Dates probables de la venue de l'Antéchrist

Message
Auteur
Fulgurator
Messages : 81
Inscription : ven. 06 oct. 2006 2:00

Dates probables de la venue de l'Antéchrist

#1 Message par Fulgurator » jeu. 04 janv. 2007 0:07

Tout d'abord commençons par une citation qu'a fait Si Vis Pacem:
Au jugement de l’abbé Augustin Lémann, dans son ouvrage, L’Antéchrist, 1905.

Certes il dit :

« L’Eglise a défendu sous peine d'excommunication d'annoncer pour une époque déterminée la venue de l'Antéchrist ou le jour du Jugement dernier. C'est sous Léon X, en l'an 1516, le 14 des Calend. de janvier, au Ve concile œcuménique de Latran (sess. XI, Constit. Supernæ majestatis præsidio) que ce décret, dont voici la teneur, a été porté :

« Nous ordonnons à tous ceux qui exercent la charge de la prédication ou qui l'exerceront dans l'avenir qu'ils ne présument pas de fixer dans leurs prédications ou dans leurs affirmations un temps déterminé pour les maux futurs, soit pour l'avènement de l'Antéchrist, soit pour le Jugement : attendu que la Vérité dit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité : ceux donc qui, jusqu'à présent, ont osé émettre de pareilles choses, ont menti, et il est avéré que, par leur fait, un grand dommage a été porté à l'autorité de ceux qui prêchent sagement.
(…) Est-ce à dire qu'elle défende également d'émettre des conjectures ? Non: la défense portée par le Vè Concile œc*ménique de Latran ne va pas jusque-là. Elle n'atteint seulement que toute date fixe. Les généralités, les conjectures prudentes, l'indication des signes précurseurs restent choses permises, à l'exemple de certains Pères et d'éminents Docteurs qui ne s'en sont pas fait faute.

Eusèbe « signale l'avènement de l'Adversaire, lequel aura la liberté d'assiéger l'Église du Christ » (Hist. eccl., lib. V, c. I).
- Juda Cyr, autre historien ecclésiastique, croit que l'avènement de l'Antéchrist est proche (Eusèbe, Hist. Eccl., lib. V, c. VI).
- Tertullien parle de l'Antéchrist qui s'approche : « Antichristo jam instante » (De fuga in persecutione, c. XII).
- Saint Cyprien : « Vous devez tenir pour certain que le temps de l'affliction a commencé, que la fin du siècle et le temps de l'Antéchrist approchent » (Epist. LVI ad Thibaritanos).
- Saint Hilaire avertit de l'Antéchrist imminent : « imminentis Antichristi » (Lib. contra Auxentium).
- Saint Basile : « Ne sommes-nous pas à la neuvième heure ? N'est-ce pas l'apostasie ? Afin qu'ensuite se manifeste l'Impie, ce fils de perdition ? » (Epist. LXXI, ad Alexandrinos)
- Saint Ambroise : « Parce que nous sommes arrivés au déclin du siècle, certaines maladies en sont les signes. La maladie du monde, c'est la faim ; la maladie du monde, c'est la peste ; la maladie du monde, c'est la persécution » (Oratio in obit. Satyri fratris).
- Saint Jérôme : « Nous ne prenons pas garde que l'Antéchrist approche » (Epist. II, ad Ageruch).
- Saint Bernard décrivant les impiétés de son siècle jette ce cri d'alarme : « Il ne reste plus qu'à voir l'homme de péché, le fils de perdition, faire son apparition » (Serm. 6 in psalm. 90).
- Saint Grégoire le Grand : « Le roi de superbe est proche, Rex superbiæ prope est » (Epist. XXXVIII, ad Joan. Constantin. Epics).
D'autres citations pourraient être apportées. Qui ne connaît, du reste, la fameuse homélie de ce grand Pape saint Grégoire sur « les signes de la fin du monde », homélie que l'Église, chaque année, replace sous les yeux des prêtres et des fidèles, le premier dimanche de l'Avent, pour leur rappeler la fin des temps. De ces signes précurseurs, saint Grégoire constate que les uns sont accomplis, et que les autres ne tarderont pas à l'être. « Ex quibus profecto omnibus alia jam facta cernimus, alia in proximo ventura formidamus » (Homil. I, in Evang).

Comme on a pu le constater, aucun des Pères cités ne s'est permis de fixer une date déterminée pour l'avènement de l'Antéchrist ou de la fin du monde. Ils demeurent tous dans des généralités, ils rappellent les signes, ils conjecturent ; ils ne fixent rien. Leur manière de prêcher ou d'écrire est conforme aux annonces à la fois nettes et prudentes de Notre-Seigneur Lui-même et de Son apôtre saint Paul. Aux chapitres XXIV-XXV, de saint Mathieu, Notre-Seigneur annonce nettement la fin du monde, il en donne les signes précurseurs, mais il ne fixe pas de date. À l'exemple de son Maître, saint Paul, au chapitre II de la IIe épître aux Thessaloniciens, annonce nettement l'Antéchrist, mais il ne fixe pas de date à son avènement ; il se borne à indiquer le signe précurseur de cet avènement : l'APOSTASIE : Discessio primum et revelatus fuerit homo peccati (II, 3).

Et nous pourrions aussi rajouter saint Pie X.

Cornelius a Lapide, dont nous avons vu les qualités, puisqu'il a fait un condensé des interprétations de la Sainte Écriture par les Pères de l'Eglise. Son condensé, a toujours été admiré par la Sainte Eglise et tenu en haute autorité.
Il donne moult raisons (que vous pouvez retrouver au Chapitre IV du livre de l'Abbé Zins) basées sur la Révélation, pour lesquels la fin du monde arriverait en l'an 6000 du monde. Cela bien sûr en précisant que ce n'est pas là une certitude arithmétique, mais en gros à l'arrondi : cela durerait 6000 ans : c'est un ordre de grandeur.
Mais Cornelius évalue la naissance du Christ en l'an du monde: 3950. Ce qui donne une date (centre) de 2050 pour la fin du monde. (Encore une fois il est interdit de prétendre à une date exacte ce que s'est bien gardé de faire Cornelius)

Mais essayons d'aller plus loin et ici je tend à m'écarter de Cornelius qui n'a pas voulu donner le temps de la fin du monde avec une telle précision et donc mon jugement n'a rien de certain :
Il ressort toujours des mêmes textes, que la naissance de Notre Seigneur devait arriver aux environs de l'an 4000 du monde. Cela se serait donc réalisé à 98,75%. Si l'on garde le même ordre d'erreur (erreur au sens mathématique) d'approximation: c'est à dire de l'ordre de 1,25%, on trouve que la précision devrait-être de 26 ans près. Soit une fin du monde entre 2024 et 2076. Certes sans problème la fin du monde peut dépasser cet ordre de grandeur, car il ne fait pas parti de la patrologie disons que c'est simplement une possibilité dans un ordre de probabilité que l'évènement tombe dans cette période.

Répondre

Revenir à « L'Antéchrist et les deux Témoins de l'Apocalypse »