De l'image et de la marque de la bête

Message
Auteur
Florent-Jean
Messages : 5
Inscription : ven. 13 oct. 2006 2:00

De l'image et de la marque de la bête

#1 Message par Florent-Jean » jeu. 04 janv. 2007 10:45

Il fallut attendre notre siècle pour que certaines prophéties de l'Apocalypse de S. Jean se révèlent dans toute leur ampleur, et notamment dans leur sens simplement littéral. Je voudrais aborder ici, brièvement, deux prophéties en particulier, 1° celle relative à l'image de la bête animée douée de la faculté de parler, et 2° à la marque ou au caractère de la bête que riches et pauvres devront porter à la main droite et au front, toutes deux au chapitre XIII.

« Et il fut donné [à la seconde bête de l'apocalypse] le pouvoir d'animer l'image de la bête, et de faire parler cette image…» Apoc., XIII, 15.

Comme il en est souvent question dans l'Ancien Testament, le diable eut le pouvoir de mouvoir et de faire parler les idoles ; elles répondaient aux interrogations que les impies leurs faisaient, exécutant différents prodiges.
Les Pères [1] de l'Église, éclairant ce fragment du verset quinze y voient l'évocation de ce genre d'artifices, « beaucoup d'idoles répondaient par le truchement du diable aux prières qu'on leurs faisait... »

C'est le XXème siècle qui a donné une portée toute particulière à cette prophétie que les Père de l'Église n'eussent pu imaginer : comment ne pas y voir la description, à deux mille ans de distance, d'un appareil qui tourneboula si profondément les mœurs du vieux monde, savoir, la télévision ?

Pour illustrer l'ampleur du phénomène télévisuel, permettez-moi de citer quelques chiffres très parlant, tirés du Quid 2000 :

En 1995, 94,5 % des foyers français possédaient un téléviseur.
En 1996, 59,1 %, soit plus d'un français sur deux, était possesseur d'une télévision.

En 1998, on dénombrait 1 poste de télévision pour 1,2 personnes aux É.-U., 1,6 au Japon, 1,7 en France, 1,8 en Allemagne, 2,2 en Grande-Bretagne, 2,3 en Italie, 2,7 en Russie, 3 à Hong-Kong, 3,6 au Brésil.

À titre informatif, concernant le temps moyen passé devant la télévision par foyer en France : environ 4H 08 en 1982 contre 5H 30 en 1998.

On comprend que le fils de perdition n'aura pas grand' peine à se faire rendre un culte, un culte cathodique, de par le monde.

« Elle fera en sorte que tous les hommes, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent d'elle le caractère de la bête à la main droite, ou au front.» Apoc., XIII, 16.

Les Pères de l'Église nous donnent de ce passage de l'Apocalypse de S. Jean une remarquable interprétation mystique : la main droite accomplissant les œuvres dépravées conformément à la doctrine de l'homme de péché, et le front désignant les pensées mauvaises de ceux qui s'adonneront au culte de la bête [2] ; les Pères, quoiqu'ils eussent pu entendre ce passage dans son sens littéral n'en pouvaient peut-être saisir tout à fait l'effroyable réalité, demeurant dans une certaine obscurité quant à la possibilité technique d'une telle entreprise. Comment pussent-ils imaginer que les sciences permissent un jour la réalisation en son sens littéral de cette prophétie ?

Internet regorge d'informations au sujet de la puce sous-cutanée, d'où la difficulté d'avoir des données sérieuses à son sujet. Voici quelques usages actuels de cette puce : Les G.I. de l'Armée américaine en sont dotés ; aux États-Unis et en Amérique du Sud, l'implantation de cette micro-puce se répand rapidement et largement à toutes classes d'individus, les enfants étant spécialement visés. En Europe, la puce est plus dure à avaler : elle demeure pour l'instant réservée aux animaux de compagnie et au bétail.

À la main droite, ou au front, nous dit Saint Jean. Et pourquoi pas ailleurs ? Cette micro-puce est autonome, et celle-ci se sert des changements de température pour recharger sa pile interne. Or le front et les mains sont les parties du corps les plus exposées aux injures du temps, et donc qui changent aussi le plus rapidement de température.




[1] D'après la Sainte Bible du R. P. de Carrières avec les commentaires de Ménochius.
[2] « Ils auront le signe de la bête dans la main droite car ils feront les œuvres dépravées en conformité avec la doctrine de l'Antéchrist, et ils l'auront sur le front, par lequel est désigné l'esprit, parce que l'on pourra reconnaître les pensées mauvaises qu'ils auront à travers les œuvres mauvaises qu'ils feront. » S. Ambroise, XIII, 16-17. Tiré de L'Antéchrist de l'abbé V.-M. Zins.

Avatar de l’utilisateur
Abbé Zins
Messages : 2931
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: De l'image et de la marque de la bête

#2 Message par Abbé Zins » jeu. 04 janv. 2007 12:10

Oui, cher Florent,

ce sont deux des points les plus propres à frapper

nos contemporains, par rapport à une Prophétie si ancienne,

en des temps où ces inventions n'étaient pas même imaginables !

Fulgurator
Messages : 81
Inscription : ven. 06 oct. 2006 2:00

Re: De l'image et de la marque de la bête

#3 Message par Fulgurator » jeu. 04 janv. 2007 21:33

citation de Florent
« Et il fut donné [à la seconde bête de l'apocalypse] le pouvoir d'animer l'image de la bête, et de faire parler cette image… » Apoc., XIII, 15.

Comme il en est souvent question dans l'Ancien Testament, le diable eut le pouvoir de mouvoir et de faire parler les idoles ; elles répondaient aux interrogations que les impies leurs faisaient, exécutant différents prodiges.
Les Pères [1] de l'Église, éclairant ce fragment du verset quinze y voient l'évocation de ce genre d'artifices, « beaucoup d'idoles répondaient par le truchement du diable aux prières qu'on leurs faisait... »

C'est le XXème siècle qui a donné une portée toute particulière à cette prophétie que les Père de l'Église n'eussent pu imaginer : comment ne pas y voir la description, à deux mille ans de distance, d'un appareil qui tourneboula si profondément les mœurs du vieux monde, savoir, la télévision ?
Il me semble y avoir un excés à voir dans cette prophétie l'annonce de la Télé vu l'interprétation qu'en donnent les Pères :
Les Pères [1] de l'Église, éclairant ce fragment du verset quinze y voient l'évocation de ce genre d'artifices, « beaucoup d'idoles répondaient par le truchement du diable aux prières qu'on leurs faisait... »
Il n'en reste pas moins vrai que la télé - qui n'est pas mauvaise en elle-même - a fait beaucoup de ravages.

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1400
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: De l'image et de la marque de la bête

#4 Message par Laetitia » mer. 10 janv. 2007 23:47

L'Abbé Arminjon a écrit : Saint Jean (Apoc. XIII) parle encore d’un caractère étrange et mystérieux que tous « petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves » seront tenus de porter à leurs mains ou sur leur front ; ce signe sera une marque d’apostasie, il témoignera que tous ceux qui s’en sont munis, soit pour complaire au maître, soit pour échapper à ses fureurs, ont renié le vrai Christ et se sont enrôlés à jamais sous la bannière de son ennemi (1).

Ceux qui porteront ce signe infamant, jouiront en abondance des avantages de la fortune ; ils auront les gros traitements, les emplois publics, la profusion des voluptés et de tous les biens désirables. Mais ceux qui refuseront de se couvrir de ce sceau d’abomination seront mis hors la loi. Il est écrit que « personne ne pourra ni vendre ni acheter, s’il n’a sur lui le caractère ou le nom de la bête ou le nombre de son nom.» Il sera interdit à tous ceux qui n’auront pas cette marque de puiser aux fontaines publiques, ils seront même indignes d’ouvrir les yeux à la lumière et de respirer l’air pur des cieux.

(1) - Ce signe est appelé un caractère, parce qu’il sera imprimé sur la chair... L’Apôtre nous apprend que la bête forcera les petits comme les grands de le porter. Par les petits sont désignés les enfants qui naîtront. Car le fils de perdition et ses faux prophètes aboliront tout baptême fait au nom de la Sainte-Trinité. Ils auront soin de forcer tous les enfants et les jeunes gens des deux sexes de recevoir au front le caractère de la bête, et de rejeter le baptême institué par Notre Seigneur Jésus‑Christ. (Holzauser, Interpretat. de l’Apocalypse, livre VI, ch. XIII.)

Avatar de l’utilisateur
Laetitia
Messages : 1400
Inscription : ven. 20 oct. 2006 2:00

Re: De l'image et de la marque de la bête

#5 Message par Laetitia » jeu. 11 janv. 2007 20:39

L'abbé Arminjon a écrit : Saint Jean désigne encore le nom de l’Antéchrist ; mais il a jugé utile de ne nous le dire qu’en lettres chiffrées. On sait que dans diverses langues les chiffres peuvent se traduire en caractères alphabétiques, et réciproquement les lettres alphabétiques en caractères chiffrés. Saint Jean nous dit donc que dans une langue qu’il ne nous fait pas connaître, le nom de la bête s’exprime par le nombre 666.

Les Pères et les docteurs se sont étudiés à saisir la clef de ce nombre et à découvrir le nom caché sous ce nombre mystérieux, mais leurs recherches n’ont pas abouti. On peut imaginer une multitude de noms divers dont les lettres, suivant leur juxtaposition, expriment le nombre indiqué par saint Jean. Il faut s’en tenir au sentiment de saint Irénée qui nous assure que l’Esprit Saint nous a proposé le nom de l’Antéchrist, sous la formule de ce chiffre énigmatique, parce qu’il a voulu que sa vraie signification restât ignorée jusqu’à l’avènement de sa prophétie, au jour où il sera utile aux hommes que l’Antéchrist leur soit signalé. – « Alors, dit saint Jean, ceux qui ont reçu l’intelligence ne seront plus sujets à se méprendre, et pour reconnaître la bête ils n’auront qu’à compter le nombre de son nom. Qui habet intellectum computat numerum Bestiae. (Apoc. ,XIII, 16)

Si vis pacem
Messages : 379
Inscription : mer. 11 oct. 2006 2:00

Re: De l'image et de la marque de la bête

#6 Message par Si vis pacem » ven. 12 janv. 2007 20:49

Cardinal Lépicier - Tractatus de Novissimis, Paris 1921, pp. 355-357 a écrit : Character Antichristi. — Sed nec silendum communem esse sacrorum scriptorum sententiam, Antichristo proprium futurum esse characterem, quem ille eiusque sequaces in manu aut fronte circumferet, quo facilius agnosci possit : quo quidem faciunt sequentia verba (1) : Et faciet omnes pusillos, et magnos, et divites, et pauperes, et liberos, et servos habere characterem in dextera manu sua, aut in frontibus suis, et ne quis possit emere aut vendere, nisi qui habet characterem, aut nomen bestiae, aut numerum nominis eius.

Re quidem vera, quemadmodum consueverunt ethnici gestare manu vel fronte impressum nomen aut symbolum illius idoli cui sese devoverant (2); ita Antichristi sequacibus commune erit signum quo se invicem agnoscant, ac a suis benefactis, imo a communione necessariorum vitae illos arceant, qui secum sentire renuerint : quod quidem olim sub Diocletiano factitum legimus, cum crudelissimo edicto prohibuit ne quidpiam christianis aut venderetur aut ullimode subministraretur, nisi prius illi incensum idolis obtulissent.

Feralem igitur hanc legem laturus est novissimus tyrannus Antichristus : qua quidem in re praecursores et protestantes et liberos muratores habet, quos quotidie videmus officiorum ac munerum civilium subtractione christifideles ad apostasiam adigere. Quocirca huiusmodi character non solum spiritualiter seu tanquam interior forma intelligendus est, scilicet pro obstivata malitia; sed etiam materialiter, seu pro exteriori aliquo signo, ut est professio illiciti cultus, adhibitis quibusdam specialibus notis, quibus illi internosci valeant (3).

Nomen Antichristi. — Quod attinet ad proprium nomen Antichristi, explicita sunt verba Apocalypsis (4) : Qui habet intellectum, computet numerum bestiae. Numerus enim hominis est; et numerus eius sexcenti sexaginta sex. Scilicet, proprium Antichristi nomen, ut Patres et sacri interpretes docent, litteris constabit quae, tanquam signa numerica acceptae, praedictum numerum constituent : qua autem lingua hoc erit, incertum est, licet probabiliter dici possit hoc esse lingua graeca, qua S. Ioannes Apocalypsim conscripsit. Quia vero multis modis litterae, ex quibus numerus ille constat, ad invicem componi possunt, hinc vane nomen hoc quis deprehendere conaretur, nisi accedentibus iam aliis signis, ex huius nominis adinventione, argumentum desumat ad sedulius vitandas malas illius nequissimi hominis artes (5).

Scholion. — Da hoc nomine placet sequentia, a Menochio dicta, referre (6) : Multi multa nomina excogitarunt, quae illum numerum adaequate continerent. Verum quia incertum est an Antichristus graeca lingua, litteris et numeris usurus sit, an hebraicis ; rursus, quia incertum est an tres tantum futurae sint litterae et notae hoc nomen conficientes, quarum prima significet sexcenta, secunda sexaginta, tertia vero sex, an vero plures, quae tamen simul iunctae faciant eamdem summam, tota res est semper incerta. Ceterum, prae mente retinenda sunt verba S. Irenaei, ubi de prophetiis agens, ait (7) : Omnis prophetia,priusquam habeat effectum aenigmata et ambiguitates sunt hominibus. cum autem venerit tempus, et evenerit quod prophetatum est, tunc prophetiae habent liquidam et certam expositionem (8).

(1) - Apoc., XIII, 16, 17.
(2) - Cf. 2 Mach., II, 21; S. Gregor. Magn., Ep. 100, 103.
(3) - Cf. 3, Quaest. LXIII, art. 3, ad 3m.
(4) - XIII, 18.
(5) - In graeco, tres litterae χ, ξ, στ, hunc numerum efformant, qui latine redditur DCLXVI : at quo ordine sunt hae litterae collocandae? Cf. VIGOUROUX, Le Manuel Biblique. Nouveau Test., Vol. IV, n. 926.
(6) - Comment. in h I.
(7) - Contra Haeres., l. IV, c. 26, col. 262.
(8) - De nomine 666 videri potest Martinus Wouters, O. S. A, Dilucidation. selectarum S. Script. Quaest., t. II, p. 609, Patavii, 1778 : qui tamen negat hoc esse Antichristi nomen proprium.

Avatar de l’utilisateur
Gaudeamus in Domino
Messages : 38
Inscription : sam. 07 oct. 2006 2:00

Re: De l'image et de la marque de la bête

#7 Message par Gaudeamus in Domino » sam. 13 janv. 2007 19:25

La bête : Image

Répondre

Revenir à « L'Antéchrist et les deux Témoins de l'Apocalypse »