Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

Message
Auteur
chartreux
Messages : 985
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

#1 Message par chartreux » mar. 12 févr. 2019 12:02

Matth. 22:37-39 a écrit : ait illi Iesus diliges Dominum Deum tuum ex toto corde tuo et in tota anima tua et in tota mente tua 38 hoc est maximum et primum mandatum 39 secundum autem simile est huic diliges proximum tuum sicut te ipsum 40 in his duobus mandatis universa lex pendet et prophetae

Jésus lui dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, et de tout ton esprit. 38C’est là le plus grand et le premier commandement. 39 Mais le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40 Dans ces deux commandements sont renfermés la loi et les prophètes.
Marc 12:29-31 a écrit : Iesus autem respondit ei quia primum omnium mandatum est audi Israhel Dominus Deus noster Deus unus est 30 et diliges Dominum Deum tuum ex toto corde tuo et ex tota anima tua et ex tota mente tua et ex tota virtute tua hoc est primum mandatum 31 secundum autem simile illi diliges proximum tuum tamquam te ipsum maius horum aliud mandatum non est

Jésus lui répondit : Le premier de tous les commandements est celui-ci : Ecoute, Israël ; le Seigneur ton Dieu est le Dieu unique ; 30 et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de tout ton esprit, et de toute ta force. C’est là le premier commandement. 31 Le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.
1 Jean 4:20-21 a écrit : Si quis dixerit quoniam diligo Deum et fratrem suum oderit mendax est qui enim non diligit fratrem suum quem vidit Deum quem non vidit quomodo potest diligere 21 et hoc mandatum habemus ab eo ut qui diligit Deum diligat et fratrem suum

Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur. Car comment celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? 21 Et c’est là le commandement que nous tenons de Dieu : Que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.
La difficulté ici est que si le commandement d'aimer Dieu est impossible à réaliser sans réaliser en même temps le commandement d'aimer son frère, il semblerait que celui-ci soit plus grand que celui-là, ce qui est l'inverse de ce que NSJC a dit en Matth. 22:38 ci-dessus.

Cette question m'est venue à l'esprit lors d'une discussion sur une phrase dans les textes de Vatican II :
Gaudium et Spes, paragraphe 24 a écrit : 1. Dieu, qui veille paternellement sur tous, a voulu que tous les hommes constituent une seule famille et se traitent mutuellement comme des frères. Tous, en effet, ont été créés à l’image de Dieu, « qui a fait habiter sur toute la face de la terre tout le genre humain issu d’un principe unique » (Ac 17, 26), et tous sont appelés à une seule et même fin, qui est Dieu lui-même.

2. À cause de cela, l’amour de Dieu et du prochain est le premier et le plus grand commandement. L’Écriture, pour sa part, enseigne que l’amour de Dieu est inséparable de l’amour du prochain : « ... tout autre commandement se résume en cette parole : tu aimeras le prochain comme toi-même... La charité est donc la loi dans sa plénitude » (Rm 13, 9-10 ; cf. 1 Jn 4, 20). Il est bien évident que cela est d’une extrême importance pour des hommes de plus en plus dépendants les uns des autres et dans un monde sans cesse plus unifié.
Il me semblait clair au début que ce passage était une falsification et une "récupération" de la doctrine catholique en un sens "mondialiste" (la hiérarchie entre les deux commandements dans Matth. 22:38 est supprimée), mais cela me paraît moins évident maintenant au vu de 1 Jean 4:20-21 comme explicité plus haut.
Dernière modification par chartreux le mer. 13 févr. 2019 13:12, modifié 1 fois.

Si vis pacem
Messages : 379
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

#2 Message par Si vis pacem » mar. 12 févr. 2019 18:01

chartreux a écrit :
mar. 12 févr. 2019 12:02

La difficulté ici est que si le commandement d'aimer Dieu est impossible à réaliser sans réaliser en même temps le commandement d'aimer son frère, il semblerait que celui-là soit plus grand que celui-ci, ce qui est l'inverse de ce que NSJC a dit en Matth. 22:38 ci-dessus.
Je crois déceler un problème dans l'emploi des termes celui-ci, celui-là ...

Quoiqu'il en soit, ne pensez-vous pas qu'il serait plus judicieux de voir le problème sous son véritable angle :

Le premier et le plus grand commandement est l'amour de Dieu.

Le second, l'amour du prochain, découle du premier et lui est intimement uni comme la lumière au soleil ou le fleuve à la source.

Si vous n'aviez pas le soleil ... auriez-vous la lumière ?

chartreux
Messages : 985
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

#3 Message par chartreux » mer. 13 févr. 2019 13:14

Notre Seigneur dit en effet que les deux commandements sont semblables ...
Si vis pacem a écrit :
mar. 12 févr. 2019 18:01

Je crois déceler un problème dans l'emploi des termes celui-ci, celui-là ...
J'ai corrigé, merci.

Si vis pacem
Messages : 379
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

#4 Message par Si vis pacem » mer. 13 févr. 2019 23:17

chartreux a écrit :
mer. 13 févr. 2019 13:14

Notre Seigneur dit en effet que les deux commandements sont semblables ...
Certes, au travers de saint Matthieu et saint Marc … mais nous sommes avec saint Jean … et ma réponse ne semble pas vous satisfaire … non ?

chartreux
Messages : 985
Inscription : mar. 19 janv. 2016 17:50

Re: Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

#5 Message par chartreux » sam. 16 févr. 2019 15:46

Si vis pacem a écrit :
mer. 13 févr. 2019 23:17
 et ma réponse ne semble pas vous satisfaire … non ?
Pour tout vous dire, ce questionnement ne vient originellement pas de moi ; personnellement je suis acquis d'avance à ce que vous venez de dire, mais je pense que cela ne convaincra pas un de mes amis catholiques qui est persuadé de voir dans le passage de GS sus-mentionné une "hérésie manifeste". Quand j'avais exprimé à cet ami que cela ne me semblait pas évident du tout, il s'est quelque peu emporté en disant "M'enfin, quand NSJC a dit que le premier commandement est plus grand que le second, il ne voulait pas dire qu'ils étaient égaux".

Je viens dans la Catena Aurea encore une chose qui ne va pas dans le sens de mon interlocuteur :
S. Hilaire, dans Catena Aurea sur Matth.22 a écrit : Ou bien encore, ce commandement est semblable au premier, en ce sens qu’il y a dans tous les deux égalité d’obligation et de mérite ; car ni l’amour de Dieu sans l’amour de Jésus-Christ, ni l’amour de Jésus-Christ sans l’amour de Dieu, ne peuvent conduire au salut.

Si vis pacem
Messages : 379
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: Question sur Matth. 22:37-39, Marc 12:29-31, 1 Jean 4:20-21

#6 Message par Si vis pacem » sam. 16 févr. 2019 22:47

  chartreux a écrit :
sam. 16 févr. 2019 15:46
  Si vis pacem a écrit :
mer. 13 févr. 2019 23:17
 et ma réponse ne semble pas vous satisfaire … non ?
Pour tout vous dire, ce questionnement ne vient originellement pas de moi ; personnellement je suis acquis d'avance à ce que vous venez de dire, mais je pense que cela ne convaincra pas un de mes amis catholiques qui est persuadé de voir dans le passage de GS sus-mentionné une "hérésie manifeste". Quand j'avais exprimé à cet ami que cela ne me semblait pas évident du tout, il s'est quelque peu emporté en disant "M'enfin, quand NSJC a dit que le premier commandement est plus grand que le second, il ne voulait pas dire qu'ils étaient égaux".

Je viens dans la Catena Aurea encore une chose qui ne va pas dans le sens de mon interlocuteur :
  S. Hilaire, dans Catena Aurea sur Matth.22 a écrit : Ou bien encore, ce commandement est semblable au premier, en ce sens qu’il y a dans tous les deux égalité d’obligation et de mérite ; car ni l’amour de Dieu sans l’amour de Jésus-Christ, ni l’amour de Jésus-Christ sans l’amour de Dieu, ne peuvent conduire au salut.

Je ne suis pas sûr de bien vous suivre ... Mais pour préciser mon propos, votre référence à la Catena aurea est la bienvenue.

Voyez tout d'abord saint Thomas, citant Origène (petit clin d'œil à monsieur Chevalier) sur la primauté du premier commandement :
  Origène - In Matthaeum Tract. 23 (dans Catena Aurea sur Matth.22) a écrit :
Si le Sauveur n'avait pas fait cette réponse au pharisien qui le tentait, nous aurions pu croire que tous les commandements étaient égaux entre eux ; mais en répondant nettement : « Tel est le premier et le plus grand commandement, » il nous apprend à établir une gradation nécessaire entre les commandements, à commencer par le plus grand jusqu'aux commandements inférieurs, et de là jusqu'aux plus petits (1). Notre-Seigneur déclare non-seulement que c'est là le grand commandement, mais encore que c'est le premier, non par le rang qu'il occupe dans la sainte Écriture, mais par la sublimité de la vertu qu'il a pour objet. Or, on ne peut entrer en participation de la grandeur et de la sublimité de ce commandement , qu'autant qu'on aime le Seigneur son Dieu, et qu'on l'aime de tout son cœur, etc. Le Seigneur ne s'est pas contenté de nous enseigner quel est le premier et le plus grand commandement, mais encore quel était le second, qu'il déclare semblable au premier. Il ajoute donc : « Et voici le second qui est semblable à celui-là : Vous aimerez le prochain comme vous-même. »

(1) « Celui qui manquera à un des plus petits » (Matth., 5, v. 19)

Quant à la ressemblance des deux premiers commandements, voyez deux pages plus loin l'explication donnée par saint Augustin :
  S. Augustin, De Trinitate, VIII, 7 (dans Catena Aurea sur Matth.22) a écrit :
S. Aug. (de la Trin., VIII, 7.) Comme il y a deux préceptes qui renferment la loi et les prophètes, le précepte d'aimer Dieu, et celui d'aimer le prochain, c'est avec raison que souvent l’Écriture sainte emploie indifféremment l'un pour l'autre, soit l'amour de Dieu, comme dans ces paroles : « Or, nous savons que tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu» (Rom., VIII) ; soit l'amour du prochain, comme dans ces autres (Gal., V) : « Toute la loi est renfermée dans ce seul précepte : Vous aimerez le prochain comme vous-même, » et cela, parce que celui qui aime le prochain doit, par une conséquence nécessaire, aimer Dieu ; car c'est par un seul et même sentiment de charité que nous aimons Dieu et le prochain, avec cette différence que nous aimons Dieu pour lui-même, et que nous nous aimons, ainsi que le prochain, pour l'amour de Dieu
  
Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez suivre ce dossier où vous trouverez réponse beaucoup plus complète à votre interrogation.

Répondre

Revenir à « Questions et demandes »