Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du monde

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du monde

#1 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 11:27


Un impressionnant commentaire de 1623 sur le temps de la fin du monde



Cornelius a Lapide, en français Corneille de la Pierre, en flamand Van den Steen, dont nous allons citer le Commentaire sur le verset 5 du chapitre 20 de l'Apocalypse, est né à Bocholt (Limbourg ; arr. de Maeseyck ou Maaseik) en Belgique, l'an du Seigneur 1566, et trépassé à Rome en 1637.

Il passa 40 ans de sa vie, dont 30 presque exclusivement, à composer son très célèbre Commentaire sur tous les Livres Sacrés, sauf Job (commenté de façon très étendue et détaillée par le Pape Saint Grégoire I le Grand) et les Psaumes (commentés par de multiples Saints Docteurs), à partir de ceux des saints Pères et Docteurs de l'Eglise, et appuyé de plus sur une connaissance très étendue des autres auteurs, anciens et modernes, religieux et profanes. Commentaire complet de la Genèse à l'Apocalypse dont il n'y a pas, à ma connaissance, d'autre exemple en toute l'histoire de l'Eglise. Il avait, certes, une équipe de secrétaires ou d'aides pour le seconder en cette tâche titanesque.

Nous le citons régulièrement dans la revue "Sub Tuum Praesidium", notamment dans notre étude sur l'Antéchrist, mais aussi dans presque tous nos exposés où la Sainte Ecriture se trouve expliquée. C'est pourquoi nous lui devions bien cet humble hommage de le présenter sommairement à nos lecteurs.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#2 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 12:05

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
Selon le sens symbolique, certains auteurs font remarquer qu'il est mentionné et répété par deux fois "mille ans" (vers.4 et 6) durant lesquels les Martyrs et les Saints règneront avec le Christ, afin de signifier que l'Eglise (militante) durera deux mille ans, ainsi que le règne du Christ en ce siècle, et qu'après ce temps arrivera la fin du monde, ainsi que le règne glorieux du Christ et des Saints dans le ciel.

Ils estiment en effet, ou plutôt nombreux sont ceux qui conjecturent, que le monde durera six mille ans, soit quatre mille ans avant le Christ, et deux mille ans après, non pas exactement, mais environ, plus ou moins.

Mille années sont donc mentionnées ici, du Christ jusqu'à la fin du monde, qui seront vraiment mille, non simplement, mais répétées ou doubles, donc deux mille ans ...

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#3 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:17

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
Afin de le démontrer, plusieurs donnent de probantes raisons :

1̊) Car le monde ayant été fait en six jours, il subsistera donc le même temps, à savoir six mille ans.

En effet, auprès de Dieu mille ans sont comme un jour, ainsi que le disent saint Pierre (II Petr. 3,8) et le Psalmiste (Ps. 89,4).

D'où le fait que dans le chapitre l de la Genèse, où la création et l'agencement du monde se trouvent décrits, il est question de six "aleph" ; or, selon l' arithmétique des Hébreux, "aleph" exprime le nombre mille.

Ce qui revient à dire : Dieu a créé le ciel et la terre au bout de six jours, autrement dit afin qu'ils durent six mille ans.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#4 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:19

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
Cela est confirmé : 1. Par le fait que le septième jour, à savoir le sabbat, celui en lequel Dieu s'est reposé de l'oeuvre de la Création, signifie le jour de la bienheureuse quiétude des Saints dans le ciel après la résurrection générale, comme l'enseignent les Pères en d'autres termes, le septième millénaire de l'éternité.

Ainsi, de façon proportionnée et conséquente, les six jours de la Création du monde qui précèdent, représentent les six millénaires du temps et de ce siècle, après lesquels viendra aussi tôt le sabbat, autrement dit le septième millénaire de l'éternité.

D'où ce qu'expose saint Cyprien (Tract. de Exhort. martyr. ch .11) : « En la disposition divine, les sept premiers jours embrassent sept mille ans.»

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#5 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:21

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
2. Les six premiers parents du genre humain, à savoir Adam, Seth, Enos, Cainan, Malaleel, Jared, sont morts ; tandis que le septième, Hénoch (1) a été transporté vivant au ciel : car après six mille ans où le labeur et la mort seront de rigueur, ce sera le commencement du repos et de la vie immortelle, dit saint Isidore, ci té par la Glose du chapitre V de la Genèse.

3. En Genèse 6,3, il est statué, pour la vie et la durée de l'homme, 120 ans, que les auteurs exposant ce sens symbolique entendent symboliquement, comme signifiant les grandes années ou années Mosaïques, à savoir celles des Jubilés, de telle sorte que chacune renferme 50 ans : ces 120 années Mosaïques renferment donc six mille années communes, durant lesquelles durera le monde, ainsi que la génération des hommes. En effet, 120 multiplié par 50 donne 6000.

4. Parce que saint Jean, consignant ici (Apoc. ch. 20) la durée et la fin du monde, mentionne six fois "mille ans" (vers. 2, 3, 4, 5, 6 et 7), comme pour insinuer que le monde durera six mille ans. Car pourquoi répéterait-il six fois "mille ans" sans nécessité, et le mentionnerait-il et insisterait-il six fois de suite, si ce n'est pour insinuer qu'après six mille ans aura lieu le fin du monde, et l'Apocalypse de toutes choses ...

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#6 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:34

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
2°) La seconde raison est semblable ou similaire. Il y a eu successivement dans le monde trois lois et états, à savoir la loi de nature, la loi de Moïse, la loi du Christ.

Or le temps de la loi de nature, qui alla d'Adam jusqu'à Abraham (qui reçut de Dieu et institua la circoncision qui marque le commencement et le signe distinctif de la loi Mosaïque), dura à peu près deux mille ans.

A nouveau, le temps de la loi Mosaïque, ou de la Circoncision, dura pareillement deux mille ans c'est en effet la durée précise depuis Abraham jusqu'à la Nativité du Christ, comme cela apparaît dans la Table chronologique que j'ai placée avant mon commentaire sur la Genèse.

Par conséquent, la troisième loi ou le troisième état du monde, à savoir la loi de la grâce et du Christ, durera tout autant, autrement dit environ deux mille ans ; en sorte que, le triple temps de cette triple loi, joint ensemble, compose la durée de tout le cours du monde, et durera six mille ans.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#7 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:43

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
Aussi, en signe et figure de cette durée (du troisième état), Dieu ordonna à Josué que, lors de la traversée du Jourdain, l'Arche de Dieu soit distante du peuple de deux mille pas (Jos. 3,4), afin de signifier par cette description le temps de deux mille ans durant lequel seraient en vigueur le baptême, représenté par la traversée de ce fleuve sacré du Jourdain, et les autres sacrements ; durant lequel nous ne voyons que de loin l'Arche et les mystères qui y sont cachés, comme en énigme et à travers un miroir, l'Arche, à savoir l'humanité du Christ, et sa divinité cachée en elle, de qui a lieu déjà depuis 1600 ans (2) ; elle pourra être contemplée de près, à savoir face à face, dans la terre promise, autrement dit au ciel, une fois les deux mille ans révolus...

Il s'ensuit donc que de ce temps jusqu'à l'Antéchrist, au jour du Jugement, à la résurrection et à la gloire des Bienheureux, il reste quatre cents ans, non de façon précise mais approximativement, durant lesquels l'Evangile doit être prêché en Chine, en Tartarie, et dans les autres régions inconnues des Indes, pour qu'y soient fondées des Eglises, et que la religion du Christ y soit établie et ensuite, cela accompli (3), viendra la fin du monde et de toutes choses, là s'achèveront l'Apocalypse et tous ses mystères, comme l'insinue ici saint Jean.

Que le temps de la loi du Christ ne doive pas durer plus, ou du moins pas beaucoup plus, que le temps de la loi de nature et celui de la loi Mosaïque, se déduit du fait que le temps de la, loi du Christ est appelé par les Prophètes « le dernier » ; et par saint Jean en l Jn. 2,18 « la dernière heure », et par saint Paul en l Cor. 10,11 : « La fin des siècles ». D'où ce que disent saint Pierre : « La fin de toutes choses approche » (I Petr. 4,7), et saint Jacques (5,8) « L’Avènement du Seigneur est proche ».

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#8 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:46

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
3°) Car il apparaît d'ores et déjà que le monde vieillit, et tend vers son terme et sa fin ... Comme le disait saint Cyprien (ad Demetr.) « Telle est la sentence donnée au sujet du monde, telle est la loi de Dieu, que tout ce qui né périsse, tout ce qui croît vieillisse, que ce qui est fort faiblisse, ce qui est grand rapetisse, et après avoir faibli et diminué, que toutes choses aient leur fin ... » ...

Cela se trouve confirmé par le fait que nous voyons l'Evangile prêché en Chine, au Japon, dans les Indes et en des pays jusqu'ici inconnus, et s'étendre peu à peu à travers le monde entier (3).

Par conséquent, la fin du monde approche. Car c'est la voix même du Christ qui a déclaré : « Cet Evangile du royaume sera prêché de par toute la terre, en témoignage pour toutes les nations ; et alors viendra la consommation.» (Mt. 24,14). (3)

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#9 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:50

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
4°) Cela se démontre par des arguments d' autorité et par la Tradition.

En effet, s'accordent en cette sentence les Chrétiens, les Hébreux, les païens, les Grecs et les Latins, au point qu'elle apparaisse comme une vieille et universelle tradition.

Ainsi, saint Augustin (Cit. Dieu 1. 20 ch.7), expliquant ces mille années Apocalyptiques :

« Mille ans peuvent être entendus de deux façons ou bien que cet évènement se produira dans les dernières mille années, autrement dit durant le sixième millénaire, en tant que sixième jour dont les dernières étapes se déroulent maintenant ; viendra ensuite le sabbat qui n'aura pas de soir, en d'autres termes le repos des Saints qui n'aura pas de fin : d'après la manière de parler qui prend la partie pour le tout saint Jean aurait appelé mille ans la dernière partie qui restera jusqu’à la fin du siècle ; ou, assurément, il a employé mille ans pour l'ensemble des années de ce siècle, en vue de marquer par un nombre parfait la plénitude même du temps.».

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 3257
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: Texte de 1623 sur le temps aproximatif de la fin du mond

#10 Message par Abbé Zins » jeu. 22 oct. 2015 14:52

Cornelius a Lapide, in Apoc. 20,5 a écrit :
Saint Jérôme, dans l'explication épistolaire du Psaume 89 adressée à Cyprien, du verset suivant : « Car mille ans sont devant vos yeux comme le jour précédent qui vient de passer », déduit que toute la durée du siècle présent sera de six mille ans :

« Il me semble, que c'est à partir de ce passage, que l'on a coutume de parler de mille ans pour un jour, en sorte que, étant donné que le monde a été fait en six jours, on croit qu'il subsistera seulement six mille ans, et qu'ensuite viendra le nombre septénaire et octonaire en lequel aura lieu le véritable sabbat : d'où le fait que c'est par les huit béatitudes que les récompenses des bonnes oeuvres sont promises. Il insinue encore cela, en son commentaire du chapitre IV de Michée.


Enseignent aussi cela expressément : S. Augustin .(Cit. Dieu 1. 22, ch.30), S. Justin (Q.71 ad Gentes), S. Irénée (A,H.1.5), Lactance (1. 7 ch .14), S. Hilaire (can .17 in Mt.) ... , S. Raban Maur (in Deut .1.1 ch .11) ....

Parmi les païens cette tradition est aussi en vigueur chez Hydapses, Mercurius, Timegistus et les Sybilles, au témoignage de Lactance et de Sixte de Sienne.

Répondre

Revenir à « Prophéties de la Sainte Écriture et Réalisations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité