Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#21 Message par InHocSignoVinces » lun. 28 déc. 2020 17:07

Philomène désolée, parce qu'elle voulait rester fidèle à Jésus-Christ, son Époux, et qu'elle eût voulu satisfaire aux exigences de ce bon père dont elle avait toujours été tant aimée, recourut à la prière, comme à un refuge certain, et à un conseiller qui ne manque jamais de vous tracer la voie sûre. Dieu est bon, « il se plaît à faire la volonté de ceux qui le craignent, dit la Page sainte (Ps. CXLIV), » et « il s'empresse d'exaucer la préparation même de leur cœur (Ps. X) ». Il fit triompher l'innocence de la jeune vierge, et pour cela la rendit invincible à toutes les flatteries comme aux menaces.


Son père, voyant ses tentatives vaines, alla vers l'empereur, et lui allégua, pour se dégager de la parole qu'il lui avait donnée de lui céder sa fille, qu'elle avait fait le vœu de rester vierge, et qu'il n'avait pu jusqu'alors la déterminer à le satisfaire, en acceptant la proposition qu'il avait bien voulu lui manifester de l'avoir pour épouse. «De mon côté, ajouta le prince, je ferai, ô empereur, tout ce qui sera en mon pouvoir pour vous êtes agréable : mais pour Philomène n'y comptez pas : elle se refuse complètement à vos désirs. »


Comment, reprit vivement Dioclétien, votre fille refuse d'unir sa destinée, à la mienne, et vous ne pouvez ébranler sa constance? Ah ! amenez-la moi, et vous verrez que cette fois nous la déciderons. Pourra-t-elle jamais arriver à un honneur comparable à celui de m'avoir pour époux ?»


Le père, ému, quitta la présence de l'empereur. Cette fois, se disait-il en retournant à sa demeure, cette fois, il faut que je triomphe de ma fille. Et pour cela il avisa à un moyen qui lui paraissait plus expédient. Ce fut celui de mettre la mère de la partie.


A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#22 Message par InHocSignoVinces » mar. 19 janv. 2021 19:35

Nouvel assaut, assaut terrible, livré à la Vierge du
Christ, et qui eût assurément ébranlé son admirable
constance, si la vertu du Tout-Puissant ne l'eût fortifiée.
Sa mère, pour laquelle son cœur brûlait de la plus
vive comme de la plus tendre affection, sa mère qui
l'avait élevée si chrétiennement, qui devait soutenir sa faiblesse,
l'encourager même; sa mère à qui elle n'avait jamais rien refusé,
cette mère chérie, se tournant aussi contre elle,
s'efforça à son tour de vaincre sa résolution.
Les caresses comme les menaces, les sourires comme les pleurs,
tout est employé pour séduire sa bien-aimée Philomène.



Elle se jette donc aux genoux de sa chère Philomène,
et elle s'écrie, les larmes aux yeux et en la pressant sur son cœur :

«Ma fille, aie pitié de ton père, de ta mère,
de nos sujets. Vois ! ton obstination va causer notre
perte, le malheur de notre empire, la ruine de notre
famille... Accepte la proposition de l'empereur et
rends-nous ainsi la vie et le bonheur...»



De son côté, le père approche de sa fille et lui dit en
sanglotant :
«Ce que vient de t'observer ta mère, ô
Philomène, est bien digne de tes réflexions.
Pense donc à ce qui peut nous arriver, si, en résistant aux
ordres de l'empereur, tu nous rends les objets de son courroux ?
Ah! plutôt, puisque notre félicité en ce monde dépend de ta détermination,
accepte une fois pour toutes. Sans doute tu as voué ta virginité au Roi
du ciel; mais ce Dieu a fait aussi un précepte aux enfants d'honorer
les auteurs de leurs jours, de les entourer de toute leur tendresse,
de faire tout ce qui dépendrait d'eux pour leur bonheur. Et tu comprends assez,
ma Fille, que c'est là une réciprocité qui est fort juste et très-convenable.»



« O mes parents, répondit la Vierge de Jésus, que
dites-vous ? Certainement vous ne pouvez douter de
ma tendresse et de ma reconnaissance à votre égard.
Vous savez combien je vous suis dévouée en toutes choses.

Mais je dois vous le répéter encore, Dieu et la virginité que je lui ai vouée,
avant vous, avant tout, avant ma patrie par conséquent; car mon royaume,
c'est le Ciel. Ne comptez pas cette fois sur ma soumission,
et permettez que je vous préfère Celui qui est mon
Créateur, mon Rédempteur, mon Époux. Sa volonté
doit être faite avant la vôtre.»



Ses parents fondirent en larmes, insistèrent : «Mais
ne peux-tu pas être l'épouse de Dioclétien et demeurer
toujours fidèle à Jésus-Christ ? Sa grâce ne manquera
pas de bénir alors ton obéissance, et tu auras la consolation
d'avoir fait le bonheur de ton père et de ta mère.»



« O parents imprudents et aveugles, répondit Philomène avec une gravité douce et respectueuse, et qui
donc vous a fasciné les yeux à ce point ? Sans doute, l'ennemi du genre humain, qui a séduit nos premiers
parents, vous a tendu un piège dans lequel vous voulez me faire tomber moi-même.
Eh quoi ! n'auriez-vous
demandé au Ciel un enfant que pour le donner à son ennemi ? Dieu sait tout l'amour et toute la reconnais-
sance que j'ai toujours éprouvés pour vous ; mais pensez-vous que je puisse trahir le Dieu bon que j'adore,
qui vous a comblés de tant de ses faveurs, vous aussi bien que moi ! »



Qui n'admirera cette puissance efficace de la grâce
divine qui rend éloquente et diserte la langue des enfants,
et qui rend ces mêmes enfants invincibles à tous
les assauts de l'enfer !
Philomène, en répondant ainsi à ses parents,
avait rempli leur âme d'amertume, et les avait plongés dans une sorte de stupeur.
Ils ne pouvaient se consoler qu'en pensant qu'elle reviendrait de ce
qu'ils appelaient son entêtement, avant que le jour
fût arrivé où ils devraient comparaître une fois encore
avec elle devant l'empereur.
Mais la jeune Vierge fortifia sa
résolution par de pieux exercices, tels que le jeûne, la prière mentale,
le chant des Psaumes, l'union à Jésus-Christ, la dévotion à Marie et à son bon Ange,
et le recours à leur protection.
Certes, elle avait besoin
de la vertu d'En-Haut pour résister à tant d'embûches
qui allaient être livrées à sa vertu.



A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#23 Message par InHocSignoVinces » lun. 25 janv. 2021 13:07

CHAPITRE IX

Philomène parait de nouveau devant l'empereur qui cherche encore à la séduire.



Cependant arriva le moment où, selon l'ordre de l'empereur, Philomène et ses parents durent comparaître une fois encore devant lui. Il fallait se soumettre. Philomène était retirée dans son oratoire quand son père vint lui dire : " Ma fille, nous partons à la cour, car l'heure est sonnée. » A cette nouvelle, la jeune princesse verse des larmes en abondance. Elle élève le regard vers un Crucifix qui était tout son trésor, elle prie Jésus, son Époux, devant cette sainte image, de l'aider de sa grâce, et elle répond à son père: « Hé bien, marchons, et mourons s'il le faut ! » C'est que le Saint-Esprit venait de fortifier son âme vierge et de lui donner ce saint courage qui, tout à l'heure, la fera braver toutes les menaces les plus terrifiantes, comme les promesses les plus séduisantes.


Quand l'empereur vit une seconde fois la jeune princesse, il sentit renaître plus vif en lui que jamais le désir de l'avoir pour épouse.

« Philomène, tu acceptes ma main, n'est-ce pas ? tu consens volontiers à devenir impératrice et à jouir de tous les honneurs attachés à cette haute dignité ?

— Oh ! non, répondit la Vierge, ne savez-vous pas, ô prince, que je ne suis plus à moi, que j'appartiens à Jésus-Christ et que je ne peux désormais disposer de ma volonté. Pensez quelle injure je ferais à mon adorable Époux, si je trahissais ainsi la parole que je lui ai donnée.

— Mais, Philomène, je te laisserai la liberté de servir encore Jésus-Christ et de l'appliquer tout autant que tu le voudras bien aux bonnes œuvres.

— Je ne doute point, repartit Philomène, de la bienveillance que vous auriez à mon égard ; mais je ne peux accepter votre main sans renoncer en même temps à mes intérêts les plus chers. »

Là-dessus, Dioclétien s'adressa aux parents de la Vierge, et leur dit : « Je m'aperçois maintenant que votre fille est inflexible. Que ne lui dites-vous de se rendre à mes volontés ? »

« O notre prince, répondirent ceux-ci, nous avons tenté plusieurs fois de la faire adhérer à votre proposition, et toujours elle s'est montrée ferme dans sa résolution de rester vierge: essayez de la vaincre si vous le pouvez. Vous le savez, nous serions heureux si nous pouvions nous retirer de votre auguste présence avec vos bonnes grâces et l'assurance de votre protection.»

Ce fut alors que Dioclétien redoubla d'instances, mit tout en œuvre pour obtenir le consentement de Philomène. Mais toutes ses promesses comme ses menaces furent inutiles.

« Ah ! je suis vaincu, dit à la fin l'empereur. Mais ce n'est pas terminé. Tout à l'heure nous verrons qui des deux l'emportera. Du reste, je ferai punir ton obstination, ô Philomène, et tu sauras, par ton expérience, ce que c'est que de mépriser ton empereur qui voulait te combler d'honneurs et de biens.


A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#24 Message par InHocSignoVinces » jeu. 28 janv. 2021 19:03

Reportons un instant notre pensée sur la scène qui s'offre à nos regards, et considérons-la avec toute l'attention possible.

Combien le spectacle que présenta alors sainte Philomène à la cour de Dioclélien est digne de l'admiration des anges et des hommes ! Devant elle un trône, le plus majestueux, le plus élevé et le plus beau de l'univers. Celui qu'elle y voit assis fait trembler d'une seule menace les peuples et les rois. Elle peut, si elle le veut, monter sur ce trône, s'asseoir aux côtés de l'empereur et régner avec lui. Ciel ! que cette tentation est délicate ! Qu'il est aisé de laisser entraîner son cœur en face d'une grandeur sans pareille en ce monde, d'une gloire la plus éblouissante de toutes, qui efface toutes celles réunies des mortels ! Son père et sa mère sont là aussi près d'elle, qui la supplient par tout ce qu'ils ont de plus cher entre eux, qui attendent dans l'anxiété la plus vive sa décision. Philomène est insensible à tout cet appareil !


C'est bien en vain que Dioclétien, le superbe Dioclétien, pour élever la vierge jusqu'à lui, descend et s'humilie. Oui, Dioclélien, c'est-à-dire le maître temporaire du monde, et avec lui le monde entier, sont aux pieds de Philomène, et semblent lui dire : « Princesse, choisis ! parle ! qu'attends-tu ? Considère la pourpre impériale, la couronne et le palais des Césars, cette cour brillante et nombreuse, ces trésors où s'accumulent chaque jour les richesses de l'univers. Parle, tout cela m'appartient et t'appartiendra également, si tu veux régner avec l'empereur en qualité d'épouse. Mais si tu refuses, considère non loin de toi ces flèches, ces fouets, ces glaives ; la prison, les peines les plus cuisantes, les supplices les plus cruels te sont préparés. »


Encore une fois, quelle alternative ! Est-elle donc faite pour une faible enfant ? Mais Philomène est autre que la fille d'un roi de la Grèce, elle est sensible sans doute aux promesses comme aux menaces, au plaisir et à la douleur: elle sait à quels honneurs elle peut parvenir et à quels tourments elle sera exposée ; néanmoins elle persiste dans sa résolution de rester et de mourir vierge. Ah ! c'est qu'elle est chrétienne ! c'est que la force divine dont elle est revêtue la rend invulnérable aux implacables séductions de l'ennemi. Tu as beau faire, ô Dioclétien ! la Vierge de Jésus sera victorieuse de toi, elle se rira de tes tentatives.


A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#25 Message par InHocSignoVinces » dim. 07 févr. 2021 10:24

CHAPITRE X

Philomène, chargée de chaînes, jetée en prison, est consolée par Marie.


L'empereur fut outré de dépit dans son attente vaine. L'affection si vive qu'il avait ressentie pour Philomène
se changea bien vite en une colère des plus violentes. Il donna ordre qu'on la chargeât de chaînes, puis
qu'on la jetât dans les noirs cachots des prisons du palais. C'était là même qu'on enfermait les plus malfaiteurs
et les plus criminels. Mais, ô cruauté infernale ! il avait fait resserrer les chaînes longues et pesantes
qui surchargeaient le faible corps de la pacifique victime, de manière qu'elle ne pouvait faire aucun mouvement.
Il pensait que cette contrainte déciderait la Vierge et la soumettrait à son désir.



Peut-être aussi croyail-il que la douleur et la honte affaibliraient insensiblement ce mâle courage qui l'étonnait et qu'il ne pouvait se lasser d'admirer dans le secret de son palais, car chaque jour il la visitait dans sa prison. D'abord il la faisait détacher. Elle prenait alors le peu de pain noir et sec, le peu d'eau boueuse et corrompue qu'on lui donnait volontiers pour la mettre à l'épreuve. Puis le féroce empereur recommençait ses attaques, dont quelques-unes, au rapport de la Sainte, sans une grâce et une protection visibles du Ciel, auraient pu devenir funestes à sa virginité.


O bel Ange, esprit bienheureux à qui la garde invisible de Philomène fut confiée, vous seul, après Dieu,
pourriez-nous dire tout ce qu'elle dut souffrir dans ces moments terribles où seule, sans appui, sans défense,
elle eut à lutter contre les suggestions les plus malignes et les artifices les plus séduisants d'un séducteur
habile et éhonté, puissant et impérieux. Mais elle était puissamment aidée de vous, ô ministre très-fidèle du
Très-Haut. Et que ne peut pas une âme protégée, défendue, soutenue, fortifiée par l'Ange qui veille à sa garde !



Dioclétien était à la fois honteux et furieux de se voir vaincu par une faible enfant. Le dépit qu'il en éprouvait était tel,
qu'il inventait chaque jour quelque nouveau stratagème pour parvenir à vaincre la résistance de la Vierge. Toujours ses défaites étaient pour
Philomène l'avant-coureur de nouveaux tourments.
Mais comme elle priait avec assiduité, la prière la fortifiait, l'éclairait, la dirigeait et la faisait triompher. Sans cesse elle se recommandait à Jésus-Christ, son époux. Et lui, ce divin Maître, qui n'abandonne jamais ses serviteurs, qui les délivre même dans la tribulation, versait abondamment le baume salutaire des consolations divines dans le cœur de son épouse bien-aimée.


A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#26 Message par InHocSignoVinces » lun. 15 févr. 2021 16:58

Philomène était depuis longtemps dans son cachot.
Car, d'après son rapport à la sœur Marie-Louise, sa
captivité durait depuis trente-sept jours. Trente-sept
jours ! Ciel ! quelle patience il lui fallut pour ne pas
succomber aux attaques répétées de l'empereur. Quelle
âme à sa place eût eu sa constance ! Mais là est l'œuvre
du Tout-Puissant, là brille l'éclat de sa miséricorde ineffable,
de sa fidélité parfaite envers ses amis qui souffrent pour Lui.
Cependant la Vierge sentait son courage faiblir et ses forces s'épuiser.

« Sainte Vierge Marie ! s'écrie-t-elle fondant en larmes,
au secours, ou je suis perdue ; l'enfer conspire à chaque
instant contre moi, ma force m'abandonne! Hélas ! sans votre protection,
que deviendrai-je ? Et quel malheur pour moi si, après les supplices que
j'ai subis pour plaireà mon Sauveur, je venais à lui être infidèle !
Marie, qui comprenez ma situation si pénible,
exaucez-moi et secourez-moi. »



A peine eut-elle fini sa prière que Marie, la douce
Mère de Jésus, qui ne dort jamais, lorsque surtout
ses serviteurs sont en danger, lui apparut toute brillante
d'une lumière céleste, tenant entre ses bras Jésus enfant,
l'époux adorable de Philomène. A l'aspect de
cette divine Mère, le cœur de Philomène est inondé de
joie ; elle tombe elle-même à genoux aux pieds de
Marie, qui lui dit de se lever. A l'instant ses chaînes
se brisent, elle reçoit pour un moment le doux enfant
Jésus dans ses bras, puis elle le remet dans ceux de
Marie. C'est alors que cette divine Mère lui adresse
ces consolantes paroles :


«Ma fille, encore trois jours seulement de prison, et
après ces quarante jours de dure captivité luira pour
toi le jour de la délivrance. »



Philomène, qui n'avait pas compris le sens mystérieux de ces paroles, fut transportée d'aise. Cette nouvelle pour elle si heureuse, parce qu'elle lui annonçait comme très-prochain le terme de ses épreuves, faisait tressaillir son cœur de joie. Mais, quand la vierge Marie lui eut révélé qu'elle ne sortirait de prison que pour soutenir, dans d'affreux tourments, des combats beaucoup plus terribles que ceux qu'elle avait déjà soufferts, elle passa subitement des plus doux sentiments de confiance et de joie à des angoisses si pénibles, que si le Ciel ne lui fût venu en aide, elle eût sur-le-champ même expiré de tristesse et de douleur.


A SUIVRE...
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#27 Message par InHocSignoVinces » ven. 19 févr. 2021 11:44

Voyez combien est bonne, secourable, la très-sainte Marie ! Comme elle remarqua que les souffrances
qu'elle avait prédites à Philomène avaient noyé son cœur dans une mer d'affliction, et qu'elle s'était laissé
faiblir par la prévision de ces épreuves, cette divine consolatrice des affligés voulut relever son courage
abattu, remouveler ses forces épuisées.



« Philomène, lui dit cette si excellente Mère, Philomène, ô ma fille bien-aimée, prends patience et anime ton courage ! Assurément, tu sais toute la ten- dresse affectueuse que j'ai pour toi. D'ailleurs, le nom que tu reçus au saint baptême en est comme un gage certain. Considère-le par la ressemblance qu'il a avec le nom de mon Fils et avec le mien. Tu t'appelles Lumena, c'est-à-dire lumière, comme ton époux Jésus s'appelle Lumière, Étoile, Soleil; comme moi-même je suis appelée Aurore, Étoile, Lune dans la plénitude de son éclat


«Ne crains donc rien, ma fille, car je viendrai à ton secours. Je le sais, maintenant la nature, dont la faiblesse t'humilie, revendique ses droits. Mais aie confiance. Au moment du saint combat, la grâce de mon Fils te communiquera sa force souveraine, et ton Ange, qui fut aussi le mien, Gabriel, dont le nom signifie la force de Dieu, sera aussi ta force et ton secours. Je te recommanderai à ses soins comme ma fille bien-aimée entre toutes les autres. Seulement, je te le dis de nouveau, ô Philomène, aie confiance en Dieu, et lu remporteras la victoire. »


Marie, ayant ainsi parlé, disparut dans un nuage qui
éblouissait la servante et l'épouse du Christ, et elle
laissa la prison remplie d'un céleste parfum.



A SUIVRE...
Image

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#28 Message par InHocSignoVinces » mar. 23 févr. 2021 12:09

Observons quel honneur et quel bonheur pour Philomène d'avoir eu pour Ange gardien celui-là même
qui l'avail été delà bienheureuse vierge Marie. Jugeons de là combien cette jeune Vierge doit être chère à Jésus
et à Marie, combien elle est aimée des Anges et surtout de saint Gabriel. Ah ! prions-la de nous servir d'avocate
auprès du saint Archange, de nous obtenir de sa bonté la force dans les tentations et le courage
dans les épreuves et les tribulations de la vie. Gabriel signifiant force de Dieu ou mon Dieu fort, quelle joie
n'éprouverons-nous pas dans nos peines, s'il nous protège, s'il nous fortifie intérieurement par la grâce de
Jésus-Christ, comme il le fit à l'égard de sainte Philomène dans les tourments qu'elle souffrit pour la Foi.



Admirons encore combien elle est, cette pieuse
Vierge, aimée de Marie, la divine mère du Rédempteur,
la reine et la protectrice de la virginité. C'est que
Marie aime tous les chrétiens, parce qu'ils sont ses enfants spirituels,
elle chérit beaucoup plus ceux-là dont le corps est chaste
et le cœur est pur. L'exemple de Philomène, entre mille
autres de ce genre, dont plusieurs sont relatés dans mon livre :

Marie vient à notre secours dans tous nos besoins, en est la preuve
la plus satisfaisante.



Que la conduite de sainte Philomène nous anime donc à aimer Marie, à nous confier en Marie et à l'invoquer souvent. — Aimer Marie, quoi de plus doux, après l'amour que nous devons à Dieu. Elle est la Mère de Jésus, elle est aussi notre mère. C'est tout dire! Aimer Marie, c'est être en quelque sorte prédestiné à la vie éternelle, et par conséquent c'est jouir du bonheur dès cette vie. Vous donc qui désirez si passionnément d'être heureux, aimez beaucoup, aimez bien Marie. — Quel espoir pour une âme qui se confie dans l'intercession de Marie ! La sainte Église applique ces paroles à l'auguste Mère de Dieu : « Celui qui me trouve trouvera la vie, et puisera son salut du Seigneur. » (Eccli., xxiv.) Oui, celui qui trouve Marie par une sincère dévotion, aura la grâce sur la terre et la vraie félicité dans le ciel. Marie est si puissante, que tout ce qu'elle demande à son divin Fils pour nous
elle l'obtient ! Elle est si bonne, qu'elle ne refuse à personne sa protection, de sorte que les plus grands criminels, s'ils veulent revenir à Dieu, et les plus malheureux à parler humainement, peuvent toujours avoir accès près d'elle ! Elle est si fidèle, que jamais elle n'a délaissé ou méprisé personne ! Quel est le mortel qui oserait dire : J'ai demandé l'aumône à Marie, elle m'a refusé et repoussé. Ah ! vous qui ne connaissez point encore la douce Mère de Jésus, essayez à l'aimer, à vous confier en elle, et vous verrez comme elle est bonne! Mais surtout, à l'exemple de sainte Philomène, invoquez-la souvent. Dans vos tentations, dans les dangers si nombreux du parcours de la vie, quand l'amère aflliction vous noie le cœur, quand dans la nuit du doute, dans les ténèbres épaisses des vices, vous sentez naître en vous un germe de désespoir, ah ! de grâce, élevez le regard vers Marie, invoquez Marie conjointement avec Jésus, et Marie et Jésus vous feront triompher, et vous sauverez à la fois et votre ame et votre corps pour l'éternité.



O Lecteur bien-aimé ! quelle consolation nous éprouverons à la mort, si durant notre court exil sur la terre nous avons été affectionné au culte si doux de la Reine des cieux.


A SUIVRE...
Dernière modification par InHocSignoVinces le mar. 02 mars 2021 11:27, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
InHocSignoVinces
Messages : 2100
Inscription : dim. 26 août 2018 11:43
Localisation : Couronne d'Aragon

Re: Vie très-complète de SAINTE PHILOMÈNE

#29 Message par InHocSignoVinces » mar. 02 mars 2021 11:27

CHAPITRE XI

Philomène flagellée, jetée de nouveau en prison,
est guérie de ses plaies par les anges.



Les paroles de la vierge Marie à Philomène venaient
de lui rendre courage. Certes ! elle en éprouvait un
grand besoin, car la prédiction que lui avait faite cette
Reine des anges ne tarda pas à s'accomplir.


Dioclétien désespérait de fléchir la Vierge de Jésus
et de la faire condescendre à sa volonté. Il prit, ce
prince cruel, le parti de la tourmenter de la manière
la plus atroce. Le premier supplice auquel il la condamna
fut celui de la flagellation, un des plus cruels
et des plus ignominieux qu'on puisse imaginer.


« Puisqu'elle n'a pas honte, disait le fougueux empereur, de préférer à un empereur tel que moi un
malfaiteur condamné par sa nation à une mort infâme, elle mérite que ma justice la traite comme il fut
traité. »



Il ordonna donc qu'on la dépouillât de ses riches vêtements, qu'on la liât à une colonne, Et le croira- t-on ? Il osa, en présence d'un grand nombre de gentilshommes de la cour, la faire frapper avec des courroies armées de plomb. Les bourreaux exécutèrent cet ordre avec tant de violence et de brutalité que le corps tout sanglant et déchiré de Philomène n'offrait plus qu'une plaie. Tandis qu'on la tourmentait ainsi, l'humble
Vierge offrait ses douleurs à Dieu en union à celles que Jésus-Christ son époux souffrit pour notre salut. Elle priait aussi ce Dieu juste, mais infiniment miséricordieux, de pardonner à ses persécuteurs.


A SUIVRE...

Répondre

Revenir à « Temporal&Sanctoral de l'année liturgique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités