificateur” n’était qu’un agent des
gouvernements jumeaux ennemis de l’Église du Christ et
imposé en tant que “Pape” pour aplanir la voie à l’avènement
du Règne de l’Antéchrist et, par la suite, pour
obscurcir l’intellect de plus d’un demi-milliard de catholiques,
les privant de la Grâce sanctifiante à sa source: les
sacrements de l’Église, pour porter ensuite le coup final:

l’élimination totale du Sacrifice du Christ sur la croix
pour le remplacer par la rédemption gnostique de la
blasphématoire et satanique Triple Trinité maçonnique.



En fait, outre la papauté, l’objectif principal et final des
ennemis de l’Église du Christ a toujours été le Saint
Sacrifice de la Messe, comme le rappelle l’axiome latin;

“Tolle Papam; Tolle Missam“ (Enlevez le pape et vous aurez
éliminé la Messe).



À la mort de Jean XXIII, lors du conclave suivant de
1963, le Card. Giuseppe Siri fut encore élu Pape, mais
voilà ce qu’écrivit le président de ce conclave, le prince
Scortesco,
le 21 juin 1963: «Au cours du conclave, un
cardinal sorti de la chapelle Sixtine, rencontra des représentants
du B’nai B’rith, leur annonça l’élection du
cardinal Siri. Ils répondirent que les persécutions
contre l’Église reprendraient immédiatement.
De retour
au Conclave, il fit élire Montini»!



A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#24 Message par InHocSignoVinces » sam. 31 oct. 2020 20:11

En quoi consiste cette “persécution immédiate contre
l’Église”
? Avant de mourir en juillet 1999, l’ancien jésuite,
écrivain et “initié” pérenne dans les affaires du Vatican,
Malachi Martin, admit, de manière mystérieuse, que lors
du conclave de 1963, une intervention criminelle avait
eu lieu immédiatement après l’élection de Siri, au
moyen d’
UNE TERRIBLE MENACE EXTERIEURE
VISANT A DETRUIRE LE VATICAN.
Martin a clairement
déclaré: «Il est certain que lors des votes du
Conclave de 1963, Siri avait recueilli le nombre de voix
nécessaire pour être élu pape,
mais l’élection fut écartée
par ce qu’on a appelé la “petite brutalité”. (...)
Après trois jours de conclave, Montini devint Paul VI.

Montini représenterait la tête de l’anti-Église».



Malachi Martin, dans son livre; “Windswept house – A
Vatican Novel”,
donne des détails au sujet d’une double
messe noire qui eut lieu quelques jours après l’élection
frauduleuse de Paul VI au trône papal.



Le 29 juin 1963, huit jours après l’élection de Paul VI,
une double messe noire fut célébrée à Rome et à Charleston
(Caroline du Sud – États-Unis) au cours de laquelle

Satan fut intronisé dans la Chapelle Paulinienne, l’endroit
où le Pape assume le rôle de “Gardien de l’Eucharistie”.



Ce 29 juin 1963, fut le début du Septième Sceau de
l’Apocalypse de Saint Jean, à savoir
le début du Règne
de l’Antéchrist.
Ce jour-là, les paroles de la Vierge de la
Salette
devinrent réalité:
«Rome perdra la Foi et deviendra
le siège de l’Antéchrist»,
ainsi que celles de Notre-
Dame de Fatima:
«En effet, Satan réussira à s’introduire
jusqu’au sommet de l’Église».



À l’issue de cette double messe noire, le Délégué International
Prussien lut la Loi d’Autorisation devant les personnes
présentes à la messe noire de Rome: «Quiconque, à
travers cette chapelle interne, serait désigné et choisi
comme ultime successeur de l’office pontifical devra jurer
lui-même, et tous ceux qu’il commandera, d’être l’instrument
volontaire et le collaborateur des Fondateurs
de la “Maison de l’Homme sur Terre”
... Ainsi sera modelée
la “Nouvelle Ère de l’Homme”».


Le 29 juin 1963, est donc née la “nouvelle Église universelle
de l’homme”,
d’inspiration satanique qui avait pour
tâche de supprimer l’Église du Christ,
mais elle devait,
d’une manière particulière,
éliminer de la face du monde
la Rédemption du Sacrifice du Christ sur la Croix, et la
remplacer par la rédemption blasphématoire et satanique
de la Triple Trinité maçonnique,
dont Mgr. Montini
connaissait bien la représentation géométrique et symbolique,
pour l’avoir personnellement conçue et fait
sculpter, en 1943, sur la tombe de sa mère, Giuditta Alghisi,
au cimetière de Verolavecchia (Brescia).



Quelques heures après la double messe noire, Paul VI prê-
ta serment comme Pape. Un “serment” qui fut un “parjure”,
car en fait, Paul VI l’annula en tout avec sa “révolution”
qui n’épargna aucun aspect du dogme, de la morale,
de la liturgie, de la discipline elle-même.
Les quinze
années du pontificat de Paul VI ont vu naître et se développer
la “Maison de l’homme sur Terre” ou mieux de la
“Nouvelle église universelle de l’homme” d’inspiration satanique.

C’était la “nouvelle église de Paul VI” qui, selon
les mots de la Vierge de La Salette,
comme “un corps
noir” “éclipserait”
l’Église du Christ, le “corps lumineux”.


A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#25 Message par InHocSignoVinces » sam. 07 nov. 2020 20:06

Dans la seconde moitié de 1963, Don Villa a eu sa
deuxième rencontre avec Padre Pio. Ce fut une rencontre
décisive et dramatique dans laquelle le moine de
Pietrelcina termina sa conversation par la phrase: «Courage,
courage, courage, parce que l’Église est déjà envahie
par la franc-maçonnerie»,
suivie des mots: «La
franc-maçonnerie est déjà entrée dans les pantoufles
du Pape (Paul VI)».
C’est Don Villa qui m’a fait comprendre
ce qui s’est vraiment passé lors de cette rencontre
me disant: «Ce jour-là, Padre Pio m’a donné l’objectif
de la mission de ma vie: PAUL VI».



Quand j’appris la phrase prononcée par Padre Pio avant sa
mort: «Ma mission commencera quand je serai mort»,
je demandai à Don Villa si cette “mission” était précisément
le combat qu’il devait mener pour défendre l’Église
du Christ du travail de franc-maçonnerie ecclésiastique. Il
me répondit par l’affirmative en disant: «Padre Pio m’a
passé le “témoin” ... Je suis la continuation de Padre
Pio ...».



Par conséquent, la tâche de Padre Pio fut de confier à un
prêtre la mission spéciale que lui seul, par la sainteté de sa
vie et de ses oeuvres, pouvait rendre crédible et acceptable
au pape Pie XII lequel devait conférer à ce prêtre un mandat
pontifical pour mener à bonne fin cette mission. Et la
mission était d’être l’Artisan de la première coupe de la
colère de Dieu, c’est-à-dire de démasquer les traîtres et
les ennemis du Christ au sommet de l’Église.
Et en particulier,
cet ennemi qui, en 1963, après sa frauduleuse
élection comme anti-pape, obtenue sous de graves menaces
immédiates pour l’Église catholique, avait créé
le
Règne de l’Antéchrist.



Le transfert de Padre Pio à Don Luigi Villa ne fut pas un
secret pour les ennemis de l’Église du Christ. Don Villa
me l’a dit juste avant sa mort.



Voici ce qu’il m’a communiqué au sujet de l’isolement de
Pie XII à la fin de son pontificat et du climat de trahison
qui l’environnait:
«Mgr. Bosio m’a dit la phrase entendue
de la bouche de Pie XII à propos de son pro-secrétaire
d’État: “À la fin, le Card. Tardini lui aussi m’a trahi”!
Et aussi une autre phrase de Pie XII: “Je ne sais pas si
mes paroles parviennent à la porte même de mon bureau”
».



A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#26 Message par InHocSignoVinces » dim. 15 nov. 2020 20:53

Ainsi, depuis la mort de Pie XII, les ennemis de l’Église
du Christ connaissaient l’existence et les objectifs du
mandat papal que Pie XII avait assignés à Don Luigi
Villa et connaissaient donc le véritable objectif de la mission
de Padre Pio: combattre le Règne de l’Antichrist,
c’est-à-dire démasquer les traîtres de Jésus-Christ, comme
avait dit Notre Dame de La Salette en parlant des apôtres
des derniers temps:
«... ils feront des progrès par la vertu
du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques
de l’Antéchrist !».
Et les erreurs diaboliques de
l’Antéchrist sont la substitution de la pure doctrine de
Jésus-Christ par la pure doctrine de Lucifer, symbolisée
par les trois Triples Trinités ésotériques.



La pure doctrine du Christ se résume en trois phrases;

– Jésus Christ est Dieu
– Jésus-Christ est le Rédempteur de l’homme;
– Jésus-Christ est Roi de l’univers.



La pure doctrine de Lucifer n’est rien d’autre que le renversement
satanique de la pure doctrine de Jésus-Christ:

– Satan est Dieu
– Satan est Rédempteur de l’homme;
– Satan est Roi de l’univers.



Et, comme l’a déclaré Nubius: «Le meilleur poignard
pour assassiner l’Église et la frapper au coeur est la corruption
... la corruption du peuple à travers le clergé,
et du clergé à travers nous ...».
Les magistères sataniques
des anti-papes du règne de l’Antéchrist (Paul VI,
Jean-Paul II et Benoît XVI et sa “béquille”, François) devaient
promouvoir les trois cultes de la franc-maçonnerie:
le culte du Phallus, le culte de l’homme et le culte de
Lucifer à travers les trois divinisations:


1. la divinisation de la nature (où Satan se présente comme
Dieu);

2. la divinisation de l’homme (où Satan se présente comme
rédempteur de l’homme);

3. la divinisation de Lucifer (où Satan se présente comme
roi de l’univers).



Ces trois divinisations, qui ont maintenant atteint la phase
finale avec le “magistère” de Bergoglio,
nous les synthétisons
en résumant ce que nous avons déjà publié à plusieurs reprises.


A SUIVRE...

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2013
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: LE SECRET DIABOLIQUE DE LA MESSE DE PAUL VI - Dr. Franco Adessa (collaborateur du Père Luigi Villa)

#27 Message par InHocSignoVinces » lun. 30 nov. 2020 20:22

DIVINISATION DE LA NATURE


Souvenons-nous des paroles du haut illuminé, Domenico
Margiotta:
«Le Dieu des cieux est le Dieu du néant, tandis
que Satan est le dieu de l’univers, car il comprend en un
seul être, l’esprit et la matière, l’un ne pouvant subsister
sans l’autre”.
Par conséquent, tout doit viser à rendre grâce,
à garder, à préserver et à protéger la Nature. Même le
salut, le péché, l’âme, le surnaturel et l’Eucharistie sont
liés à la Nature et au “dieu de l’univers”, Satan.



Voici une synthèse de la “divinisation de la nature” contenue dans l’encyclique de Bergoglio, Laudato si’:

– La nature est mentionnée 70 fois, tandis que les mots;
Rédemption du Christ, Messe, Présence réelle, Sacrifice
du Christ, Confession, Rosaire, Royaume de Dieu, Paradis,
Purgatoire sont complètement absents.


– L’Enfer n’est que “l’étouffement des agglomérations résidentielles
non compensé par des relations humaines qui donneraient une
sensation de communion et d’appartenance”
(148).

– Le salut de l’âme est totalement absent, mais 4 types
de salut apparaissent et peuvent être obtenus dans un
rapport approprié avec la nature (71, 79, 79, 112).

– Le péché est mentionné 4 fois, uniquement en relation
avec la nature.


– L’âme n’est mentionnée qu’une fois, mais uniquement
pour “rencontrer Dieu aussi en toutes choses”
(233).

– Le surnaturel est décrit comme la nature élevée par
Dieu et transformée en une médiation de la vie surnaturelle (235).

– Le Christ ressuscité est une maturation universelle qui
illumine tout; sur Marie et Joseph, il dit seulement
qu’ils nous aident à protéger le monde que Dieu nous a
confié.


– Eucharistie (236): «Uni au Fils incarné, présent dans
l’Eucharistie, tout le cosmos rend grâce à Dieu.
L’Eucharistie unit le ciel et la terre, embrasse et pénètre
toute la création. Le monde, qui est venu des mains de
Dieu, retourne à lui dans une adoration joyeuse et pleine:
dans le Pain eucharistique, “la création tend vers
la divinisation ... vers l’unification avec le Créateur
lui-même”.
Par conséquent, l’Eucharistie est également
une source de lumière et de méditation pour nos
préoccupations en matière d’environnement et nous
incite à être les gardiens de la création».



A SUIVRE...
Image

Répondre

Revenir à « La révolution liturgique et sacramentelle montinienne »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité