La Petite Église?

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
Gilbert Chevalier
Messages : 432
Inscription : dim. 10 sept. 2017 21:11
Localisation : Loire-Atlantique
Contact :

Re: La Petite Église?

#71 Message par Gilbert Chevalier » dim. 27 janv. 2019 18:05

Rêver à une Église sans Pape, c'est se mettre hors de l’Église, et c'est admettre que l’Église a été vaincue et que les portes de l'enfer ont prévalu, ce qui est une hérésie.

Si vis pacem
Messages : 411
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: La Petite Église?

#72 Message par Si vis pacem » dim. 27 janv. 2019 18:19

Gilbert Chevalier a écrit :
dim. 27 janv. 2019 18:05

Rêver à une Église sans Pape, c'est se mettre hors de l’Église, et c'est admettre que l’Église a été vaincue et que les portes de l'enfer ont prévalu, ce qui est une hérésie.

Vous n'avez pas l'impression, parfois, d'enfoncer des portes ouvertes ?

Avatar de l’utilisateur
Gilbert Chevalier
Messages : 432
Inscription : dim. 10 sept. 2017 21:11
Localisation : Loire-Atlantique
Contact :

Re: La Petite Église?

#73 Message par Gilbert Chevalier » lun. 28 janv. 2019 11:07

« Nier l’avènement futur et personnel d’Élie,
c’est une hérésie
ou une erreur qui approche de l’hérésie. »


(Saint Robert Bellarmin)

Source : http://catholique.forumactif.com/t67p52 ... glise#1425

Avatar de l’utilisateur
Gilbert Chevalier
Messages : 432
Inscription : dim. 10 sept. 2017 21:11
Localisation : Loire-Atlantique
Contact :

Re: La Petite Église?

#74 Message par Gilbert Chevalier » mar. 05 févr. 2019 10:34

L’Abbé Arminjon a écrit :

« Après la persécution de l’Antéchrist,
ce ne sera pas encore la consommation finale,
mais le triomphe de l’Église
où tous les hommes devenus les adorateurs d’un même Dieu
professeront la même foi catholique. »


Source : http://catholique.forumactif.com/t67p56 ... glise#1598

Si vis pacem
Messages : 411
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: La Petite Église?

#75 Message par Si vis pacem » mar. 05 févr. 2019 13:38

Gilbert Chevalier a écrit :
mar. 05 févr. 2019 10:34
L’Abbé Arminjon a écrit :
« Après la persécution de l’Antéchrist, ce ne sera pas encore la consommation finale, mais le triomphe de l’Église où tous les hommes devenus les adorateurs d’un même Dieu professeront la même foi catholique. »
Pourquoi cette citation viciée à cet endroit ?

Chercheriez-vous à contrebalancer votre incapacité à répondre à ceci ? :
Si vis pacem a écrit :
dim. 30 déc. 2018 18:21

Pour clore ce débat une fois pour toute et afin de nous éviter vos élucubrations oiseuses, je vous mets au défi de trouver un seul passage non catholique en ce texte.

Tout le reste n'étant que blabla servant à gonfler artificiellement le nombre de messages contenus en votre forum … vous comprendrez fort aisément que cela ne mérite pas que l'on s'y attarde !

Avatar de l’utilisateur
Gilbert Chevalier
Messages : 432
Inscription : dim. 10 sept. 2017 21:11
Localisation : Loire-Atlantique
Contact :

Re: La Petite Église?

#76 Message par Gilbert Chevalier » mar. 05 févr. 2019 14:11

Notre-Dame de Fatima, le 13 juillet 1917 a écrit :

« Finalement, mon Cœur-Immaculé triomphera ;
le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira ;
et il sera accordé au monde un certain temps de paix. »


Source : http://catholique.forumactif.com/t67p56 ... glise#1606

Si vis pacem
Messages : 411
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: La Petite Église?

#77 Message par Si vis pacem » mar. 05 févr. 2019 20:46


Voyez ici pour la réponse à votre trollage

FRANC
Messages : 1
Inscription : jeu. 10 sept. 2020 19:36

Re: La Petite Église?

#78 Message par FRANC » ven. 11 sept. 2020 20:48

Au sujet de la lettre, "CONSOLATIONS POUR LES FIDELES en temps de persécution, de schismes, d’hérésies" :
ATTENTION, il y a une supercherie !

En effet, si on analyse l'itnéraire de l'abbé Demaris, auteur supposé de la lettre "Consolation pour les fidèles, en temps de persécution, de schismes et d’hérésies", éditée en 1886 ( https://archive.org/details/bibliograph ... 6/mode/1up ), on se rend compte, très vite, qu'il s'agit d'un ecclésiastique plus que suspect. En effet, dans un almanach de 1792, répertoriant toute l'administration du département du Rhône et Loire ( https://books.google.fr/books?id=0_G-Zd ... e&q&f=true. ) dont la nouvelle pseudo-hiérarchie cléricale, il est signalé ( parmi tous les autres intrus avec à leur tête, l'évêque schismatique de Lyon, Lamourette), comme professeur de théologie des élèves-clercs de la congrégation des missionnaires de Saint-Joseph de Lyon. A contrario, les prêtres sulpiciens du séminaire Saint-Irénée, tous réfractaires, n'y figurent évidemment pas. C'est donc que l'abbé Demaris a signé le serment à la constitution civile du clergé.

D'ailleurs dans un mémoire récent de 2009, sur les résistances religieuses dans le district de Pont-de-Vaux sous la Révolution, un historien, Laurent Brayard ( https://www.google.com/url?sa=t&source= ... Oy_bGY0-u4 ) le rapporte comme non réfractaire ( jureur ou très favorable aux idées républicaines : souligné en rouge) alors qu'il vient d'être arrêté en mai 1793 sur la commune de Bourg en Bresse, puis mis aux arrêts domiciliaires dans sa commune d'origine Saint-Jean sur Reyssouze. Il est dénommé Pierre ou Claude-Pierre Desmaris ex Joséphiste, donc le même que le professeur de Lyon, que le futur anti concordataire ainsi que du supposé auteur du texte "Consolation pour les fidèles".

C'est toujours ce même Abbé Desmarris, joséphiste, que le chanoine Cattin signalera dans son ouvrage, sur "l'histoire des diocèses de Lyon et de Belley" depuis la constitution civile du clergé jusqu'au concordat ( https://books.google.fr/books?id=1D7Zsu ... &q&f=truec ) comme ami et compère en jansénisme de l'abbé Antonin Renaud-Camus, curé voisin de Bâgé-la-Ville, celui-ci étant noté, par l'historien Brayard, comme ayant juré avec restriction ou très favorables aux idées républicaines, arrêté un moment au printemps 1793, dans la même prison de Bourg-en-Bresse que Demaris ( les Clarisses ), "sans en connaître les motifs", puis libéré et reprenant sa cure, pour devenir anti concordataire en 1801, comme l'abbé Demaris.

Toujours, selon le chanoine Cattin, nous retrouvons l'abbé Desmarris, ex-joséphiste, missionnaire diocésain, cette fois-ci catholique et non schismatique sur la commune de Bereyziat toute proche de Bâgé-la-Ville et Saint-Jean sur Reyssouze, dans l'Ain, selon l'organisation clandestine ordonnée par Monseigneur de Marbeuf, dès Mars 1794 (
http://theses.univ-lyon2.fr/documents/g ... art=201598 ). L'abbé Demaris, a dû donc nécessairement, après 1793-1794, ou un peu plus tard, rétracté son serment et être réconcilié, tout en demeurant, nous dit le chanoine Cattin, infecté de jansénisme , comme son voisin et ami , l'abbé Renoud-Camus, curé de Bâgé-la-Ville. Tous les 2, s'opposeront au Concordat de 1801 et refuseront de signer le formulaire anti janséniste d'Alexandre VII.


Venons-en à la lettre, "Consolation pour les fidèles", dont les anticoncordataires de Gap, attribuent, dans leur édition de 1886, la paternité à l'abbé Demaris, comme si elle etait destinée à la Petite église des années 1803. Qu'est-ce qu'on y lit ? : "Le tourbillon orageux de la révolution qui frappe à droite et à gauche, et les bruits qui vous alarment, ce sont les menaces d’Hérode". Or, dans ces années 1801-1803, la paix civile règne et il n'y a plus de violence religieuse tel qu'il en existait en 1791 ( cf les Pâques de Louis XVI, devant l'obliger à la fuite de Varennes ). Les préfets et sous-préfets, ne font tout au plus qu'éloigner de leur domicile les plus turbulents des anti-concordataires ou refusent de leur donner les clés de leur ancienne église et presbytère, donc en rien une atmosphère de révolution. Si on replace cette phrase, par contre, dans le contexte des années 1791-1792, là tout s'explique : en effet les prêtres réfractaires sont alors chassés de leur cure avec violence et menacés des pires châtiments.

Que fait durant cette année cruciale 1791, l'abbé Demaris ? : il poursuit tranquillement ses cours de théologie à Lyon, après avoir signé le serment à la constitution civile du clergé.

Cette lettre, "Consolation pour les fidèles", n'est donc, forcément, pas de lui, mais l'effet d'un montage des anticoncordataires qui se sont appropriés, une lettre admirable destinée à ses paroissiens, d'un pieux et saint prêtre, demeuré inconnu, chassé de sa cure en 1791 ( année du serment ) où tout respire la vrai onction sacerdotale et le sens catholique, sans aucune note d'aigeur janséniste.

Cette duperie, en faveur de leur secte, ne serait pas la première de la part des anticoncordataires, qui outre le fait de tenter de récupérer Monseigneur de Marbeuf, ( mort en 1799 et n'ayant jamais connu le Concordat de 1801), via la lettre jointe par le même éditeur, essayaient déjà, aux dires du RP. Drochon, à l'aide de citations, d'enchaîner à leurs vues, Saint-Alphonse-de-Liguori, tel que dénoncé dans son livre "La Petite Église : essai historique sur le schisme anticoncordataire"
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... maris.zoom


Heureux dénouement : j'avais débuté ces recherches par simple curiosité, la découverte du dernier document de l'historien Laurent Brayard, conjuguée avec l'analyse plus précise du texte en cause, auront fait découvrir la supercherie, l'abbé Demaris n'est pas l'auteur de la lettre, "Consolation pour les fidèles" et celle-ci ne provient certainement pas de la Petite église anticoncordataire, mais d'un prêtre réfractaire de pure orthodoxie catholique.


Un mystère demeure : à quelle date a eu lieu cette supercherie, dans les années 1803 ou plus tard, date de la seule édition connue de 1886... ?


Enfin autre enseignement, pour aujourd'hui, de cette lettre : elle était destinée à des catholiques en union avec le Pape légitime ( Pie VI ) qui croyaient, contrairement aux futurs anticoncordataires et à l'abbé janséniste Demaris, à la perpétuité, la visibilité, l'indéfectibilité, l'infaillibilité et la juridiction universelle de l'Eglise Romaine légitime. Après la mort la même année, 1799, de Monseigneur de Marbeuf et du pape Pie VI, ils restèrent pourtant, respectivement 3 ans et 6 mois, sans évêque ni pape.
Maintenons leurs croyances : Non praevelebunt !


PS : la Congrégation des missionnaires de Saint-Joseph de Lyon, à laquelle appartenait l'abbé Demaris, a été très tôt avant même la mort de son fondateur, un certain Crétenet, laïc et chirurgien-barbier, caricature de Monsieur Olier et de Saint-Vincent de Paul, influencée par le jansénisme, au point d'être un temps interdite au début du 18e siècle, puis à nouveau favorisée par l'archevêque de Lyon de tendance janséniste, Mgr Antoine de Malvin de Montazet ( 1713-1788 ) à la fin du même siècle ( https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id= ... C3%A9nisme ). lls s'appelaient ainsi Crétenistes et le Jésuite RP. Rapin en dresse un tableau mordant ( https://books.google.es/books?id=DsWdYH ... et&f=false ) Avant lui, Molière les avaient connu à Lyon et deviné avant tout le monde, cela donnera la pièce "le Tartuffe ou l'imposteur"
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... .item.zoom
Dernière modification par FRANC le ven. 11 sept. 2020 21:04, modifié 1 fois.

Répondre

Revenir à « Questions et demandes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités